Suivez-nous

Tests

Test MacBook Air M1 2020 : ceci est une révolution

Fin 2020, Apple a lancé trois nouveaux ordinateurs pour inaugurer sa puce M1. Le MacBook Air en fait partie. Voici notre test complet.

Publié le

 
test macbook air m1 ecran
© Presse-citron

Nouvelle puce pour une nouvelle vie. Fin 2020, Apple annonçait la puce M1, la première de la famille Apple Silicon. Pour démontrer tout le potentiel de sa puce maison, l’américain a donc lancé trois ordinateurs propulsés par la M1 : un Mac mini, un MacBook Pro et un MacBook Air.

Ce dernier est le plus populaire des ordinateurs d’Apple. Lors de son keynote, Tim Cook annonçait même que la moitié des Mac vendus dans le monde (environ 6% du marché global) étaient des MacBook Air.

En y intégrant la puce M1, Apple promet de faire du plus fin et du plus mobile de ses ordinateurs un monstre de puissance. De quoi toucher une cible plus large incluant désormais les utilisateurs plus exigeants. Sans pour autant augmenter les prix.

Justement, je fais partie de ces utilisateurs. Équipé de mon MacBook Pro 16’’ avec une configuration musclée, j’ai donc troqué mon fidèle compagnon contre le MacBook Air M1 (8 Go de RAM, 512 Go de stockage). Il m’a accompagné dans un cadre professionnel pour des usages aussi variés que l’écriture, la navigation web, la photographie ou le montage vidéo. Le MacBook Air M1 est-il la révolution attendue ? Réponse dans ce test complet.

Prix et disponibilité du MacBook Air M1

Avec l’arrivée de la puce M1, la gamme MacBook Air M1 gagne en lisibilité. Apple le décline en deux versions incluant 256 ou 512 Go de stockage vendues respectivement 1129€ et 1399€. Le MacBook Air M1 se décline en trois coloris : Gris sidéral (notre modèle de test), Or et Argent. Vous pouvez ponctuellement bénéficier d’une remise entre 50 et 100€ sur chacun de ces modèles. Ci-dessous, les meilleurs prix pour les MacBook Air M1 en fonction de leur capacité de stockage.

Design et connectique : un MacBook Air, tout simplement

Le MacBook Air M1… est un MacBook Air. Voilà. À mon grand regret, Apple ne touche quasiment pas au design de son ordinateur le plus populaire. Le MBA (comme l’appellent les intimes) reste une machine séduisante tout d’aluminium vêtue mais elle traîne un design peu ou prou similaire depuis quelques années. Aussi, accompagner l’arrivée des premières puces Apple d’un petit refresh ne lui aurait pas fait de mal. Dommage.

Le MacBook Air M1 tire donc toute sa personnalité de son format ultra-fin (souvenez-vous de la première présentation de Steve Jobs sortant le MBA d’une enveloppe). Forcément, une grande finesse implique de grands sacrifices, aussi la connectique du MacBook Air M1 reste tout aussi limitée que celle du modèle précédent. Vous devrez donc vous contenter de deux ports Thunderbolt/USB 4 (bordure gauche) et d’un jack 3,5 mm (bordure droite). Il faudra donc rajouter un boitier en supplément pour accéder aux autres ports.

Pas de changements non plus pour le duo clavier-trackpad, confirmé dans notre test du MacBook Air M1. Apple a définitivement tiré un trait sur le clavier papillon et mise donc sur son Magic Keyboard avec les qualités (nombreuses) et défauts (moindres) qu’on lui connaît. Le clavier d’Apple reste une référence sur le marché et ravira les utilisateurs devant enchaîner les heures d’écriture.

test macbook air m1 clavier

© Presse-citron

La seule différence « notable » réside dans la disposition de certaines touches. Si le bouton on/off avec Touch ID conserve sa place, la touche Spotlight (F4), Dictée (F5) et Ne pas déranger (F6) font leur apparition, Apple les estimant plus utiles que les anciennes. Rien à signaler sur le trackpad en lui-même, il est toujours aussi confortable et réactif. Un régal pour la navigation par gestes dans l’interface.

test macbook air m1 touches clavier

© Presse-citron

L’intégration de l’écran Retina 13,3’’ reste elle aussi inchangée, aussi vous devrez encore supporter les larges bandes noires qui l’entourent pendant quelques temps. On est loin du travail de Dell avec son XPS 13 ou de Huawei avec son MateBook.

Finalement, les seules vraies nouveautés du MacBook Air 2020 sont quasiment invisibles. La caméra FaceTime filme toujours en 720p mais elle exploite désormais les algorithmes développés par Apple pour les appareils photo de ses iPhone. Ainsi, la Pomme promet des vidéo-conférences de meilleure qualité tant en environnement lumineux que dans un cadre plus cosy.

J’ai en effet pu constater une légère amélioration par rapport au modèle précédent, mais la caméra FaceTime reste de piètre qualité. Un vrai point noir selon moi alors que le télétravail et les vidéoconférences se démocratisent.

On se consolera avec l’intégration de trois micros pour une meilleure captation du son. Pour le coup, les résultats sont convaincants.

Vous l’aurez compris dans notre test, avec le MacBook Air M1, Apple joue la carte de la continuité (et c’est un euphémisme). Esthétiquement, difficile (pour ne pas dire impossible) de distinguer le MacBook Air M1 de son prédécesseur. Il faudra sans doute attendre l’année prochaine pour voir des changements esthétiques sur ce produit si populaire.

Écran et audio : le Retina encore à l’honneur

Pas de changements non plus du côté de l’écran. La firme de Cupertino mise toujours sur une dalle IPS de 13,3’’ estampillée Retina Display capable d’afficher les contenus avec une définition de 2560 x 1600 pixels. Le constructeur promet que le MacBook Air couvre l’espace colorimétrique P3, soit 25% de couleurs de plus que l’espace sRGB. Enfin, l’écran du MacBook Air M1 est annoncé comme très lumineux (400 nits).

test macbook air m1 semi ouvert

© Presse-citron

Dans les faits, il est difficile de reprocher quoi que ce soit à l’écran du MacBook Air M1. Comme son prédécesseur, il répond parfaitement aux besoins de polyvalence des utilisateurs d’ultrabooks. Il tient aisément la comparaison avec d’autres références du marché, comme le XPS 13 de Dell.

L’écran du MacBook Air M1 brille par la quantité de détails affichés ainsi que son excellente luminosité et une colorimétrie aux petits oignons. Rien de nouveau par rapport au modèle précédent donc. Le MacBook Air est toujours une valeur sûre à la fois comme machine de travail et comme un support multimédia. On aimerait tout de même une version tactile, ne serait-ce que pour les applications de retouche photo par exemple.

Pour ne rien gâcher, Apple soigne la partie audio. Deux haut-parleurs positionnés de part et d’autre du clavier diffusent un son stéréophonique de bonne facture. La compatibilité Dolby Atmos ravira les amateurs de films et séries. Un vrai régal.

Performances et logiciel du MacBook Air M1 : oh my god !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons les promesses de la puce M1. Selon Apple, sa première puce maison gravée en 5 nm (16 milliards de transistors) rend les nouveaux Mac « plus puissants que 98% de leurs concurrents ». Elle regroupe un CPU (8 coeurs), un GPU (8 coeurs) ainsi qu’un Neural Engine (16 coeurs), la RAM et tout un tas d’autres composants promettant des performances de folie.

En quelques chiffres, la puce M1 permet au nouveau MacBook Air de se montrer 3,5 fois plus puissant que son prédécesseur lancé plus tôt dans l’année. Le SSD, lui, est deux fois plus rapide. De quoi rendre ce MacBook Air M1 « 3 fois plus véloce que ses concurrents » promet la Pomme, le tout dans le plus grand des silences. Voilà pour la théorie.

L’intégration de la puce M1 au MacBook Air représentait un défi complexe pour les ingénieurs américains. Comment délivrer des performances impressionnantes dans un espace aussi réduit tout en évitant les problématiques liées à la chauffe ? Un ventilateur révolutionnaire ? Pensez-vous !

Apple a bel et bien conçu son MacBook Air M1 sans aucun ventilateur. Pourtant, ses résultats sur les différents benchmarks sont aussi spectaculaires que ceux du MacBook Pro M1 ou du Mac mini M1 qui sont pourtant bien dotés d’un système de ventilation.

Mais alors, quel est donc le secret d’Apple ? Je le répète plus souvent que de raison, les benchmarks ne sont que des indicateurs de performances à l’instant T. Aussi, ils ne reflètent pas vraiment l’utilisation réelle d’un produit. Cet ordinateur en est la parfaite illustration.

test macbook air m1 ecran

© Presse-citron

Oui, le MacBook Air M1 est un monstre. Il fait tourner les applications les plus exigeantes sans jamais présenter de signes de faiblesse. Dans un silence de cathédrale, j’ai pu basculer entre une vingtaine d’applications au quotidien, dont la plupart ne sont pas encore optimisées pour la puce M1. Rosetta 2 fait donc merveilleusement son travail. Je mets quiconque au défi d’identifier une application optimisée pour la puce M1 d’un logiciel développé pour les puces Intel.

