Weibo renonce finalement à censurer le contenu homosexuel de son réseau

Après que Weibo a décidé de supprimer tout le contenu homosexuel de sa plateforme, le réseau social est finalement revenu sur sa décision suite aux protestations.

drapeau gay Weibo

© Unsplash / Peter Hershey

Pour rappel, Weibo est un réseau social chinois qui s’apparente en quelques points à Twitter. Comptabilisant environ 400 millions d’utilisateurs mensuels actifs, il permet de mettre en ligne des messages courts, mais également des photos, des vidéos et des liens. Le vendredi 13 avril, la plateforme a publié un billet sobrement intitulé « Les nouvelles recommandations de Weibo : aucun contenu homosexuel n’est autorisé ». Dans celui-ci, elle indique qu’elle mènera une campagne de trois mois visant à supprimer la grande majorité du contenu gay présent en ligne. Le réseau social chinois indique également vouloir « créer un environnement harmonieux et ensoleillé » mais également respecter les nouvelles règles imposées par le président Xi Jinping en 2017. Depuis son entrée en vigueur, Weibo a indiqué avoir supprimé plus de 50 000 éléments ne respectant pas ces nouvelles mesures. Si ces règles portent principalement sur le contenu faisant « la promotion de la violence », elles portent également sur le contenu homosexuel. De fait, Weibo considère à ce stade qu’il est impossible de poster une photo d’un couple homosexuel, par exemple.

> Lire aussi :  Facebook censure un contenu du Centre Anne Frank

Weibo, un exemple de la censure en Chine

Suite à la publication de ce message, des milliers d’internautes se sont offusqués en rappelant plusieurs lois portant par exemple sur la protection des minorités en Chine. Le hashatg #IAmGay a cumulé environ 240 millions de vues et les photos de couples gays ont afflué sur le réseau.

Le lundi 16 avril, Weibo a indiqué en conséquence que la purge de trois mois ne se focaliserait plus sur les contenus homosexuels, mais qu’elle viserait « principalement à effacer les contenus pornographiques, violents et sanglants ». Il semblerait que ce soit la première fois qu’une protestation en ligne ait un impact clair sur la décision d’un acteur chinois. Quant à l’homosexualité en Chine, The Guardian rappelle qu’elle a été dépénalisée en 1997 et retirée de la liste des troubles mentaux en 2001.

Pour rappel, la Chine est l’un des pays dont l’Internet est le plus censuré au monde. Selon le rapport de l’association Freedom House, sa note était de 87 sur 100 en 2017, 0 indiquant les pays les plus libres et 100 les moins libres. À ce sujet, la Chine a également commencé à attribuer une note dite de « crédit social » à ses citoyens selon leur comportement dans la vie, mais aussi en ligne.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.