Google Allo, une appli de messagerie avec des bouts d’intelligence artificielle

Les algorithmes de Google répondront aux messages à votre place.

Google Allo

Cette année, une bonne partie de la keynote d’ouverture de Google I/O a été consacrée à l’intelligence artificielle, avec notamment les présentations de Google Assistant et Google Home.

Pour exploiter ses données et ses super-algorithmes, Google va également lancer une nouvelle application de messagerie appelée « Allo », qui sera un service distinct de Hangout et qui sera plutôt un concurrent mobile-first de WhatsApp. Elle devrait arriver cet automne.

Côté messagerie, Allo propose des fonctionnalités intéressantes, comme la possibilité de choisir la taille de la police, ce qui équivaut dans la vraie vie à choisir le ton utilisé lorsqu’on parle. Et une autre fonctionnalité permet de choisir des images de Google Photos et de dessiner dessus, pour les envoyer à son interlocuteur.

Google Allo

Une messagerie intelligente

Mais ce qui distingue réellement Allo des concurrents comme WhatsApp et Messenger, c’est la manière dont Google y a intégré l’intelligence artificielle de Google Assistant.

Premièrement, grâce à cela, Allo analyse les messages échangés (les textes et même les photos) afin de proposer des réponses pré-écrites (smiley et emojis inclus).

Lors d’une démonstration, un employé de Google a montré que si par exemple, le correspondant envoie le message « On dine ensemble ce soir ? », l’application peut proposer deux réponses : « C’est d’accord » et « je serais occupé ».

Google Allo

Au lieu d’utiliser son clavier pour saisir une réponse, l’utilisateur n’aura ainsi plus qu’à choisir entre ces deux réponses. Si la réponse est affirmative et que le correspondant précise qu’il va emmener quelqu’un, l’algo de Google pourra vous proposer une réponse pré-écrite pour demander qui sera cet invité et une autre option pour dire « Super ! ». Et comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessous, Google Assistant peut même détecter la race du chien sur la photo qu’un ami a envoyée.

Chien Goog Assistant

D’autre part, l’assistant de Google peut s’incruster dans les conversations d’une autre manière. Si par exemple, on y discute de cuisine italienne, Google Assistant peut aider, au sein même de la conversation, à trouver un resto, puis à réserver une table, sans quitter le chat.

Google Allo

On peut aussi l’invoquer en lançant un chat avec @Google et dans ce cas, ça se passe un peu comme avec l’assistant M de Facebook.

Un mode incognito pour la messagerie

Sinon, Allo dispose aussi d’un mode incognito (comme sur Chrome). Ce mode permet d’utiliser un chiffrement de bout en bout, d’avoir des notifications privées et de définir une date d’expiration pour les conversations.

Incognito

Par ailleurs, nous avons appris il y a quelques heures qu’Open Whisper Systems, l’organisation qui a développé Signal (l’application préférée d’Edward Snowden) a participé au développement de cette fonctionnalité.


2 commentaires

  1. Bonjour,
    Comme on peut le constater Google mise à fond sur l’IA.
    En témoignent ses processeurs spécialisés Tensor qui ont été utilisés dans le match humain contre machine du jeu de Go.
    La tendance est désormais très NETTE : nos objets quotidiens embarqueront de l’intelligence ou ne seront PAS.

    Maintenant, souvenons-nous d’une chose importante :
    – le chiffre d’affaire de Google est basé sur la publicité ;
    – cette publicité est valorisée à l’aune du ciblage ;
    – qui dit ciblage dit analyse de contenu (user content).

    En conséquence il n’y aura *** JAMAIS de confidentialité des communications avec Google *** qu’il s’agisse de Drive, de GMAIL ou encore de cette messagerie Allo.
    Ce serait nier la raison d’être de Google et Google scierait la branche profitable sur laquelle il est assise.
    Incognito n’est qu’un vocabulaire marketing.

    Qui plus est prétendre confidentialiser des communications (ou du contenu) avec une clé délivrée par quelqu’un d’autre que soi ou le destinataire (Google dans ce cas) est une grossière insulte à l’intelligence humaine. Mais Google n’est pas à cela près.

    La méthode permettant de confidentialiser des communications dans un contexte ouvert existe depuis les années 70 : cela s’appelle la cryptographie asymétrique.
    Et les logiciels de courriel l’utilise depuis au moins 30 ans à présent ainsi que les sites marchands et tout ce qui communication bancaire.

    Et donc tant que les logiciels que les FB et autres Google nous proposent ne permettent pas d’utiliser cette méthode (à la main des utilisateurs bien entendu pas à la mode Dropbox où les clés sont délivrées par le fournisseur du service) c’est qu’il y a anguille sous roche bien évidemment.

    Mais bon, comme l’essentiel des utilisateurs de Google ne savent pas ce qu’est une clé, ça fonctionnera une fois de plus et les foyers qui adopteront les technologies Google se retrouveront, une fois de plus, dans les mains de la NSA.

    Pauvre ANSSI.

    db

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Web2day
Bientôt le Web2day à Nantes : zoom sur les nouveautés [+réduction spéciale]

Le festival Web2day ouvre ses portes dans moins d'un mois. Magali Olivier, sa directrice opérationnelle, nous détaille les spécificités et...

Fermer