Voici comment Facebook utilisera nos données pour sauver des vies

Les informations de Facebook vont aider les organisations comme l’UNICEF et le Programme Alimentaire Mondial.

Avec toutes les informations qu’il a sur nous, Facebook peut savoir quel sport aux JO est le plus populaire dans un pays ou connaitre les flux de migration dans le monde. Aujourd’hui, il décide de mettre certaines de ces informations à disposition des organisations comme l’UNICEF, la Croix Rouge ou encore le Programme Alimentaire Mondial pour aider à sauver des vies, après les catastrophes naturelles. En effet, grâce aux données des utilisateurs de Facebook, et notamment les localisations fournies par leurs smartphones, le numéro un des réseaux sociaux peut obtenir beaucoup d’informations utiles pour ces organisations.

Par exemple, Facebook peut fournir une idée de la densité de population d’un endroit. Il peut montrer où les gens étaient localisés avant, pendant et après une catastrophe. « La comparaison de ces ensembles de données peut aider les organismes d’intervention à comprendre les zones touchées par une catastrophe naturelle », explique le numéro un des réseaux sociaux. Facebook détecte aussi les mouvements de populations, que ce soit d’un voisinage à un autre ou d’une ville à une autre. Et la carte des safety check permet également d’avoir une meilleure idée des zones affectées par la catastrophe.

Avec ces informations (et d’autres), Facebook peut ainsi donner des cartes des catastrophes aux organisations avec lesquelles il travaille. Il assure cependant que toutes les informations agrégées et partagées seront anonymes.

Durant les inondations au Pérou au mois de mars, Facebook a été en mesure de connaitre où les personnes étaient, où ils se déplaçaient et où ils faisaient leurs safety check pour rassurer leurs proches. Ce type d’information, comme l’explique le numéro un des réseaux sociaux, peut « aider les organismes d’intervention à aider les gens de manière plus efficace et efficiente ».

Facebook indique aussi que dans le temps, il espère travailler avec plus d’organisations et avec plus de gouvernements.


Nos dernières vidéos

Répondre