Selon Lord Rees, les robots pourraient remplacer les humains

L’astrophysicien Lord Rees prédit la fin de l’humanité dans quelques siècles et le remplacement par la machine dans un contexte d’exploration spatiale naissante et du développement de l’intelligence artificielle. Pas rassurant ce monsieur…

Les prévisions de Lord Rees, partagées lors du festival de science de Cheltenham en Angleterre, sont dignes des scénarios de science-fiction catastrophes. Avec l’essor des technologies robotiques et la relance de l’exploration spatiale, les humains pourraient céder la place aux machines d’ici quelques siècles.

L’astrophysicien Lord Rees prédit la fin de l’humanité dans quelques siècles et le remplacement par la machine

Lord Rees est un professeur émérite de cosmologie et d’astrophysique à l’université de Cambridge. Pour lui, nous pourrions être dotés de technologies permettant de chercher la vie extraterrestre d’ici 10 ou 20 ans, mais si l’on rencontrait d’autres formes de vie, elles seraient ou moins évoluées ou bien plus évoluées. Dans le deuxième cas, il serait fort probable que cette vie serait très différente de la nôtre et qu’elle se matérialiserait sous la forme d’une entité électronique car si l’on regarde l’histoire de la vie sur terre, il a fallu 4 milliards d’années pour passer de l’organisme protozoaire à notre civilisation envahie de technologies.

A la base de cette logique, le développement de la robotique et les contraintes que l’exploration spatiale implique. Pour l’astrophysicien,  il y a de fortes probabilités que les machines supplantent l’homme car les machines « auront une plus grande facilité à se disperser au-delà de la terre car elles ne sont pas organiques … l’exploration sera principalement réalisée par des machines et non pas par des hommes ». Si nous recevions un message extraterrestre, il serait certainement émit pas une machine, plutôt qu’une créature organique.

Le génome humain connaîtra une nouvelle évolution

Pour le professeur Martin Rees, seulement quelques humains quitteront la Terre pour coloniser le système solaire où ils devront utiliser la technologie pour survivre et pour « s’adapter à des mondes inhabitables et commencer de nouvelles civilisations ». Depuis peu, on envoie des touristes dans l’espace, c’est pour le professeur l’étape précédant l’exploration. Dans son argumentation, il a pris l’exemple de SpaceX, la société résolument tournée vers l’exploration de Mars. L’astrophysicien anticipe donc une colonisation de l’espace qui impliquera une évolution du génome humain et la création de nouvelles espèces distinctes. La cyber adaptation aux nouveaux environnements marquera, a-t-il déclaré, l’ère post humanité.

Le professeur a aussi partagé son inquiétude face au développement de l’intelligence artificielle qui pourrait bientôt permettre aux machines de créer d’autres machines sans intervention humaine. Nos confrères britanniques du quotidien « Telegraph » rappellent que Stephen Hawking a récemment tenus des propos similaires sur l’intelligence artificielle, qui pourrait selon lui mettre l’humanité en danger. Pour Martin Rees, la vision de Hawking est un peu excessive mais ajoute que les robots militaires capables de tirer des balles sont source d’inquiétude.

  • On a testé le road trip en camping-car avec Yescapa !

    Vous rêvez de prendre la route des vacances à bord d’un van ou d’un camping-car ? La start-up Bordelaise Yescapa nous a proposé de vivre une expérience inédite sur les routes du Médoc Atlantique. Réservation, assurance, prise en main du […]


Nos dernières vidéos

  • Emmanuel Bouillon

    Ben moi, j’ai hâte !

  • Jocelyn Beaudry

    Très bon article mais je croirais plutôt qu’il ne faudrait pas avoir peur, et ce, même si les termes dans cet article peuvent nous impressionner. Je ne serais pas cependant pour les IA, pour leur promotion, pour le post ni transhumanisme, pour l’humanisme (radical), pour ce que l’on voudra, je serais plutôt pour monsieur et madame tout-le-Monde (nos contemporains) qui souffrirait peu ou beaucoup à tous les jours, se limitant à constater les faits et qui aurait besoins de ces IA, justement.

    Pour la vie ailleurs, elle serait effectivement évoluée ou non tout en pouvant exister préalablement. Si elle le serait évoluée, on ne pourrait pas se demander si étant tellement peu intéressant pour elle, elle ne pourrait pas nous reléguer aux oubliettes? Il pourrait y avoir effectivement et cependant discontinuité entre nous et les extraterrestres et là serait tout le danger (être débranché d’une certaine réalité). Mais les probabilités semblant tellement infinitésimales, on pourrait se demander si elle pourrait vraiment essayer de nous envahir tout en ayant quelque intention belliqueuse que ce soit à notre endroit. Par conséquent, ne pourrions-nous pas dire autre époque autre moeurs mais aussi autre planète autre gestion? Pensons-y bien par deux fois je me dirais en sans passer quelque étape (cybernétique) comme en brûler.

    Pour le passage de l’uni au multicellulaire, il ne faudrait pas comme dirait l’expression sociologique connue sauter du coq à l’âne (IA, IN, IE) déjà précisé dans quelques références ci-bas et à plusieurs égards (être incohérent). Les raisons? Ces IA feraient toujours référence à de la matière synthétisée par l’homme (inorganique), elles seraient toujours aussi peu nombreuses dans des domaines reliés au monde du travail (moins des 47 % annoncés), elles pourraient toucher que quelques domaines des innombrables activités humaines, elles auraient bel et bien été programmées par l’homme et non l’inverse comme à son image (en fonction de ses propres besoins), elles pourraient être largement contrôlées à travers le temps par habituation comme déconnectées ou contaminées par l’homme, et ce, même dans une vidéo amplement catastrophiste mentionnée ici-bas, etc.

    Pour résumer, j’aurai souvent fait allusion à la mauvaise gestion <> des IA directement comme indirectement et fait référence au fameux Principe de précaution. Ce serait là où serait le nerf de la guerre comme en fonction des axiomes qui pourraient la fonder comme la définir (une fois pour toutes). Si nous manquerions de vigilance, d’exhaustivité et de pérennité, ce serait bien par conséquent parce que, entre autres et tel que mentionné dans… nous ne serions pas branchés sur les besoins concrets de gens dans tous les domaines si nous penserions au monde du travail, au loisir, à la santé, à la sécurité, etc. comme à toutes leurs déclinaisons (en étant terre à terre et rigoureux).

    Si le lectorat serait intéressé par YouTube et les IA, j’aurais laissé quelques commentaires à mon nom sous (en aucun ordre) : Intelligence artificielle : Le règne des robots, Intelligence artificielle : faut-il tout arrêter?, Bioéthique / La mort de la mort, Vers le post-humanisme? Forum européen de Bioéthique, La révolution transhumaniste, améliorer l’homme, Xénius – L’homme rendu superflu par l’intelligence artificielle, et d’autres références déjà incluses dans ces dernières.

    Merci d’avoir lu cher lectorat.

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Wkikileaks dévoile l'existence du programme Grasshopper de la CIA
Grasshopper: encore un nouveau logiciel d’espionnage utilisé par la CIA

Wikileaks a dévoilé un nouvel outil de la CIA, utilisé plusieurs années pour pirater les PC fonctionnant sous Windows. Une...

Fermer