Les vidéos haineuses ne seront plus monétisées sur YouTube

Google change les règles de YouTube afin de bannir les vidéos haineuses de son programme de monétisation.

La semaine dernière, YouTube a annoncé une mise à jour du règlement concernant la monétisation des vidéos hébergées par sa plateforme. Dans son collimateur, il y a notamment les vidéos avec du contenu haineux.

Au mois de mars, quelques grands annonceurs, pour ne citer que Walmart et l’opérateur américain Verizon, ont retiré leurs publicités de YouTube après la parution d’articles sur le fait que ces publicités pouvaient s’afficher sur des vidéos haineuses.

Depuis, la plateforme de Google aurait discuté avec ses annonceurs afin de restaurer leurs confiances. Et certains seraient revenus sur YouTube. Aujourd’hui, la plateforme de vidéos continue de rassurer, avec une mise à jour du règlement concernant la monétisation.

En substance, seront désormais exclues de ces programmes de monétisation les vidéos qui incitent à la haine, les vidéos qui font un usage inapproprié des personnages de divertissement familial, ainsi que les contenus dégradants. Comme les vidéos qui favorisent la vente ou la consommation de drogues illégales, le contenu à caractère sexuel ou encore la violence et d’autres catégories, les vidéos haineuse sur YouTube ne seront ainsi plus éligibles pour la publicité.

Tant que celles-ci respectent les conditions d’utilisation de la plateforme, elles pourront cependant continuer à exister sur YouTube. Mais les personnes qui les mettent en ligne ne pourront plus générer d’argent grâce aux publicités. Cela devrait déjà décourager la production de ces vidéos-là.

Cette annonce fait également suite à une autre polémique. Au mois de février, Google et Disney ont lâché la star de YouTube PewDiePie à cause de vidéos qui, selon le Wall Street Journal, contenaient des images nazie ou des références antisémites.

Même si la chaîne YouTube de PewDiePie existe toujours et même si la célébrité anglophone peut continuer à monétiser ses vidéos, elle a été exclue par Google du programme « prefered advertising », qui permet d’avoir de meilleurs accords avec les annonceurs.

Certains médias s’inquiètent cependant que Google commette des erreurs dans l’identification des vidéos à exclure de son programme de monétisation. Au mois de mars, la firme de Mountain View a été vivement critiquée, car son mode retreint cachait certaines vidéos de créateurs LGBTQ+. Une polémique qui a obligé la société à s’expliquer et s’excuser pour la confusion : « Les vidéos LGBTQ+ sont disponibles dans le mode restreint, mais les vidéos qui évoquent des questions plus sensibles peuvent ne pas l’être ».


Nos dernières vidéos

Répondre