Suivez-nous

Objets connectés

Test des Bose Frames : de la musique plein les yeux

En théorie, les lunettes audio Frames de Bose devraient contenter les allergiques aux écouteurs. Qu’en est-il en réalité ? Lisez notre test pour le savoir !

Publié le

 
Bose Frames
© Presse-citron

On connaît Bose pour ses enceintes et ses casques, moins pour ses lunettes audio. Baptisée Frames, la gamme est apparue fin 2018. Si elles n’étaient pas parfaites, elles avaient alors l’avantage de proposer une alternative intéressante à la technologie de conduction osseuse proposée par les autres acteurs de ce marché de niche. Disponible depuis quelques mois, la seconde génération de Frames vient compléter la première sans la remplacer. Peut-on raisonnablement investir 280 € dans une paire de lunettes audio ? C’est une excellente question à laquelle nous allons répondre dans ce test !

Un design dans l’air du temps ?

Aux désormais classiques Rondo et Alto de la première génération s’ajoutent les Tenor, Soprano et Tempo, cette dernière étant plus spécifiquement dédiée aux activités sportives. On en détaillera les spécificités un peu plus loin.

Tenor et Soprano se différencient essentiellement par la forme de leur monture : la première est de type papillon tandis que la seconde est nettement plus carrée. Pour ce test, nous avons reçu Tenor.

Bien qu’elles paraissent massives de prime abord, les Frames s’avèrent étonnamment légères. Fait de nylon à la finition soignée, Tenor pèse moins de 50 grammes tout compris (contre une trentaine de grammes pour des Ray Ban équivalentes). La monture rappelle irrésistiblement celles des best-sellers de Ray Ban et Vuarnet. La qualifier de « classique » est ici parfaitement justifié… et l’on ne s’en plaindra pas tant le résultat est convaincant.

Belles finitions

La finition noire brillante s’avère aussi discrète qu’élégante. Les haut-parleurs, l’électronique et la batterie sont répartis dans les branches, expliquant ainsi l’aspect massif que nous avions remarqué. Celle de droite dispose sur sa face intérieure d’un connecteur de charge magnétique et d’une touche mécanique. Remarquons enfin la présence de petites grilles sous les branches. Ce sont elles qui laissent passer le son produit par les haut-parleurs intégrés et qui doivent empêcher la monture d’être étanche.

Bose Frames

© Presse-citron

Bose a conçu ses montures afin d’autoriser simplement le changement de verres. Le constructeur propose d’ailleurs en option des versions colorées, histoire de coller avec votre look du moment. Les verres sélectionnés sont de bonne facture et équipées d’un revêtement polarisé.

Ils filtrent 99 % des UVA/B et disposent d’un indice VLT de 20 % (Le VLT, ou Visual Light Transmission, définit l’opacité des verres : 20 % correspond à un indice optimal pour des lunettes de soleil).

Bose Frames

© Presse-citron

Plus prosaïquement, on pourra aussi remplacer par des verres fournis par des modèles adaptés à la vue de l’utilisateur. Et pour tout dire, c’est ce que nous avons fait dans le cadre de ce test !

Agréables à porter, bénéficiant d’une jolie finition et d’une légèreté appréciables, la Tenor bénéficie d’une excellente qualité de construction. Le classicisme intemporel de la monture ne permet pas de dire qu’elles ne sont pas plus dans l’air du temps que ringardes. Bref, un produit discret et élégant.

Une ergonomie intuitive ?

On l’a rapidement évoqué plus haut, la monture accueille sur sa branche droite une touche mécanique. Celle-ci sert autant à la mise sous tension, le contrôle de la lecture ou la prise d’appel téléphonique.

Elle se manipule exactement comme celle équipant la grande majorité des écouteurs filaires. On ne sera ainsi pas vraiment dépaysé lors de la prise en main initiale. Le constructeur a aussi prévu un mode d’extinction rapide : il suffit de les poser à l’envers sur une surface plane.

Tactile

Le principal reproche ergonomique adressé aux modèles précédents était l’absence de contrôle du volume. Bose a remédié à cela en rendant la branche droite tactile. Il suffit de l’effleurer vers l’avant ou vers l’arrière afin de régler le volume sonore. Un appui long invoque quant à lui l’assistant vocal du smartphone.

L’application compagnon Bose Music fournit quant à elle les fonctions essentielles : appairage des lunettes (jusqu’à six sources peuvent être mémorisées, mais impossible de se connecter à deux en même temps), réglage des paramètres essentiels et surtout mise à jour du firmware. À ce sujet, on ne saurait trop vous conseiller d’effectuer l’opération dès qu’elle est proposée.

Certes, l’opération est longue, mais elle en vaut le plus souvent la peine. Celle qui nous a été proposée pendant les 9 semaines qu’a duré ce test a drastiquement augmenté la stabilité de la liaison Bluetooth.

Etui de charge manquant

Même si Bose a fait de gros progrès, tout n’est pas encore parfait en matière d’ergonomie. La charge s’effectue uniquement à l’aide d’un câble magnétique propriétaire que l’on relie au connecteur se trouvant sur la branche droite de la monture. Si vous perdez le câble, ou si vous êtes loin d’une alimentation USB, impossible d’écouter vos playlists préférées.

Bose Frames

Le connecteur magnétique propriétaire et son câble © Presse-citron

Pourquoi diable ne pas avoir équipé l’étui d’une batterie afin d’assurer la charge lorsque les lunettes sont rangées, comme c’est le cas pour les écouteurs sans fil (y compris ceux de Bose) ? Et pourquoi conserver le connecteur magnétique désormais remplacé par un USB-C traditionnel sur les Tempo ?

Si l’ergonomie est effectivement intuitive, elle nécessite encore des améliorations sur certains aspects que le constructeur juge sûrement secondaires. Peut-être que tout cela changera avec une hypothétique troisième génération ?

Une qualité sonore vraiment au top ?

Bose a équipé les Frames de sa technologie Open Air Audio afin de créer un son de qualité. En quoi consiste-t-elle ? Impossible de le savoir, le Yankee refusant obstinément de communiquer sur les caractéristiques techniques de ses produits. Il justifie cela en expliquant que seul le résultat compte, le reste est secondaire…

Aussi énervant que soit ce comportement, force est de reconnaître que les deux haut-parleurs logés dans les branches effectuent un boulot remarquable. Le son bénéficie d’un rendu et d’une profondeur appréciables, même si les basses sont un peu en retrait.

Biens, mais pas parfaites

La distance séparant chaque haut-parleur du conduit auditif permet toutefois à votre entourage de percevoir la musique écoutée ou votre conversation téléphonique. Les micros ont été repensés afin de mieux capter le son lors d’un appel téléphonique. Tout se passe bien jusqu’à ce que l’on prenne un appel dans une zone très venteuse ou en faisant du vélo : votre voix sera alors plus difficile à percevoir par votre interlocuteur.

Bose Frames

© Presse-citron

L’un des gros avantages des Frames est qu’elles ne coupent pas l’utilisateur de son environnement lors de l’écoute musicale (à condition de ne pas mettre le volume à fond). Nous avons pu faire du vélo en ville sans craindre d’avoir un accident, ce qui n’est pas toujours le cas avec des écouteurs traditionnels.

Sans égaler la qualité sonore d’un casque ou d’écouteurs intra-auriculaires, les Frames de seconde génération produisent un son appréciable. Sa qualité est nettement supérieure à celle procurée par les modèles à conduction osseuse. On perd tout de même en discrétion, l’entourage proche pouvant percevoir le son produit.

Une autonomie en hausse ?

Bose annonce une autonomie de 5 h 30, soit deux heures de rab’ par rapport à la génération précédente. Nos tests confirment à peu de chose près cette valeur puisque la batterie a tenu un peu plus de cinq heures avant de déclarer forfait. Afin d’obtenir ce résultat, nous n’avons pas abusé des conversations téléphoniques (pas plus de 30 minutes) et écouté de la musique à un volume raisonnable, variant entre 50 et 70 % du maximum.

L’autonomie est donc incontestablement en hausse. Et même si on se répète, on aurait tout de même préféré trouver dans l’étui une batterie rechargeable afin de tenir plus longtemps sans avoir à chercher un adaptateur électrique. Bose le fait bien pour ses écouteurs intra-auriculaires, mais aussi pour une déclinaison de son magnifique casque Headphones 700  : pourquoi pas pour des lunettes ?

Tempo, un modèle dédié au sport

Si les Tenor et Soprano sont très proches au niveau technique, la Tempo s’avère différente sur quelques points importants. Elle est avant tout dédiée aux activités sportives, ce que confirme son look nettement plus moderne. Si l’on retrouve la zone tactile équipant ses soeurs, on remarque un embonpoint un peu plus prononcé.

Celui-ci est en grande partie dû à la présence de haut-parleurs plus puissants afin de rester audibles lors d’une pratique sportive. Notons aussi la présence de branches aux extrémités recouvertes d’une gomme caoutchouteuses et bien plus souples. Elles enserrent avec plus de conviction la tête de l’utilisateur, minimisant le risque de chute lors d’actions mouvementées.

Pas de changement au niveau de l’autonomie, mais on apprécie grandement la disparition du connecteur magnétique nécessitant un câble de charge propriétaire. Il est ici remplacé par un port USB-C conventionnel. Pourquoi ne pas en avoir fait de même sur les autres modèles ?

Enfin, Tempo dispose d’un mécanisme de réduction du bruit ambiant lors d’un appel téléphonique. La voix de l’utilisateur est alors plus perceptible en cas de déplacement rapide (course ou vélo, par exemple) ou de vent.

Ce qu’on pense des Frames de Bose

La seconde vague des lunettes audio de Bose va incontestablement dans le bon sens. Si le design reste toujours aussi soigné, on apprécie l’apparition d’une zone tactile afin de contrôler le volume, l’augmentation non négligeable de l’autonomie électrique ainsi que la qualité du son produit. Il ne manque plus qu’un étui de recharge ainsi qu’une étanchéité à l’eau pour qu’elles soient parfaites… ou presque !

Bose Frames

279,95 €
8.2

Design et ergonomie

8.5/10

Fonctionnalités

8.0/10

Autonomie

8.0/10

Qualité audio

8.5/10

Rapport qualité-prix

8.0/10

On aime

  • Ergonomie réussie
  • Qualité audio
  • Autonomie en hausse

On aime moins

  • Pas d'étanchéité
  • Câble de charge propriétaire
  • Pas d'étui de charge
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Michel Coulon

    8 juillet 2021 à 11 h 40 min

    Design et ergonomie

    2.5

    Fonctionnalités

    8

    Autonomie

    9

    Qualité audio

    9

    Rapport qualité-prix

    6

    On oublie le plus important dans l’article est “le confort”.
    Les lunettes sont lourdes, pas de coussinets au niveau du nez, pas de caoutchoux au niveau des branches qui tiennent les lunettes correctement sur la tête.
    La monture en plastique douteuse loin des standard Ray-ban au autres.
    Les verres de mauvaises qualité qui offrent de mauvais reflets.
    Et pas de verres neutre transparant ou anti-lumière bleu pour le bureau par example sauf si on en commande sur un site tiers aux USA.

    Donc je suis fan de Bose mais leur lunettes sont vraiment CHEAP au niveau confort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *