Suivez-nous

Auto-Moto

Vers une avancée majeure en matière d’impact écologique des routes

A Los Angeles, une entreprise concrétise une toute nouvelle manière de restaurer l’asphalte des routes. Une belle avancée en matière d’écologie.

Il y a

  

le

 
route impact ecologique
© TechniSoil Industrial

Imaginez pouvoir remettre à neuf une portion de route en économisant de nombreux camions de goudrons, recyclant des bouteilles d’eau en plastique, le tout pour concevoir un nouvel asphalte encore plus solide que le précédent.

A Los Angeles, TechniSoil Industrial veut prouver que ces rêves peuvent être une réalité. La société – qui mènera deux projets de rénovation de route dans Los Angeles d’ici décembre – travaille depuis de nombreuses années sur une nouvelle méthode de production de goudron. Pour en limiter l’impact écologique, elle aurait réussi à recycler la couche en surface du précédent asphalte, tout en utilisant des bouteilles d’eau recyclées pour compléter le mélange désormais plus solide.

Rénover nos routes, tout en limitant leur impact écologique

Le but du processus conçu par TechniSoil Industrial est d’arriver à terme à recycler 100 % de la surface des routes, pour le réhabiliter dans le mélange au nouvel asphalte. C’est dire. Pour en arriver là, l’entreprise a trouvé la solution à un problème de taille : à l’heure actuelle, il n’était possible de recycler que les couches inférieures, n’étant pas en contact avec les pneus, car le mélange recyclé n’était pas assez résistant pour être reconduit sur la partie supérieure de la couche d’asphalte.

TechniSoil Industrial LA

Le procédé de TechniSoil Industrial peut recycler la partie supérieure de l’asphalte de nos routes © TechniSoil Industrial

Défi réussi avec le nouveau mélange de la société, grâce à un ajout de composant au mélange recyclé : du plastique de bouteille. Un coup double pour l’écologie, alors que le recyclage du plastique ne peut être effectué qu’une seule fois. Choisir de l’utiliser pour un usage aussi durable que celui d’une route peut donc être envisagé comme la meilleure solution.

Bon point également, la technique ne demande pas un dispositif très conséquent. TechniSoil Industrial a d’ailleurs développé un camion baptisé « train de recyclage », qui est à la fois compétent pour recueillir la couche supérieure de l’asphalte, effectuer le mélange, puis « repaver » la rue. « Il s’agit d’un processus continu, où le train fraise la route, puis dépose le nouveau mélange en fin de parcours », expliquait Sean Weaver, le président de la compagnie.

recyclage route

© TechniSoil Industrial

Au final, les économies annoncées ont de quoi donner de l’intérêt au projet. Le mélange serait 90 % plus économe en termes d’émissions que la méthode habituelle. Sur un mile (1,6 km), la compagnie prédit qu’il faut généralement 42 camions pour retirer l’ancienne surface, et 42 autres camions pour déposer le nouveau mélange. L’entreprise explique avoir « éliminé 84 camions sur les deux phases », lors de son chantier qu’elle vient de débuter à Los Angeles, sur une portion de 2 miles.

Une méthode plus économique ?

Respectueux de l’environnement de par son procédé, le mélange l’est également grâce à sa rigidité majorée. TechniSoil Industrial estime que ses nouveaux tronçons sont jusqu’à « 13 fois plus résistants comparé à une route standard ».

Au chapitre du coût, le mélange serait indéniablement plus économique. Mais l’entreprise veut également promouvoir l’investissement plus rentable de sa méthode, qui limitera le nombre de restaurations dans le temps, grâce à la résistance dans le temps annoncée du mélange.

En tout cas, les projets de TechniSoil Industrial ne devraient pas se limiter uniquement à la ville de Los Angeles. Sa prochaine grosse étape sera néanmoins dans les environs de la métropole californienne, en participant à la restauration d’une route utilisée par les camions, allant en direction du port de Los Angeles. Un passage crucial pour prouver son efficacité.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Jimmy Cram

    26 octobre 2019 at 19 h 53 min

    « Un coup double pour l’écologie, alors que le recyclage du plastique ne peut être effectué qu’une seule fois. »
    C’est nouveau ou pas ?

    • Hadrien Augusto

      26 octobre 2019 at 23 h 00 min

      On a tendance à croire que la production de plastique n’est pas un problème pour l’environnement, du fait que la matière peut être recyclée. Ce que l’on oublie souvent, c’est que son recyclage ne peut être réalisé qu’une seule fois.
      Ainsi, l’idée de recycler des bouteilles en plastiques pour un projet tel que la construction d’une route est – me semble-t-il – intelligent. La seconde vie des bouteilles est utilisée un pour un projet de long terme.

      • Jimmy Cram

        26 octobre 2019 at 23 h 15 min

        ok, merci du renseignement, Hadrien

  2. Henry Samuel

    27 octobre 2019 at 8 h 24 min

    Le goudron est interdit depuis 1970, l’asphalte n’est presque plus utilisé, on utilise de l’enrobé à base de bitume. Pour ce qui est de la route, Eurovia ou Colas ont réussi les 100% en début d’année, donc pas vraiment nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests