SimCity Social : ouverture de l’open beta sur Facebook

L’éditeur américain Electronic Arts poursuit son ascension sur Facebook en déployant une version sociale de son city builder SimCity. Annoncé lors de l’E3 dernier, SimCity Social rejoint donc The Sims Social et s’oppose à une pléthore de jeux du même genre, à commencer par CityVille de Zynga.

L’éditeur américain Electronic Arts poursuit son ascension sur Facebook en déployant une version sociale de son city builder SimCity. Annoncé lors de l’E3 dernier, SimCity Social rejoint donc The Sims Social et s’oppose à une pléthore de jeux du même genre, à commencer par CityVille de Zynga. Pas de bouleversement particulier, SimCity Social opte pour un modèle économique identique à celui des Sims avec des micro-paiements allant de 4 à 80 € environ.

Étonnamment, nombreux étaient les « vrais » joueurs à vouloir s’y essayer suite à sa présentation. Il faut admettre qu’EA a été particulièrement méticuleux en conservant les grands fondamentaux de la série.

Visuellement aguicheur avec son rendu coloré et cartoonesque, SimCity Social s’appuie comme on pouvait s’en douter sur les ressources de Facebook, à savoir votre entourage. En faisant appel à lui pour parvenir à vos fins ou en vantant votre dernier exploit via un statut, vous pouvez être sur que vos amis ne seront pas épargnés. Les équipes de développement derrière le projet le savent, l’objectif est de gagner en visibilité et inciter à lancer une partie. Pour se faire, les développeurs n’y sont pas allés par quatre chemins, chaque avancée dans le jeu peut être partagée sur sa timeline. Les bougres jouent même sur l’inexpérience de certains en cochant par défaut la case vouée au partage…

Les fans de la première heure ne seront pas dépaysés par ce SimCity Social qui, une fois n’est pas coutume, vous catapultera maire d’une ville réclamant toute votre attention. Je vous le disais, le concept reste inchangé, vous serez amené à déployer des habitations, des usines, des fermes ou autres commerces, le tout relié par des portions de route disposées par vos soins. Vous pourrez interagir avec la majorité des bâtisses pour y récolter toutes sortes d’items, items qui permettront d’accroître la productivité de vos business. L’humour de la série est lui aussi de retour avec notamment des « cadeaux » à déposer chez vos voisins (vos amis) en guise de bonne (passage de montgolfières, de nuages de diverses formes, etc) ou mauvaise entente (lâché de déjections de mouettes, etc), c’est au choix. Enfin, on peut aussi souligner l’humeur de certains de vos habitants (représentés par l’avatar de vos amis ayant commencé ou non une partie) qui vous aiguilleront sur certaines de vos directives, ou encore des départs d’incendie ou de criminalité qui nécessiteront votre réactivité et un bâtiment adéquate (caserne, poste de police, etc) à proximité.

simcity social facebook

Voilà quelques exemples d’actions possibles dans cette open beta de SimCity Social. Bien que le premium soit omniprésent dans le jeu, pouvant gâcher l’expérience de jeu pour certains, j’ai rarement noté un tel engouement du côté des joueurs pour un social game. On sent une vraie volonté de la part d’EA de vouloir faire les choses bien. L’éditeur a bien compris que le social gaming était un marché prolifique, aux mêmes titres que les productions AAA ou les applications mobiles…

Si vous aussi vous souhaitez perdre toute vie sociale en construisant la ville de vos rêves, c’est par là que ça se passe.


Nos dernières vidéos

5 commentaires

  1. Pour faire simple je déteste ce genre de jeu Facebook ou soit faut payer constamment pour avancer soit avoir beaucoup d »amis » et les spammed comme un gorret pour évoluer dans le jeu. Bref poubelle ! Je préfère aller jouer sur les autres sim City !

  2. Pingback: SimCity Social : ouverture de l’open beta sur Facebook « I am a Bridge (Hugues Rey Blog)

  3. Oula… Je sens venir les 50 notifications d’invitations à jouer par jour… Donc d’accord avec Nora, je préfère jouer en dehors de FB !

  4. Une application de plus à bloquer pour ne pas être spammé…

    Pourquoi vouloir faire comme tout le monde la course sur Facebook quand on est leader sur un marché rentable ?
    Surtout quand l’on sait que la durée de vie de ces jeux est d’environ 6 semaines (cf Zynga)…

    Je ne donnerais pas ma carte bleue pour acheter de l’éphémère… Je suis client pour un bon vieux jeux à installer et à ré installer dans 10 ans pour se rappeler les bons moments passés. (Petite pensée pour Diablo II, qui a perdu son aptitude à me faire jouer sur Diablo III)

  5. Mince, bientôt le web ne se déclinera qu’en 3 ou 4 applications/anciens sites web du style facebook, notre vie sera gérée en temps réelle par la matrice.

Send this to a friend