Twitter rend-il les blogs plus intéressants ou plus sinistres ?

Le débat court depuis plusieurs mois, et même depuis les débuts de Twitter, en fait, sans être réellement tranché : si Twitter (et dans une autre mesure, Facebook, mais maintenant également Google Buzz) participe à la grande dispersion des discussions, il pose un autre dilemme aux blogueurs, à savoir sur quel support publier sa littérature.

Le débat court depuis plusieurs mois, et même depuis les débuts de Twitter, en fait, sans être réellement tranché : si Twitter (et dans une autre mesure, Facebook, mais maintenant également Google Buzz) participe à la grande dispersion des discussions, il pose un autre dilemme aux blogueurs, à savoir sur quel support publier sa littérature.

Si la question n’est pas vraiment réglée, l’expérience nous apporte quand même un début de réponse : sur le blog les billets plus travaillés et réfléchis, bref, l’analyse, et sur Twitter les petites conneries, les brèves, les liens. On le voit, un vrai problème de riche.

Je fais long parce-que je n’ai pas le temps de faire court

Sauf que l’équation n’est peut-être pas aussi simple que cela. Tout d’abord parce-que la longueur et la densité d’un billet ne garantissent pas sa qualité ni son intérêt. A contrario, on peut exprimer une très grande idée en 140 caractères, ou même diffuser une information énorme ou le lien qui tue sa race. Dans Michael Jackson est mort il y a 24 caractères (21 lettres + 3 espaces), et pourtant qui dira que cette info ne fut pas une sacrée balle quand elle est arrivée devant nos yeux incrédules et à moitié endormis un beau soir de juin 2009 ?

Donc la longueur ne garantit pas la qualité. Je sais de quoi je parle, j’ai aussi pondu mon lot de billets longs et chiants juste pour faire genre que je suis capable de réfléchir un peu plus loin que le bout d’un paragraphe. J’espère que celui-ci n’entre pas dans cette catégorie.

Et c’est là que le bât peut un peu blesser parfois si l’on n’y prend pas garde : l’envoi de petites réflexions courtes et pas compliquées systématiquement sur Twitter comporte trois effets pervers pour le blogueur. D’abord il nous conduit à une certaine facilité. Pas besoin de trop se creuser les méninges pour envoyer une bribe d’info ou d’idée sur Twitter, et surtout, pas besoin de développer. Qui nous dit qu’en microbloguant on ne passe pas à côté d’un truc plus essentiel ? Ensuite on assèche son blog, et on l’appauvrit. Enfin, et c’est peut-être là l’effet de bord le plus pernicieux : on le rend moins vivant, et donc plus triste. Pire : on en fait une succession d’éditoriaux qui le font davantage ressembler à un magazine qu’à un blog.

Retrouver le tempo

Or la raison d’être d’un blog réside précisément dans sa nature fourre-tout, subjective et un peu chaotique, où l’auteur s’offre le luxe de passer du coq à l’âne dans un exercice de grand écart qui n’existe pas vraiment chez le journaliste professionnel. C’est le tempo d’un blog auquel je tenais tant auparavant, et vers lequel vos remarques constructives m’incitent à revenir à grand pas. C’est aussi pour cela que j’ai créé les Rapido, qui me permettent de garder mes petites remarques à deux balles à l’intérieur du dedans de Presse-citron sans pour autant polluer le flux RSS.

Car la question, finalement, est : sur Twitter, est-ce que l’on poste ce que l’on n’aurait pas posté sur son blog ou est-ce que l’on raccourcit ce que l’on aurait posté dans un billet plus développé ? Réfléchissez bien à la réponse, elle n’est peut-être pas celle que vous pensez. Avec l’émergence de Twitter, l’auto-censure guette, et l’on finit par s’interdire la légèreté sur son propre blog. Dommage.

Cassons nos métronomes et réinjectons un peu de spontanéité dans nos blogs. Enfin je parle surtout pour moi hein.


Nos dernières vidéos

48 commentaires

  1. Twitter est un plus pour qui blog, du moins à mon avis.
    Presque obligatoire aujourd’hui.
    Il y a des liens que l’on partage et qui ne méritent pas forcément un post, ou alors par manque de temps aussi peut-être.
    Ceci dit, toujours rester soi-même est essentiel, fidèle à ses idées et ce que l’on veut publier.
    Sans se prendre la tête.
    Et un peu de fantaisie ne fait jamais de mal 🙂

  2. un reproche que j’ai lu récemment d’une twitteuse à propos des utilisateurs de twitter est que beaucoup ne s’en servent que pour publier des liens. Même pas des nouvelles à eux ou un condensé d’info de 140 caractères mais une description courte et un lien (et à la limite, un ou deux mots clés)

    Perso, je me suis mis sur twitter, pour suivre des bloggueurs que j’aime bien.
    Hé oui, Twitter peut être un simple outil de suivi 🙂 (Parce que je lis plus vite sur twitter que mes rss sur symbaloo ^^… et comme twitter fait office de rss pour beaucoup de bloggueurs… c’est pratique :))

  3. Twitter nous oblige quand à trouver les bons mots car 140 caractères ça vient très vite surtout avec les hashtag et mentions.

    Donc « pas compliqué » ce n’est pas toujours le cas de tous les tweets…

  4. La gestion de la nature des articles est un problème central depuis que j’ai commencé à bloguer, il y a deux ans. Quelle place pour quel contenu?
    Finalement j’ai opté pour une solution en 3 parties : Twitter pour l’échange live de liens et l’interaction direct avec mes followers. Un mini blog Tumblr destiné à poster tout et rien, hors sujet ou pas. Généralement des liens pèle mêle, des vidéos ou des images .Sans réflexion juste pour le plaisir des yeux.
    Et enfin j’ai mon blog qui lui héberge les articles de fond en essayant de garder le cap du thème principal : les univers virtuels et les serious game.

    Je fonctionne comme cela depuis un an et ça marche pas trop mal, mais je ne suis pas sur que ce soit la solution idéale…

  5. Pour moi Twitter est complémentaire au blog. Twitter c’est de l’info rapide et synthétique; le blog c’est pour se poser et explorer en profondeur.

    J’ajoute que Twitter des tweets intéressants n’est pas évident. Synthétiser les tweets est souvent difficile.

  6. « Je n’ai pas eu le temps de faire court » disait Pascal dans un courrier.

    Cette question de la concision s’est toujours posée, bien avant l’invention des blogs et du micro-blogging.

    En ce qui me concerne, j’utilise twitter faute de post-il dans mon template, j’ai donc intégré le flux sous forme de brève.
    Il est aussi plus aisé de pondre quelques dizaines de lignes sur mon smartphone sur twitter que sur mon blog. C’est techniquement plus facile, puisque natif. Lorsque je n’ai pas le temps de bloguer en raison de déplacements, je signale les liens à mes quelques rares lecteurs.

    Twitter est aussi utile pour Facebook, mon mur récupère le flux, et ainsi mes amis commentent les infos que je repère.

  7. J’avoue que je me sers un peu de Twitter comme fourre tout pour y glisser mes billets et de temps à autre faire des RT. Ca n’est pas spécialement la meilleure utilisation, mais y’en a-t’il une précisément ?

    Sinon j’aime assez cette description de blog comme fourre-tout chaotique.

  8. Pareil que Critidos, je me sers de Twitter avant tout comme d’une sorte de flux RSS 2.0 : en plus d’avoir des nouvelles sur les dernières publications des blogs suivis, il y a ce petit côté fourre-tout, liens intéressants ou un peu débiles sur lesquels on ne s’étendrait pas sur un blog…

    Mais je pense que le plus mauvais côté de Twitter et les autres, c’est cette dispersion des commentaires que vous évoquiez, Eric. Les billets, mêmes intéressants et fournis, semblent perdre de leur intérêt parce que la discussion (souvent enrichissante) qui y est liée est délocalisée sur les réseaux sociaux…

  9. Au moins comme il y « aurait » que des lien @ la twitteuse de critidos, on évite d’apprendre que sa voisine vient de se lever et va chez la coiffeuse non?

  10. Comme beaucoup, j’utilise Twitter comme un service de flux RSS qui n’en a pas le nom.
    J’avoue être un peu frustré des 140 caractères mis à disposition quand je me sens d’humeur à palabrer mais après tout, ça me regarde ^^.

    Du coup, je n’ai pas l’impression d’appauvrir mon blog à cause de Twitter mais je prend assurément plus de temps pour la réflexion et la relecture avant de poster un billet. Peut-être tout simplement parce que je conçois maintenant la place qui m’est accordé sur mon blog comme un « luxe à honorer » comme il se doit. Profusion que m’interdit Twitter, justement.

    Donc, tout à fait d’accord pour dire que Twitter est un tue-spontanéité pour les bloggueurs mais les deux dispositifs me paraissent plutôt bien cohabiter.

  11. Cela a du sens.

    De mon coté, comme je ne lis que les flux rss, je n’ai même pas la légèreté des rapido….

    Je ne comprends pas la logique d’écarter du contenu des flux rss. Comment doit on s’organiser pour y avoir accès ? est-ce réservé au visiteur du blog ? un flux rss pour les rapidos pour ceux que cela intéresse ?

  12. Il ne faut pas oublier que sur Twitter la plupart des liens vous renvoie vers un contenu plus riche (article dans un blog ou sur un site d’actualité).

    Pour moi il s’agit également d’un outil de suivi qui, si l’accroche de 140 caractère est bien faite, me donne envie d’aller voir plus loin!

    Michael Jackson est mort, certes mais où? comment? pourquoi? Paf je suis le lien et je me retrouve sur un billet qui me donne les réponses!

    Je pense que les deux type de blogging sont complémentaires l’une de l’autre. Les 140 caractère ne me suffisant pas, ma curiosité me pousserait à aller chercher sur le net plus d’info si il n’y avait pas de lien vers un contenu plus abouti!

  13. Ce qu’on gagne en nombre de caractères, on le perds en richesse de pensée. Toutes les habitudes imposées par la technique finissent par déteindre sur nous (au sens large « nous, les gens ») et sur notre petit cerveau.

    Il n’y a qu’à voir ce que le langage SMS a provoqué; niveau orthographe et expression, c’est une catastrophe à grande échelle.
    Évidemment, les vieux (les plus de 20 ans) auront connu autre chose, avant Twitter, donc leur vieilles habitudes de prendre le temps d’exposer un sujet, de le développer, de se relire etc, ces habitudes vont rester. Mais une grandes parties des nouveaux entrants se diront « tien c com ça quon écri » et au final c’est comme ça qu’on pense…

    Pour ceux qui savent déjà développer leur pensée, Twitter les stimule en se posant une question sous forme de défi : « comment me résumer ? comment faire court ? ». Mais pour les plus jeunes je crains le pire, si le pire est encore possible dans ce domaine…

    Pour la question est-ce que ça appauvri les blogs, je pense plutôt que ça appauvri les commentaires. Car le bloggueur reste un blogueur. De même, j’ai comme l’impression que Facebook appauvri certains forums… sans pour autant les remplacer par un équivalent (c’est ça le drame des réseaux sociaux).

  14. Je ne comprends pas encore très bien à quoi sert Twitter. Un blog pour billet pauvres ? Un msn collectif ? Ou alors les petits annonces version 2.0…

    J’ai lu il y a quelques jours le post de P-C, cru 2008, « Si internet était la vie ». En y réfléchissant j’ai cherché des équivalents « médias traditionnels »-« internet ».

    Les blogs sont une presse « personnelle et personnalisée »
    Les fluxs en sont les abonnements.
    Facebook est le carnet d’adresse.
    Twitter est la radio.

    Une radio écrite oui, car Twitter en à la permanence, le rythme, et aussi la contrainte d’efficacité… Mais avec les avantages de l’écrit : la trace reste.

    Ca a été une analogie efficace pour expliquer l’internet à mes proches.

  15. Comme Fabien, je ne comprend pas encore l’utilité de Twitter. Franchement, on a même pas le temps de s’exprimer que déjà les utilisateurs sont passés à autre chose.
    Comment avoir une conversation intéressante dans ces conditions ?
    C’est un peu à l’image des chaines TV. On passe son temps à zapper d’une info à l’autre et puis finalement, on ne retient rien.
    Produire du contenu de qualité restera toujours pour moi une priorité quel que soit le support. Fatigué de cette société de zappeur…

  16. Quand on voit la tournure qu’a pris Twitter depuis quelques mois, Google Buzz est dans la même vaine, on a de plus en plus affaire à un lecteur de flux RSS.

    Facebook est un peu différent, mais les groupes les communautés vont clairement dans ce sens.

  17. Twitter permet beaucoup plus de libertés (certains n’enn n’ont même plus conscience, tout ce qu’on dit est public du moins pour les personnes qui nous suivent dirons-nous). Pour ma part, Twitter est quelque peu censuré (il y a des choses que j’aimerai dire mais que je tais), ensuite je m’en sers pour créer du trafic. Et là, la question du titre se pose, accrocheur ? Racoleur ? Juste informatif ? A voir… Il faut faire preuve d’adresse. Twitter n’est pas encore démocratisé comme on pourrait facilement le croire.

    Concernant le blog, je reste convaincue que les passionnés (les vrais qui ne se meurent pas dans les 140 caractères) continueront de bloguer et ce, de manière pertinente. Ca n’est qu’une question de temps il me semble.

    La réponse à ta question restera encore longtemps en suspens 🙂

  18. Bah moi j’ai arrêté twitter à cause de l’utilisation qu’en faisait les blogueurs :p. Finalement, twitter ne m’apportait aucune information si ce n’est les titres des articles des blogs que je parcours. Résultat: redondance de l’information, fatigue désintéressement.

  19. Pingback: Testez vos idées sur Twitter pour créer des blogs spécialisés

  20. Une question me taraude :
    pourquoi Twitter n’a-t-il pas permit l’insertion de véritable lien, autrement qu’avec l’adresse écrite noir sur blanc ? Ça aurait laissé les 140 signes pour le vrai texte…

  21. Pingback: Einstein est twitté en 140 caractères, ou la psychologie du commentaire | Blogue 90 degrés

  22. avec twitterfeed, twitter n’est qu’un gazouillis redondant…

    (hors sujet et probablement à la bourre: ta nouvelle photo fait « repris de justice »…)

  23. @Fabien.js à l’origine (et encore dans certains pays) on peut mettre à jour et consulter Twitter par SMS. Au US, il semble que la limite soit fixée à 140 car. contre 160 car. pour la France par exemple.

  24. Pas évident de se positionner.
    Twitter permet de gagner en visibilité et en proximité. D’un autre côté il peut effectivement modifier les comportements des blogueurs, de par sa légèreté notamment : il « incite » à poster sur cette plateforme et uniquement sur celle-ci les choses plus anodines, desquelles on pourrait estimer qu’elles n’ont pas leur place sur le blog principal.
    Je pense que les deux peuvent être complémentaires.

    Mais de toute façon, Twitter est là et plutôt bien là même, donc que ça plaise ou pas, il y a de fortes chances pour que ça modifie la blogosphère dans son ensemble, autant l’accepter.

  25. Twitter me semble utile pour accentuer un trait, mettre en valeur un aspect d’un article. En 4-5 mots, il est possible d’inciter son lectorat à lire un article ou un post de blog. Peut-être que Twitter est un échappatoire aux pures techniques SEO (l’art du placement des mots clés) et qu’il représente un retour au titre incitateur, bien étudié… ?

  26. Bel article Eric 😉

    Mon avis ? Le temps réel assèche la pensée, mais ceci est vrai depuis…France Info ou CNN avec les news qui défilent.

    Le problème avec les flux c’est qu’on ne peut pas les arrêter non ? Le blog est un bon moyen d’arrêter sa pensée (on aurait dit auparavant coucher sur le papier ses pensées ;)).

    Pourtant, il y a quelque chose de passionnant à twitter et à lire les twitt.
    Exemple ? > j’adore le fil e-Commerce de Daniel (Discounteo) et je le consulte quasi chaque jour pour de la veille. Mais je continue à lire des blogs. Et du papier. Merde, plus le temps de lire de livre 😉

    Cela existe un livre en twitt ? Comment cela non ?

    /Olivier
    « Ex-bloggueur sur oliviermarx.net »

  27. Pourquoi vient on d’abord sur un blog ? Pour sa veine et sa verve, pour sa ligne éditoriale propre, son  »identité » éditoriale singulière soit des analyses, une façon d’aborder l’information qui n’appartient qu’à l’auteur, ses humeurs, ses critiques… tout en privilégiant la qualité dans le contenu… soit la liberté dans le ton, une des grandes raisons du succès et de la popularité des blogs, normalement plus libres que les médias classiques… normalement car justement comment en se professionnalisant peut on garder ce privilège ? that’s the question ?

  28. J’ai l’impression qu’il est plus facile d’obtenir des gazouillis dans l’immense cacophonie de Twitter que d’attirer les oiseaux sur les branches de mon site! J’ai un peu plus de 1000 abonnés sur Twitter, essentiellement des « wine geeks » anglophones qui viennent butiner rapidement sur le site sans en devenir de fidèles lecteurs…chaque jour, il faut aller chercher les lecteurs là où ils sont, montrer que l’on existe et les titiller ou se « twitte clasher » pour faire un peu de bruit et attirer l’attention…c’est un métier le socmed!
    François buveur d’eau citronnée 😉

  29. Article très intéressant et qui fait réfléchir, merci !

    Petite remarque sans rapport : j’ai testé les liens Adsense au dessus de la box de commentaire (Je passe pas mal de temps à les optimiser là où je bosse, ça devient compulsif 😀 )et j’ai remarqué qu’ils n’ouvrent pas de nouvelle fenêtre, j’ai été surpris de quitter le site !

