Suivez-nous

Séries

True Detective saison 3 : avis sans spoiler et analyse

Il y a

  

le

 

Vous avez la nostalgie de la magistrale première saison de True Detective ? Je vous propose à la fois une critique sans spoiler de cette saison 3 qui renoue avec les fondamentaux et une analyse du final pour celles et ceux qui ont déjà rencontré Wayne, Roland et Amelia.

S’abonner à Captain Popcorn

True Detective, qu’est-ce que c’est ?

Quoi qu’on puisse penser de ces saisons 2 et 3, True Detective s’est déjà taillée une place au panthéon des meilleures séries du monde avec une première saison incroyable aussi bien en termes de scénario que de réalisation et d’interprétation.

La série est pensée comme une anthologie, chaque saison peut se regarder indépendamment puisque chacune propose une histoire complète, avec des personnages différents, à la manière de Fargo.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

 

Le dénominateur commun de True Detective, c’est la notion d’enquête et surtout le créateur, scénariste et parfois réalisateur, Nic Pizzolatto.

Cette saison 3 reste, de mon point de vue, une grande œuvre du petit écran qui participe à faire de la série un genre qui n’a absolument plus rien à envier au cinéma.

Une saison 3 qui pose sa propre ambiance

Dès le générique, cette saison impose sa patte, son atmosphère, et nous promet des personnages inoubliables. Car oui, True Detective, c’est avant tout une série qui nous dépeint des caractères, chers à La Bruyère, ainsi que les relations intimes et intenses qui font toute la vie de ces personnages.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Des personnages avant tout, ce qui n’a rien d’une évidence. Quand on découvre True Detective, il faut accepter que les personnages priment sur l’intrigue policière, même si elle peut aussi être très réussie.

Si j’insiste sur ce point, c’est notamment en rapport avec un final de saison 3 qui divise beaucoup le public. Certains sont déçus, d’autres adorent, ce qui est déjà un beau résultat en soi.

Un récit sur 3 époques

Il faut dire que cette saison 3 est particulièrement ambitieuse dans sa structure narrative puisqu’elle jongle avec trois époques : 1980, 1990 et 2015.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Ces trois époques sont synonymes de trois périodes dans la vie des protagonistes, mais aussi de trois étapes dans l’enquête de ce que j’appellerais la disparition de deux enfants pour éviter les spoilers.

C’est aussi une façon de renouer avec la temporalité qui jouait un rôle essentiel dans la première saison qui se déroulait essentiellement en 1995 et 2012 et dans laquelle l’inspecteur Rustin Cohle exprimait une vision bien à lui de la structure du temps.

Cette première saison avait beaucoup marqué avec son binôme de policiers aussi opposés que complémentaires incarnés avec génie par Matthew MacConaughey et Woody Harrelson.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Interprétation de très haute volée

Au cœur de la saison 3, on pourrait être tenté de parler d’un duo, mais je préfère évoquer un trio d’acteurs avec Carmen Ejogo, Mahershala Ali et Stephen Dorff.

Même si on a un magnifique duo avec Ali et Dorff, si on résonne en termes d’enquêteurs et de véritable détective, pour reprendre le titre de la série, il faut absolument y ajouter le personnage de Carmen Ejogo.

Il faut quand même souligner le talent fou de Mahershala Ali pour rendre non seulement la gestuelle d’un vieil homme, mais aussi le regard de celui qui perd le contrôle de sa propre mémoire. Tout ça, le jour de son oscar pour un second rôle, respect.

Puisque j’évoque les acteurs, impossible de manquer la performance de Scoot McNairy qui enchaîne les apparitions mémorables dans des séries fabuleuses avec Fargo saison 3, Godless et maintenant True Detective.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

True Detective saison 3, une série pour vous ?

Maintenant que j’ai raconté tout ça, est-ce que True Detective saison 3 est une série pour vous ?

Oui si un rythme plutôt lent ne vous rebute pas. Quand je dis rythme lent attention, émotionnellement il se passe toujours quelque chose à l’écran, mais c’est moins vrai pour l’enquête.

De mon point de vue, le rythme est bien géré et respecte les codes du film Noir, mais ne vous attendez pas à de l’action, des affrontements ou des fusillades, même si on n’est jamais à l’abri.

Avec cette saison, on a sous les yeux une forme de puzzle labyrinthique de la mémoire et chaque scène permet de recoller un morceau. Parfois, il est minuscule, parfois, on se retrouve avec un quart de l’image d’un seul coup.

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’aimer le genre policier pour adhérer à la série, même si ça aide évidemment.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Se laisser porter plutôt que chercher à deviner

C’est aussi une série faite pour ceux qui acceptent de se laisser porter et qui sauront percevoir toute l’humanité des protagonistes, pas forcément pour ceux qui chercheront à résoudre le mystère à l’avance.

Je pense justement que la plupart des réactions négatives au dénouement viennent de théoriciens déçus, dont je ne fais pas partie, une fois n’est pas coutume, mais j’y reviens très vite avec les spoilers.

Si vous quittez ici la lecture de cet article, avant les spoilers, j’espère que vous regarderez True Detective, la première saison déjà, c’est une obligation morale, puis que vous reviendrez lire mon analyse du final de la saison 3.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Analyse du final de la saison 3

On passe maintenant à la partie spoilers, si vous êtes encore là, je considère que vous avez vu toute la saison 3 et que vous êtes prêts pour mon analyse de ce voyage lourd en émotions.

Même si vous faites partie de ceux que le final a déçu, j’espère que vous avez apprécié de suivre Wayne Hays et Roland West et que leur amitié indestructible vous a mis un peu de baume au cœur.

Pour moi, cette saison c’est avant tout une histoire d’amour et une histoire d’amitié avec Purple Hays au centre.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Roland West, l’ami abandonné

Roland s’est fait abandonner deux fois par son coéquipier. Une première fois en 1980, quand son bro décide de couvrir Amelia de se faire mettre au placard et donc d’abandonner la brigade criminelle et une seconde en 1990, quand il accepte d’enterrer ce qu’il sait suite aux menaces de Hoyt et décide de démissionner malgré la seconde chance que Roland était parvenu à lui obtenir.

Roland est profondément affecté par ces abandons, au point de se lancer dans une bagarre autodestructrice pour finalement avoir la révélation de son amour pour les chiens, or, on sait bien que le propre du meilleur ami de l’homme est son inébranlable fidélité.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

En parallèle, de manière très déconnectée, au regard des très rares scènes partagées par les personnages de Roland et Amélia, cette saison 3 nous raconte l’histoire d’amour qui a traversé la vie de Wayne et l’a transformé.

Wayne et Amelia, chabadabada

On pourrait sans doute deviner une forme de concurrence entre ces deux pôles d’attraction de la vie de Wayne, même si la série ne commet jamais l’erreur de tomber dans le poncif de l’opposition entre épouse et meilleur ami.

Ce qui relie indiscutablement ce petit monde, c’est évidemment l’affaire Purcell, sachant que c’est en l’abandonnant que Wayne sauvera son mariage et en la reprenant qu’il sauvera son amitié. Peut-être qu’il lui était impossible de vivre pleinement les deux à la fois.

Concernant l’intrigue policière en elle-même et son dénouement, je reconnais que le cas est sans doute un peu trop simple pour permettre de remplir 8 épisodes et autant d’années.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

True Detective, fausses pistes

Un peu trop simple peut-être pour une fiction à l’heure des forums, mais justement, la série semble privilégier un certain réalisme et c’est de cette façon qu’elle peut décevoir certaines attentes.

Une partie du public considère que la série met en place trop de fausses pistes ou de prémices de ce qui semblerait être une vaste conspiration, un réseau pédophile et des liens éventuels avec l’affaire de la première saison et du Roi Jaune.

En refusant finalement de succomber aux sirènes de ce type de construction qui aurait eu son charme, Nic Pizzolatto décide de surprendre et de proposer une réalité moins sordide et inquiétante avec une tragédie qui reste dérangeante entre une mère qui vend son enfant et l’autre qui compense la mort de sa fille en ruinant la vie d’une autre.

De ce point de vue, le personnage d’Elisa, qui réalise le documentaire sur l’affaire, semble incarner une partie des spectateurs, ceux qui voulaient absolument trouver des connexions au réseau pédophile et les traces d’une conspiration, si besoin en tordant et déformant les faits à disposition.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Saison 1, Lovecraft et compagnie

Il faut reconnaître que le scénariste joue avec nos attentes et nos perceptions, en mettant des indices dès le tout début comme ce manuel inventé d’Advanced Dungeons&Dragons, la Forêt de Leng.

Ce manuel qu’on retrouve dans la chambre de Will n’a jamais existé, mais Leng est un lieu inventé par Lovecraft et sachant que Carcosa et le Roi Jaune piochaient déjà dans ce Mythe, le spectateur averti avait de bonnes raisons de rechercher des liens qui finalement n’existent pas.

L’ampleur de la conspiration se limite au final aux morts des parents, Lucy et Tom, qu’on peut imputer avec une quasi-certitude à Harris James, le chef de la sécurité de Hoyt.

On peut aussi soupçonner Hoyt d’avoir graissé la pâte de certains haut-placés, ce qui explique la diligence avec laquelle l’affaire fut classée en 1980 puis 1990.

Je peux comprendre que certains attendaient une révélation fracassante ou une forme de justice vengeresse, mais rien de tout ça.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Une fin qui surprend

La surprise, c’est justement cette fin plutôt heureuse, non seulement pour Julie, mais aussi pour Roland et Wayne qui vont devenir coloc, même si tout n’est pas aussi rose quand dans la pièce de la princesse.

