Rien ne va plus pour la Ouya

Même les plus belles histoires ont une fin. Ouya serait à la recherche d’un repreneur.

Fin Ouya

La Ouya a fait un énorme buzz lors du lancement de sa campagne sur KickStarter, en 2012. Tout le monde ne parlait plus que de cette drôle de petite console propulsée par Android. Elle avait même dépassé les 8,5 millions de dollars de mise alors que le projet n’avait besoin « que » de 950 000 dollars pour aboutir.

Le plus beau, c’est que la société a aussi levé 15 millions de dollars supplémentaires auprès de différents fonds d’investissement, dont celui de Mayfield Fund et de Nvidia.

Les millions levés par Ouya n’ont pas suffit à assurer la pérennité de l’entreprise

Mais cela n’a pas suffit. Loin de là, même puisque l’entreprise serait actuellement en difficulté. Les dettes se seraient considérablement accumulées au fil de ces derniers mois et son équipe dirigeante envisagerait même de baisser les bras et de mettre la société en vente pour que l’aventure puisse continuer sous une autre forme.

Si l’on en croit The Verge, Julie Uhrman aurait ainsi envoyé un mémo à ses investisseurs pour les prévenir de la situation.

Ses multiples tentatives pour renégocier les dettes de sa société n’auraient rien donné et elle aurait besoin d’un apport de capital conséquent pour remettre l’entreprise sur les rails.

Est-ce la fin de l’aventure ?

C’est fort probable. Les joueurs les plus exigeants n’ont aucun intérêt à opter pour la Ouya. Pas quand ils peuvent se tourner vers une PlayStation 4, une Xbox One, une Wii U ou même une Steam Machine. Quant aux joueurs occasionnels, il leur suffira d’investir dans un appareil sous Android TV pour s’adonner à leurs sombres penchants.

Et chez nous, en France, c’est encore plus simple puisque les FAI misent de plus en plus sur cette plateforme pour propulser leurs décodeurs. La Freebox Mini 4K en est un très bon exemple, d’ailleurs.

Bref, sauf coup de poker, la Ouya semble bien condamnée à disparaître.


Nos dernières vidéos

Répondre