YouTube, le motard et les excès de vitesse

Dans cette histoire de motard diffusant les vidéos de ses exploits routiers sur le web, qui a défrayé la chronique du Pas-de-Calais il y a quelques jours (wheelings entre files de voitures, pointes à 300 km/h sur autoroute…), je me demande quel est vraiment le personnage central : le motocycliste inconscient, la police ou… YouTube

Dans cette histoire de motard diffusant les vidéos de ses exploits routiers sur le web, qui a défrayé la chronique du Pas-de-Calais il y a quelques jours (wheelings entre files de voitures, pointes à 300 km/h sur autoroute…), je me demande quel est vraiment le personnage central : le motocycliste inconscient, la police ou… YouTube ?

Vous vous doutez bien que j’ai ma petite idée : Presse-citron n’étant pas un blog sur l’actualité judiciaire, c’est la relation de ce fait divers avec le web qui nous intéresse.

Les faits : un motard du Pas-de-Calais s’est fait interpeler début septembre par la maréchaussée parce-qu’il multipliait les infractions au code de la route. Bon. S’est-il fait attraper par un radar ? Un contrôle de police ? Suite à un accident ? Que nenni : il a été confondu grâce à (ou à cause de, selon le côté où l’on se place) des vidéos de ses incartades motorisées, qu’il diffusait sur YouTube pour épater la galerie, avec notamment en point d’orgue une épique pointe à 260 km/h pile devant un radar, juste pour se moquer. Comme dans l’état actuel de la législation, les motos n’ont qu’une plaque minéralogique arrière, il est pratiquement impossible d’identifier et encore moins d’arrêter un contrevenant avec les radars traditionnels qui flashent de face (je le sais pour en avoir aussi bien profité à une époque).

Mais le web veille, et le motard, qui prenait pourtant bien soin de se masquer pour ne pas être reconnu, a été identifié et retrouvé. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer le 18 novembre prochain, et risque gros : cinq ans de prison et 45 000 euros d’amende pour divers motifs, dont la mise en danger délibérée de la vie d’autrui…

Ce n’est pas la première fois qu’un fou du guidon ou du volant se fait rattraper par la justice à l’aide des vidéos qu’il avait diffusées sur internet, et c’est plutôt rassurant. Mais ici l’histoire relatée par France 3 Nord Pas-de-Calais ne précise pas comment il a été identifié (réquisition du juge auprès de YouTube pour obtenir l’IP d’origine de la vidéo ?)[1], et surtout la véritable légalité de cette procédure : peut-on utiliser une vidéo diffusée sur le web comme preuve d’un délit si son auteur n’est pas formellement identifiable sur celle-ci ? Comme dans le cas de contrôles radar, le motard ne peut-il pas arguer du fait qu’il avait prêté sa moto puisque rien ne permet de l’identifier sur les vidéos ? Bien sûr, dans ce cas de figure il est plutôt rassurant de savoir que l’on peut retrouver un danger public sur la simple foi d’un clip publié sur le web, mais cette démarche n’est-elle pas discutable sur le fond, dans les éventuelles dérives qu’elle peut comporter ?

S’il y a un juriste dans la salle, qu’il n’hésite pas à lever le doigt pour prendre la parole.

[1]Mise à jour : selon La Voix du Nord du 11/09/2010 (version imprimée, je n’ai pas pu vérifier), « les « cybergendarmes » de la brigade départementale de renseignements ont récupéré à partir de la vidéo (et avec l’aide de youtube) l’adresse IP du motard, son identité, son adresse, son immatriculation. »


Nos dernières vidéos

36 commentaires

  1. Je ne suis pas juriste mais je suis comme toi : Je m’interroge sur la légalité de la procédure. Je ne critique absolument pas le fait que ce motard soit inquiété par la justice. Il a clairement dépassé les bornes des limites. Mais comme toi je suis curieux de savoir comment les policiers vont prouver que c’est bien lui sur la moto. Je pense que l’IP du compte youtube est la seule piste possible mais pour moi cela ne suffit pas. Affaire à suivre donc

  2. Il n’aurait pas paumé sa caméra par hasard ? Ca ne serait pas la première fois…
    Ici en Midi-Pyrénées, un type est même aller la réclamer, alors que ses « exploits » étaient enregistrés dessus… Les gendarmes ayant visionné le contenu, ils l’ont arrêté.
    Mais je me demande aussi dans quelle mesure ils ont le droit de :
    – visionner le contenu d’un objet trouvé, alors qu’il n’y a a priori pas de raison de le faire. Qu’on utilise ça pour preuve d’un délit qui a été constaté, oui, mais qu’on visionne ça sans raison particulière…
    – identifier quelqu’un et l’accuser avec une méthode qui semble douteuse dans le cas décrit dans l’article…

