Suivez-nous

Réseaux sociaux

Publicité cachée : de célèbres influenceurs sont accusés de créer la confusion

La Federal Trade Commission (FTC) a sonné la charge contre les pratiques de certaines marques sur les réseaux sociaux.

Il y a

  

le

 
influenceur
© Unsplash / S O C I A L . C U T

Dernier avertissement avant sanction. C’est le message qu’a voulu faire passer la Federal Trade Commission (FTC) à Teami, une société qui commercialiste des thés détoxifiants. L’agence a décidé de poursuivre l’entreprise qui aurait affirmé sans apporter de preuves scientifiques que ses produits peuvent aider à perdre du poids, prévenir le cancer et combattre d’autres maladies.

Autre reproche adressé à Teami : la compagnie recourt à des influenceurs de renom, mais leurs posts ne précisent pas qu’ils ont été rémunérés, ce qui pourrait s’apparenter à de la publicité cachée. Comme le précise The Hill, des personnalités de renom sont concernées, parmi lesquelles, les chanteuses Cardi B et Jordin Sparks ou encore l’actrice Adrienne Baillon.

Instagram a pris des mesures sur les publications politiques sponsorisées

Dans un communiqué, Andrew Smith, le directeur du Bureau de la protection des consommateurs de la FTC est revenu sur les motifs de cette action. « Les réseaux sociaux regorgent de personnes qui commercialisent des thés dits de désintoxication, promettant une perte de poids. Les entreprises doivent étayer leurs allégations santé par des données scientifiques crédibles et s’assurer que les influenceurs révèlent clairement qu’ils sont payés pour promouvoir un produit. »

La FTC demande donc à l’entreprise de fournir d’ici au 30 mars prochain, une liste de mesures qu’elle compte prendre pour mettre en évidence le fait que les publications sont sponsorisées. En cas de manquement à ses obligations, Teami s’exposerait alors à des poursuites judiciaires.

Récemment, des influenceurs ont également été l’objet de critiques pour ce type de pratiques. Nous étions alors dans un autre registre puisque Mike Bloomberg, alors candidat à la primaire démocrate, avait bombardé Instagram de mèmes en son honneur. Les images ne mentionnaient pas un paiement et de nombreux utilisateurs se sont demandés s’il s’agissait de communication ou de vraie satire.

Facebook, la maison mère d’Instagram, a finalement décidé de réagir. Les influenceurs ont bien le droit de publier des contenus politiques sponsorisés sur leurs comptes, mais ils doivent étiqueter clairement ces publications.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests