Si vous lisez Presse-citron depuis quelques années (oui il y en a encore), vous connaissez peut-être mon point de vue sur le sujet : Mon réseau social c’est mon blog. Ce qui n’exclut pas pour autant d’être membre d’autres sites sociaux. J’ai donc comme tout le monde un profil Facebook, une page fan Facebook, un

Si vous lisez Presse-citron depuis quelques années (oui il y en a encore), vous connaissez peut-être mon point de vue sur le sujet : Mon réseau social c’est mon blog.

Ce qui n’exclut pas pour autant d’être membre d’autres sites sociaux. J’ai donc comme tout le monde un profil Facebook, une page fan Facebook, un compte Twitter et enfin un Google Buzz (voir ici à quoi sert la page fan Facebook de Presse-citron). J’ai en revanche détruit mon profil Linkedin qui ne servait à rien, et je vais en faire autant pour mon compte Viadéo (je sais, je l’ai déjà dit mais pas encore fait, j’ai du retard à l’allumage en ce moment).

twitter1 Restructurer son réseau social pour mieux communiquer

Trop de buzz tue le buzz

Avec la multiplication des réseaux et donc des canaux de communication les blogueurs constatent une dispersion des discussions, le phénomène n’ayant fait que s’accentuer avec l’arrivée de Google Buzz et je crois qu’il est temps de se demander si cette duplication de notre profil sur plusieurs supports ne finit pas par devenir contre-productive, à deux titres : en termes de perte de temps, mais également de trafic.

Le réflexe naturel pour tout éditeur de site quelque peu soucieux de faire progresser son audience consiste à inscrire son site ou son profil dans le plus grand nombre d’outils de buzz mis à sa disposition, dans l’espoir de toucher le public le plus large. Après l’agrégation automatique de leur prose dans Twitter puis dans Facebook, de nombreux blogs se sont donc également retrouvés connectés sur Google Buzz. Mais le problème avec Google Buzz est double : non seulement il reprend l’intégralité des billets agrégés (images et vidéos incluses), mais il permet en outre la publication de commentaires. Nous voilà donc avec une source de discussions supplémentaire, ce qui est bien, mais une raison de plus pour les internautes de ne plus venir sur votre site, ce qui est mal. Je n’ai pas fait de recherche car j’utilise peu Google Buzz mais il existe peut-être déjà un moyen de ne publier que le titre et un court extrait de ses billets.

Agréger n’est pas forcément attirer : les limites du teasing

Il y a aussi le cas de Facebook : quand vous possédez un profil personnel et une page fan, il peut y avoir soit une redondance des informations publiées, soit un mélange des genres (gérer votre image personnelle sur le web peut être complètement différent que d’y faire la promotion de votre blog).

Autre effet pervers de la publication de vos contenus : le teasing peut se retourner contre son usage initial. En lisant seulement vos titres, vos visiteurs potentiels peuvent préjuger de l’intérêt d’un billet et ne se rendre sur votre blog que pour lire ceux qui leur paraissent intéressants. Alors que si vous n’envoyez aucun signal, ils devront venir chez vous s’ils veulent vous lire. Ce point est certainement sujet à débat et nécessiterait d’être testé afin de savoir si la différence entre le nombre de visiteurs gagnés grâce à un affichage de vos titres dans Facebook et ceux perdus donne un solde positif ou négatif.

Redéfinir ses cibles et ses priorités

Bref, ce maelström finit par produire des messages qui, s’ils ne sont pas contradictoires, ne s’adressent pas à la même cible. Par conséquent il m’apparaît maintenant de plus en plus comme une évidence, voire comme une urgence, de restructurer nos flux de communications afin de mieux les segmenter.

C’est ce que j’ai commencé à faire progressivement, en appliquant la nouvelle organisation suivante :

  • suppression du flux Presse-citron de Google Buzz (fait)
  • suppression de l’agrégation automatique de mes tweets dans mon profil personnel Facebook (et donc du flux Presse-citron également puisqu’il et repris automatiquement dans Twitter) (fait)
  • reprise automatique de mon flux Twitter et Presse-citron dans la page fan Facebook Presse-citron (à faire)
  • cure drastique d’amaigrissement de ma liste d’amis Facebook afin de ne garder que les personnes proches (vrais amis dans la vraie vie, famille) et invitation à s’inscrire à la page fan de Presse-citron pour tous les autres (à faire)
  • enfin, si j’utilise de plus en plus Twitter comme un agrégateur pour faire ma veille, il est vraisemblable en revanche que je poste moins souvent afin d’éviter de me disperser. J’ai d’ailleurs rendu mon profil privé ce week-end, nous verrons si ceci est temporaire ou durable.

Avec ce petit chantier en cours j’espère regagner en productivité et en lisibilité sans pour autant que ces modifications aient un impact négatif ou désagréable sur mon réseau relationnel.