Suivez-nous

Internet

Comment ces faux adblockers gagnent-ils de l’argent grâce à votre navigation ?

Attention, tous les bloqueurs d’annonces ne sont pas si sécurisés et abusent sûrement de vos données.

Il y a

le

adblock-plus-logo
© ABP

Nombreux sont les internautes qui ont fait le choix d’installer une extension afin de bloquer les publicités. Cependant, il semblerait que cette décision ne soit pas anodine, et qu’il faille y réfléchir à deux fois avant d’installer ces dispositifs. AdGuard, l’un des logiciels les plus performants de ce marché vient de révéler une étude selon laquelle de nombreux bloqueurs de publicités très populaires sont non seulement faux, mais surtout malveillants.

Suite à cette enquête approfondie, certains bloqueurs d’annonces disponibles sur le Chrome Web Store, comme Ublock by Charlie Lee, ou AdBlock by AdBlock, Inc, ont plagié le nom de deux célèbres extensions, AdBlock et uBlock Origin, afin d’inciter les internautes à les télécharger. Toutefois, AdGuard constate que ces bloqueurs se comportent mal envers leurs utilisateurs.

Dans les premières heures qui suivent l’installation de ces dispositifs, AdGuard confirme que ces fausses extensions ont fait leur boulot, qui consiste à empêcher les publicités intrusives de s’afficher à l’écran. Cependant, au bout d’environ 55 heures d’installation, les extensions en question ont commencé à envoyer une requête à urldata.net pour chaque nouveau domaine visité. De ce fait, les extensions recevaient des liens d’affiliation sur ces sites, ce qui leur permettait de toucher une commission à chaque achat effectué avec l’extension active.

Google ne se prononce pas

Non seulement les créateurs de ces fausses extensions utilisent le nom des bloqueurs d’annonces les plus populaires pour inciter les utilisateurs à les télécharger, mais ils utilisent également leur activité et leurs achats en ligne pour toucher des commissions. Selon AdGuard, Google a déjà reçu de nombreux rapports sur cette manière d’agir, pourtant, la firme de Mountain View reste de marbre, et ces fausses extensions sont toujours disponibles dans le Chrome Web Store.

Au fil des semaines, la situation s’aggrave, ces deux extensions comptent plus d’1,6 million d’utilisateurs actifs par semaine, remplis de cookies en provenance de 300 sites du Alexa Top 10000. Bien que les dommages soient difficiles à chiffrer, d’après le rapport rédiger par AdGuard ces acteurs malveillants empochent plusieurs millions par mois.

Désormais, cette technique est révélée au grand jour, les propriétaires de programmes d’affiliation peuvent donc facilement remonter les utilisateurs qui se cachent derrière cette supercherie. C’est également à Google de tenir pour responsable ces développeurs frauduleux afin qu’ils cessent leurs actions malveillantes.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests