Test de la semaine : Prizm, une nouvelle façon d’écouter la musique

Projet Kickstarter, Prizm est en test sur Presse-citron. Ce lecteur audio intelligent qui prend la forme d’une pyramide apprend à vous connaître pour vous proposer la playlist idéale. Le pari est-il réussi ?

Prizm

Présentation

En 2014, une curieuse pyramide faisait son apparition sur Kickstarter. Son nom ? Prizm. Le projet intrigue et le succès est au rendez-vous puisque Prizm récolte plus de 160 000 dollars alors que l’objectif était de 70 000 dollars.

Mais au fait, c’est quoi Prizm ?

Une sacrée performance qui permet au petit lecteur audio intelligent de se faire connaître et de susciter l’attente. Il faudra toutefois être patient avant de mettre la main sur le précieux Prizm. Annoncé pour le mois de juin 2015, le produit n’arrivera qu’un an plus tard pour les contributeurs du projet et début 2017 pour tous.

La conception du produit a pris du temps et l’équipe derrière le projet en a profité pour ajuster sa copie. Exit les services de streaming qui viennent se connecter à la pyramide, Prizm propose son propre catalogue pour 39,90 euros par an. À noter qu’en achetant le Prizm, on profite directement d’un an d’abonnement.

Prizm annonce « plusieurs millions de titres » et va apprendre vos goûts musicaux, ainsi que ceux des autres personnes situées dans la pièce, pour vous proposer la meilleure playlist possible. Pour être la plus précise possible, la petite pyramide utilise l’heure de la journée, le jour de la semaine, le nombre d’utilisateurs ainsi que le volume sonore.

Une idée étonnante et séduisante sur le papier, mais qu’en est-il en réalité ? On a testé Prizm, le lecteur audio qui veut rendre le streaming musical plus intelligent.

Design

Le Prizm porte bien son nom puisqu’il prend la forme d’un prisme triangulaire. Pour être un petit peu plus précis, le Prizm est un tétraèdre, une forme séduisante et peu commune pour un lecteur audio.

Moderne, voire futuriste, le Prizm est un produit qu’on n’a pas envie de cacher et cela tombe bien puisqu’il est amené à trôner fièrement près de votre installation audio.

À l’avant, on retrouve un discret bouton Play/Pause, en bas d’une bande noire où l’on retrouve le + et le – . Il suffit alors de faire glisser son doigt vers le bas pour baisser le son et vers le haut pour l’augmenter.

Prizm

Plus en évidence, on retrouve sur un fond blanc les deux boutons principaux du Prizm : un cœur et une croix. Sans surprise, le cœur permet d’indiquer que le morceau nous plaît et un appui long permettra de découvrir d’autres titres de l’artiste. À l’inverse, la croix permet de changer de titre et un appui long indiquera au Prizm de ne plus jamais rejouer ce titre.

À l’arrière, on retrouve la connectique avec une sortie optique (TOSLINK), jack 3,5 mm et l’alimentation (micro USB). À noter que le Prizm peut également se connecter en Bluetooth et est fourni avec une prise jack-jack (3,5 mm) et une prise jack (3,5 mm)-RCA.

Prizm joue la carte du minimalisme avec un design moderne et ce n’est pas pour nous déplaire. Les finitions sont de qualités et si le Prizm se fait sans doute remarquer au milieu de votre installation avec sa forme singulière, il reste très sobre avec ses coloris noirs et blancs. On appréciera également la mise en avant des deux fonctions principales qui s’éclairent lorsque le Prizm fonctionne.

Application

Après avoir branché/connecté son Prizm à ses enceintes, il convient de faire un tour vers l’App Store ou le Play Store pour récupérer l’application Prizm. Cette dernière permet notamment de créer un profil, une étape nécessaire pour orienter le Prizm vers vos goûts musicaux.

L’application nous demande alors d’ajouter des morceaux et le choix n’est pas si évident. En effet, Prizm ne précise pas si ce choix est définitif, si l’on doit s’orienter uniquement vers notre genre favori ou si l’on peut passer d’un genre à l’autre sans risque de se retrouver avec une sélection totalement déconnectée de nos goûts de départ. On aimerait également pouvoir sélectionner des artistes ou un genre musical et pas uniquement des morceaux.

Finalement, cette étape permet juste au Prizm de commencer avec une sélection, mais on peut rapidement et facilement réorienter le Prizm.

Concernant l’application, on se retrouve avec une interface claire avec toujours nos deux boutons « Coeur » et « Croix » mis en évidence.

On retrouve l’esprit Prizm avec une prise en main facile et une application qui va droit à l’essentiel. Encore jeune, on a rencontré quelques bugs durant notre test sous Android (crash, latence) et pu constater que l’équipe travaille sur son amélioration (arrivée de la notification de contrôle pendant notre test).

Utilisation/Fonctionnalités

Prizm est un lecteur audio intelligent qui s’adapte à nos goûts musicaux.  Les algorithmes de découverte ont donc besoin de mieux nous connaître pour gagner en précision et proposer la meilleure playlist possible. La recette est simple, plus on passe de temps avec le Prizm, plus ce dernier sera précis.

Comment fonctionne Prizm ?

La petite pyramide possède son propre catalogue, mais il n’est pas question ici de venir se servir. On indique au Prizm ce qu’on aime écouter et ce dernier se charge de trouver des morceaux susceptibles de nous plaire, l’approche est donc très différente de ce qu’on peut retrouver chez Spotify, Apple Music ou Deezer.

Cette décision est assez déroutante lorsqu’on découvre le Prizm, il peut en effet être frustrant de ne pas pouvoir choisir un morceau en particulier, mais l’équipe assume ce parti pris et c’est finalement plutôt bien vu.

Plus qu’un service de musique à la demande, le Prizm permet de découvrir de nouveaux morceaux et de parfaire son éducation musicale. On retrouve évidemment des classiques et morceaux très connus, mais la pyramide met davantage en avant la notion de découverte.

Comme pour la création de profil, on regrette le manque de possibilité pour orienter le Prizm. On peut uniquement suggérer un titre via l’application et l’algorithme se charge de trouver ce qui pourrait nous correspondre. Prizm nous a expliqué qu’une mise à jour permettant de sélectionner un genre musical devrait arriver très prochainement.

À noter qu’on peut quand même choisir quelques morceaux en les « likant ». L’application regroupe nos likes et l’on peut les réécouter directement.

Enfin, en connectant son smartphone à son Prizm, on peut aussi utiliser la pyramide comme un récepteur Bluetooth. On peut alors faire lire au Prizm un morceau en particulier stocké sur son smartphone ou chez son service de streaming musical.

Le Prizm face aux plateformes de streaming musical

Objet connecté, le Prizm propose un service de streaming musical à 39,90 euros par an. Ce dernier permet d’accéder à son catalogue et de nombreux utilisateurs vont sans doute se demander si Prizm est plus intéressant qu’un abonnement chez un service de musique en streaming.

Les deux services se complètent plus qu’ils ne se concurrencent. En effet, le point fort d’un Spotify ou Deezer est de pouvoir accéder à un catalogue très riche et varié et de choisir le morceau ou la playlist que l’on souhaite écouter. Hors promotion et tarif spécial, il faudra débourser 9,99 euros par mois pour en profiter.

Chez Prizm, on mise sur l’intelligence de la petite pyramide et on laisse les algorithmes travailler pour nous proposer une playlist susceptible de nous plaire. Le but ultime de Prizm étant d’anticiper LE morceau qu’on voudrait écouter à un moment précis. Outre la pyramide à 149 euros, il faudra débourser 39,90 euros par an (soit 3,32 euros par mois) pour accéder au catalogue (1 an d’accès au catalogue musical inclus lors de l’achat du Prizm). Si l’abonnement est plus abordable, c’est parce que Prizm ne propose pas d’option de musique à la demande.

Reste l’argument des playlists intelligentes ou Daily Mix qui se basent sur l’historique d’écoute. Un système de recommandation qui se rapproche un peu plus du Prizm, mais les résultats et l’approche restent très différents.

Au final, le Prizm propose une expérience d’écoute différente, mais ne se substitue pas aux services de musique en ligne.

Et lorsque l’abonnement se termine ?

L’abonnement à Prizm n’est pas obligatoire et si on ne souhaite pas continuer, on pourra toujours utiliser la petite pyramide. En effet, plutôt que de piocher dans son catalogue, le Prizm ira voir du côté des webradios pour continuer à proposer du contenu selon nos goûts musicaux.

Conclusion

De par son design et son concept, le Prizm brille par son originalité. Plutôt que de venir concurrencer les services de streaming musical, le Prizm propose une autre approche d’écoute musicale, basée sur la découverte et l’apprentissage. Au fil de son utilisation, la pyramide va apprendre nos goûts musicaux et nous proposer une playlist susceptible de nous plaire et c’est le cas.

Le Prizm s’en sort très bien et on prend un réel plaisir à enchaîner les morceaux, le tout très facilement. On aime aussi le design soigné et le petit côté futuriste de cette pyramide connectée.

Néanmoins, le fait de ne pas pouvoir choisir un morceau risque de frustrer plus d’un utilisateur. Certes cela permet de faire du Prizm un produit à part et de se démarquer de ce que propose un Chromecast Audio par exemple, mais il sera difficile de se passer d’un service de streaming musical traditionnel.

Le Prizm est proposé au prix de 149,00 euros.

J’aime

  • le concept intéressant, on laisse Prizm trouver les morceaux susceptibles de nous plaire
  • la pertinence des morceaux proposés
  • la facilité d’utilisation
  • le design original
  • utilisable sans abonnement (via les webradios)

J’aime moins

  • ne remplace pas complètement un service de musique en ligne (impossible de choisir un morceau à écouter)
  • la création de profil (Prizm nous a indiqué travailler sur son amélioration)
  • le manque de possibilité pour orienter Prizm (on peut uniquement suggérer un titre pour le moment)

 


Nos dernières vidéos