Et je ne fais pas seulement références aux programmes basiques. Adobe Premiere Pro, Photoshop, Lightroom, Slack, Chrome, etc. : tous ces logiciels ne sont pas encore optimisés pour les puces Apple Silicon. Et pourtant, ils tournent comme des horloges. Et ce même si le MacBook Air n’est pas conçu à la base comme une machine de guerre.

En réalité, la principale différence entre ce MacBook Air et ses frères réside dans sa capacité à prolonger l’effort. Oui, le MacBook Air M1 autorise des montages vidéos en 4K, oui il permet de retoucher une multitude de photos, oui il enchaîne parfaitement les tâches sans s’essouffler. Mais pour les usages les plus exigeants (montage, retouche photo, modélisation 3D, etc.) il présente des signes de fatigue après plusieurs dizaines de minute d’exercice.

Ceci s’explique tout simplement par l’absence de ventilateur. Ces usages gourmands en ressources font monter la température. Aussi, il arrive un pic à partir duquel la conception ne suffit plus à dissiper la chaleur. Dans un souci de sécurité la puissance délivrée est bridée ce qui provoque quelques ralentissements.

Si vous êtes un professionnel de la vidéo ou de la modélisation en 3D, un photographe, un graphiste ou tout autre métier nécessitant une utilisation prolongée de logiciels extrêmement exigeants, le MacBook Pro M1 est donc plus recommandable. Pour les autres, le MacBook Air M1 tient entièrement ses promesses et même plus encore.

macOS Big Sur : comme un goût d’iOS

Sans maîtrise, la puissance n’est rien. Pour accompagner sa révolution technique, Apple lance macOS Big Sur, la mise à jour logicielle la plus ambitieuse de ces vingt dernières années.

Les utilisateurs d’iPhone et/ou d’iPad reconnaîtront dès le premier coup d’œil une charte graphique familière. macOS Big Sur s’inspire en effet de l’interface d’iOS : de manière générale macOS est plus minimaliste et brille par ses effets de transparence. Parmi les grandes inspirations d’iOS 14 on a le Centre de contrôle positionné dans le coin supérieur droit. Un clic sur l’horloge ouvre un menu de notifications intégrant les fameux widgets.

Autre nouveauté : le navigateur Safari accueille les favoris en page d’accueil, désormais plus claire et agréable à utiliser. Le navigateur se veut aussi plus sécurisé.

test macbook air m1 macos

© Presse-citron

Apple améliore également l’application Plans : les utilisateurs peuvent maintenant afficher des itinéraires à vélo (pas en France pour le moment) ou planifier leur prochain voyage en créant leur propre guide ou utilisant des services tiers comme le Lonely Planet. Enfin, Messages s’agrémente de quelques options bienvenues comme la possibilité d’épingler une conversation. Les discussions de groupe sont aussi plus claires.

Plus important, macOS Big Sur peut faire tourner les applications développées normalement pour iPhone ou iPad. Problème : le catalogue d’apps disponibles regroupe les programmes perdus dans les tréfonds de l’App Store, les développeurs d’applications populaires (Instagram, Slack etc.) ayant choisi de ne pas se laisser tenter. On peut supposer qu’ils craignent une expérience utilisateur peu intuitive sur Mac, à juste titre.

Pour le reste, macOS Big Sur est optimisé pour la puce M1, un point essentiel notamment pour la consommation d’énergie.

Autonomie et recharge du MacBook Air M1 : im-pres-sion-nant !

Redoutablement performant, le MacBook Air M1 est aussi extrêmement endurant. Les chiffres annoncés par Apple donnent le tournis : 18 heures de vidéo, 15 heures de navigation web (en WiFi) et jusqu’à 20 heures d’autonomie en usage polyvalent. Le géant américain assure aussi que ce nouveau MacBook Air est 50% plus endurant que son prédécesseur. Qu’en est-il à l’usage ?

Durant mes deux semaines de test, le MacBook Air M1 m’a accompagné en moyenne pendant une douzaine d’heures avec une seule charge. On est donc loin des 20 heures annoncées par Apple mais, comme je le disais un peu plus haut, mon expérience inclut l’usage de logiciels gourmands en énergie (retouche photo, montage vidéo) dont la plupart ne sont pas encore optimisés pour les puces d’Apple.

test macbook air m1

© Presse-citron

Pire, de nombreux programmes reposent sur les services de Google (Slack ou Chrome par exemple) dont l’optimisation avec les machines d’Apple laisse à désirer. Avec ces applications, le MacBook Air M1 utilise donc plus d’énergie qu’avec celles optimisées. Cela ne l’empêche pas de tenir près de deux fois plus longtemps que son prédécesseur. Et accessoirement de s’imposer comme l’ultrabook le plus endurant du marché, et de loin.

Ceci s’explique non seulement par le travail d’optimisation de la puce M1 et de macOS Big Sur, mais aussi de l’absence de ventilateur. On peut donc s’attendre à une autonomie inférieure sur le MacBook Pro M1 (qui en plus intègre une Touch Bar) équipé de ventilateurs (test de Marc à venir prochainement).

Apple livre le MacBook Air M1 avec un chargeur USB-C de 30 W. De quoi redonner son énergie à la machine en 2 heures.

Mon avis après ce test du MacBook Air M1 d’Apple

Employé bien trop souvent, le terme « révolutionnaire » prend ici tout son sens. Avec sa première puce maison, Apple fait sensation et donne une nouvelle dimension à ses produits. Autrefois critiqué pour ses performances moyennes, le MacBook Air met désormais une claque à tous ses concurrents grâce à la puce M1. Ultra-performant, il enchaîne les tâches avec une rapidité déconcertante, le tout dans un silence de cathédrale.

Le MacBook Air M1 s’impose aussi comme l’ultrabook le plus endurant du marché. Ajoutons à cela un design certes connu mais toujours aussi soigné ainsi qu’une mise à jour de la connectique (Thunderbolt/USB 4) et de la connectivité (WiFi 6). Son écran Retina, l’audio certifié Dolby Atmos, le clavier Magic Keyboard et le Trackpad finissent de convaincre. Apple aurait presque pu atteindre la perfection en intégrant une webcam digne de ce nom.

Le MacBook Air M1 est sans doute le modèle auquel la puce M1 fait le plus de bien. Autrefois réservé à un usage standard, le plus prisé des ordinateurs Pommés répond désormais aux attentes d’utilisateurs plus exigeants. Le tout pour un tarif qui devient abordable face à la concurrence. Qui l’eut cru ?

MacBook Air M1

1129.00
9.2

Design et finitions

9.0/10

Écran et audio

9.0/10

Performances et logiciel

9.5/10

Autonomie et recharge

9.5/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Performances spectaculaires et autonomie record
  • Qualité d'écran et audio
  • macOS Big Sur
  • Clavier et trackpad toujours aussi confortables
  • Excellent rapport techno-prix

On aime moins

  • Webcam de piètre qualité
  • Design inchangé (encore)
  • Connectique limitée
5 Commentaires

5 Commentaires

  1. Coolgio

    2 décembre 2020 à 21 h 09 min

    Design et finitions

    9

    Écran et audio

    9

    Performances et logiciel

    9.5

    Autonomie et recharge

    9.5

    Rapport techno-prix

    9

    Je crois que je vais passer sur le M1! Mention spéciale pour les photos qui mettent bien en valeur le produit !

  2. Nicolas L

    2 décembre 2020 à 21 h 47 min

    Design et finitions

    0

    Écran et audio

    9

    Performances et logiciel

    9

    Autonomie et recharge

    0

    Rapport techno-prix

    0

    Apple lui me donne une meilleure autonomie dans ses specs sur le MacBook Pro. Autre point les durées données d’autonomie serait plus pertinentes dans votre test si on avait une idée du pourcentage de luminosité utilisé.

  3. Laurent

    2 décembre 2020 à 22 h 12 min

    8 Go de ram suffisent donc grâce à une meilleure gestion, 16 sont inutiles ?

    • Romain Vitt

      3 décembre 2020 à 13 h 18 min

      Bonjour,

      Je ne peux pas répondre à cette question puisqu’il n’y a qu’une version 8 Go de RAM sur le MacBook Air M1. Ce que je peux dire en revanche c’est qu’il tient aussi bien la cadence que mon MacBook Pro 16 avec 16 Go de RAM. Mais pas sur plusieurs heures.

  4. Philippe Grangier

    18 juillet 2021 à 10 h 28 min

    prix concurrentiel en comptant l’investissement logiciel/microsoft?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *