Test Micro Machines World Series PS4, le (petit) jeu de petites voitures de retour

MicroMachines World Series est sorti en catimini sur PS4, Xbox One et PC. Après quelques heures passées sur le titre, on comprend mieux pourquoi…

Le come-back d’une légende d’antan !

Les gamers aujourd’hui trentenaires (et plus) se souviennent forcément avec émotion de Micro Machines V3, ce jeu de courses édité par Codemasters en 1998, qui a permis à de nombreux joueurs de vivre des sessions multijoueur (en local évidemment) d’une rare intensité. Près de 20 ans plus tard, et après quelques opus plus ou moins dispensables sur les consoles précédentes, la licence Micro Machines signe son grand retour, avec cet opus World Series, disponible à la fois sur PS4, Xbox One et Steam, toujours sous la tutelle de Codemasters.

Toutefois, malgré le côté événementiel de ce come-back, Codemasters n’a visiblement pas (trop) souhaité appuyer ce World Series, d’un point de vue communication. Peu de trailers en amont, une disponibilité en boutiques presque passée inaperçue… Voilà qui n’est généralement pas de bon augure. En passant, précisons que ce Micro Machines World Series est proposé en boutiques au tarif de 29,99 euros.

Il est où le solo, il est oùùù ?

Ainsi, c’est avec pas mal d’excitation, mêlée à un peu d’appréhension, que l’on décide de lancer (sur PS4 Pro) ce nouveau Micro Machines. Un petit tour dans les options, et voilà enfin le moment de se lancer dans le grand bain. Dommage toutefois de devoir passer par une interface si sobre, qui ne laisse le choix qu’entre 4 modes de jeu à savoir : Evenement, Partie Rapide, Match Classé et Escarmouche (partie locale contre amis ou IA). A noter que le mode Match Classé se débloque au niveau 10, tandis que Evènement propose des courses régulières en fonction du calendrier, mais rien avant 3 jours dans notre cas.

Quatre modes de jeu au total, dont la majorité jouable uniquement en ligne

A défaut de mieux, on décide donc de lancer une partie rapide… toutefois, cette dernière est uniquement disponible en ligne. Bref, en solo, pas le choix, ce Micro Machines vous impose de passer par le dernier mode de jeu, le seul qui permet de participer à des courses face à des adversaires gérés par l’IA et/ou avec des amis en local. Pas de championnat donc ou autre mode un peu plus réjouissant que de simples parties rapides à lancer une par une…

Un catalogue de 12 véhicules au total, tous déverrouillés dès le lancement du jeu

L’abonné PS Plus (ou Xbox Live) aura un peu plus de choix, mais il lui faudra impérativement faire ses armes en Partie Rapide, afin de grimper au moins jusqu’au niveau 10. A partir de là, il pourra également accéder au mode Match Classé. Voilà pour le contenu de ce Micro Machines World Series en terme de modes de jeu… autant dire que c’est léger.

Un sérieux manque de contenu

Une fois un mode lancé, le jeu permet d’opter parmi 12 véhicules, avec des éléments de personnalisation à débloquer au fil des courses. Des courses qui se dérouleront sur un total de 10 circuits, avec évidemment ce côté miniature propre à l’univers Micro Machines. On évolue ainsi sur la table de la cuisine, entre les pots de confitures, les toasts et les bols de Cheerios, mais on pourra également faire la course dans un garage, en extérieur entre les nains du jardin, ou encore sur une table de jeu, au milieu des fléchettes, des jetons et des boules de billard, et même dans un environnement Hippo Gloutons… Bref, les environnements sont plutôt agréables dans l’ensemble, même si on fait très rapidement le tour des dix localités proposées.

Côté modes de jeu, il s’agit bien sûr de faire la course contre ses adversaires sur un nombre de tours donnés, avec la possibilité d’utiliser (ou non) des armes sponsorisées par Nerf. En mode Combat, il s’agit non plus de faire une course, mais de ramener une bombe dans le camp ennemi, en utilisant ici des armes propres aux différents véhicules. Un mode assez brouillon dans l’ensemble, qui ne séduira pas ceux qui voient en Micro Machines un “jeu de courses“. Enfin, le mode Elimination demandera de son côté de ne pas sortir de l’écran (y compris si on mène la course) pour éviter l’explosion pure et simple de sa monture. Mouaip…

Côté gameplay, on retrouve bien sûr cette vue de haut caractéristique de la saga, et cette conduite orientée arcade, qui nécessite toutefois un peu de maîtrise pour appréhender les virages, les dérapages… Il faudra donc savoir lever le pied par moment, et même caresser le frein pour négocier au mieux les courbes parfois très délicates de certains tracés. Pas forcément évident à prendre en main, la jouabilité se laisse toutefois plus ou moins dompter au bout de quelques minutes de pratique, même si on pestera presque toujours face à une certaine inertie un peu dérangeante et des voitures que l’on essaie constamment, tant bien que mal d’ailleurs, de maintenir dans le sens de la piste.

Une technique bien faiblarde

Assez maigre en modes de jeu et en contenus, ce Micro Machines World Series pêche également (et surtout !) par sa section technique, bien loin de nos attentes. Outre un affichage étrangement flou (y compris sur PS4 Pro reliée à un écran 4K), le jeu affiche des textures très limites, sans compter d’étranges ralentissements de l’action, en solo comme en multi. Certaines collisions sont également très mal gérées, avec votre voiture qui peut venir littéralement s’encastrer sans trop de raison dans un objet du décor, assez rageant lorsque cela survient durant le dernier tour d’une course, à quelques mètres de la ligne d’arrivée…

Côté online, le constat n’est également pas très glorieux, avec une interface assez mal optimisée, et en prime des parties à 12 qui mélangent bien (trop) souvent quelques rares joueurs humains, et une large partie de véhicules contrôlés par l’IA. A cela s’ajoutent plantages et autres ralentissements, si bien qu’il est parfois difficile de rallier l’arrivée tant le plaisir de jeu est ici difficile à (re)trouver…

On aime : 

  • L’esprit Micro Machines
  • La possibilité de jouer jusqu’à 4 en local
  • Des circuits plutôt originaux et bien conçus dans l’ensemble

On aime moins :

  • Un jeu presque 100% online finalement
  • Un contenu rachitique (voitures, circuits, modes de jeu…)
  • Le gameplay pas assez précis dans l’ensemble
  • Les bugs de collision
  • La technique indigne de la génération actuelle
  • Le jeu en réseau pas hyper stable…
  • Une certaine absence de fun global, un comble pour Micro Machines !

Un come-back complètement raté ?

En l’état, peu importe votre profil de joueur, difficile de vous conseiller ce Micro Machines World Series. Le jeu semble avoir oublié la moitié de son contenu en route, et compte bien trop peu de circuits et de modes de jeu pour satisfaire le(s) joueur(s). A cela s’ajoute une technique vraiment très moyenne (pour ne pas dire médiocre), un gameplay que l’on a bien du mal à cerner/maîtriser et un fun finalement assez compliqué à trouver… Quel dommage également que le jeu fasse (presque) la part belle au jeu online uniquement. Bref, un retour manqué, indéniablement.


Nos dernières vidéos

Répondre

Send this to a friend