Spotify lui aussi visé par une plainte pour discrimination

Après plusieurs autres entreprises, c’est au tour de Spotify d’être visé par une plainte l’accusant de discriminer ses employés selon leur genre.

Spotify discrimination

© Unsplash / Heidi Sandstrom

Datée du 18 septembre, une plainte déposée par l’ancienne responsable commerciale de l’entreprise, Hong Perez, affirme que Spotify met à l’écart ses employés de sexe féminin au profit des hommes. Selon le document déposé à la Cour suprême de New York, la plateforme de streaming payerait moins bien les femmes que les hommes alors que les postes sont similaires. La plainte de Perez fait également état de voyages dont les femmes seraient écartées afin que les employés puissent se rendre dans les clubs de strip-tease entre hommes.

Comme l’explique Variety, Hong Perez allègue que Brian Berner, chef des ventes US, aurait organisé plusieurs « boys trip » (que l’on pourrait traduire par « voyages entre mecs ») -explicitement appelé de cette façon en interne- au Sundance Film Festival de 2016 et 2017. Drogue et violence auraient également fait partie du voyage puisqu’au moins un des employés serait battu durant l’une des incartades. Néanmoins, aucun des participants n’a été sanctionné pour son comportement durant le séjour.

> Lire aussi :  Vous pourriez bientôt avoir une playlist basée sur votre ADN

De la même façon, un autre dirigeant de l’entreprise aurait été promu à un meilleur poste alors que celui-ci était la cible d’accusation de harcèlement sexuel. La plainte évoque également des voyages dans des clubs de strip-tease à Atlanta ainsi qu’un directeur financier déclarant en public ne pas se soucier de la diversité dans l’entreprise. Enfin, c’est également le salaire qui est au centre de la plainte, puisque les femmes seraient moins payées que les hommes, à travail égal.

Spotify nie les accusations de discrimination

Pour sa part, l’entreprise a nié les accusations en expliquant : « Chez Spotify, nous ne tolérons aucune forme de discrimination à quelque niveau que ce soit. Bien que nous ne puissions pas commenter les détails spécifiques d’un litige en cours, ces réclamations sont sans fondement ».

Pour rappel, la compagnie suédoise n’est pas la seule à être visée pour discrimination sexiste. Durant ces derniers mois ou années, Google, Uber, Nike, Magic Leap, Alibaba, Tencent et d’autres ont été accusés de pratiques similaires. Dans une enquête qui a donné naissance à un ouvrage sur le sujet, la journaliste Emily Chang évoque la culture « bro », très masculine et fraternelle, qui règne dans les entreprises issues du secteur de la technologie. Des compagnies qui, pourtant, se présentent comme étant moderne et avant-gardiste.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.