Sellaband invente la bourse musicale

Voilà un concept osé qui tente d’inventer une nouvelle façon de penser la production et la distribution de musiques : Sellaband est le site d’une start-up germano-néerlandaise qui vous propose de devenir actionnaire par avance de musiciens ou groupes que vous appréciez ou dont vous pensez qu’ils possèdent le potentiel pour faire une carrière au

Voilà un concept osé qui tente d’inventer une nouvelle façon de penser la production et la distribution de musiques : Sellaband est le site d’une start-up germano-néerlandaise qui vous propose de devenir actionnaire par avance de musiciens ou groupes que vous appréciez ou dont vous pensez qu’ils possèdent le potentiel pour faire une carrière au top.

Le site est divisé en deux sections parralèles qui chacune s’adresse à un public différent mais complémentaire : les Artistes et les Fans (ou Believers).

Les artistes sont invités à s’inscrire (gratuitement) en complétant leur profil détaillé, incluant leur actualité, des vidéos s’ils en ont, les dates de concert, leur bio, le lien vers leur site et/ou leur MySpace et bien sûr leur production musicale sous la forme de trois titres au format mp3.
Leur page est alors créée et accessible par simple recherche.

Le section dédiée aux fans permet de rechercher des artistes par style de musique et par pays et d’écouter leur production avec le player dédié : si vous trouvez un artiste qui vous tape dans l’oeil le tympan, vous pouvez acheter des parts de celui-ci par tranches de 10 dollars (vous pouvez miser 50 000 dollars d’un coup si ça vous dit et que votre tirelire est bien garnie). Si votre poulain arrive à réunir la somme forfaitaire de 50 000 dollars grâce à vous et aux autres fanactionnaires, la production de son premier album sera enclenchée et intégralement prise en charge, faisant appel à des producteurs maison ou réputés, dans un studio professionnel bien sûr.
Une fois le CD produit, celui-ci est tiré à 5000 premiers exemplaires et vous en recevrez immédiatement un exemplaire (ce qui fait donc un CD à 10 euros).

Mais ce n’est pas tout : les titres sont ensuite mis en téléchargement… gratuit sur le site, artistes et fans se partageant alors une partie des revenus publicitaires générés par la section téléchargement de celui-ci.

Bien sûr vous pouvez à tout moment vous faire rembourser en cours de route (c’est long de réunir 50 000 dollars, si on y arrive, à ma connaissance seul un groupe – néerlandais, tiens…- y est parvenu jusqu’à présent et la grande majorité des budgets en cours se situe en-deça des 500 dollars), et les artistes gardent leur indépendance puisqu’ils peuvent eux aussi quitter à tout moment Sellaband et signer avec le label de leur choix.

Je trouve le concept intéressant pour plusieurs raisons :

  • il apporte une ébauche de solution au problème du téléchargement et des revenus des artistes
  • il raccourcit la chaîne de production entre l’artiste et le piblic
  • il implique les fans, et on peut alors imaginer que ceux-ci seront moins enclins à pirater les futures productions d’un artiste dont ils sont "actionnaires"
  • il peut révéler le producteur au nez creux qui sommeille peut-être en vous et peut transformer tout un chacun en mécène intéressé

Alors, prêt(e)s pour investir dans les futurs Beatles ?
En attendant voici celui qui est en tête des gains actuellement et c’est plutôt pas mal du tout :


Nos dernières vidéos

2 commentaires

Répondre