RIM BlackBerry en chute libre !

Rien ne va plus pour la société canadienne Research In Motion qui vient de dévoiler ses résultats pour le deuxième trimestre 2011. Après un premier trimestre déjà décevant, RIM présente à nouveau des résultats en deçà des espérances.

Rien ne va plus pour la société canadienne Research In Motion qui vient de dévoiler ses résultats pour le deuxième trimestre 2011. Après un premier trimestre déjà décevant, RIM présente à nouveau des résultats en deçà des espérances.

Les BlackBerry ne séduisent plus !

En effet, RIM a annoncé avoir livré 10.6 millions de smartphones lors de son second trimestre fiscal soit 2.6 millions de moins qu’au premier trimestre (13.2 millions), ce qui était déjà décevant pour une société qui détenait il y a à peine un an, près de 40% de part de marché sur les smartphones. De plus ces chiffres concernent la livraison et non la vente de ces smartphones. Cette baisse se traduit également au niveau des parts de marché puisque les téléphones sous BlackBerry OS font face à une baisse constante depuis 2010, au point d’être aujourd’hui dépassé et même distancé par Android et Apple. Selon comScore, la part de marché de RIM en Juillet 2011 était de 21.7% contre 41.8% pour Google et 27% pour Apple; dans le même temps, la marque canadienne peine toujours à se faire une place en Europe, ne dépassant pas les 10%.

La Playbook déçoit…

Avec un accueil mitigé de la presse, la tablette de RIM a du mal à se faire une place sur le marché des tablettes, ou l’iPad règne toujours en maître. Avec seulement 200 000 tablettes livrées au second trimestre, contre 500 000 au premier trimestre, la Playbook est loin de remplir les objectifs attendus par les analystes, qui était de l’ordre de 600 000 tablettes pour le second trimestre. Dans le même temps, Apple a livré 9 millions d’iPad. La Playbook parvient néanmoins, selon le cabinet IDC, à occuper 4.9% du marché des tablettes, loin toutefois des 68% d’Apple et 26.8% d’Android.

Le titre Research In Motion plonge

L’annonce de ces mauvais chiffres n’aura pas tarder à faire réagir Wall Street puisque le titre a chuté de près de 20% à 23$ américains ce vendredi ! Depuis le début l’année, le plongeon est proche des 50%. Cette baisse est causé par l’annonce des mauvais chiffres, notamment le chiffre d’affaires annoncé à 4.2 milliards, soit une baisse de 10% sur un an et un bénéfice net, lui aussi en baisse de 59%, à 329 millions de dollars.

Un futur en dent de scie ?

Pour redresser la barre, RIM a déjà annoncé la suppression de 2000 postes en 2011, soit près de 10% ses effectifs. La marque compte également sur son nouveau système d’exploitation, QNX, prévu pour 2012; en attendant, 5 nouveaux smartphones ont été annoncés mais l’on peut se demander si l’utilisateur ne préférera pas attendre les nouveaux produits, qui embarqueront le futur OS de la marque, racheté en 2011 au groupe Harman. Sur le plan financier, RIM prévoit un chiffre d’affaires qui se situe entre 5.3 et 5.6 milliards de dollars.

RIM ne va donc pas au mieux, une situation qui nous rappelle celle d’un autre géant, Nokia, la marque finlandaise qui a choisi de s’associer à Microsoft pour se relancer. Une alternative à laquelle RIM pourrait penser si sa situation ne s’améliore pas alors que ces concurrents Google et Apple ne cesse de prendre des parts de marché.


Nos dernières vidéos

16 commentaires

  1. j’ai achete blackberry 9780 et j’en ai été très très déçu !

    toute la partie software a été totalement baclée ! il bug tout le temps, c’est une honte de vendre des terminaux mobile non terminé et surtout a ce prix la !

    bref a force de prendre les gens pour des abrutis, ca ne m’étonne absolument pas que RIM coule … (surtout quand on voit la réactivé des smartphones concurrents …)

    S’ils veulents rester en course, il faut qu’ils se ressentre sur le secteur pro, et arrête de coopérer avec les gouvernements (comme il l’ont fait lors des manifestations a Londres)

  2. Cette plongée s’explique d’une façon très simple, prix de la machine excessif et OS non « ouvert ». Qui aujourd’hui a envie de dépenser plus de 500€ dans une machine qui n’a rien d’extraordinaire vis-à-vis de la concurrence ? Pas grand monde…d’autre l’on déjà vite compris cf. HP et Motorola qui à baissé ça Xoom de 150 € !

  3. Research in Motion commence gentiment à s’ésouffler: vente des smartphones qui stagnent, investissement négligeable dans le secteur des tablettes et des applications mobiles…
    Il ne reste à l’entreprise que sa marque!

  4. J’ai un BB, et je peux expliquer facilement pourquoi je n’en aurai plus :
    – obligation d’un abonnement supplémentaire de 10CHF/mois, juste pour être l’heureux possesseur d’un BB
    -touchpad pourri, j’ai dû remplacer mon tel après moins d’un an. Avec le nouveau tel appraraît le même problème après seulement 4 mois
    -très grande difficulté à le faire basculer sur le wifi et non sur réseau lorsque je suis en roaming
    Bref, vivement mon androîd.

  5. Ben moi j’ai le Torch 9800 et j’en suis vraiment content! Je pense que tous les téléphones peuvent avoir des bugs, quelque soit la marque non ?
    En tout cas j’avoue que je suis surpris par ces chiffres, je pensais qu’aux USA la part de marché était beaucoup plus importante que 20%.

  6. Forcément, après avoir annoncé qu’il (Blackberry) aiderait le gouvernement british à poursuivre les manifestants, ça n’a pas plus aux actionnaires. 🙂

    db

  7. Pingback: Anonyme

  8. Il s’agit d’une transition. Elle sera salutaire ou fatale. Transition vers un OS beaucoup plus évolué, vers une couche de compatibilité Android. C’est en somme un pari aussi risqué que ChromeOS. J’ai un Playbook et j’en suis ravi, parce que sa gestion du multi-tâche et son interface correspondent à mes besoins. Bien sûr, il manque des apps, le DLNA, le streaming Bluetooth, mais il me permet de travailler très correctement.

    RIM fait de bons produits. Ils ont été largués. Ils l’ont compris et y travaillent. Il n’y a pas le choix: si le prochain virage est raté (DevCon sera très important le mois prochain), il faudra penser à une vente par étages.

    Rappelons-nous toujours où était Apple avant l’iMac et l’iPod. Et que tout est toujours réversible.

    Il suffit d’un bon produit, d’un bon OS, d’une demande. RIM perd du terrain, mais sur un marché où la concurrence est aggressive. Je préfère un monde hétéroclite à une stérile bataille Android / iOS dans les mois à venir.

  9. Pingback: Les services BlackBerry indisponibles en Europe, Afrique et Asie

  10. Pingback: RIM suit-il le calendrier Maya?

Répondre