Sprout : des montres biodégradables !

Vous vous sentez l’âme d’un écologiste ou souhaitez en avoir l’air, histoire de frimer un peu lors de réunions de famille ou de repas entre amis ? Ou encore pour « montrer » à votre entourage que vous êtes, malgré tout, une personne soucieuse de l’état actuel de notre si belle planète ? Alors, les montres biodégradables Sprout devraient vous plaire.

Vous vous sentez l’âme d’un écologiste ou souhaitez en avoir l’air, histoire de frimer un peu lors de réunions de famille ou de repas entre amis ? Ou encore pour « montrer » à votre entourage que vous êtes, malgré tout, une personne soucieuse de l’état actuel de notre si belle planète ? Alors, les montres biodégradables Sprout devraient vous plaire.

Bien qu’il soit difficile de faire la différence, à l’œil nu ou pas, entre cette gamme de montres biodégradables conçue par Sprout et une gamme classique (non biodégradable), les montres Sprout vous donnerons toutefois la sensation de participer, certes de façon modeste, mais de participer quand même à la protection de notre terre.

Plutôt tendances, ces montres, dont les prix varient de 30 à 75 $ selon le modèle, sont (de 80 à 93 %) composées de produits biodégradables tels que le coton, le bambou, la résine, ou encore de cristaux minéraux… Du rose au noir, en passant par le vert et le jaune, Sprout propose un panel de coloris assez étendu qui ravira sans aucun doute les amateurs de couleurs « flashy », mais aussi les autres.

Même s’il est certain que le but premier du fabricant est de surfer sur la vague écolo, quelques questions se posent tout de même et je vous invite d’ailleurs à y répondre : êtes-vous sensibles à ce genre d’initiative ? Si oui, vous laisseriez-vous tenter par l’une de ces montres ?


Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. Oui, j’y suis sensible. En même temps, là c’est du marketing exagéré.
    D’une part, il me semble que l’écologie, c’est pas de faire du biodégradable, mais plutôt de faire du réutilisable et réparable.
    Ensuite, Ce mot biodégradable m’énerve un peu parce qu’on oublie souvent de le lier à la notion de temps. Ben oui, un mégot, une huile moteur usagée ou ce que vous voulez, c’est biodégradable. Le tout est de savoir si c’est en 3 jours ou en 10000 ans. Heureusement, un coup d’oeil à leur site corrige la donne : 99% biodégradable en 365 jours.

    Ensuite, c’est une belle perf technique, et pourquoi pas. Le prix n’est pas exorbitant, et si elle sont sympas en vrai (les photos…).
    Et c’est toujours mieux qu’un modèle bas de gamme tout plastique.

  2. Dans la catégorie des billets sur les montres que pensez-vous de la 1er tombola de montres de luxe. Un site qui offre 1 chance sur 1000 minimum avec une mise variant de 3 à 10 euros et plus de gagner une montre de luxe suisse neuve.

  3. J’y suis sensible… mais il faut avouer que je me pose une question : si la montre est biodégradable en 365 jours, que se passe-t-il quand on la porte au bras tout le temps et qu’on prend la pluie et le vent ?

    J’ai peur qu’elle s’use très vite ! Ce qui est normal mais juste absurde, on remplacerait alors le jetable par du biodégradable… (qui se jette tout autant).

    Au final je ne pense pas acheter un tel produit. Je préfère une belle montre en métal, solide, réparable, qui dure toute la vie plutôt qu’une montre « plastoc » qui va me durer deux ans.

    Après comme ça a déjà été dit, si c’est pour remplacer une montre bas de gamme plastic, c’est toujours mieux…

  4. Je ne sais pas qui a encore besoin d’une montre de nos jours, moi je regarde l’heure sur mon téléphone comme tout le monde.

  5. Je rejoint Camille, rien ne vaut une montre solide qui durera des dizaines d’années.
    Mais pour les fanas de mode, qui ne la garderont de toute façon que quelques mois, c’est une initiative intéressante.
    Sprout, en plus d’avoir un nom marrant, semble avoir une véritable démarche environnementale, sans pour autant se prendre pour ce qu’elle n’est pas (« We do not claim to be the greenest company around but we are environmentally aware »).

  6. L’écologie est vraiment devenu un moyen de plus de vendre qui prouve encore que les marques nous prennent pour des pigeons en nous racontant de belles histoires pour nous convaincre…

  7. Je suis complètement d’accord avec Camille. Ca m’a tout l’air d’une montre à durée de vie (très) limitée. Si elle est biodégradable à 99% en un an, je me demande combien de mois (semaines ?) elle est utilisable ? Il suffit de pas grand chose pour qu’une montre à aiguille perde de sa fiabilité, et donc de son utilité. Alors OK, pourquoi pas l’acheter comme montre « accessoire-fashion-jetable »… Mais dans ce cas, le prix me paraît un peu élevé…

  8. mmm, la question est bonne… mais c’aurait été se tirer une balle dans le pied que de proposer des montres qui vont s’autodétruire à votre poignet
    je pense que la biodégradabilité n’intervient qu’en présence de certaines bactéries, ce que semble confirmer le descriptif du site :

    It will not break down during regular wear and use. In a compost environment, corn resin is 99% biodegradable to carbon dioxide and water within 365 days.

  9. C’est effectivement (selon moi) comme on peut le lire dans la présentation, un effet marketing.

    Le fabricant veut surfer sur la vague verte pour exploiter des parts de marchés, sinon nous aurions des indications plus précises sur les matériaux (provenance, energie grise, impact carbonne etc…) et surtout sur les méthodes et les LIEUX de fabrication. Une montre éco-conçu c’est déja un beau progrès mais ce n’est pas suffisant!

    Une montre éco-conçu pour moins de 100euros (voire 30euros pour certaines) ne peut pas être fabriquée en france ou aux Etats Unis, mais sous traitée en Asie ou en Afrique.
    D’où : Exploitation de sous-traitants dont on ne décris plus les conditions de travail (ici on afficherais fièrement « made in france » ou « commerce équitable » si c’était le cas…)

    Toutes les données sont importantes dans l’éco-conception, mais le lieu et les méthodes de fabrication sont des données parmis les plus essentielles pour les consommateurs!

    Je suis donc partagé voir déçu par ce projet qui était apparement pourtant bien parti.
    Je n’ai pas fait de recherches approfondies donc vous pourrez peut être me dire preuve à l’appui que je me troupe mais voilà ce que je ressent en ayant lu cet article. Toute critique (constructive) est la bienvenue ; )

Send this to a friend