Suivez-nous

Tech

Une majorité d’Américains ne font pas confiance aux IA pour les entretiens d’embauche

Les recrutements par une intelligence artificielle font peur aux Américains et les plus jeunes ne sont pas en reste.

Il y a

  

le

 
entretien ia
© Unsplash / Helloquence

Elle analyse en temps réel les mots utilisés, les expressions faciales ou la voix. HireVue est une intelligence artificielle spécialisée dans le recrutement. De nombreux clients assez prestigieux ont recours à ses services tels que Hilton, Unilever et Goldman Sachs. Ces entreprises sont d’autant plus satisfaites que l’IA est en mesure de faire économiser des heures de travail et ainsi gagner beaucoup d’argent, tout en obtenant des résultats satisfaisants.

Le système d’entretien de HireVue présente toutefois quelques limites. Il crée en effet un nouveau type d’angoisse chez les candidats qui ne peuvent avoir de retours positifs ou négatifs sur leur prestation. Et si l’on en croit ce sondage réalisé par Harris aux États-Unis, il y a encore beaucoup de chemin avant l’acceptation sociale de l’IA dans les processus de recrutement.

L’IA peut aussi faire preuve de discrimination envers les candidats

L’enquête révèle que 88 % des Américains hésiteraient avant de participer à un entretien conduit par une IA, tandis que 55 % préféreraient rencontrer une vraie personne. Dans le détail, les plus jeunes ne sont pas moins allergiques à la technologie que leurs aînés puisque 89 % des 18-34 ans ont fait part de leur malaise face à une intelligence artificielle contre 88 % des 35 ans et plus.

Outre l’absence de retours lors de l’échange, 44 % des sondés craignent que l’IA interprète mal leurs émotions et ne prenne leur nervosité pour de la malhonnêteté. Enfin, 25 % des répondants craignent que l’IA ne se rende coupable de discrimination.

Cette préoccupation est très fondée et certains épisodes passés sont là pour nous le rappeler. Amazon avait notamment abandonné un projet de recrutement basé sur ce principe car son IA avait tendance à se comporter de manière sexiste. Les intelligences artificielles basent leur analyse sur des bases de données d’origine humaine et cela implique de récupérer tous les préjugés des humains.

On peut toutefois noter que les salariés ne sont pas hostiles à l’IA par principe. Nous vous parlions en effet récemment de cette étude mondiale qui montrait que les 2/3 des employés ont plus confiance en une intelligence artificielle qu’en leurs managers.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests