Piratage : Hollywood critique les algorithmes des moteurs de recherche

Une étude commandée par les maisons de production a révélé que les algorithmes de Google et des autres moteurs de recherche sont favorables au piratage et défavorables à Hollywood.

La MPAA (Motion Picture Association of America), une association interprofessionnelle incluant Walt Disney, Paramount Pictures et Warner Bros, a récemment commandité une étude sur l’impact des algorithmes Google et des autres moteurs de recherche sur le piratage. Une étude réalisée par Milward Brown’s Compete sur un panel de plus de 1000 internautes américains et britanniques.

Selon cette dernière, 82% des recherches menant à des sites pirates proviendraient de Google, le principal accusé. 20% des visites sur les sites de piratages de films et d’émissions télévisés seraient liées aux résultats des moteurs de recherche. Et le pire (selon la MPAA, toujours), c’est que 74 % des personnes ayant visité ces sites auraient déclaré avoir été influencés par les résultats de recherche. De très nombreuses recherches seraient basées sur des mots-clés génériques, incluant juste des titres ou des noms d’émissions et conduiraient vers des sites pirates. De ce fait, Google et les autres mèneraient des internautes sans mauvaises intentions vers des sites de téléchargements illégaux.

Modifier les algorithmes ?

Lors d’une conférence de presse, le président du MPAA a demandé à Google de modifier son algorithme (encore une fois) pour que celui-ci ne fasse pas découvrir des sites pirates au public « innocent ». Pourtant, l’an dernier Google avait déjà annoncé une modification de son algorithme pour réduire le placement des sites pirates dans les résultats de recherche. Les principaux moteurs de recherche concernés ne se sont pas encore exprimés par rapport à cette étude.

La responsabilité de Google

Par rapport à cette étude, que pouvons-nous conclure ? Si les résultats de l’étude sont bien fondés, cela signifierait-il que les pirates sont plus calés en SEO que les opérateurs légaux ? Google doit-il renoncer à sa neutralité ou est-ce les ayant droits et leurs affiliés qui doivent renforcer leurs présences sur le web ?

Pour rappel, les relations entre Hollywood et la Silicon Valey se sont tendues lorsque le projet de loi SOPA (Stop Online Piracy Act) avait été proposé aux Etats-Unis, en 2012. Celui-ci n’a pas été adopté.

Mais Google n’en n’est pas pour autant une entité pro-piratage, loin s’en faut. Par exemple, au mois de juillet, Google s’est joint avec d’autres géants du web et la Maison Blanche pour adopter une stratégie visant à priver les sites pirates de moyens de monétisation.

Le moteur de recherche reçoit chaque année des dizaines de millions de requêtes de blocage de pages pirates (DMCA notice).

(Source)


Nos dernières vidéos

5 commentaires

  1. « Mais Google n’en n’est pas pour autant une entité pro-piratage » par contre ça ne les déranges pas de donner des données personnelles à la NSA…

    Google le sait très bien et tout les acteurs du web aussi, si internet est devenu ce qu’il est, avant même la vente en ligne, c’est tout simplement grâce au « partage ». Le jour ou Google s’avise à changer ses algorithmes, il verra son chiffre d’affaire fondre et internet n’aura plus grand intérêt d’exister…

  2. C’est à faute de mon facteur si je reçois des factures ! :O
    J’vais demander une reforme pour plus que ça arrive o/

Répondre