Photographie : quand la technologie tire le niveau vers le haut

Passionné de photographie depuis des années, j’ai vu le monde de la photo amateur complètement changer au fil des évolutions technologiques. Les photographes amateurs sont devenus plus experts avec une pratique de la photo plus maîtrisée.

Mais d’où vient ce changement, et quel a été le rôle de la technologie dans tout ça ?

Article rédigé par Antoine Anfroy, éditeur de 1point2vue.com, un site qui traite de la photographie et qui s’adresse tout particulièrement aux débutants, grâce à des cours de photo et de retouche.

Passionné de photographie depuis des années, j’ai vu le monde de la photo amateur complètement changer au fil des évolutions technologiques. Les photographes amateurs sont devenus plus experts avec une pratique de la photo plus maîtrisée.

Mais d’où vient ce changement, et quel a été le rôle de la technologie dans tout ça ?


Lyon vu du Rhône – photo prise avec iPhone 4 et l’application Dynamic Light

La baisse des prix

On le sait, les appareils technologiques sont de moins en moins chers pour une puissance de plus en plus grande. Mais c’est en fait toute la chaîne de production du photographe qui devient abordable. De l’appareil photo à l’écran d’ordinateur en passant par la carte mémoire : la qualité grandit et les prix baissent. On peut trouver un très bon compact pour moins de 200€, un reflex complet pour débutant pour moins de 500€, et en fouillant un peu on peut se composer un bon éclairage studio pour moins de 300€.

L’effort des marques

Les constructeurs mettent davantage en avant leur gamme “débutant”. Les appareils deviennent plus ludiques et simples d’utilisation. Les modes automatiques “intelligents” se multiplient pour encore plus de facilité dans toutes les situations. Si on ne devient pas photographe en un jour, on peut maintenant se faire plaisir très rapidement sans avoir à se plonger dans des livres de théorie bourrés de formules.

Le traitement simplifié

Les logiciels de retouches eux aussi sont de plus en plus accessibles aux débutants. L’exemple le plus frappant est le cas du HDR : cette pratique très technique de la photo était complètement inconnue du grand public il y a quelques années seulement. Aujourd’hui, grâce aux logiciels “tout auto”, tout le monde peut s’y essayer. On arrive même à un extrême avec une sur-représentation des photos HDR dans les galeries photos qui parsèment le web.

Une propagation de proche en proche

Même si vous n’avez pas d’appareil, vous connaissez forcément quelqu’un qui en a un. Vous avez déjà fait quelques photos : ça ne fait pas de vous un expert mais vous savez comment ça marche. Résultat, le passage à l’acte d’achat est facilité car vous savez qu’en achetant un appareil vous ne serez pas perdu. L’appareil photo n’est plus un OVNI technologique !

L’initiation par les smartphones

Avec leurs appareils photos intégrés, les smartphones participent également à cette évolution. Pour le néophyte, la fonction photo du téléphone est avant-tout un “générateur de souvenir” mais avec le temps et la pratique, le smartphone se transforme en un véritable outil de création. Petit à petit, l’idée d’aller plus loin dans la photo monte, jusqu’au jour où vient l’envie d’investir dans du matériel de plus grande qualité.

Le partage

Faire des photos, c’est bien, les montrer, c’est mieux! Les possibilités de partage sont énormes : Il existe des tonnes de thèmes orientés photo-blog pour tous les CMS (wordpress, dotclear, joomla,…). Pour ceux qui ne se sentent pas de tenir un blog, il suffi de se créer un compte Flickr, Picasa ou Facebook. Pour le photographe en herbe, savoir que des gens voient ses photos et les commentent est très motivant. Pour le visiteur, voir des photos à longueur de journée donne des idées et peut faire naître des vocations. Dans les deux cas, c’est la photographie qui est gagnante.

Résultat : le niveau tiré vers le haut

Le constat est incroyable : en quelques années seulement, le niveau a explosé. On voit apparaître un peu partout sur le web des talents neufs (un petit tour sur le best-of de Flickr suffit pour s’en convaincre). Des petits nouveaux qui n’ont pas fait les écoles de photos, qui ne gagnent pas leur vie avec cette activité (et qui n’ont même pas l’intention de le faire) mais qui pratiquent la photo avec passion en profitant de toutes les évolutions énoncées plus haut.

Donc oui, l’évolution technologique a modifié la pratique de la photo sous bien des aspects. Elle a surtout permis d’ouvrir des portes à une génération d’artistes en herbe en offrant des facilités de création jusque-là inédites. Mais finalement, être technologiquement à la page en photographie ne fait pas tout. Il faut garder en tête qu’il s’agit bien d’une activité artistique : l’instrument ne fait pas le musicien ! Avec le meilleur des appareils photos, il faudra toujours ajouter une bonne dose de travail pour atteindre la réussite.


Nos dernières vidéos

25 commentaires

  1. Pierre Ristic on

    Et j’ajoute…
    Il convient de distinguer la photo d’amateur du professionnel de l’information, car si cette photo HDR du Rhône aurait pu être prise par un quidam, celle d’une zone sous le feu nourri de l’armée Lybienne est autrement plus velue à produire.

    • Eric

      @Pierre Ristic : c’est clair (et je ne parle même pas d’une d’une zone sous le feu nourri de l’armée Lybienne en HDR) 🙂

  2. Je ne suis pas certain que le niveau soit tiré vers le haut, on voit juste de plus en plus de photos ayant l’air d’avoir été prises avec un Lomo, un Polaroid, un Helga, un film périmé, du Velvia… Mais où est le regard du photographe?

  3. Pingback: Photographie : quand la technologie tire le niveau vers le haut « Le journal de la CFTC des Hôpitaux de Strasbourg

  4. L’évolution technologique a permis de tirer le niveau amateur vers le haut, certes (et je suis le premier à m’en réjouir vu que ça m’a permis de m’y mettre sérieusement), seulement ça a aussi contribué à créer une sorte d’illusion que tout le monde peut être photographe aujourd’hui et à plomber un peu le marché pour les pros. On ne compte plus les photographes du dimanche qui sont près à shooter un mariage pour 100 ou 200€ au black (avec souvent un résultat déplorable), avec pour seule qualification le réflexe d’entrée de gamme qu’ils viennent de s’offrir. Et là, je ne ne pas sûr que ça soit très positif pour les pros ni pour l’image que ça donne du monde de la photo (ni pour les clients qui se payent ces photographes-là, parce qu’ils y gagnent peut-être sur la facture, mais rarement sur la qualité)…

  5. Étant un photographe … plus qu’amateur… (plutôt orienté … Photo de famille 😉 ), juste une remarque sur ce billet. Je le trouve très bien redigé et argumenté, un petit plaisir de lecture qui colle bien avec la qualité de ce site. Voilà, c’etait mon quart d’heure gentil ! 🙂

  6. Une des nouvelle pratique photographique, le light painting, profite bien sur des avancées technologiques. Mais la technique, dite aussi SOOC : straight out of camera, exclu toute retouche après la prise de vue.

    Le collectif Jadikan LP travaille avec tout type de matériel : du reflex numérique bien sure, mais aussi du sténopé, du grand format 6*6, etc… Une façon de garantir la pureté de la photographie…

  7. @Spica : Bien dit 😉

    La question que je me pose, c’est surtout qu’est ce qu’on va garder au niveau photo entre les années 2000 et 2010, on gros l’arrivé du numérique… Car vu comment chacun gère l’archivage des photos, je suis presque prêt à parier qu’il y aura un sacré trou dans les archives… Sans compter une masse de photo raté qui seront gardé, car non trié…

    Donc le numérique a de gros avantages, mais le fait de laisser chacun se démerder à gérer le « négatif » de leurs photos, il risque au final d’avoir des photos perdus, ou si ce n’est pas perdu c’est mal trié…

    Je caricature un peu la situation, mais je pense que dans beaucoup de famille cela sera le cas, ou c’est déjà le cas…

  8. Il est important de valoriser la photographie amateur. Avec les appareils d’aujourd’hui, il est facile de prendre des centaines de photos en quelques heures pour finalement en faire émerger 1 ou 2 bien cadrées avec une belle lumière. Mais comme le dit si bien @Spica, on perd l’oeil artistique du photographe. La possibilité de tout retoucher nous a fait perdre le bénéfice de la photo brute en noir et blanc, bien cadrée, qui laisse deviner le hors-champs et se focalise sur un détail qui sans ce regard du photographe aurait pu passer inaperçu. Grosso modo, ce que je veux dire c’est qu’avec la démocratisation des outils, on gagne en quantité ce qu’on perd en qualité… Dans la masse, il y a des chefs d’oeuvre, et moins de boulot.

  9. @Pierre Ristic: Je fais bien sure référence à la photo amateur dans cet article.

    @Spica: je suis assez d’accord avec toi, c’est le revers de la médaille: les pro se font empiété leur marché par des débutant fraîchement équipé. Je pense que c’est plus un problème d’éducation du public face à la photo car au final, la différence entre le travail d’un pro et d’un amateur (débutant) est vraiment flagrante. La personne qui est prête à payer 200€ pour la couverture complète de son mariage n’a clairement aucune idée du marché de la photo.

    @Se7h: ta remarque est vrai mais je suis pas sure que le numérique ait véritablement changé la donne. Combien de photo (de l’ere de l’argentique) moisissent dans boite à chaussures…

  10. Bonjour,

    Même si la notion de partage est évoquée dans le billet, je pense que c est un des gros point fort de ces dernière années.

    En efftet, non seulement il devient très simple de montrer ses images, mais surtout avec Internet, il est aujourd’hui très facile d apprendre via les échanges communautaires.

    C est ce qu’ il se passais dans les clubs photo, mais avec la contrainte de didtance.

    Aujourd’hui, de chez soit, tout le monde a la poosibilité d’apprendre.

    En tant qu éditeur d’ un site communautaire sur la photo ( http://www.pixelistes.com ), c’est tous les jours que nous constatons l’évolution des membres.

    Une question sur un sujet technique, vous la posez sur un forum et hop, 5 mn après vous avez votre réponse.

  11. Le problème c’est qu’aujourd’hui on se focalise trop sur la technique et la qualité quantifiée au nombre de pixels, mais l’émotion dégagée par la photo on passe à côté. On oublie trop que des gens comme Ronis ou Doisneau on fait du très beau travail avec du matériel a des années lumières du notre

  12. La technologie a tiré la photo vers le haut.
    Mais cela a eu un aspect nagtif sur la profession. Tout le monde pense que prendre une bonne photo est facile.
    Or,c’est le regard et la sensibilité qui fait un bon photographe.
    Et cela a eu un aspect négatif sur la profession…

  13. Bonjour,

    Ca fait des mois que je cherche un blog/site plutôt amateur avancé. On trouve beaucoup de site amateur très avancé si ce n’est pas pro ou bien amateur mais très amateur. 1point2vue the good choice…

    Pour revenir sur la techno et le numérique, ça nous permet sans se ruiner d’offrir des photos de qualité convenable à nos internautes et à nos amis.

    Eric/1point2vue il faudrait nous présenter les outils qui nous aideraient à retoucher nos photos en deux clics deux mouvements. So Thanks a lot

  14. @fabrice La profession de photographe a peu être pris un coup mais les meilleurs ont toujours un emploi du temps bien remplit! L’époque où un matériel de qualité suffisait pour être photographe est résolu car il est maintenant à la portée de tous.

  15. Le sujet n’est pas évoqué dans l’article, mais par Pyroclastique. Les tutoriels sur le web.
    Je pense que ça à beaucoup influencé cette évolution « de la technique vers le haut ». Parce que si on veux se « former » par les livres ils faut tout de suite sortir 20/30€ ou plus pour des explications dont on ne sera pas sûr qu’elles soient claire, pratique et adapter à son niveau.
    Alors que sur des sites comme virusphoto.com on a des tutoriels allant de la bas à des aspects plus technique expliqués simplement.
    Internet nous offre les connaissance nécessaire pour obtenir un très bon niveau amateur.

  16. « on gagne en quantité ce qu’on perd en qualité… Même si dans la masse, il y a des chefs d’oeuvre, et moins de boulot. »

    entièrement d’accord avec ce commentaire!

  17. La technologie ne tire pas la photo vers le haut, elle peut juste y contribuer modestement. Une image parfaite sur le plan technique peut être totalement sans âme, voire d’une banalité affligeante. Le pro doit être capable de faire passer un message dans une série construite et homogène sur le plan qualitatif. L’amateur peut réussir par hasard une bonne photo. D’ailleurs un pro se moque bien d’avoir le meilleur appareil, ce qu’il cherche c’est la meilleure photo…et la technique n’a que peu d’importance pour lui. Cet article est assez juste mais il se focalise sur la grammaire de l’image. Or ce que l’on retient, c’est l’émotion.

  18. Bonjour,
    Impressionant comme résultat, je suis bluffé par le fait que ce soit à partir d’un iPhone 4, même s’il y a tout un travail derrière.
    Cordialement.

Répondre