    Keep up the good work,

    Thibaud

  30. Je pense surtout que Twitter est un moyen pertinent de générer du trafic ciblé vers son blog où la longueur de l’article primera toujours sur le tweet!

    Il permet aussi de tenir informé le follower qui n’a pas nécessairement un agrégateur RSS pour veiller à chaque update de ces blogs favoris…

  31. ‘jour à tous(tes),
    pour ma part, je vis très bien ma vie et le suivi des actus sans twitter … j’ai beau passé 12 à 14h / jour sur le net, je n’ai pas les yeux rivés sur les flux RSS, les réseaux sociaux … Quand je veut de l’info, je me prend 10 à 30 minutes, je fais le tour à « l’ancienne » (RSS) et je fais le tri en fonction du blog/titre du post. Les brèves et les billets d’humeurs sur un blog font de mon point de vue parti de l’identité du blog, après je les lis ou pas mais tant qu’à faire, autant tout mettre sur un même support de com et de bien « étiqueter » le tout …

  32. « Dans Michael Jackson est mort il y a 24 caractères (21 lettres + 3 espaces), et pourtant qui dira que cette info ne fut pas une sacrée balle quand elle est arrivée devant nos yeux incrédules et à moitié endormis un beau soir de juin 2009 ? » Bien dit… et vrai 🙁

    Pour moi, j’utilise Twitter comme un Delicious social et aussi pour entrer en contact avec des personnes avec qui ce serait plus difficile autrement.

  33. je me suis mis sur twitt et facebook j avoue que je n’y comprends rien et n’en vois vraiment aucune utilité

    je blog pour me faire plaisir et j’aime bien cette page blanche que je noircit chose que je ne ressent pas avec twitt et face donc utilisation différente

    si un jour une personne peut m explqiuer le role de twitt j’en serai heureux et pourrais frimer devant mon entourage qui se pose la meme question … Sans être des besogneux ni des réfractaires à la nouveauté, j’en veux pour preuve, il y en a meme qui on un iphone… et je passe au yeux de mes amis pour un geekomania pur et dur 😉

  34. A dire vrai j’ai commencé par créer une catégorie « en bref » où les posts sont surtout des collections de liens vers des ressources sur un sujet précis et/ou des réactions à chaud.
    Mais même avec ça, j’ai tendance à délaisser les posts courts et à déporter de l’info sur Twitter. Quand on arrive à formuler une info en 140 caractères, j’ai souvent du mal/des scrupules à la développer pour en faire un post, même court.

  35. Personnellement, je me pose des questions :

    – Twitter est certainement un gain de temps pour les lecteurs. Est-il réellement un gain de visiteurs pour tous les bloggueurs ?

    – Twitter ne permet-il pas de lire plus vite ce qu’on a pas le temps de lire avec les flux RSS des blogs ?

    – Combien consultent les liens inclus dans les tweets avant de les retweeter à leur tour ? Paresse intellectuelle ?

    Peut-être avez-vous des réponses …

  36. Pingback: TwittLink - Your headlines on Twitter

  37. Pingback: [Wordpress] Un widget pour afficher vos followers ou followés sur Twitter - Websourcing.fr

  38. Pingback: Testez vos idées sur Twitter pour créer des blogs spécialisés

  39. Pingback: Twitter c’est… « Daria blogue

  40. Pingback: Twitter a-t-il tué les commentaires des blogs ? | ilonet

  41. Bonjour,

    Je lis avec intérêt cet article, d’autant plus que je suis en phase de création de mon premier blog, et que je retrouve certaines interrogations auxquelles je n’ai pas encore trouvé de réponses (personne n’est parfait).

    Sauf que plus que Twitter (que je ne pratique pas, malgré quelques essais), c’est Facebook qui me laisse perplexe :
    dans le fond, pourquoi créer un blog alors que pour le type de contenu que je me propose de poster (photos), Facebook me propose des services équivalents, et bien plus optimisés en termes de promotion et de diffusion ? Et permet donc d’éviter en grande partie la dispersion des commentaires.
    D’autant plus qu’il me semble qu’une évolution naturelle de FB serait de pouvoir personnaliser son profil (couleur, logo, etc) et donc de renforcer son identité.

    Qu’en pensez-vous ?

  42. L’intérêt de twitter réside principalement dans la rapidité de diffusion grâce au retwitt.
    Si tu files une info ou un lien intéressant, ça peut faire le tour de la blogosphère française très rapidement…

  43. Pingback: Redux « gpl.is.free

Répondre