  3. Le motard A peut avoir prêté sa moto, équipé d’une caméra, à un ami B qui a fait le fou avec.. Même si A poste des vidéos sur son compte Youtube, rien ne prouve qu’il est l’auteur des infractions au guidon. Il peut même prétendre avoir posté les vidéos tournées avec son ami B au guidon pour se vanter et épater la galerie, en faisant croire que c’est lui A qui est au guidon, alors qu’il est lui-même très respectueux du code de la route, et par ailleurs tout à fait incapable de rouler aussi vite 🙂

    Avec un bon avocat, A est forcément relaxé et B ne peut être identifié puisque A n’est pas obligé de le dénoncer.

  4. C’est bien en remontant l’IP. L’AFP le précise :

    « Avec le concours d’un « cybergendarme », les militaires de la brigade motorisée de Boulogne sont remontés jusqu’à lui après avoir identifié l’adresse IP de l’ordinateur qui avait servi à diffuser la vidéo « .

    La vidéo de toute façon précise où il se trouve (le gars marque où il passe), il met une photo de sa moto et de lui avec un masque à un moment (c’est malin) et il s’est fait flashé, pendant la vidéo, ce qui permet d’horodater les faits.

    Enfin, il a reconnu les faits, cela risque d’être très tendu pour lui.

  5. Personnellement, cette affaire ne me dérange pas. L’action des policiers ne se limite pas aux flagrants délits. C’est-à-dire que s’ils trouvent de façon légale suffisamment de preuves qu’une infraction a été commise, ils peuvent mener une enquête qui peut aboutir à une procédure judiciaire. D’ailleurs, d’après le reportage, le motard serait entendu pour incitation à enfreindre le Code de la route plutôt que pour ses « exploits » routiers.

  6. Je saisis l’occasion de m’exprimer sur ce blog qui d’habitude gravite dans des atmosphères plutôt éloignées de mes connaissances professionnelles.

    Etant juriste (de droit belge) je pense pouvoir simplement expliquer par deux voies :
    – soit un expert, ou toute personne de la police s’y connaissant en moto a reconnu le modèle et une recherche dans le département a été faite sur ce modèle de moto afin d’en trouver les propriétaires,

    – soit, et c’est mon hypothèse, la section cybercriminalité a permis de déterminer l’adresse IP du posteur de la vidéo. S’en suit une visite non moins courtoise de la gendarmerie et interrogatoire dans lequel les policiers ne se sont sûrement pas gênés de lui faire croire qu’il était déjà foutu. C’est de cette façon qu’on obtient des aveux, et que la procédure est régularisé.

  7. Précision concernant le mode d’identification (source : Voix du Nord du 11/09/2010) : les « cybergendarmes » de la brigade départementale de renseignements ont récupéré à partir de la vidéo (et avec l’aide de youtube) l’adresse IP du motard, son identité, son adresse, son immatriculation…

    Le motard a reconnu les faits lors de sa garde à vue, et encours 5 ans d’emprisonnement.

    Comparution le 18 novembre 2010 devant le tribunal correctionnel de Boulogne….

  8. Le motard a reconnu tous les faits, c’est là son erreur ! Car en effet il aurait très bien pu se défendre en disant que ce n’était pas lui sur la moto !!
    La police a tenté le coup et ils ont eu raison !

  9. Autre possibilité (plus plausible) : l’examen de la vidéo peut avoir permis de localiser les trajets fréquents de l’individu, la marque de la moto, etc. pour ensuite le prendre en flagrant délit.

  10. Eric

    @woumyz et @Ludo : merci pour ces précisions, je les ajoute en correction de l’article
    @Pierre Col : c’est ce que je pense aussi, même si on peut le regretter…

  11. Sur l’extrait vidéo France 3 on parle d’inculpation pour incitation à un comportement dangereux (ou quelque chose de proche) et non pour les infractions en elles-même. Je ne sais pas si la source est fiable, mais la différence est de taille. C’est la diffusion de la vidéo qui est jugée, et non les folies de l’individu.

  12. 300 km/h, c’est pas n’importe quelle moto qui peut faire ça.

    Même débridée avec 170ch (alors que la législation n’autorise que 106), il faut les conditions idéales.

    Se pose alors la question de la réalité : est-il possible de prétexter que la vidéo, ou le compteur, ont été trafiquées ?

  13. Il y a largement moyen de rouler à 300km/h avec une sportive débridée, surtout sur autoroute.
    J’ai presque envie de dire que c’est « facile », même si je n’ai personnellement jamais essayé (de toute façon, mon bicylindre poussif pointe à 210 km/h).
    Je doute donc qu’on puisse dire que le compteur ait été trafiqué.

  14. Petite précision : les vidéos mises en ligne étaient des fanfaronnades. Il disait commettre des délits (ce que la vidéo montrait) et n’être pas identifiable par la police. Rira bien qui rira le dernier.

    En outre, dans le cadre d’une enquête de flagrance, les officiers de police judiciaire sous le contrôle du Procureur disposent de moyens dérogatoires pour mettre un terme à une ou plusieurs infractions qui semblent avoir été constituées.

    Outre les images postées sur Internet (solution simple et efficace), il arrive que les services de police et de gendarmerie procèdent à un relevé des téléphones portables présents dans une zone à un instant T. C’est même plus fréquent qu’on ne le croit suite aux contestations de relevés de radars automatiques.

    Chaque personne propriétaire d’une chose doit s’en servir comme un « bon père de famille » le ferait. C’est à dire ne pas la prêter au premier abruti qui passe. Donc que ce soit lui qui ait été en train de piloter cette moto ou pas, la police avait tout droit de l’interroger pour chercher l’auteur de l’infraction.

    Ensuite, le fait qu’il ait avoué pendant sa GAV permet de le poursuivre. Certes l’entretien avec les policiers/gendarmes a du être très orienté pour le faire admettre ses fautes, la vidéo a dû aider, mais à mon avis elle n’était pas à elle-seule une preuve suffisante pour sa condamnation.

    Quant aux gens qui poussent des cries d’orfraies en disant que le simple fait de poster une vidéo sur Youtube ou de l’envoyer par mail/téléphones portables n’est pas une infraction en soi, sachez que si, ça peut l’être, si elle incite à commettre des infractions (crimes, délits ou contraventions). Autre exemple, celui du happy-slapping et de la diffusion des images d’une atteinte volontaire à l’intégrité de la personne à d’autres fins que l’information du public ou la preuve en justice (art. 222-33-3 Code Pénal).

  15. D’habitude je ne poste jamais, mais là je ne peux pas résister.
    Même si il avait tenté de dire que c’était quelqu’un d’autre au volant, nous savons qu’avec la politique actuelle, cette personne sera quand même poursuivi pour non-sécurisation de sa moto, qui aura servi à commettre un délit.

  16. Ce type est un crétin. Il se prend certainement pour un Rossi.
    Ma (votre) femme, ma (votre) fille, mon (votre) fils, bref n’importe quelle personne que j’aime (que vous aimez) aurez pu se trouver sur sa trajectoire. Drame, vies brisées, c’est monstrueux ; la route est déjà assez difficile comme ça sans qu’il soit nécessaire qu’un imbécile en rajoute.
    Il n’y a pas eu de victime ? Tant mieux, il a été arrêté à temps. Quand aux moyens pour stopper un assassin en puissance……

  17. Je ne veux pas faire l’avocat du diable mais d’après vous, entre une vidéo youtube visionnée quelques 10n voire 100n de fois max (par ses amis, quelques motards et c’est tout), et maintenant le buzz qui a été crée autour de cette histoire. je me répète, d’après vous France 3 n’est-il pas plus responsable d’incitation à ce genre de comportements ???? Maintenant des milliers de gens (de jeunes influençables etc) ont vu cette vidéo ou vont la voir par le buzz créer.

    Je suis moi même motard et il m’arrivait fréquemment de rouler à de telles vitesses sur des routes (bcp moins fréquenté que sur ces images). Au fond quel motard n’est jamais allé à plus de 200. Et pardonnez moi mais entre 150, 200 et 300, quelle différence en cas de choc ??? AUCUNE !

    Bref il faut aussi arrêter de diaboliser ce genre de comportements. Dès 140 ou 150km/h on devient un ennemis d’état et potentiellement dangereux.

    Il a en effet filmé ses exploit, de nombreux motards filment leurs balades sans forcement des appréhender comme des exploits, mais plus comme de bons souvenirs.
    Son problèmes est qu’il en a fait une vidéo de provocation et c’est sur ce point que j’estime qu’il mérite d’être condamné.

  18. @Damien Mais ou peut-on rouler à plus de 130 Km en France ? Nul part, en tout cas pas sur le réseau routier. Donc par définition, tout comportement de nature à porter atteinte à l’intégrité d’autrui est condamnable.
    L’intérêt de l’article d’Eric, c’est, à mon sens, l’utilisation du web pour arrêter un chauffard.
    Mais ce n’est pas nouveau. Il me semble (sauf erreur) qu’un pédophile a été confondu par les photos qu’il avait publié sur la toile, et ce malgré le fait qu’il avait maquillé sa tête sous photoshop.
    Mais la question du buzz provoqué par les réactions se pose forcément, comme il se pose lorsque qu’un média traditionnel relate des faits, quels qu’ils soit.
    Perso je suis pour…

  19. @Laurent tu peux à peu près partout rouler à plus de 130km/h et tu as certainement déjà du le faire toi aussi, comme une très grande majorité des motards et des automobilistes également !
    Après en avoir le droit c’est une autre histoire.

  20. A part si la preuve du délit a été authentifiée, rien d’autre, à part des aveux, ne peut-être retenu par un tribunal pour espérer une condamnation.

    – Rouler à plus de 300km/h est bien sûr strictement interdit mais quand-même possible « théoriquement » sur 90% des autoroutes françaises.
    – Une photo de face avec un casque intégral visière ouverte peut permettre à confondre un suspect.
    – Une photo de véhicule sans plaque visible et même avec une peinture spécifique, ne peut pas être une preuve.
    – Une adresse I.P. ne peut en aucun cas remplacer une plaque minéralogique pour prouver un délit.
    – La diffusion sur internet d’une vidéo n’est pas répréhensible (à part pédophilie, racisme, nazisme, etc…). Sinon, comment est-ce possible de trouver des vidéos datant des 2 ou 3 ans. Voir http://www.youtube.com/results.....&aq=f

    La dernière chose sur laquelle je voudrais intervenir, c’est l’accumulation de soupçons. C’est sûr qu’un juge peut « en son âme et conscience » déterminer qu’un faisceau de présomption tends à transformer un prévenu en coupable.

    Comme le dit Eric, l’avis d’un avocat ou d’un juge serait, à mon avis, la seule source fiable.

  21. @Damien Non, et je suis sur que la majorité des conducteurs respecte le code de la route. Les autres préfèrent penser l’inverse pour se donner bonne conscience.

  22. @Laurent, je suis bien d’accord avec toi … ces gens qui se permettent de dire qu’ils ont droit de rouler à des vitesse parce que pour eux c’est normal, car ils « maîtrisent » ne se rendent pas compte de l’idiotie qu’ils disent… si l’on part de ton principe Damien : on peu tous tuer, c’est pas pour autant que nous sommes autorisé à le faire …
    Les interdits sont là car ils sont lié à la morale et non à une lubie d’un mec .. serte pas tous .. mais de là à dire que tu n’est pas dangereux à de grandes vitesse c’est comme prétendre que se jeter d’un pont ne nous donnera pas la mort !

  23. J’ai beau me relire je n’ai jamais dis qu’on es pas dangereux à grande vitesse.

    Le problème biloo c’est que justement les interdits ou non sont bien souvent due à la lubie de nos chères politiciens.

    vous n’êtes pas motards et je comprend votre point de vue. Le motard est une espèce en voie de disparition que le gouvernement s’affaire à faire disparaître. Et le genre de provocateurs comme l’énergumène de la vidéo font très mauvaise publicité à notre belle passion.

    Venez mettre vos fesses sur une moto un jour et vous verrez le nombre d’automobilistes qui ne respectent pas le code de la route.

    Enfin, je n’entrerai pas dans un dialogue de sourds. Bonne vie dans un monde ou tout le monde respecte les belles limitations de nos formidables pondeurs de lois.

  24. Je vais peut-être en faire sursauter certains, mais est-ce que quelqu’un a une explication (rationnelle et valable) pour la vitesse limitée à 130Km/h sur autoroute (en France) ? Est-ce que c’est parce qu’une 2CV tombe en ruine à cette vitesse là ou parce c’est la vitesse d’une Lamborghini au ralenti en 5ème ? Personnellement, je pense que nos députés votent des lois dont les sujets les dépassent. Il n’y a qu’à regarder La loi Hadopi ! C’est pareil pour les voitures et encore pire pour les motos. Si nos députés votent des lois sur des sujets qu’ils ne maitrisent pas, je comprends pourquoi on a fermé les maisons closes ou pourquoi le conseil municipal de Chateauneuf-du-Pape a interdit aux extra-terrestres de garer leur soucoupe volante sur le territoire de la commune sous peine d’enlèvement !

  25. Ais-je dis que c’était uniquement les motards ? Non, je parle de vitesse en générale … je n’ai rien contre les motards ..

    On ne peux pas dire que la vitesse ne tue pas ? Je ne veux pas polémiquer sur les politiques. Il y a bien sur des lois idiote proposées par eux, mais il ne faut pas non plus en faire une généralité. Il faut du bon sens .. si nous n’avions pas inventé le code de la route comment ferions-nous pour circuler avec le nombre de voiture qui circule aujourd’hui ?
    On se retrouverais peut-être dans des configurations difficiles non ? ex. deux voitures qui se plafonneraient car il n’y aurait pas de sens de circulation…
    Faire le con pour faire le con sur la route ne sert à rien, si ce n’est se mettre en danger (c’est sa vie il en fait ce qu’il veut), mais c’est aussi la vie des autres qui est en jeu et notamment la mienne !

    Un cousin pompier me disait, il y a quelques années, être intervenue sur un accident causé par ce genre d’individus qui se croit tout permis puisque la moralité ne sert à rien, les politique ne font que des choses connes etc. Dans l’accident, les tués étaient deux jeunes personnes d’à peine 20 ans qui rentrez tranquillement de vacances. Est-ce normal ? est-ce morale ? Le gars disait pourtant bien qu’il gérait … il gérait si bien qu’il a tué des gens … a cause de la vitesse. Des cas comme celui-ci il en existe toujours. Je me suis cassé l’orteil il ‘n’y a pas si longtemps que ça .. deux motards étaient au bloc pour accident.
    Un autre, qui était dans mon lycée, se la pété devant ses potes, ses parents en roulant sans casque, quelle ne fut pas l’horrible chose que de se tuer sans casque devant ses parents !

    Je n’ai pas dis que les politiques faisaient que des choses bien … car lorsque l’on voit des sites comme france.fr sortir … mon dieu … gardez cette argent au lieu de le dilapider ainsi !

  26. Eric tu dis vouloir parler web et finalement tu parles (et on parle du coup!) de Droit, ou légitimité (l’équité et le Droit n’étant pas toujours identiques hélas)

    Pour information cet autre dont tu parles a été acquitté : http://www.01net.com/editorial.....a-justice/

    Bien évidemment on ne felicitera pas cette personne au delà d’avoir pris un bon avocat et d’avoir menti ! Un voyou, encore plus quand il ment, même acquitté reste un voyou…Esperons seulement qu’il se rendra compte de l’idiotie de ses actes et s’emploiera à être plus utile dans sa vie que potentiellement nuisible (et la prison ne permet pas toujours de donner du bon sens aux condamnés)

    Sinon, oui on peut s’interroger sur le fait que youtube participe via des infractions ou des idioties à sa notoriété : le web est il sans limite quand le pognon est à la clé ? Alors Hadopi serait une loi uniquement pour faire du pognon aussi ? Nous ne pouvons pas le croire !!!

  27. La vitesse est limite a 130 (sur de courtes portions) car c’est statistiquement plus dangereux de rouler a 140 qua 130. Mais comme il est statistiquement plus dangereux de rouler a 11 km/h qua 5 km/h, la vitesse sera réduite a 5kmh partout, et la lumière sera éteinte sur l’autoroute également. C’est statistique…

  28. Sinon de multiple solutions simples existent pour pouvoir continuer a utiliser internet sans être (trop) enmerdé par les cyber gendarmes de saint tropez. Mais je doute que ce soit a la porté d’ un motard…
    Sinon YouTube est une balance.
    ————————–
    VPN, proxy, thor, etc…

  29. Pingback: Ciclista é flagrado por radar a 50 km/h « Trânsito e Conhecimento

  30. Pingback: Le motard YouTube prend 6 mois avec sursis

  31. message pour mo et les autres
    les motard sont des etres humains il y en a des cons est des gens biens
    et toi comme les autres vous avez toujours tous fais dans les règles?
    10km heure au dessu n est pas dangereux, si ta caisse est fiable, genre rs4
    mais si c est une r5 ok la jsuis d accord
    balayé devant votre porte avant de faire celle des autres
    ce motard est idio point barre arreté de dramatisé
    regardé sur internet c est pas la seul vidéo de ce genre
    le motard n est pas un débutant à voir ça conduite
    mais il à pris des gros riques pas très malin
    c est juste un idio qui ce crois sur circuit
    mais, des comme lui a paris il en est des 100ene comme ça est meme pire

Répondre