Suivez-nous

Fintech

Visa acquiert Plaid, un choix stratégique dans la fintech

Avec la startup Plaid, Visa sera désormais le meilleur ami des startups pour leur connexion avec les services financiers de leurs clients.

Il y a

  

le

 
Visa rachat Plaid
© Pixabay / Rupixen

C’est très simple : depuis 2015, la croissance de Plaid atteint chaque année le niveau de 100 %. La jeune pousse, née en Californie en 2012, s’est rapidement retrouvée au centre d’une demande de plus en plus conséquente. Son service, appartenant à cette nouvelle vague d’entreprise opérant dans la fintech (les nouvelles technologies financières), est un agrégateur d’identifiants bancaires, permettant aux applications numériques de pouvoir ouvrir facilement des services financiers, en connectant le compte bancaire de leurs clients.

Ce lundi soir, le géant américain Visa a confirmé avoir racheté Plaid, pour la somme de 5,3 milliards de dollars US, soit l’équivalent de 4,8 milliards d’euros. Un choix très stratégique pour l’entreprise aux 500 millions de cartes bancaires en circulation en Europe (chiffres de 2013), alors que la jeune pousse revendique déjà un répertoire de plus de 20 millions de données bancaires.

Plaid fondateurs

Les fondateurs de la startup Plaid, qui vient d’être rachetée par le groupe Visa © Plaid

Visa rachète Plaid, pour 5,3 milliards $US

Depuis l’arrivée de la révolution technologique dans la finance, on parle d’une ère de l’open banking. Cette libération du client de sa banque a permis l’essor d’un nombre croissant de nouveaux établissements financiers, mais également de l’apparition de produits parallèles, venant faire le lien entre les services traditionnels de la banque.

C’est ainsi que Plaid évolue depuis plusieurs années à un niveau de rentabilité extraordinaire. Visa réalise un coup de maître en acquérant l’entreprise, tant elle est amenée à grossir considérablement. En accompagnant les sociétés du numérique à connecter leurs services financiers avec les banques de leurs clients, Plaid n’est pas près de voir son activité ralentir.

Qu’ils soient nombreux et en ultra croissance, les différents marchés de la fintech ne sont pas pour autant instables, et dangereux pour les startups. Mais les entreprises historiques sont aussi dans une situation difficile, faute de quoi il est important qu’elles effectuent elles-mêmes leur virage technologique (comme avec l’arrivée des banques en ligne). Une idée que le patron de Visa Alfred Kelly partage : son acquisition de Plaid sera une force pour le moyen terme.

À vrai dire, Visa a toujours montré son intérêt pour la startup californienne. Tout comme Mastercard, son principal concurrent, elle a accompagné Plaid depuis ses débuts, en investissant dans la jeune pousse. Cet accord de confiance avait permis à Plaid de se lancer très tôt sur ce marché ultra compétitif, et faire sa place rapidement. Un point clé dont le cofondateur Zack Perret se souvient encore : « nous nous sentons chanceux d’avoir été là dès les premiers jours de la fintech et d’avoir aidé à développer cet écosystème », déclarait l’homme.

Ces banques qui refusent que vous achetiez des crypto-monnaies

Préparer les dix prochaines années

« Nous sommes enthousiasmés par les nouvelles entreprises comme Plaid et leur capacité à accélérer la croissance de nos revenus. Avec Plaid, nous préparons les dix prochaines années du groupe » disait avec enthousiasme le patron de l’entreprise américaine. Une idée qui peut d’ores et déjà se confirmer : disponible aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, Plaid va également s’ouvrir à la France, l’Irlande et l’Espagne. Un beau calendrier pour les années futures.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *