Salaires des métiers tech : combien gagnent les développeurs en 2017 ?

Pour la sixième année consécutive, le cabinet de recrutement Urban Linker nous dévoile combien gagnent les profils techniques des métiers du web.

Après les salaires des profils sales et webmarketing dans le digital, Urban Linker s’intéresse de nouveau aux profils techniques des métiers du web et nous dévoile son étude des salaires 2017.

L’écart de salaire reste important entre les développeurs de la région Ile-de-France et ceux de la région Rhône-Alpes

Présent à Paris ainsi qu’à Lyon, le cabinet de recrutement en a profité pour intégrer cette année encore une analyse des salaires de la région Rhône-Alpes.

Sans surprise, l’écart de salaire reste important entre les développeurs de la région Ile-de-France et ceux de la région Rhône-Alpes. En moyenne, les profils tech franciliens gagnent 20 à 25% de plus que leurs collègues rhodaniens. Urban Linker précise toutefois que l’écart est resté stable par rapport à l’année précédente.

Le langage PHP règne en maître

Première tendance révélée par l’étude, le langage PHP reste très utilisé et l’on constate cette année une hausse des salaires liés à ce langage, plus particulièrement du côté des profils seniors. Urban Linker nous explique que Symfony3 remporte « haut la main » la palme de framework le plus utilisée en 2017.

Malgré une demande qui reste forte, les salaires des développeurs Java sont restés relativement stables par rapport à 2016 tandis que le langage .NET connait une baisse des demandes. Cela se traduit par une légère baisse des salaires, notamment chez les profils juniors qui perdent 5,2%.

Les profils JavaScript s’enrhument

À la hausse ces dernières années, les salaires des profils JavaScript marquent le pas en 2017. Urban Linker observe même un « léger recul » (-1% pour un développeur Full-Stack junior, et jusqu’à -6.25% pour un développeur front-end junior). Quant aux intégrateurs, ils ont « tendance à acquérir de nouvelles compétences et touches de plus en plus au développement front-end (notamment via Angular et React) ou au UI/UX design ». Une polyvalence qui explique la « légère augmentation de leurs fourchettes de salaires » (+4% en un an pour les intégrateurs confirmés et +5% en un an pour les seniors).

Ruby brille toujours mais…

Autre tendance importante dégagée par l’étude d’Urban Linker, Ruby plaît toujours autant lorsqu’il s’agit de monter un projet rapidement. Le langage de programmation libre n’est cependant plus autant utilisé en phase de croissance. Résultat, on assiste à une légère baisse des salaires de développeurs Ruby.

Python en profite de son côté pour gagner « en crédibilité et séduit sur les problématiques de Machine Learning ». Des atouts qui permettent de gonfler les salaires, jusqu’à 6% de plus que l’année dernière pour les développeurs Python seniors.

Et le mobile ?

Urban Linker nous apprend que le mobile continue de représenter une partie conséquente de la demande du marché. Toutefois, on ne note pas de variations de salaires flagrantes en 2017. On retiendra quand même que la poussée de React Native a conduit à une légère baisse du nombre d’offres pour des postes purement iOS/Android natif.

Enfin, les profils orientés DevOps prennent le pas sur les AdminSys, une tendance « particulièrement marquée » au sein de l’écosystème d’Urban Linker. Si les salaires des AdminSys se sont globalement maintenus, le cabinet de recrutement explique que « la tension du marché va croissante pour les profils plus orientés DevOps ». Ce phénomène entraîne une hausse des rémunérations (jusqu’à +5,5% pour les profils seniors).

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez retrouver l’intégralité de l’étude des salaires des métiers tech 2017 sur le site Urban Linker :


Nos dernières vidéos