WikiFM s’occupe de votre culture musicale en mixant Last.FM et Wikipedia

WikiFM ne réinvente pas l’eau chaude.Un frame divisé en deux colonnes : à gauche un player Last.FM, à droite la fiche Wikipedia affichant la biographie correspondant à l’artiste que vous êtes en train d’écouter, accompagnée de deux autres onglets permettant d’accéder à la fiche de la chanson et même aux paroles de celle-ci. Une URL

WikiFM ne réinvente pas l’eau chaude.
Un frame divisé en deux colonnes : à gauche un player Last.FM, à droite la fiche Wikipedia affichant la biographie correspondant à l’artiste que vous êtes en train d’écouter, accompagnée de deux autres onglets permettant d’accéder à la fiche de la chanson et même aux paroles de celle-ci.

WikiFM

Une URL à mettre en favoris, notamment pour les longues soirées d’hiver, histoire d’organiser des quiz musicaux entre potes et faire un peu briller votre culture musicale.


Nos dernières vidéos

7 commentaires

  1. Hello,
    Juste un petit messge…je ne dois pas être le premier, le publi-redac Ofindo en permanence en 2nde position est un peu lourd.

  2. Bah il suffit de l’ignorer comme n’importe-quelle pub s’il ne vous intéresse pas non ? Ce n’est rien d’autre qu’un encart pub avec du texte après tout.
    Il n’est plus là pour très longtemps de toute façon et je tiendrai compte de vos remarques pour d’éventuelles prochaines campagnes.

  3. @Guillaume > Utilise un lecteur de flux RSS, ça t’évitera de trouver la pub ssiante.

    Pour ma part, j’utilise Netvibes que j’apprécie de plus en plus…

  4. Des lecteurs de musiques comme amarok (sous linux) avait déjà cette fonctionnalité très pratique de mettre la fiche wikipedia de l’artiste dans un coin…

  5. Le merveilleux lecteur multimédia Foobar2000 propose la même chose avec en plus, la possibilité de switcher de wikipedia vers les vidéos youtube, daylimotion etc… de l’artiste écouté.

  6. Ainsi avec mon compagnon d’arme tonton le Bradipus et notre fiston Clem23 (Jean-Clément Martin) nous pourrons écoutons les marches militaires en résolvant le polynôme tunisien de Boubaker.

Répondre