En résumé, le scénario échappe aux schémas classiques et attendus. Autant cela avait pu me gêner dans The Last Jedi, autant ici j’ai pu apprécier l’approche différente et centrée sur des personnages richement développés au fil de 8 épisodes.
J’ai pu voir que certains reprochent au dénouement une forme de deus ex machina, avec l’intervention de ce qui serait le fantôme d’Amelia parlant à Wayne.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Les indices d’Amelia

Pour moi, c’est un faux problème. Cette apparition n’est pas à prendre au premier degré. Dans ma lecture, c’est une figure de style pour incarner la partie la plus alerte du cerveau de Wayne, celle qui a notamment été façonné par ses années de vie commune avec une femme aussi brillante qu’Amelia.

Au travers de son livre, on comprend qu’elle a autant œuvré, si ce n’est plus, que les deux policiers pour résoudre le cas, notamment en faisant preuve d’empathie et d’intuition auprès des acteurs essentiels, à savoir Lucy la mère, Mike le petit garçon amoureux de Julie et l’adolescente qui sera révélée ensuite comme la sœur qui a participé à inventer l’histoire de la mort de Julie.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

True Detective et la définition du temps

Le temps semble fasciner Nic Pizzolatto. Après la fameuse théorie circulaire de Rust Cohle, cette saison 3 nous montre le temps comme une construction poreuse, dans laquelle on pourrait s’observer soi-même et avoir le pressentiment au passé de ce regard porté par un moi du futur.

D’ailleurs, le temps est au cœur du poème de Delmore Schwartz : Calmly we walk through this April’s Day, que lit Amelia en ouverture du dernier épisode.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

De façon bien plus prosaïque, il faut aussi souligner la qualité incroyable des décors, costumes et maquillages qui nous font passer d’une époque à l’autre de manière totalement fluide et maîtrisée.

« Time is the fire in which we burn »

Les scènes qui jouent avec les époques et les âges des deux policiers, dans la voiture ou dans le couloir du sous-sol des Hoyt, sont assez marquantes et porteuses de message sur la façon dont on change au cours de notre vie et dont on se perçoit nous-même, tout ça en restant pourtant la même personne. C’est brillant.

Impossible de traiter ce final sans évoquer la grande question sur la mémoire de Wayne et ce qu’il retient de sa découverte finale.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

La mémoire de Wayne Hays

Pour moi, il ne fait aucun doute qu’au moment de se garer, Wayne a véritablement une absence, il ne sait plus où il est, ce qu’il fait là. En revanche, au moment de boire, je suis convaincu qu’il reconnaît Julie et Lucy, le regard qu’il leur lance ne laisse que peu de doute.

Au passage, on peut voir comme un clin d’œil à la première saison la décision de faire de celui qui permet finalement à Julie de trouver un peu de bonheur un jardinier paysagiste.

Entre la première saison et la troisième, c’est un peu minuit dans le jardin du bien et du mal…

Pour revenir à Wayne, s’il avait l’impression d’avoir perdu sa fille, je pense que c’est à cause de la culpabilité qu’il ressentait depuis l’abandon du cas de Julie en 1990. Le scénariste a aussi révélé sur Instagram que Becca, sa fille a hérité de l’incapacité de son père à garder le contact, et que c’est la raison principale de leur isolation respective.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

Dernier souvenir et lumière éclatante

Concernant Amelia, on sent que les derniers moments de révélation de Wayne sont consacrés à son épouse, à celle dont il craignait d’oublier même jusqu’au visage.

Il revit cette discussion essentielles au bar des anciens combattants, celle qui a lancé leur mariage. Quand ils quittent le bar et entrent dans la lumière, vit-on alors les derniers instants de Wayne ? Mystère.

Quant au tout dernier plan, celui de Wayne qui s’enfonce seul dans la jungle au Vietnam, on peut y voir des tas de symboles.

True Detective saison 3 : critique avis analyse sans spoilers théories

True Detective saison 3 : le dernier plan, la jungle et ses symboles

Celui de son talent de traqueur éventuellement, puisqu’il a finalement retrouvé Julie. Ou encore une forme de retour au chaos, alors que sa mémoire se désagrège et qu’il perd pied.

Personnellement, j’y vois une sorte d’allégorie de la vie, ce pas vers l’inconnu, un avenir qui reste pour tous une jungle impénétrable, dont on ne peut deviner les dangers.

Après tout, même le spectateur ne peut deviner la conclusion de cette histoire. On ne sait pas ce que le fils de Wayne fera de l’adresse qu’il a conservé sur ce petit bout de papier.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Dylan

    27 avril 2020 at 4 h 34 min

    Bonsoir, Mais qui est cette Julie?? Ma mémoire flanche comme celle de Wayne visisblement…
    Lucie 0 souci, la petite qui a disparu mais Julie d’ou sort-elle???

    Explications pelase

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests