UberPop vs. taxis : 5 contre-vérités passées au crible

Dans le conflit qui oppose les taxis Ă  UberPop, les contre-vĂ©ritĂ©s se succĂšdent et s’accumulent. Essayons d’y voir un peu plus clair et de dĂ©monter la propagande.

Uber vs Taxis

PrĂ©cision Ă  nos lecteurs : cet article est un point de vue personnel classĂ© dans la rubrique « Humeur » et n’a pas la prĂ©tention d’ĂȘtre parfaitement objectif ni d’Ă©noncer une vĂ©ritĂ© universelle. Il ne prend pas le parti d’Uber et n’est pas Ă  charge contre les taxis, mais entend surtout rĂ©pondre Ă  de nombreux lieux communs erronĂ©s que l’on entend souvent sur le conflit UberPop vs.taxis, et qui ont le don d’agacer prodigieusement l’auteur et certainement des milliers de français usagers des taxis, d’Uber, d’UberPop et d’autres services de VTC.

Mise Ă  jour #3 (30/06/2015) : voir la rĂ©ponse d’un chauffeur de taxi Ă  cet article, une tribune libre que nous lui avons offerte pour exprimer son point de vue.

Mise Ă  jour #2 : voici les prĂ©cisions apportĂ©es par Uber suite Ă  ma demande ce matin 24/06, par la voix de Thomas Meister, Directeur de la Communication Europe de l’Ouest Uber :

Pour clarifier donc : 
  • l’Ademe chiffre Ă  7 500€ le prix annuel de l’entretien et de la possession d’un vĂ©hicule ; aprĂšs des longues rĂ©flexions, nous avons dĂ©cidĂ© d’Ă©tablir Ă  ce seuil le niveau au-delĂ  duquel il est obligatoire d’officialiser l’activitĂ© comme auto-entrepreneur. Au-dessous, les revenus issus de POP doivent ĂȘtre dĂ©clarĂ©s et soumis Ă  l’impĂŽt sur le revenu (nous assistons les conducteurs POP dans leurs dĂ©marches, qui sont d’ailleurs particuliĂšrement complexes) ; on parle lĂ  vraiment d’une activitĂ© de complĂ©ment (600€ par mois au maximum) 
  • depuis le mois de mars de cette annĂ©e, nous imposons aux conducteurs POP pour qui l’utilisation du service est une activitĂ© plus rĂ©guliĂšre de s’installer comme auto-entrepreneurs, et donc de cotiser au RSI et autres de maniĂšre totalement transparente ; cette dĂ©cision a Ă©tĂ© prise Ă  la demande des conducteurs POP eux-mĂȘmes, qui rencontraient de nombreuses difficultĂ©s Ă  dĂ©clarer leurs revenus. Comme toujours pour les auto-entrepreneurs, les revenus sont plafonnĂ©s Ă  33 000€ annuels 
A cette nuance prĂšs, les conditions envoyĂ©es sont valides. Pour complĂ©ter, nous rappelons souvent aussi que tout est traçable et transparent chez Uber, ce qui interdit tout simplement la fraude ; de plus (et contrairement Ă  la plupart des grosses tech) le systĂšme Uber fait que la majoritĂ© des revenus tirĂ©s de l’activitĂ© restent sur le sol français, puisque 80% du revenu des courses reste en France. La commission Uber de 20% est consolidĂ©e aux Pays-Bas. 

Mise Ă  jour #1 : voir en fin d’article une capture d’Ă©cran de mon Ă©change de mail avec Uber France ce matin et leur rĂ©ponse sur les conditions pour devenir chauffeur UberPop.

Le dĂ©bat actuel sur le conflit entre UberPop et les taxis commence Ă  devenir pĂ©nible. Et comme c’est souvent le cas avec toutes les polĂ©miques, on n’Ă©vite pas les postures un peu caricaturales, les effets de manche passionnĂ©s, les contre-vĂ©ritĂ©s et les clichĂ©s, le tout saupoudrĂ© d’une bonne dose de mauvaise foi. Je n’y ai certainement pas Ă©chappĂ© moi-mĂȘme.

Si vous me suivez un peu sur Facebook, vous avez certainement compris que je ne suis pas un grand fan des taxis, et encore moins depuis que ces derniers utilisent des mĂ©thodes trĂšs discutables pour faire rĂ©gner « leur » loi, avec malheureusement la bĂ©nĂ©diction et mĂȘme l’appui de prĂ©fets sans grand courage, des forces de l’ordre et du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur, ce qui Ă©videmment leur donne ce sentiment de toute puissance et de lĂ©gitimitĂ©.

Ce qui ne signifie pas pour autant que je dĂ©fende Uber et UberPop Ă  tout crin. Dans ce conflit fait d’invectives sans grand discernement, il ne m’a pas Ă©chappĂ© que la pratique d’UberPop pose problĂšme, pour diffĂ©rentes raisons, notamment – si j’entends les arguments des opposants Ă  cette sociĂ©tĂ© – lĂ©gales et fiscales.

Mais je lis rĂ©guliĂšrement tellement de contre-vĂ©ritĂ©s et – disons-le – de bĂȘtises sur le sujet, et pas seulement de la part de responsables syndicaux des taxis, que j’aimerais apporter ma petite contribution au dĂ©bat en rĂ©tablissant certaines vĂ©ritĂ©s, que l’on n’entend pas trĂšs souvent. Pour cela j’ai contactĂ© Uber France afin de vĂ©rifier point par point mes explications.

Voici 5 contre-vérités agaçantes sur Uber/UberPop vs. taxis et mon point de vue contradictoire.

1. UberPop c’est de la concurrence dĂ©loyale

Celle-ci je l’ai mise en premier car c’est probablement celle que l’on lit et entend le plus souvent. Le problĂšme avec cette notion de « concurrence dĂ©loyale » c’est qu’on nous la sort Ă  peu prĂšs Ă  toutes les sauces et dans toutes les situations depuis l’avĂšnement d’internet et de l’Ă©conomie numĂ©rique, et qu’elle est Ă  gĂ©omĂ©trie variable. En fait c’est souvent le seul argument qu’oppose l’Ă©conomie traditionnelle Ă  la nouvelle Ă©conomie, plutĂŽt qu’essayer de s’adapter et d’Ă©voluer, d’innover et de se moderniser. Souvenez-vous ce qu’on entendait Ă  propos du mp3 vs. CD, du tĂ©lĂ©chargement (lĂ©gal) de films vs. les salles de cinĂ©ma, de l’achat d’eBooks vs. les libraires, Ă©diteurs de presse vs. Google News, artisans vs. auto-entrepreneurs etc etc etc. Je me souviens mĂȘme que dans des temps plus lointains, les professionnels du cinĂ©ma et les directeurs de chaines de TV avaient poussĂ© les mĂȘmes cris d’orfraie Ă  la crĂ©ation de Canal Plus. En France, terre de monopoles et de rentes de situations adoubĂ©es par l’État, tout ce qui vient quelque peu bousculer un marchĂ© bien Ă©tabli et fortement verrouillĂ© Ă  l’aide de petits arrangements entre amis est immĂ©diatement taxĂ© de « concurrence dĂ©loyale », un terme qui est devenu gĂ©nĂ©rique pour dĂ©signer toute forme de concurrence. Je ne dis pas que sous certains aspects, notamment si certains chauffeurs UberPop ne sont pas dĂ©clarĂ©s (ce qui reste Ă  prouver) il n’y a pas une forme de concurrence dĂ©loyale, mais le terme est tellement galvaudĂ© que c’est devenu une tarte Ă  la crĂšme vide de sens. D’autre part, d’un point de vue purement rĂ©glementaire, sachez que pour ĂȘtre chauffeur UberPop, il faut obligatoirement ĂȘtre enregistrĂ© sous le rĂ©gime de l’auto-entrepreneur dĂšs 7500 euros de chiffre d’affaire, c’est inscrit noir sur blanc dans les conditions gĂ©nĂ©rales. Ce qui signifie que le chauffeur UberPop est thĂ©oriquement assujetti Ă  toutes les charges classiques d’un professionnel, mĂȘme si sous le rĂ©gime d’auto-entrepreneur ces derniĂšres sont plus avantageuses, en tout cas lors des premiers mois d’activitĂ©.

Alors ensuite on va nous parler de la fameuse licence obligatoire et au prix exorbitant pour devenir taxi. Je n’ai jamais vu un argument aussi fallacieux. D’une part, il ne s’agit pas de licence mais « d’une autorisation de stationnement dĂ©livrĂ©e gratuitement par les prĂ©fectures ». Bien sĂ»r, en raison de la pĂ©nurie organisĂ©e par l’État sous la pression de certaines compagnies de taxi, le prix de ces fameuses « licences » a flambĂ© avec la complicitĂ© des taxis en exercice, pouvant atteindre parait-il jusqu’Ă  200.000 euros. Et alors ? D’une part, personne n’oblige personne Ă  acheter une licence et Ă  s’endetter (en plus du prix de la voiture) lourdement pendant des annĂ©es pour exercer une profession qui ne rapporte soi-disant plus rien. Et puis les taxis ne sont pas les seuls Ă  devoir payer un droit d’entrĂ©e au montant prohibitif pour lancer leur affaire. N’importe-quel commerçant doit aussi dĂ©bourser des dizaines, voire des centaines de milliers d’euros pour pouvoir ouvrir boutique. Ça s’appelle le droit-au-bail et c’est aussi le fruit de la pĂ©nurie (ou de la raretĂ© des bons emplacements) et d’une Ă©conomie spĂ©culative. Quand on fait ces choix de carriĂšre, de vie, il faut savoir les assumer ensuite, et ne pas crier Ă  la concurrence dĂšs qu’un nouvel acteur plus malin et proposant un meilleur service vient s’installer Ă  cĂŽtĂ©. Si j’avais pleurnichĂ© chaque fois qu’un nouveau blog Tech de talent ouvrait sur la Toile et nous faisait un peu de concurrence en nous piquant des lecteurs, si j’avais manifestĂ© chaque fois que je voyais notre audience baisser parce-que Facebook aspirait peu Ă  peu notre lectorat, je n’aurais plus assez de larmes depuis longtemps pour les vraies Ă©motions, croyez-moi.

Enfin, on le voit Ă  l’usage, la plupart des utilisateurs d’UberPop sont une clientĂšle qui de toute façon ne prendrait jamais un taxi en raison du prix, notamment les jeunes qui rentrent de soirĂ©e et dont les parents sont rassurĂ©s de les savoir en Uber plutĂŽt que passagers de la voiture d’un copain avec 3 grammes de RedBull Vodka dans le sang…

Et puis apparemment les taxis ne se gĂȘnent pas non plus pour marcher sur les plate-bandes des autres, hein…

Donc, la concurrence déloyale, désolé mais argument bidon. Concurrence, certes, déloyale, non.

2. Uber et UberPop, Ă©conomie du partage ou « Ă©conomie collaborative » ?

Certains considĂšrent que Uber et UberPop sont reprĂ©sentatifs de l’Ă©conomie du partage. A contrario j’en vois d’autres s’insurger contre cet argument, considĂ©rant qu’une boĂźte comme Uber, dont la valorisation frĂŽle les 50 milliards de dollars est tout sauf un symbole de l’Ă©conomie collaborative. En gros Uber c’est le mal, le Monsanto du numĂ©rique, le nouveau Microsoft. Vous savez quoi ? Personnellement je n’ai jamais considĂ©rĂ© que Uber Ă©tait dans l’Ă©conomie du partage, et franchement je m’en fous, car ce n’est pas vraiment un sujet Ă  mon avis. Le sujet c’est comment une boĂźte qui n’existait pas il y a 7 ans et qui s’est bĂątie sur le simple constat d’une carence (pas assez de taxis Ă  Paris et un service dĂ©gueulasse) a su tirer profit des nouveaux outils SoLoMo (Social, LocalisĂ©, Mobile) et de l’explosion des applications sur smartphones pour bĂątir rapidement une offre pertinente et correspondant Ă  un besoin. Dans les premiers mois de son existence, Uber Ă©tait dans l’Ă©conomie du partage (je partage une place dans ma voiture contre quelques euros pour emmener les gens d’un point A Ă  un point B). Aujourd’hui, clairement ce n’est plus le cas (ou alors le partage avec les actionnaires).

3. UberPop favorise le travail au noir

GĂ©nĂ©ralement, pour qu’il y ait travail au noir il faut que plusieurs conditions soient rĂ©unies. La premiĂšre d’entre elles, fondamentale et incontournable : que l’argent circule en liquide. A partir du moment oĂč il peut y avoir paiement en espĂšces il peut y avoir dissimulation et donc travail au noir. Ce qui concerne beaucoup de monde, mais aussi surprenant que cela puisse paraitre, pas UberPop. Car avec les sociĂ©tĂ©s de VTC c’est Ă  la base impossible puisqu’il n’y a aucun argent liquide Ă©changĂ© entre le client et le prestataire, toutes les transactions Ă©tant rĂ©glĂ©es via les plateformes sur les comptes cartes de crĂ©dit des clients. AprĂšs, il se peut que certains chauffeurs « oublient » de dĂ©clarer leurs revenus au fisc et Ă  l’URSSAF mais la situation est la mĂȘme pour toutes les professions libĂ©rales, ni plus ni moins. En revanche, les taxis, eux, sont la plupart du temps payĂ©s en espĂšces, car bizarrement leurs terminaux de paiement carte bleue sont souvent en panne (je l’ai personnellement vĂ©cu tellement souvent). Je dis ça je dis rien, hein.

4. Les véhicules UberPop ne sont pas assurés pour le transport de passagers

J’ai lu ça aussi Ă  maintes reprises, souvent sur un ton trĂšs alarmiste (parfois de la part de personnes qui par ailleurs rĂąlent sur Facebook contre les radars et les limitations de vitesse, c’est assez drĂŽle). Selon eux, se dĂ©placer en UberPop serait super dangereux car les chauffeurs ne seraient pas assurĂ©s pour le transport de personnes, et en gros on risquerait gravement notre vie Ă  chaque trajet. J’ai Ă©galement vĂ©rifiĂ© auprĂšs d’Uber : pour ĂȘtre chauffeur UberPop il faut, je cite « une assurance responsabilitĂ© civile professionnelle (couvrant vĂ©hicule, conducteur, passagers, tiers) ». Je pense que c’est assez clair. J’ajouterai mon point de vue, sur la base de mon expĂ©rience personnelle : Ă©tant sans voiture pendant environ un mois en fĂ©vrier dernier, j’ai utilisĂ© frĂ©quemment UberPop pour de petits dĂ©placements urbains. Pas une seule fois je ne me suis senti en danger. GĂ©nĂ©ralement les chauffeurs roulent tranquille, avec de petites voitures citadines en bon Ă©tat. C’est d’ailleurs probablement l’usage largement majoritaire d’UberPop : petits dĂ©placements urbains de quelques kilomĂštres en dĂ©pannage. Pas le contexte le plus dangereux, assurĂ©ment. En outre, n’oublions pas que le client a la possibilitĂ© de noter le chauffeur Ă  chaque course, de poster un commentaire libre, et que les chauffeurs mal notĂ©s sont limogĂ©s sans prĂ©avis. C’est peut-ĂȘtre brutal mais c’est le prix Ă  payer pour un service irrĂ©prochable. AprĂšs on est libre de jouer le jeu ou pas. Mais en tant que pourfendeur d’Uber et des VTC, on peut difficilement reprocher une chose (l’absence de sĂ©curitĂ©) et son contraire (la sĂ©lectivitĂ© dans les chauffeurs et donc une certaine prĂ©caritĂ©).

5. N’importe-qui peut devenir chauffeur UberPop, sans aucun contrĂŽle

ComplĂštement faux. Encore une fois, j’ai vĂ©rifiĂ© auprĂšs d’Uber. Pour devenir chauffeur UberPop, il faut avoir plus de 21 ans et permis B de plus d’un an, possĂ©der un vĂ©hicule de 4 portes de moins de 8 ans et une carte grise au nom du chauffeur, prĂ©senter un casier judiciaire vierge et une visite mĂ©dicale d’aptitude Ă  la conduite, et suivre une formation sur la qualitĂ© et la sĂ©curitĂ© sanctionnĂ©e par un test de 90 questions. Certes tout cela peut paraitre pour certains assez lĂ©ger et reprĂ©senter un minimum, mais ces quelques rĂšgles permettent dĂ©jĂ  de filtrer sĂ©rieusement l’accĂšs Ă  cette activitĂ©.

VoilĂ . Encore une fois je n’ai pas d’action chez eux et je ne prĂ©tends pas dĂ©fendre Uber ou UberPop contre les taxis mais seulement rĂ©tablir quelques vĂ©ritĂ©s car je suis las d’entendre autant de conneries sur le sujet. Bien sĂ»r les dĂ©tracteurs (qui sont souvent des taxis qui avancent masquĂ©s) viendront dire que j’ai Ă©tĂ© payĂ© par Uber pour Ă©crire ça, etc. Qu’ils le fassent si cela leur permet de penser que c’est un argument solide qui va leur donner plus de crĂ©dibilitĂ© dans leur combat, cela m’importe peu. Pourquoi je prends parti dans ce dĂ©bat ? Parce-que je ne supporte pas de voir certains lobbies mener une vĂ©ritable guĂ©rilla contre les acteurs de la nouvelle Ă©conomie, avec qui plus est l’aval des autoritĂ©s. Comme je ne supportais pas Ă  une certaine Ă©poque pas si lointaine les saillies ridicules, bouffies d’arrogance et de mauvaise foi d’un Pascal NĂšgre ou de tout reprĂ©sentant des majors contre l’Ă©mergence du mp3 et du tĂ©lĂ©chargement. Comme je ne supportais pas les DRM, les HADOPI et toutes ces stupiditĂ©s Ă©rigĂ©es en barriĂšres de mousse contre une dĂ©ferlante qui de toute façon allait tout emporter sur son passage, et Ă  laquelle il eut Ă©tĂ© plus intelligent de s’adapter plutĂŽt que sortir les fourches et les banderoles. Je sais que tout n’est pas rose du cĂŽtĂ© d’Uber et que nous sommes loin des Bisounours, mais n’oublions pas que nous ne sommes qu’aux balbutiements de nouveaux usages et que tout va rapidement s’organiser, rentrer dans l’ordre (et dans les mƓurs) et que le confit actuel nous paraitra bien dĂ©suet d’ici quelques annĂ©es.

J’aurais pu encore faire cinq paragraphes de plus sur le sujet (la radicalisation et la violence, les taxis qui pleurnichent au volant de leur Merco ou de leur Porsche Ă  100.000 balles, les accusations d’esclavagisme moderne etc) mais j’ai prĂ©fĂ©rĂ© me concentrer sur l’essentiel, et ça fait dĂ©jĂ  pas mal.

Mise à jour : voici deux autres articles pour aller plus loin dans la réflexion

Et un autre pour rire un peu, ça ne fera pas de mal

Voir ci-dessous une capture d’Ă©cran de mon Ă©change de mail avec Uber France ce matin et leur rĂ©ponse sur les conditions pour devenir chauffeur UberPop (cliquez pour agrandir).

réponse uber

Mise Ă  jour #3 (30/06/2015) : voir la rĂ©ponse d’un chauffeur de taxi Ă  cet article, une tribune libre que nous lui avons offerte pour exprimer son point de vue.


223 commentaires

  1. Pingback: UberPop vs. taxis : 5 contre-vérités passées au crible - Linkeol, L'actualité des entreprises en France

  2. Merci pour cet article qui rĂ©sume bien les faits. Tout comme vous je n’ai aucune action ni chez l’un ni chez l’autre. Mais les VTC arrivent pour combler un manque et les taxis au lieu de raler devrait juste s’adapter. C’est pas compliquĂ© :
    – Laver sa bagnole
    – ĂȘtre poli (ne pas gueuler dans son kit main libre, ne pas foutre sa radio Ă  fond, ouvrir la porte aux dames)
    – Ne pas se ramener avec 15€ au compteur pour une commande faite 3 minutes avant.

    Juste avec ça ils limiteraient trĂšs largement la casse et les problĂšmes et ça leur coĂ»te pas grand chose…

  3. Pingback: UberPop vs. taxis : 5 contre-vérit&eacut...

  4. Le vrai problĂšme d’UberPop, c’est qu’il est totalement illĂ©gal depuis Janvier dernier et Uber s’en fout totalement, en pratiquant cette stratĂ©gie ultra agressive du « winner takes it all » qui me dĂ©range un peu et qui ne respecte simplement pas la loi française.

    Je suis Ă  fond derriĂšre les VTC mais franchement UberPop c’est abusĂ©. Quand je prend un Uber, c’est pour un service premium, une belle bagnole, un chauffeur en costard, pas pour rentrer dans une clio diesel avec un mec de 21 piges en basket qui a son permis depuis 1 an… Quid des assurances en cas d’accident grave?

    Faut aussi prĂ©ciser que quand un chauffeur UberPop se fait arrĂȘter, Uber ne bouge pas le ptit doigt pour rĂ©gler les lourdes amendes que les chauffeurs risquent. C’est pas donnant donnant la relation.

    Enfin, rendons Ă  cĂ©sar… La sociĂ©tĂ© de taxi G7 a bien compris ce qu’on reproche aux taxis. PlutĂŽt que de se plaindre, ils ont vachement Ă©voluĂ©s: appli mobile, paiement CB, wifi Ă  bord, greencab, etc…

    Moi perso, depuis que G7 a son appli, je prend plus que ça.

    • Eric

      @Gus : UberPop n’est absolument pas illĂ©gal, ils ont fait appel de cette dĂ©cision et l’appel est suspensif.

  5. A ce jour 12 trajets en Uber Berline –> 4 propositions ouvertes de la part du chauffeur de l’appeler et de le payer en liquide « pour que tout le monde soit gagnant »…
    Alors peut ĂȘtre je n’ai pas eu de chance mais si cela est une vrai tendance je dirai que oui les chauffeurs cherchent Ă  faire du black pour ne pas payer ne serais-ce que les 20% Ă  Über…

    Le reste des arguments me paraßt sensé en revanche

    • Eric

      @Blueinkal : personnellement ça ne m’est jamais arrivĂ©, ni chez Chauffeur PrivĂ©, ni chez Uber, ni chez UberPop, mais bon je ne dis pas que ça ne se produit pas. Mais ce n’est pas une spĂ©cialitĂ© rĂ©servĂ©es aux taxis, les loueurs d’appartements via Airbnb font exactement la mĂȘme chose, tout le monde fait la mĂȘme chose en fait. Essayer de passer en direct n’est pas rĂ©servĂ© aux chauffeurs Uber.

  6. Bonjour, je suis bien d’accord avec toi mais par contre y a juste quelques points Ă  revoir :
    – « il faut obligatoirement ĂȘtre enregistrĂ© sous le rĂ©gime de l’auto-entrepreneur » Faux. C’est seulement Ă  partir d’un revenu supĂ©rieur Ă  7500€ par an
    – « pour ĂȘtre chauffeur UberPop il faut, je cite « une assurance responsabilitĂ© civile professionnelle (couvrant vĂ©hicule, conducteur, passagers, tiers) » » Faux pour les mĂȘmes raisons, mais Uber prend en charge les « amateurs »
    – « possĂ©der un vĂ©hicule de 4 portes de moins de 8 ans » Faux, c’est 10 ans
    – « suivre une formation sur la qualitĂ© et la sĂ©curitĂ© sanctionnĂ©e par un test de 90 questions »Faux, y en a que 40.

    Merci et bonne journée !

    • Eric

      @Arnaud : je ne sais pas d’oĂč vous tenez vos infos pour mettre un « faux » partout, personnellement je les tiens des conditions gĂ©nĂ©rales qu’Uber France m’a transmises ce matin Ă  ma demande pendant que je rĂ©digeais l’article, donc je pense que c’est un peu plus fiable que votre commentaire.

  7. Vadrouille on

    Le « black », c’est de l’argent cachĂ©, pas forcĂ©ment en espĂšces. Or, mĂȘme si les transactions se font en CB, il y a toujours des techniques qui permettent de mettre l’argent Ă  l’abri du fisc français (par exemple, acheter une carte bleue prĂ©payĂ©e et le crĂ©diter avec un RIB pour les virements…).
    A noter que sur la page d’inscription pour devenir Uberpop, il n’est jamais demandĂ© de numĂ©ro de SIREN ni mĂȘme mentionnĂ© explicitement qu’il faut ĂȘtre auto-entrepreneur pour le service. Il faudrait donc tester pour s’en assurer…

  8. Eric

    @VADROUILLE : « Or, mĂȘme si les transactions se font en CB, il y a toujours des techniques qui permettent de mettre l’argent Ă  l’abri du fisc français (par exemple, acheter une carte bleue prĂ©payĂ©e et le crĂ©diter avec un RIB pour les virements
). » Certes. Comme n’importe-quel commerçant, y compris les taxis.

  9. Eric

    @Gus : « Quand je prend un Uber, c’est pour un service premium, une belle bagnole, un chauffeur en costard, pas pour rentrer dans une clio diesel avec un mec de 21 piges en basket qui a son permis depuis 1 an ».
    Ne pas confondre UberX (limousine) et UberPop, lĂ  le sujet c’est UberPop. Et de toute façon il y a justement une offre adaptĂ©e Ă  chacun : petits trajets pas chers = UberPop, trajets en limousine avec service top Ă  prix plus Ă©levĂ© = UberX.
    Le problĂšme avec les taxis c’est qu’on a la qualitĂ© UberPop (et souvent pire) au tarif UberX (et souvent plus cher).

  10. @Gus : »Le vrai problĂšme d’UberPop, c’est qu’il est totalement illĂ©gal depuis Janvier dernier et Uber s’en fout totalement, en pratiquant cette stratĂ©gie ultra agressive du « winner takes it all » qui me dĂ©range un peu et qui ne respecte simplement pas la loi française. »

    – > Comme le dit Eric, Uber a fait appel de cette loi, dans le respect de la loi Française.

    « Je suis Ă  fond derriĂšre les VTC mais franchement UberPop c’est abusĂ©. Quand je prend un Uber, c’est pour un service premium, une belle bagnole, un chauffeur en costard, pas pour rentrer dans une clio diesel avec un mec de 21 piges en basket qui a son permis depuis 1 an
  »

    -> C’est sur ca que pour moi il n’y a pas forcement concurrence. Je suis Ă©tudiant Ă  paris sans Ă©normĂ©ment d’argent. Avant l’arrivĂ©e de Uber Pop je ne prenais jamais le taxi (ou alors si on rentrait Ă  plusieurs). Aujourd’hui via uberPop le soir je paie environ 5 euros pour rentrer chez moi. Pour 5e je m’en fou que le mec m’acceuille dans une voiture non luxueuse. C’est largement rattrapĂ© par les bonbons, les bouteilles d’eau ou le chauffeur qui parle avec toi au lieu d’ĂȘtre collĂ© Ă  son kit main libre.
    Et je sais que si Pop devient illégal, je recommencerai a prendre le vélo ou mes jambes, certainement pas le taxi.

    « Enfin, rendons Ă  cĂ©sar
 La sociĂ©tĂ© de taxi G7 a bien compris ce qu’on reproche aux taxis. PlutĂŽt que de se plaindre, ils ont vachement Ă©voluĂ©s: appli mobile, paiement CB, wifi Ă  bord, greencab, etc

    Moi perso, depuis que G7 a son appli, je prend plus que ça. »
    C’est en parti vrai! le paiement par carte est censĂ© ĂȘtre obligatoire, sauf quand le terminal CB ne marche bizarrement plus. MĂȘme en commandant sur internet la voiture arrive avec dĂ©jĂ  qques euros dans la course (contrairement aux Ubers). Le Wi-Fi est naze (mais c’est un bon dĂ©but).
    D’ailleurs on peut lĂ©gitimement se demander si cette application existerait aujourd’hui sans l’arrivĂ©e des VTC. Les sociĂ©tĂ©s de taxi moquaient l’arrivĂ©e de ces entreprises en pensant que ca ne marcherait jamais, maintenant ils suivent le pas, mais c’est bcp trop tard pour une grande majoritĂ© d’entre eux

  11. Merci Eric pour cette mise au point !
    N’ayant plus de voitures depuis que j’habite dans le centre de Bordeaux, je suis un grand utilisateur d’Uberpop (il n’ya pas UberX ici), qui me dĂ©panne trĂšs souvent !
    Les Taxis ont toujours Ă©tĂ© une source de stress pour moi : peur de ne pas en trouver, peur de le voir arriver avec une somme Ă©norme au compteur, peur de payer une somme astronomique au final (j’ai payĂ© plusieurs fois 30€ pour faire 5km du centre de Bordeaux Ă  MĂ©rignac oĂč j’habitais auparavant quand je rentrais de soirĂ©e).
    Combien de fois les taxis ont refusĂ© des courses ? combien de fois ne sont ils pas venus aprĂšs les avoir appelĂ©s ? combien de fois n’en ai je pas trouvĂ© ?
    Le tout avec une propretĂ© et une amabilitĂ© souvent nulle…
    Bref pour moi les Taxis c’est terminĂ©, et prendre Uber (pop ou X que j’ai pu tester Ă  Paris avec bonheur) est quasiment une source de plaisir.
    Merci Eric, merci Uber !

  12. @Blueinkal : j’espĂšre que tu les a dĂ©noncĂ©s Ă  Uber via l’appli ?

  13. Pingback: UberPop vs. taxis : 5 contre-vérit&eacut...

  14. Quid de la prĂ©caritĂ© de l’emploi ? De la pauvretĂ© qu’un tel modĂšle Ă©conomique entraine ?
    Des travailleurs qui ne sont pas des salariĂ©s, sans aucun avantage, devant payer leur outil de travail sans aucune garantie qu’ils auront du travail ne serait-ce que le lendemain ?
    Non merci.

  15. @GUS> Qui a organisĂ© la pĂ©nurie de plaque dans la ville de Paris ? Qui fait en sorte que ces plaques se vendent 200k€ ? Qui fait pression pour que Uber arrĂšte ? Une seule sociĂ©tĂ©, trĂšs proche du pouvoir qui a permis la limitation du nombre de taxis, G7, celle-la meme dont tu parles.
    En Ă©tant plus clair, quand tu es une sociĂ©tĂ© dont le patron est trĂšs trĂšs proche du pouvoir et qui a rĂ©ussi par un lobbying extraordinaire a t’accaparer un marchĂ© avec l’aide de l’Etat, pour s’enrichir, pourquoi venir se plaindre des consĂ©quences… Le nombre de taxis est un vrai problĂšme tout le monde attend, pendant super longtemps, les raccourcis qui rallongent sont lĂ©gions, l’amabilitĂ© j’en parle pas,… tout cela est du a un lobbying de fou du patron de G7, qui a rĂ©ussi a usĂ© du capitalisme de connivence, pour tuer la libertĂ© d’entreprendre, et tuer les taxis indĂ©pendants ainsi que d’autre socitĂ©s voulant couvrir le secteur… il a rĂ©ussi jusqu’a maintenant, mais dĂ©sormais il doit compter sur plus gros que lui et çà c’est dur.

    Et pour ton « taxi en mercedes et costume » si tu as besoin de çà pour etre mieux dans ta vie tant mieux pour toi, moi perso je prefere avoir un taxi quand j’en ai besoin, souriant et aimable, qui ne va pas prendre de trajet plus long, et je me fous royalement dans quoi je voyage, si je veux une belle voiture je ne vis pas par procuration, j’ai un travail pour.

  16. Merci beaucoup pour cet article qui m’a bien Ă©clairĂ© sur le problĂšme.
    UberPop c’est comme tout le reste : c’est une avancĂ©e, une Ă©volution implacable.
    C’est comme les fabricants de diligences tirĂ©es Ă  cheval qui ont du rĂąler (taper ?) sur les fabricants d’automobiles… Elles ont fini par disparaĂźtre car totalement obsolĂštes.

  17. Bravo pour cet article ! je suis totalement d’accord avec toi, il y a des avantages et inconvĂ©nients aux Taxis et Uber, mais il ne faut pas ĂȘtre de mauvaise fois et dire les choses telle quelles le sont.

  18. Un visiteur on

    « @Gus : UberPop n’est absolument pas illĂ©gal, ils ont fait appel de cette dĂ©cision et l’appel est suspensif. »
    C’est une Ă©norme erreur de droit ; vous inversez complĂštement cause et consĂ©quence. UberPop est condamnĂ© parceque le service est illicite, pas l’inverse. Un service ne devient pas illicite parce qu’il y a eu condamnation. Cela reviendrait Ă  dire que le meurtre est licite tant qu’on se fait pas prendre…
    L’appel est suspensif concernant l’exĂ©cution de la dĂ©cision, pas concernant le caractĂšre illĂ©gal ou non d’UberPop.

    Le raisonnement sur le caractĂšre loyal de la concurrence faite par Uber est Ă  peu prĂšs aussi fondĂ© que juridiquement que cette derniĂšre remarque, c’est Ă  dire pas du tout. D’ailleurs, la condamnation initiale d’UberPop par le tribunal correctionnel fait suite Ă  quoi? Une enquĂȘte de la DGCCRF, dont la mission est de veiller Ă  la bonne application du droit de la concurrence.
    Le fait d’exercer la mĂȘme activitĂ© que les taxis sans supporter les mĂȘme contraintes lĂ©gales (car les taxis sont bels et bien tenus de dĂ©tenir une licence) m’apparaĂźt clairement constituer une concurrence dĂ©loyale.

  19. Je pense qu’on va vraiment dans la bonne direction aujourd’hui mais il faut bien faire Ă©voluer les choses progressivement selon moi pour ne pas mettre au fond du trou des milliers de taxi, ça devra prendre des annĂ©es. Le gouvernement travaille dans ce sens, les nouvelles licences sont non cessibles par exemple.

    Enfin ne mettez pas tout le monde dans le mĂȘme panier, les taxis de ville sont ceux qui se font le plus entendre mais il y en a des milliers en campagne qui sont trĂšs poli, c’est vraiment 2 mondes diffĂ©rents.

  20. Bonjour Eric,

    RĂ©diger un article de qualitĂ© ne se fait pas sur la base d’une unique source d’information. En effet, avez vous contactĂ© les prĂ©fectures et organisations professionnelles des taxis pour en savoir plus ? Avez vous interrogĂ© les vrais professionnels des VTC des entreprises concurrentes pour savoir ce qu’il en Ă©tait ? Visiblement non. Car si vous l’aviez fait, votre article serait complĂ©tĂ© par des Ă©lĂ©ments essentiels.

    Votre article ne prĂ©cise aucunement si les chauffeurs Uberpop suivent une formation exclusivement thĂ©orique et/ou pratique de conduite. Vous omettez de mentionner que les taxis sont contraint d’avoir des vĂ©hicules d’un certain gabarit lĂ  oĂč les Uberpop pourraient vous prendre en charge dans une petite quatre places. Pour encore prĂ©ciser que les taxis doivent soumettre leur vĂ©hicule Ă  un contrĂŽle technique annuel, reprenant les points de contrĂŽle habituels ainsi que ceux propres Ă  leur profession, comme le contrĂŽle du compteur par exemple.

    Vous omettez de prĂ©ciser que les taxis n’ont pas la libertĂ© tarifaire, que le montant de leur prestation est rĂ©glementĂ© par les prĂ©fectures. Vous omettez aussi de prĂ©ciser si le dĂ©pĂŽt de dossier chez Uberpop se fait par correspondance ou obligatoirement sur prĂ©sentation du demandeur, ce qui change beaucoup.

    Vous omettez de prĂ©ciser ou ne savez pas que depuis de nombreuses annĂ©es, les compteurs des taxis peuvent ĂȘtre vĂ©rifiĂ©s, Ă  savoir qu’il y est enregistrĂ© le nombre de courses, kilomĂštres, montant total perçu et lĂ  pour le coup ça devient trĂšs compliquĂ© de ne pas dĂ©clarer ses revenus.

    Vous omettez de prĂ©ciser ou ne savez pas que les candidats Ă  la profession de taxi ou de VTC font l’objet d’une enquĂȘte de moralitĂ© par la prĂ©fecture du lieu de leur demande. LĂ  oĂč un chauffeur uberpop n’aurait qu’Ă  se satisfaire d’envoyer un extrait du bulletin N°3 du casier judiciaire, je ne suis mĂȘme pas sĂ»r que vous vous ĂȘtes intĂ©ressĂ© Ă  savoir ce qu’il pouvait y avoir de mentionnĂ© dessus. Pour information, les administrations ont accĂšs au bulletin N°2 du casier judiciaire, voici une petite piste pour complĂ©ter vos recherches.

    Pour ma part, j’ai souhaitĂ© intervenir sur votre blog, car le lobbying Uberpop est trĂšs actif ces derniers temps, sous couvert d’information, votre article revĂȘt presque le caractĂšre de publicitĂ©, c’est Ă  se demander si vous n’avez pas Ă©tĂ© rĂ©munĂ©rĂ© par cette derniĂšre pour sa rĂ©daction.

    J’aurais aimĂ© pouvoir, dans votre article, trouver des rĂ©ponses Ă  des questions basiques, pour comprendre enfin pourquoi le transport de personnes Ă  titre onĂ©reux est une profession rĂ©glementĂ©e encore aujourd’hui.

    Votre parallĂšle entre Canal + et l’industrie du cinĂ©ma est intĂ©ressante justement, Ă  savoir qu’aujourd’hui encore, le cinĂ©ma est une industrie protĂ©gĂ©e et que l’Ă©tat a mis en place des rĂ©glementations visant Ă  protĂ©ger cette activitĂ©, avez vous omis de le prĂ©ciser ou ne le saviez-vous pas ?

    Ainsi, si vous prĂ©tendez pouvoir rĂ©pondre aux interrogations de vos lecteurs concernant le conflit uberpop/taxis, essayez de le faire correctement, ne vous comportez pas en uberpop du journalisme mais en vĂ©ritable professionnel sachant rĂ©aliser un article objectif riche en sources d’information.

    Je ne suis ni taxi, ni VTC, désolé si je peux ainsi esquiver vos attaques dénonçant un fond de corporatisme malsain ou autre.

    • Eric

      @Seb : j’ai lu votre commentaire avec attention et intĂ©rĂȘt jusqu’Ă  ce passage qui le discrĂ©dite complĂštement « Pour ma part, j’ai souhaitĂ© intervenir sur votre blog, car le lobbying Uberpop est trĂšs actif ces derniers temps, sous couvert d’information, votre article revĂȘt presque le caractĂšre de publicitĂ©, c’est Ă  se demander si vous n’avez pas Ă©tĂ© rĂ©munĂ©rĂ© par cette derniĂšre pour sa rĂ©daction. »
      Et je me suis arrĂȘtĂ© lĂ .

  21. Pingback: UberPop vs. taxis : 5 contre-vérit&eacut...

  22. Article Ă  charge, vous n’Ă©vitez pas les postures un peu caricaturales, les effets de manche passionnĂ©s, les contre-vĂ©ritĂ©s et les clichĂ©s comme vous dites. Si les taxis ont dĂ©boursĂ© 200.000€ c’est parce qu’ils n’avaient pas le choix pour exercer ce mĂ©tier. Quand un mĂ©decin s’installe en face d’un autre il doit avoir fait les mĂȘmes Ă©tudes, payer son officine etc.. il joue avec les mĂȘmes rĂšgles. Le cas Uber est bien particulier, d’ ailleurs ils sont mal vu des concurrents vtc et covoiturage (lecab, blablacar etc..). Uber pop est clairement utilisĂ© pour faire l’argent, (contre l’esprit de la loi) contrairement Ă  blablacar (long trajet…). Pour la maraude elle est bien rĂ©elle (interdit aussi).Vous prenez votre cas pour une gĂ©nĂ©ralitĂ©, « service degueulasse », « cb qui ne fonctionne pas comme par hasard ». Ne me dites pas, allez voir sur Internet les avis des utilisateurs, seul les mĂ©contents s’expriment, et regardez les forums uber, oĂč les avis nĂ©gatifs pullulent aussi. Et les utilisateurs de taxis sont bien plus nombreux. Je ne suis pas taxi, je n’en peu plus de ce taxi bashing Ă  tout va. J’ai utilisĂ© uber et les taxis sans problĂšme, puisqu’on parle d’expĂ©riences personnelles ,l’ un Ă©tait moins chĂšre (le taxi), l’autre plus pratique (uber).

  23. D’accord avec l’article. Dommage cependant que toutes les sociĂ©tĂ©s disruptives aient leur siĂšge social en Irlande ou au Luxembourg…

  24. Le plus gros problĂšme d’Uber est que contrairement aux sociĂ©tĂ©s de taxis, Ă©tant donnĂ© que les chauffeurs ne sont pas salariĂ©s de l’entreprise elle ne paie pas les mĂȘmes charges qu’une sociĂ©tĂ© de taxi qui Ă  des salariĂ©s. C’est un peu comme si je montais une boite de dĂ©veloppement avec uniquement des employĂ©s en statut d’auto-entrepreneur. L’URSSAF me tomberait rapidement dessus.

    Le plus gros du conflit vient donc de la part de ces sociĂ©tĂ©s de taxis qui sont trĂšs importantes (par exemple taxis bleus et G7 – c’est la mĂȘme sociĂ©tĂ© – qui reprĂ©sente plus de 10 000 taxis sur Paris) et font du lobbying pour garder leurs parts de marchĂ©.

    Ensuite viennent toutes les obligations que doit respecter un taxi : signal lumineux sur le toit, taximĂštre, affichages obligatoires …. ainsi que le passage d’un certificat d’aptitude

    Je suis d’accord sur le prix des licences qui n’est pas un problĂšme Ă©tant donnĂ© qu’elles sont dĂ©livrĂ©es gratuitement par la prĂ©fecture (et donc ceux qui les revendent entre 150 et 200 K euros se font un joli pactole)

  25. Bravo pour cet article, vraiment.
    Pas grand chose Ă  dire de plus si ce n’est qu’en tant que non-voyant, je me suis vu refuser purement et simplement (et ceci au mĂ©pris de la loi) une course en taxi car j’ai un chien guide, d’une façon frisant parfois l’impolitesse, me retrouvant Ă  attendre des plombes dans le froid que l’un d’eux veuille accepter de me transporter. Je ne parle mĂȘme pas des dĂ©lais quand on appelle un taxi, le temps que, soit-disant, ils me trouvent une voiture adaptĂ©e Ă  mon compagnon sans qui je suis quasiment incapable de me dĂ©placer seul. Jusqu’Ă  prĂ©sent, les chauffeurs Uber Pop n’ont jamais refusĂ© de prendre mon chien dans leur voiture, bien que ce soit la leur et qu’ils pourraient refuser, chose que je conçois bien volontiers. Mais non, ils ne le font pas, arguant en plus du fait que cela fait partie de leur formation et de leur savoir-vivre.
    Le coup du terminal Carte bleue en panne. Ouais, je connais aussi, ne pouvant retirer de l’argent seul Ă  tous les distributeurs, je me retrouve dans l’impossibilitĂ© de prendre un taxi car je n’ai pas de liquides. Pour moi, Uber est un service extra et je suis Ă  fond avec eux. comme tu dis, il y a un besoin qu’ils ont su parfaitement combler. Sans parler du prix dĂ©fiant toute concurrence et du service efficace.

  26. Bonjour, je me fiche bien pas mal des taxis, qui ont tout fait pour se faire détester en France depuis de trÚs longues années.
    Mais lĂ  il y a un problĂšme de fond qui est bien plus grave que nos petits Ă©mois partisans et trĂšs manichĂ©ens de « pour » et de « contre » et des dĂ©tails des conditions gĂ©nĂ©rales, dont on sait trĂšs bien que personne ne respecte (un peu comme chez Accadomia et consorts).
    Le problĂšme c’est qu’il y a une loi qui encadre une profession et qu’Ă  cĂŽtĂ© de cela il y a des gens qui pratiquent la mĂȘme activitĂ© (et oui la mĂȘme activitĂ©!) sans respecter cette loi et donc … se font appeler autrement. ForcĂ©ment quand il y a une loi trĂšs restrictive qui encadre une profession, ceux qui ne la respectent pas font de la concurrence dĂ©loyale et se font du fric plus facilement. ForcĂ©ment le fric facile ça dĂ©chaĂźne les passions. ForcĂ©ment on se perd dans des dĂ©bats sans fin de cheveux coupĂ©s en quatre pour savoir si c’est la mĂȘme activitĂ© ou pas, si concurrence ou pas, etc. Pourtant il n’y a qu’une seule question Ă  se poser :
    – La loi est-elle bonne ou pas ?
    Si elle est bonne alors on l’applique et on met en taule ceux qui ne respectent pas.
    Si elle est mauvaise, alors on la change et on remet les « rebelles de la nouvelle Ă©conomie » dans la lĂ©galitĂ© et on brise les chaĂźnes des tenants « passĂ©istes » de l’ancienne Ă©conomie conservative, rĂ©actionnaire, … (appelez comme vous voulez je m’en contrefiche).
    Ça vous faire peur le changement ?
    Oui c’est ça en fait, c’est mieux quand ce sont des « rebelles » qui tentent Ă  votre place, on les soutient bien cachĂ© derriĂšre eux en crachant sur les autres, mais tout en conservant les anciennes traditions…. c’est trĂšs stupide, mais c’est tellement plus rassurant.

  27. Max, je suis d’accord avec ce que tu dis car j’ai moi mĂȘme voulu devenir taxi et se me suis renseigner sur les coĂ»ts liĂ©s Ă  la profession de taxi. Tout d’abord, ils doivent dĂ©bourser 2500€ pour la formation de taxi oĂč ont leur apprend les gestes de premier secours, ensuite L’anglais, la comptabilitĂ© et enfin, on leur fait passer un examen de conduite sur un parcourt donnĂ© qu’ils doivent rĂ©aliser le plus rapidement possible sous le regard d’un officier de police, un membre de la prĂ©fecture et d’un examinateur.

    Ensuite une fois le diplĂŽme en poche, il doivent trouver une licence. Sur la rĂ©gion Havraise, les prix varies de 120 000 Ă  150 000€ selon le prix demander et Ă  cela, il faut penser Ă  rajouter prĂšs de 2000€ pour le matĂ©riel de taxi (lumineux, compteur,..) et compter au moins 20 000€ pour une voiture de grande taille car on oblige les taxis Ă  avoir un vĂ©hicule rĂ©cent (moins de 10 ans) avec de l’espace. (une Renault Clio ne pas servir Ă  un taxi). A tout cela, vous devez rajouter les frais d’enregistrement (Chambre de commerce, impĂŽts) et rajouter encore prĂšs de 1500€ pour le droit d’accĂšs au rĂ©seau radio taxi.

    DĂ©solĂ© pour les utilisateurs D’Uberpop, mais je pense qu’ils ne sont que des concurrents illĂ©gaux n’ayant pas tous les frais que les taxis ont et je rappel un point fondamental qui est inscrit dans une loi disant que seul les taxis ont le droit de prendre des clients Ă  la volĂ©e dans la rue contrairement Ă  ce que j’ai vue ici au havre de la part de certains de leurs chauffeurs mĂȘme si quelque rares chauffeur Uber se sont fais enregistrer. D’une maniĂšre ou d’une autre ils ne sont que des chauffeurs illĂ©gaux et se font passer pour des taxis ou des VTC alors je dis stop Ă  Uberpop qui est d’ailleurs interdit dans plusieurs pays.

    • Eric

      @Cloud : ces histoires de frais, de formation etc c’est la mĂȘme chose pour toute personne qui souhaite se lancer dans une activitĂ© professionnelle en libĂ©ral, ce n’est pas spĂ©cifique aux taxis, il faut arrĂȘter avec ça ! Tu crois qu’un coiffeur ou un mĂ©decin bĂ©nĂ©ficie d’un local gratuit, qu’il ne paie de pas de frais administratifs au lancement de son activitĂ© etc ? Alors certes les frais sont rĂ©duits pour UberPop mais c’est le lot de toute concurrence. MĂȘme un mĂ©decin qui a fait entre 8 et 10 ans d’Ă©tudes subit lui aussi une concurrence lew-cost avec internet, les sites mĂ©dicaux, les pharmacies en ligne et l’auto-mĂ©dication, si on va par lĂ . Est-ce que les mĂ©decins cassent la gueule Ă  leurs clients pour autant ?

  28. @Eric : Et c’est bien dommage, car si votre fiertĂ© est sauve, vous vous en tirez par un effet de manche en Ă©vitant de rĂ©pondre aux interrogations pertinentes de cet internaute.

  29. Mouais …pas trĂšs objectif malgrĂ© tout cet article ….en termes de contrevĂ©ritĂ©s et d argumentaire fallacieux le coup du: personnes ne vous obligent Ă  vous endeter pour une licence Ă  200 000 balles ainsi que le coup de la merco Ă  50 plaques ….comment dire

  30. Personnellement, je ne porte pas les chauffeurs de taxi dans mon coeur… pas plus qu’Uber dont les mĂ©thodes et l’optimisation fiscale me dĂ©rangent. Mais force est de constater que dans cette guerre, les taxis partent avec un handicap majeur : l’absence de soutien de leurs clients.
    Beaucoup se sont assis sur leur monopole depuis un paquet de temps et c’est limite aux clients de se plier aux exigences du prestataire (voitures sales, service mauvais, pas de prise en charge sur certains trajets, etc.).
    Non seulement cette façon de faire a Ă©tĂ© le terreau idĂ©al pour que des solutions alternatives se dĂ©veloppent, mais en plus ils se sont flinguĂ©s en matiĂšre d’image.
    Je ne connais personne qui soutien les taxis en ce moment. Personne. Comment peut-on soutenir une véritable mafia qui joue les gros bras contre des concurrents ?!
    Qu’importe si le dĂ©veloppement d’Uber est discutable : ce sont les taxis qui auraient du rĂ©agir par la voie de la qualitĂ©, non celle de l’immobilisme ou de la violence.

  31. Quand ça va tout simplement trop loin… Agresser des individus, mĂȘme si la cause des chauffeurs de taxi est lĂ©gitime, c’est tout simplement n’importe quoi.

  32. L’argument sur la concurrence dĂ©loyale est tout Ă  fait juste, le nier est de trĂšs mauvaise foi.

    À partir du moment oĂč une profession est rĂ©glementĂ©e elle est astreinte Ă  respecter un certain nombre de rĂšgles imposĂ©es par la loi (par exemple taille du vĂ©hicule, sa conformitĂ©, test de conduite etc.). Uberpop passe volontairement outre ces rĂ©glementations pour casser les prix et on devrait dire amen Ă  cette supposĂ©e modernitĂ© ?

    En principe si tu exerces le mĂȘme mĂ©tier tu dois respecter les mĂȘmes rĂšgles, ce n’est pas le cas ici.

    J’ajouterai par ailleurs qu’en ne salariant pas les gens qui travaillent pour uberpop mais en utilisant le systĂšme de auto-entrepreneuriat cette sociĂ©tĂ© contribue Ă  prĂ©cariser l’emploi dans un pays pourtant protecteur vis Ă  vis du salariĂ©.

    Uberpop c’est un peu l’idĂ©al du capitalisme le plus fĂ©roce et le plus libĂ©ral (mĂȘme plus besoin d’employer les gens, ni de prĂ©voir la demande ou faire de la gestion: c’est nos bons petits soldats conducteurs qui sont la variable d’ajustement, nous on se contente d’encaisser les biftons) , et c’est dĂ©fendu par les tenants de la modernitĂ© !

    Bref, l’Ă©conomie collaborative est entrain de saccager 200 ans de luttes des classes et des droits du travailleur au nom du « pas cher » en crĂ©ant le nouveau lumpenprolĂ©tariat: le salariĂ© non-salariĂ© qui attend fĂ©brilement du travail.

    Que les taxis soient souvent des gros cons et se comportent parfois de façon honteuses c’est un fait, pour autant est-ce qu’au nom de ça on doit accepter ce Cheval de Troie d’un libĂ©ralisme trĂšs dur et violent.

    Ă  vous de voir…

  33. J’adooooooooore…..
    c’est clair c’est simple c’est fondĂ©… J’adore!

    Sur la licence, j’ai plus de mal:
    j’avoue que si demain on me dit qu’il faut payer une licence Ă  100K€ pour pouvoir ĂȘtre peintre et que 2 ans plus tard on me dit que c’est gratuit si on passe par un site web pour le mĂȘme mĂ©tier, je l’aurai mauvaise

  34. Nan mais @Seb, Eric avait bien prĂ©venu pourtant, si jamais on dit qu’il a Ă©tĂ© payĂ© alors lĂ  miroir magique plus rien ne compte ! C’est dommage pourtant c’était plutĂŽt intĂ©ressant ce que vous disiez…

  35. Avant de critiquer les taxis et leur faire la morale, peut on aussi aborder le problĂšme des clients qui ne respectent rien, ils mettent leurs pieds sur la banquette ou collent leur chewing gum sur le dossier et j’en passe! La voiture est sale car VOUS la salissez!
    Parlons aussi des charges que nous devons payer alors que ces messieurs vtc ou uberpop ne déclare rien.
    Et enfin une pratique extrĂȘmement repandue, les chĂŽmeurs qui s’ inscrivent sur uberpop et qui cumulent allocations et touche du black par uber.
    Sachez qu’entre les conditions gĂ©nĂ©rales que vous avez vu et un texte de loi il y a une Ă©norme diffĂ©rence.

  36. On parle de concurrence déloyal pour plusieurs raisons:
    – les taxis doivent passer un permis qui dure a peu prĂšs un an
    – ils payent tt les mois Ă  la ville le droit de pouvoir s’arreter n’importe ou
    – ils doivent acheter une licence pour exercer leur travail

    Comparer Ă  UBER ou :
    – pas de licence Ă  payer
    – pas de reversement Ă  la ville
    – pas besoin de permis (a part permis VTC pour Uber mais il me semble que c’est uniquement quelques mois).

    Ce n’est pas la faute de l’ouverture Ă  la concurrence mais simplement de l’Ă©tat qui au dĂ©but a su ramasser l’argent de la vente de ces licences, mais qui maintenant se retrouver embĂȘter quand il s’agit de s’ouvrir a la concurrence. Non les taxis n’ont pas tout les tors.

  37. @Eric, en tout cas c’est HYPER pratique comme moyen de dĂ©fense !

  38. Eric, je ne cautionne pas le fait d’agresser mais reconnais que Uberpop ne fait rien pour calmer le jeu donc permet moi de te dire que Uberpop le cherche bien et que j’espĂšre qu’il soit interdit en france comme il l’est aux Pays-bas et en Espagne.Je reprend ce que tu dis:

    Alors certes les frais sont rĂ©duits pour UberPop mais c’est le lot de toute concurrence. Il y a concurrence lĂ©gale et concurrence illĂ©gale sans respect de la loi comme le fait Uber.

    MĂȘme un mĂ©decin qui a fait entre 8 et 10 ans d’études subit lui aussi une concurrence lew-cost avec internet, les sites mĂ©dicaux, les pharmacies en ligne et l’auto-mĂ©dication, si on va par lĂ . Est-ce que les mĂ©decins cassent la gueule Ă  leurs clients pour autant ?

    Non mais c’est au risque et pĂ©ril des gens. Je suis dĂ©solĂ© pour le gars de Lyon mais de qui il c’est mĂȘlĂ© car et oui, il est venu de se mĂ©ler de se qu’il ne le regardait pas?!

    Ton article est permet moi de te dire ne vaut rien car tu ne t’es renseignĂ©e qu’auprĂšs d’Uber sans aller te renseigner auprĂšs des taxi et des VTC pour faire un article qui est pour moi inutile et mensonger. Tu pourras venir discucter avec moi quand tu seras objectif et non pas partial comme tu l’es actuellement.

    Cordialement Cloud.

  39. « Et alors ? D’une part, personne n’oblige personne Ă  acheter une licence et Ă  s’endetter (en plus du prix de la voiture) lourdement pendant des annĂ©es pour exercer une profession qui ne rapporte soi-disant plus rien. »

    Est-ce que cette phrase est une blague ?

    • Eric

      @ Olivier Sauvage : non. Mais j’avoue Ă  la relecture que c’est peut-ĂȘtre un peu abrupt ou simpliste. Il faut comprendre que j’ai du mal Ă  admettre que l’on se plaigne de son sort alors qu’on a choisi de se mettre dans une situation en toute connaissance de cause. Les taxis qui acceptent de payer 100 ou 200 ou 300k pour une « licence » dont la valeur est purement virtuelle est spĂ©culative devraient d’abord s’en prendre Ă  eux-mĂȘme ou Ă  l’Ă©tat plutĂŽt qu’Ă  une boite privĂ©e qui ne fait qu’occuper un crĂ©neau vacant sur lequel il y a une demande.
      (réponse éditée à 18h37)

  40. Quand on vous lit, tous, objectivement, on ne sait pas forcĂ©ment quoi penser, en dehors de toute polĂ©mique …
    Des arnaqueurs existent dans toutes les professions …
    Les clients d’UberPop ne prendraient sans doute jamais de taxi …
    La G7 et les Taxis Bleus ne sont pas des compagnies de taxis, ce sont des sociĂ©tĂ©s qui mettent en contact les chauffeurs et les clients par un systĂšme de rĂ©servations immĂ©diates ou diffĂ©rĂ©es via radio … ce systĂšme a contribuĂ© Ă  la difficultĂ© de trouver un taxi aux heures de pointe, il faut le reconnaĂźtre … les chauffeurs et les clients paient ce service …
    Je suis cliente des taxis … Je suis tombĂ©e sur quelques phĂ©nomĂšnes, mais trĂšs trĂšs peu …
    Uberpop ne conviendrait pas Ă  mon besoin …
    Quant Ă  l’autre service d’Uber, je crains qu’il soit aussi cher qu’un taxi …

  41. Bonjour Éric,
    Plusieurs personnes vous remontent des erreurs dans votre article, et je suis entiĂšrement d’accord avec elles. Vous confondez les conditions d’Uber (sous le rĂ©gime des VTC) et d’UberPop. N’importe qui peut notamment proposer ses services sur UberPop sans pour autant s’inscrire sur le registre des exploitants de voiture de transport avec chauffeur.
    Cordialement,
    stef

    • Eric

      @stef : Je ne crois pas, et pour le prouver s’il le faut, je mettrai une capture d’Ă©cran des conditions gĂ©nĂ©rales UberPop (et non pas Uber, ou alors ce sont les mĂȘmes) qui m’ont Ă©tĂ© envoyĂ©es par email ce matin mĂȘme par Uber France. Maintenant, si Uber m’a induit en erreur, je le prĂ©ciserai Ă©galement.

  42. Un visiteur on

    Le parallĂšle avec le local n’est pas le bon. Un local n’est pas obligatoire pour exercer une activitĂ©, la licence pour les taxis l’est.
    Je vais faire un parallĂšle simple :
    – Le fait de crĂ©er un Foodtruck permet de se passer d’un local pour faire de la restauration rapide. Pas de concurrence dĂ©loyale ici vis Ă  vis du petit restau Ă  Burger du coin de la rue.
    – Si en revanche le foodtruck en question se soustrait aux rĂšgles d’hygiĂšne prĂ©vues pour les restaurateurs, il y a concurrence dĂ©loyale.
    Le problĂšme ce n’est pas de choisir un modĂšle Ă©conomique diffĂ©rent avec des contraintes diffĂ©rentes, le problĂšme c’est de refuser de se soumettre Ă  la mĂȘme rĂšglementation car dans ce cas la concurrence ne peut pas ĂȘtre Ă©quitable.

    MĂȘme chose, le parallĂšle avec les mĂ©decins n’est pas bon. Aucun site lĂ©gal ne fourni les mĂȘme prestations qu’un mĂ©decin. Certes on y trouve des conseils, mais je ne connais aucun site qui fournisse des ordonnances, et s’il en existe il s’agit d’un dĂ©lit pĂ©nal. Et un site qui ferait cela ferait effectivement de la concurrence dĂ©loyale.

    Je vois souvent l’argument selon lequel Uber devrait subsister et les taxis pĂ©rirent car c’est un modĂšle du passĂ©. Pourquoi? Qu’est ce qui empĂȘche G7 de passer au digital comme Uber et d’apporter le mĂȘme service qu’Uber? Qu’est ce qui empĂȘche Uber de demander Ă  ses chauffeurs d’ĂȘtre titulaires d’une licence de taxi? LĂ  encore rien, sinon la profitabilitĂ© du business.

    D’ailleurs il est amusant de noter que le gros du business model d’Uber repose sur des chauffeurs « indĂ©pendants ». Ce qu’on oublie rapidement c’est que c’Ă©tait aussi le modĂšle des sociĂ©tĂ©s de taxis auparavant. L’Ă©volution de la jurisprudence sur les critĂšres du contrat de travail a largement touchĂ© ces montages.

    • Eric

      @Un visiteur : je comprends vos arguments et j’y souscris mĂȘme pour la plupart, mais pour connaitre et frĂ©quenter des mĂ©decins (qui ne se plaignent pas de leur sort) je les entends dire que leur clientĂšle, mĂȘme la plus ancienne et la plus fidĂšle, change, se dilue et que les nouveaux usages induits par internet n’y sont sĂ»rement pas Ă©trangers.
      Quant Ă  l’argument selon lequel Uber devrait subsister et les taxis pĂ©rir, ce n’est pas le mien, et vous noterez que je ne l’utilise pas dans cet article, ni ailleurs. Bien sĂ»r qu’il y a de la place pour tout le monde puisque justement je considĂšre que dans la grande majoritĂ© de sa clientĂšle, UberPop ne fait pas de concurrence aux taxis (ce qui n’est pas le cas d’Uber et des autres VTC, et mĂȘme des motos-taxis, qui ont aussi Ă©tĂ© en conflit avec les taxis).

  43. Une myriade de posts de cette nature fleurissent en ce moment…Étrange non?

    Le conflit entre Uber et le Taxis est trĂšs simple: L’un doit payer environ 200 000 € pour exercer son mĂ©tier (la fameuse plaque), l’autre non. Que l’Ă©tat, qui a dĂ©cidĂ© d’ouvrir le marchĂ©, assume et rembourse ces artisans et il n’y aura plus de problĂšme.

    Au lieu de ça…Ce gouvernement, tout comme le prĂ©cĂ©dent d’ailleurs, renvoie les deux dos Ă  dos et compte sur la pression de l’opinion publique pour ne pas indemniser ces artisans qui ne sont pas toujours bien fĂ©dĂ©rĂ©s. Je voyais l’autre jour un patron de restaurant relayer ce type « d’info ». Je me demande bien ce qu’il dirait, lui, si on lui disait que sa licence IV ne vaut plus rien du jours au lendemain?

  44. Ok, ouais…J’avais pas vu les commentaires de l’auteur de ce blog, dit « Eric ». Ce blog n’est que pur propagande.

  45. Vous raconter des Ă©normitĂ©s, on voit que vous n’y connaissez rien.
    HUber n’exige pas d’ĂȘtre auto entrepreneur si vous faites maximum 7500€ de chiffres, officieusement.
    HUber qualifie son service de covoiturage, ce n’est est pas un Ă©videmment, grand mensonge, c’est du transport de personnes, ce qui est rĂ©glementĂ© en France comme ailleurs.
    Les vĂ©hicules ne sont pas assurĂ©s pour le transport de personnes, c’est un fait, on parle pas de conduite douce du chauffeur, vous dĂ©raillez, on peut aussi se faire rentrer dedans, Ă  moins que Huber fournisse au chauffeur une bulle de protection.
    Huber, facture tout aux Pays-Bas, donc l’argent Ă©chappe au fisc français, c’est pourtant d’une Ă©vidence…je ne parle mĂȘme pas des chauffeurs du dimanche qui se font virer l’argent sur des comptes Ă©trangers. Soustraction aux charges sociales et Ă©vasion fiscale, faut il en rajouter…

    Le plus pathĂ©tique c’est que vous n’ayez pas d’actions chez Huber comme vous dites, vous vous noircissez donc la langue gratuitement, Huber n’en attendait pas tant. Merci Ă  vous.

    • Eric

      @Harry : pour quelqu’un qui prĂ©tend s’y connaitre, vous Ă©crivez Uber d’une drĂŽle de façon 🙂
      Quant au refrain sur « Uber facture tout aux Pays-Bas », c’est l’argument ultime de ceux qui n’en n’ont pas d’autres. Si Uber, comme beaucoup de sociĂ©tĂ©s, y compris françaises, utilise (lĂ©galement) les faiblesses et avantages du systĂšme fiscal europĂ©en, c’est le systĂšme qu’il faut changer, c’est une question politique et les chauffeurs de VTC n’ont rien Ă  voir avec ça, c’est complĂštement hors sujet. Tout le monde fait pareil Ă  son niveau, y compris vous sur votre dĂ©claration d’impĂŽts, quand vous cherchez les cases « DĂ©ductions ».

  46. Eric

    Alors pour ceux qui doutent ou qui prĂ©tendent malgrĂ© mes vĂ©rifications que l’article est erronĂ©, voici la capture d’Ă©cran de mon Ă©change d’email de ce matin avec Uber. Les partis floutĂ©es relĂšvent de la conversation privĂ©e ou sont destinĂ©es Ă  cacher l’identitĂ© de la personne.
    Cliquez ici : http://www.presse-citron.net/w.....e-uber.jpg

  47. Votre article est du cĂŽtĂ© d’Uber , c’est indĂ©niable ! Et pourtant je ne suis pas trĂšs fan des taxis … mais votre neutralitĂ© est Ă  remettre en cause , je pense .

    • Eric

      @Hey : cet article ne prĂ©tend pas ĂȘtre neutre. Relisez le prĂ©ambule, oĂč je dis clairement « Si vous me suivez un peu sur Facebook, vous avez certainement compris que je ne suis pas un grand fan des taxis » et la conclusion dans laquelle j’explique pourquoi je prends parti.

  48. Le problĂšme vient aussi de l’Ă©tat qui ne bouge pas (pas plus qu’Uber)… Et si tous les taxis passaient finalement pas Uber, l’Ă©tat trouverait une solution, non? Mais c’est vrai que s’ils ont achetĂ© une licence bien chĂšre, ça leur fera mal de la laisser tomber (et puis il doit y avoir une certaine forme d’ego qui prend le pas aussi, un peu de jalousie aussi je pense)
    Et pour info je n’ai jamais pris Uber (j’ai pas de tĂ©lĂ©phone avec internet) et les quelques fois oĂč j’ai pris le taxi c’Ă©tait pas gĂ©nial (humeur du chauffeur, taxi sale,…).

  49. Ha y’en a quand mĂȘme qui dĂ©fendent les taxis ? Google, construit-nous vite tes voitures autonomes, qu’on rĂšgle ce problĂšme dĂ©finitivement !

  50. 1. UberPop c’est de la concurrence dĂ©loyale

    Le problĂšme avec cette notion de « concurrence dĂ©loyale » c’est qu’on nous la sort Ă  peu prĂšs Ă  toutes les sauces : VRAI certain ne savent pas ce que ça veut dire en effet. sauf que « Ce qui signifie que le chauffeur UberPop est assujetti Ă  toutes les charges classiques d’un professionnel, mĂȘme si sous le rĂ©gime d’auto-entrepreneur ces derniĂšres sont plus avantageuses, en tout cas lors des premiers mois d’activitĂ©. » … lĂ  c’est faux. MĂȘme sur le site de UBERpop ils n’est nullement question d’inscription comme vous le laissez pensez.
    http://www.chauffeur-uber.fr/c.....onducteur/

    Pour le prix exorbitant des autorisation de stationnement des taxi, ont est sur la mĂȘme longueur d’onde.

    2. Uber et UberPop, économie du partage ou « économie collaborative » ?
    Objectif et parfaitement résumé

    3. UberPop favorise le travail au noir

    La encore, l’amalgame est fait entre VTC et UBERPop. Ce sont deux service totalement different. Par contre mĂȘme si je vous rejoint sur les transaction d’argent liquide, je persiste Ă  penser et a dire que UBERPop dĂ©veloppe le travail au noir, car vous savez trĂšs bien que ces particuliers ne dĂ©clarent pas ce qui dĂ©coule de UBER. Ben entendu c’est Ă  leur risque et pĂ©rils comme vous dites … mais c’est pourtant le cas.

    4. Les véhicules UberPop ne sont pas assurés pour le transport de passagers

     » J’ai Ă©galement vĂ©rifiĂ© auprĂšs d’Uber : pour ĂȘtre chauffeur UberPop il faut, je cite « une assurance responsabilitĂ© civile professionnelle (couvrant vĂ©hicule, conducteur, passagers, tiers) ».
    La encore, vous parlez des condition de UBER et non de UBERPop. (vous le dites vous mĂȘme relisez). Et verifiez bien le lien que je vous ai collĂ©, il n’est pas question d’assurances PRO.
    Je confirme qu’en cas d’accident, mĂȘme si le chauffeur est assurer comme tout bons automobilistes, l’assurances ne fonctionnera PAS car il est bien notĂ© dans tous les contrats d’assurance perso, qu’il ne couvrent pas les transport Ă  « but lucratif ». Cest le cas d’UBERPop, quelque soit la rĂ©munĂ©ration.
    Attention, cette clause ne concerne pas le CoVoiturage (BlaBlacar par exemple) car c’est un partage de frais et non Ă  but lucratif.

    5. N’importe-qui peut devenir chauffeur UberPop, sans aucun contrîle
    vous confondez encore UBER et UBERPop
    Vous :
    ComplĂštement faux. Encore une fois, j’ai vĂ©rifiĂ© auprĂšs d’Uber. Pour devenir chauffeur UberPop, il faut avoir plus de 21 ans et permis B de plus d’un an, possĂ©der un vĂ©hicule de 4 portes de moins de 8 ans et une carte grise au nom du chauffeur, prĂ©senter un casier judiciaire vierge et une visite mĂ©dicale d’aptitude Ă  la conduite, et suivre une formation sur la qualitĂ© et la sĂ©curitĂ© sanctionnĂ©e par un test de 90 questions.

    Sur le site :
    Avoir au moins 21 ans
    DĂ©tenir un permis de conduire (B) issu de l’Union EuropĂ©enne et valide depuis plus d’un an
    Présenter un casier judiciaire vierge (extrait n°3)
    5 portes (citadine, berline) et trĂšs bon Ă©tat
    Véhicule de moins de 10 ans (immatriculé au maximum en 2005)
    Carte grise et assurance au nom du conducteur

    « Certes tout cela peut paraitre pour certains assez lĂ©ger et reprĂ©senter un minimum, mais ces quelques rĂšgles permettent dĂ©jĂ  de filtrer « sĂ©rieusement » l’accĂšs Ă  cette activitĂ©.

    C’est surement parce que c’est « serieux » qu’un conducteur avait un bracelet Ă©lectronique Ă  la cheville … qu’un autre Ă©tait un fonctionnaire en arrĂȘt maladie … et j’en passe.

    Je ne suis pas contre la concurrence mĂȘme si des fois c’est difficile…
    Je sais aussi que certains taxis ont pourri la profession et c’est de lĂ  que vient le plus gros problĂšme Ă  mon sens. Mais ne dĂ©fendez pas l’indĂ©fendable. Sans cotisation, on assassine notre systĂšme social. Que vont devenir nos enfants ??? Vivre devant leur PC dans une sociĂ©tĂ© que se sera auto-dĂ©truite ?
    Oui il faut prendre en compte la dolĂ©ances des usagers et y rĂ©pondre en faisant le grand mĂ©nage chez les taxis … mais arrĂȘtons de valorisez UBER France qui emploi en rĂ©alitĂ© moins de 20 personnes, qui n’a qu’un petit capital social de 10 000 € et qui exploite la misĂšre vu son Chiffre d’affaires de 1 771 600,00 € (2013) alors qu’ils ne vendent eux mĂȘme finalement que du vent !

    http://www.societe.com/societe.....XkXPipx.99

    • Eric

      @Lavaud : regardez la mise Ă  jour avec capture d’Ă©cran en bas de cet article. On parle bien d’UberPop.

  51. C’est vraiment d’une mauvaise foi sans nom ce premier chapitre.
    Poussons un peu plus loin sa comparaison entre la licence de taxi et un bail pour avoir une boutique :
    Dans votre exemple, on peut considerer que n’importe quel auto-entrepreneur a le droit de venir installer son stand sur le trottoir juste devant chez son boucher, et de vendre de la viande
 moins chùre puisqu’il n’a pas de bail à rembourser.
    Le prix des licences (gratuites au dĂ©part) a certes flambĂ© Ă  cause des compagnies de taxis. Mais celui qui est malhonnĂȘte, ce n’est pas celui qui a une licence aujourd’hui, c’est le connard qui l’a revendue Ă  prix d’or il y a 10 ans.

    Poussons maintenant plus loin votre comparatif avec les CD et les mp3
 Inutile d’en dire plus, si le mp3 Ă  cartonnĂ©, c’est parce que c’est du vol; et qu’il est difficile de rivaliser avec un produit Ă  0 euros.
    Les gens qui dĂ©fendent UberPop, ont souvent des arguments du meme niveau que ceux qui dĂ©fendent le piratage : des arguments pourris pour justifier que tout doit ĂȘtre gratuit.
    (Pourtant, je suis un grand fan des VTC, mais il faut rĂ©flĂ©chir un peu et arrĂȘter ces raccourcis faciles)

  52. Article trĂšs incomplet et FAUX ! Merci de corriger.

    FAUX : « vĂ©hicule de 4 portes de moins de 8 ans » –> Moins de 10 ans
    FAUX : « une assurance responsabilitĂ© civile professionnelle (couvrant vĂ©hicule, conducteur, passagers, tiers) » –> Il faut seulement une carte verte valide (mĂȘme pas de demande du controle technique!!!)
    FAUX:  » il faut obligatoirement ĂȘtre enregistrĂ© sous le rĂ©gime de l’auto-entrepreneur » –> Je suis Ă  plus de 9000€ depuis janvier 2015 et ils ne m’ont toujours rien demandĂ©…
    De plus, vous ne pouvez pas dĂ©duire de frais kilomĂštriques avec le status auto-entrepreneur, c’est du mensonge ce qu’ils nous disent.
    http://www.expert-comptable-tp.....trepreneur

    Enfin, Uber n’Ă©dite pas de factures mais seulement des reçus –> Aucune valeur juridique.

    Il suffit d’un permis + piĂšce d’indentitĂ© + casier judiciaire.
    Je suis chauffeur UBERPOP, je sais de quoi je parle.
    Il suffit de s’inscire, vous verrez bien.

    Merci donc de rĂ©ctifier cette article avec la rĂ©alitĂ© des choses (ou au moins de faire le test), c’est de la dĂ©sinformation !

  53. On pourrait arrĂȘter de dire n’importe quoi ?
    La licence des taxis est délivrée GRATUITEMENT par la prefecture.
    Si les taxis choisissent de la payer c’est pour Ă©viter d’attendre et cette attente est due au numerus clausus voulue par les taxis eux meme afin de spĂ©culer sur cette licence qui devient rare et donc chĂšre.
    Donc pour la licence que plus personne n’en parle, tant pis pour les taxis.
    Tout comme l’argument de l’optimisation fiscale : on a crĂ©e l’Europe avec libre circulation des biens, argent, … pourquoi UBER devrait ĂȘtre plus cons que les autres et payer plus d’impĂŽts qu’ils ne doivent en payer lĂ©galement ?
    Il faut s’en prendre aux politiques, pas Ă  ceux qui sont douĂ©s fiscalement.
    Enfin les taxis ont profitĂ© pendant des annĂ©es de leur situation monopolistique pour se gaver comme des porcs sur les clients, en n’Ă©tant pas assez nombreux, en facturant comme des malades avant d’arriver au client, et en ne s’adaptant pas Ă  la technologie.
    Si les taxis paient trop de charges et bien que l’on baisse ces charges !
    Quant aux « permis » pour ĂȘtre taxis, honnĂȘtement, ne nous faites par rire, depuis que les GPS existent Ă  part le permis de conduire il faut quoi comme compĂ©tence pour ĂȘtre chauffeur de taxi ?
    Bref les taxis ont joués, longtemps, ils ont perdus.
    Personne ne va les plaindre.

  54. L’article est trĂšs intĂ©ressant et les commentaires c’est encore mieux, c’est rare de voir un sujet qui dĂ©chaĂźne autant les foules. Pour avoir utilisĂ© les services des taxis et d’Uber il n’y a rien Ă  voir. Les taxis ont profitĂ© pendant trop longtemps de leur monopole et maintenant ils ne savent pas s’adapter Ă  la concurrence, bien fait pour eux 🙂

    Quand on utilise des méthodes issues de la finance faut pas se plaindre si ça se passe moins bien aprÚs !

  55. @tous les dĂ©tracteurs d’uberPop ici prĂ©sent :
    Pourquoi dites vous tous que le taxis et uberPop font le mĂȘme mĂ©tier ?
    Dites moi si je me trompes mais un UberPop n’a pas les mĂȘmes droits qu’un taxi : couloirs de bus, autorisation de stationner et d’attendre les clients (je ne connais pas le terme),… Et sĂ»rement beaucoup d’autres, mais n’Ă©tant pas du mĂ©tier (contrairement Ă  beaucoup de personnes ici d’aprĂšs ce que je lis) je vous laisse les rajouter.

    Enfin bref, d’un point de vue d’un client ultra occasionnel de taxi, beaucoup de dĂ©sagrĂ©ments constatĂ©s (trĂšs souvent pour la mĂȘme raison : trajet pas rentable, car zone d’arrivĂ©e en campagne, et bien sĂ»r l’amabilitĂ© lĂ©gendaire de ce corps de mĂ©tier :p).
    Je suis donc logiquement ravi de l’arrivĂ©e de ce type de service, ou l’on ne m’a jamais refuser. Et je pense qu’Ă©normĂ©ment de clients sont dans mon cas.

    Et si les agressions de clients se poursuivent, ce sera Tous les clients qui boycotteront les taxis : l’exemple du jeune homme agressĂ© Ă  Lyon (nez fracturĂ©, 21 jours d’ITT) car il a osĂ© prendre un UberPop car les taxis ne voulaient pas le prendre (car en grĂšve).

    Mais juste un conseil aux taxis, revendez votre licence tant qu’elle coĂ»te encore quelque chose car le mĂ©tier (tel qu’il est) est vouĂ© Ă  mourir.

    Sur ceux bon courage Ă  ceux qui prĂ©fĂ©reraient lutter pacifiquement et lĂ©galement, mais par contre un gros fuck Ă  tous les cons tendant des embuscades en mode lĂąche…

  56. Michaël on

    Aujourd’hui, Ă  la veille des manifestations de taxis, je tenais Ă  informer mes clients, les usagers et citoyens de la situation.
    Je ne vais pas parler de la concurrence de type VTC et autre qui jusqu’a preuve du contraire reste lĂ©gale si elle est exercĂ©e convenablement, mais plutĂŽt des services de particuliers Ă  particuliers Ă  but lucratif, organisĂ© par des sociĂ©tĂ©s qui ne crĂ©aient aucun emploi ou presque, qui exploitent la misĂšre pour le bonheurs d’une poignĂ©e d’actionnaires dont un ex-membre du gouvernement

    Autoriser UBERpop c’est tuer les « artisans » taxi 
 mais c’est aussi et avant tout ouvrir une brĂšche et laisser ainsi la lĂ©gitimitĂ© Ă  la sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine UBER, qui sachez le n’emploi que moins de 20 personnes en France. Elle exploite la misĂšre des gens en laissant croire qu’il est simple de gagner de l’argent sans mesurer les consĂ©quences et les dĂ©gĂąts qui vont en dĂ©couler.
    Imaginez :
    UBERboulanger ou un particulier vendrait sur le trottoir, des croissant et du pain achetĂ©s pas cher Ă  Auchan et revendu avec quelques centimes de plus, histoire d’arrondir ses fins de mois.
    UBERcoiffure ou un particulier viendrait chez vous et manipulerait sur votre tĂȘte, sans expĂ©rience ni formation, des produits plus ou moins dangereux achetĂ©s sur Amazon
    UBERautoĂ©cole ou des particuliers donneraient des leçons de conduite Ă  vos enfants avec sa propre voiture et sans expĂ©rience et sans assurance pro (c’est dĂ©jĂ  rĂ©ellement en projet)
    UBERcafĂ© un particulier vendrait des boisons et friandises aux arrĂȘts de bus, devant les Ă©coles.
    UBERmécano ou un particulier toucherait les organes vitaux de votre voiture en suivant des tutos sur YouTube
    Peintre, dĂ©mĂ©nageur, ambulanciers, plombier… tous mĂ©tiers peuvent ĂȘtre touchĂ©s demain si on laisse faire n’importe quoi.
    De plus, sans cotisations, sans charges 
 c’est le dĂ©clin de notre systĂšme social français !
    Ecoles, hîpitaux, infrastructures, caisses de retraite et de chîmage

    Quel avenir pour vos enfants et leurs enfants ??? Au nom de quoi ? du modernisme ? de la liberté ?
    Essayer donc d’aller bousculer l’économie amĂ©ricaine pour voir 

    Un peu de bon sens et de rĂ©flexion s’imposent. Il ne s’agit pas ici de dĂ©fendre la simple cause des artisans taxi, mais bien de dĂ©fendre notre avenir Ă  tous !

  57. terrifiant vous etes au journalisme ce qu’ est uber pour les taxis.
    assertion facile a la limite de la palisse surtout continuer a faire des blogs aussi peu profond et intĂ©ressant pour occuper la populace qui a peur de rĂ©flĂ©chir. …

    • Eric

      @manu : je ne suis pas journaliste, je ne revendique aucune totale objectivité et je dis ce que je pense comme je le pense.

  58. JĂ©rĂŽme on

    J’Ă©tais assez neutre en abordant l’article, mais en le lisant, j’avoue que beaucoup d’arguments sont d’une mauvaise foi qui rend impossible de soutenir sĂ©rieusement le parti pris de pour UberPop

    A vous lire, on devrait faire comme le propose certains libĂ©raux amĂ©ricains: supprimer l’exigence de diplĂŽmes pour exercer les profession mĂ©dicales. Seul le bouche Ă  oreille et le rĂ©sultat devait suffire pour crĂ©er la patientĂšle, Ă  les entendre… A quoi bon les rĂšgles? Si un medecin est assez stupide pour faire de Ă©tudes c’est son problĂšme…. c’est ça le raisonnement?
    Non, toutes les professions ont des rĂšgles qui doivent s’appliquer Ă  tous ceux qui veulent l’exercer. si les chauffeurs de taxi paient une licence c’est parce que c’est la rĂšglementation, et parce que cette rĂšglementation et sensĂ©e s’appliquer Ă  tous. Ils sont aussi libre de devoir payer la licence que tu es libre de devoir payer des impĂŽts quand tu travailles. Et bien sur qu’on a le droit et mĂȘme le devoir de montrer du doigt ceux qui truandent le fisc et ne payent pas l’impĂŽt lorsqu’ils devraient le faire. Pareil avec les chauffeurs de taxis qui ont le droit de se plaindre lorsque certains proposent le mĂȘme service qu’eux mais ne payent pas les mĂȘmes charges

    Votre thĂ©orie c’est que quelqu’un qui contourne les rĂšgles est un hĂ©ros de l’optimisation Ă©conomique, et quelqu’un qui les suit est un imbĂ©cile… Quelqu’un qui ne suit pas les rĂšgles est un tricheur, point barre.
    Vous ne voyez sĂ©rieusement aucun problĂšme au fait que l’argent français utilisĂ© pour un service qui se dĂ©roule en France se volatilise aux Pays Bas? Les charges sociales qui devraient ĂȘtre perçues par l’Ă©tat, elles finissent ou? volatilisĂ©… Ce n’est pas la faut d’Uber? De qui alors??? Accusons l’Ă©tat et louons ces entreprises pour leur ingĂ©nuitĂ© Ă  tricher et contourner les loi, c’est ça? Cynisme quand tu nous tiens

    Ok, tu payes moins cher ton dĂ©placement, mais c’est grĂące entre autre aux coupes sur les charges sociales. Triste monde ou l’Ă©tat est vu comme l’ennemi et les entreprises qui ne cherchent qu’a appauvrir l’Ă©tat, donc la sociĂ©tĂ© entiĂšre, sont vues comme le progrĂšs Ă©conomique et social…
    C’est grĂące Ă  ces gentilles entreprises qui truandent les charges sociales que l’Ă©tat doit constamment dĂ©penser moins et prĂ©lever plus de taxes et impĂŽts… Les entreprises qui dĂ©veloppent le low cost paupĂ©risent plus la sociĂ©tĂ© qu’elle ne l’enrichissent. Il faudrait ouvrir les yeux plutĂŽt que de sans cesse raisonner en moins cher = progrĂšs

    A tous les niveaux, Ă©conomique, social, moral, UberPop est dans le rouge. Le seul argument positif: c’est moins cher pour le consommateur…. Je sais pour beaucoup, c’est le seul argument qui compte… Mais si en parallĂšle ça veut dire qu’on devra payer plus d’impĂŽts? C’est un gain?

  59. Il me semble que Uber ou tout autre systeme comme toujours se dĂ©responsabilisent vis Ă  vis de la loi en mettant un cahier des charges dont ils ne possĂšdent aucun pouvoir de contrĂŽle ou de rĂ©pression , les personnes inscrites le font sur leurs propres dĂ©clarations de bonne foi ou pas…. Les auto entrepreneurs dĂ©clarent leur prestations lorsque ils les exĂ©cutent, leurs engagements financiers en tant que chauffeurs occasionnels pourraient leurs permettre de ne pas dĂ©clarer toutes leurs prestations ….. Et en ce qui concernent les assurances attendront de voir si les contrats d’assurances dit personnels ne vont pas exclure ou demander une prime supplĂ©mentairement pour ce type d’exercice…attendons de voir lorsque cela sera mieux encadrĂ© si ces chauffeurs trouveront cette pratique aussi intĂ©ressante…. attendons de voir comment les artisans taxis Ă  titre corporatif rĂ©agiront pour les bienfaits de leur activitĂ©s …

  60. Je suis :
    – 100% pour les VTC
    – 100% pour les services de covoiturage type Blablacar
    – 100% pour des taxis rĂ©glementĂ©s pour tout ce qui prise en direct dans la rue (les touristes doivent : 1/ ne pas se faire harceler comme dans beaucoup de pays 2/ pouvoir monter dans un taxi bien identifiĂ© sans inquiĂ©tude)

    Uber Pop ne rentre dans aucune de ces cases car il repose sur une Ă©norme hypocrisie. Il est censĂ© ĂȘtre Ă  l’origine un service de covoiturage pour les petites distances… (« DĂ©couvrez uberPOP, le covoiturage urbain Ă  prix malin ! « ) mais l’offre n’existe pas (pour les petites distances il est quasi impossible d’avoir le mĂȘme besoin de point de dĂ©part, point d’arrivĂ©e en mĂȘme temps).

    Uber profite juste de cette appellation fallacieuse pour s’affranchir des obligations liĂ©es Ă  la profession et pour faire passer des professionnels pour des particuliers amortissant leur vĂ©hicule.

    Je suis désolé mais je trouve que Presse Citron a recopié un peu vite les infos données par la société Uber.

    Il est marquĂ© noir sur blanc sur leur site que en dessous de 7500€ :
    – pas besoin de SIREN
    – pas besoin d’assurance RC Pro
    – pas besoin d’attestation mĂ©dicale
    – pas besoin de formation complĂ©mentaire
    Source : http://www.chauffeur-uber.fr/f.....r-l-annee/

    (Et j’ai le sentiment que beaucoup ne dĂ©fendent le service que parce qu’il est moins cher, sans mĂȘme s’intĂ©resser Ă  ce qu’il y a derriĂšre.)

  61. Compliments pour la qualitĂ© de l’article et la sĂ©rĂ©nitĂ© des rĂ©ponses quand bien mĂȘme les rĂ©actions et commentaires sont virulents voire violents.
    Votre analogie avec P. NĂšgre que j’ai, Ă  l’Ă©poque, particuliĂšrement critiquĂ© pour son manque de vision, est des plus pertinentes : les gĂ©missements des taxis sonnent Ă©tonnamment Ă  l’unisson avec ses larmoiements de l’Ă©poque …

  62. J’ai arrĂȘtĂ© la lecture de l’article aprĂšs le 1er point sur la concurrence dĂ©loyale. Lorsqu’on Ă©crit des articles de « presse citron », on a effectivement une enquĂȘte journalistique qui ressemble Ă  de la citronnade, c’est-Ă -dire trĂšs lĂ©gĂšre et sans profondeur.
    Avant l’apparition d’Uber, le chauffeur d’une voiture qui prenait des passagers et les transportait d’un point Ă  un autre s’appelait « un taxi ». Or le mĂ©tier de taxis est rĂ©glementĂ© (enquĂȘte rapide mais pas pressĂ©e sur le site de l’État : http://vosdroits.service-publi.....tml#N100DE).
    Aucune rĂ©glementation pour les uns, une rĂ©glementation pour les autres. Une Ă©preuve, une carte professionnelle, des conditions d’inscription pour les uns, rien pour les autres. Oui, c’est dĂ©loyal.
    Avec, il est vrai, des avancées de la qualité du service pour les uns, pas pour les autres !
    Bon, j’arrĂȘte de lire et d’Ă©crire.

  63. Pierrotlalune on

    Article intéressant mais clairement à charge, quoi que tu en dises.

    Concernant l’obligation d’ĂȘtre auto entrepreneur, c’est faux. Comme tu le mentionnes Ă  plusieurs reprises, on parle ici d’Uber Pop. D’une, sur leur site l’obligation d’ĂȘtre auto-entrepreneur n’est mentionnĂ©e que pour la partie chauffeur professionnel (Uber X). De 2, je sais par expĂ©rience qu’Ă  aucun moment Uber ne requiert un SIREN quelconque lors de ton inscription en tant qu’Uberpop.

    Concernant la lĂ©galitĂ©, si c’st parfaitement lĂ©gal, va falloir m’expliquer pourquoi depuis quelques semaines il y a des contrĂŽles de police et pourquoi les Uber Pop que je prends me font monter sur le siĂšge passager en me demandant de dire que je suis un pote en cas de contrĂŽle.

  64. Pierrotlalune on

    Eric,

    Concernant certaines de vos affirmations, plutĂŽt que d’envoyer un mail explicite Ă  Uber en leur expliquant que vous Ă©crivez un article, vous pouviez par vous-mĂȘme rĂ©aliser une procĂ©dure factice d’inscription.

    Concernant le statut d’auto-entrepreneur: ce n’est jamais mentionnĂ© lors de tout le processus d’inscription et aucun document justificatif n’est requis. La seule mention que l’on peut trouver est dans le contrat: « Vous dĂ©clarez que vous ĂȘtes un entrepreneur indĂ©pendant dont l’activitĂ© est de fournir les services de transport dĂ©crits dans le prĂ©sent contrat ».

    C’est vrai, c’est requis mais par expĂ©rience, Uber ne vĂ©rifie jamais et je suis prĂȘt Ă  parier que 90% des chauffeurs Uber pop ne sont mĂȘme pas au courant oĂč ont ignorĂ© sciemment ce passage.

  65. Juste une remarque en passant (j’ai pas lu tout les commentaires).
    Je trouve qu’on ne parle pas assez de l’aspect « mathĂ©matique » du problĂšme, qui est quand mĂȘme la source de tout.

    Le principe de base, c’est que la recherche du profit par les taximen (qu’ils soient « vrais » ou de chez Uber) et la concurrence entre eux va les pousser Ă  fournir une meilleure. Sauf que non, si les taximen veulent augmenter leur profit, il faut qu’ils augmentent les incitants Ă  prendre un taxi. Et ces incitants sont certes les prix bas, mais Ă©galement le fait que prendre sa propre voiture est dĂ©sagrĂ©able.
    Donc, la concurrence pure et simple dans le cas des taxis signifie que l’Ă©quilibre ne va s’Ă©tablir qu’Ă  condition qu’il y ait beaucoup de taxis, qui encombrent les rues et utilisent les places de parking, rendant l’usage de la voiture encore plus dĂ©sagrĂ©able.

    VoilĂ  pourquoi la limitation des licences de taxis n’est pas si stupide, elle empĂȘche Ă  la concurrence de s’exercer librement et de crĂ©er une situation dĂ©favorable aux intĂ©rĂȘts de la sociĂ©tĂ©.

  66. Pierre Malvies on

    Les taxis refusent la concurrence…se concentrent sur le nĂ©gatif et font appel Ă  la violence.
    Pourtant la concurrence n’est jamais mauvaise, elle apprend Ă  se remettre en question, Ă  amĂ©liorer ses services,Ă  se dĂ©marquer et Ă  se rĂ©inventer…mais pour cela il faut se nourrir de bons sentiments…ces chauffeurs de taxi violents sont une honte pour leur corporation qui en pĂątira trĂšs certainement.

  67. L’application Taxis G7 (du moins pour iPhone) est sortie bien avant qu’Uber ne soit crĂ©Ă©…
    Leur qualitĂ© de service et celle qu’ils imposent Ă  leur chauffeurs affiliĂ©s sont indĂ©niables et n’ont pour moi rien Ă  envier Ă  celle des VTC, jusqu’Ă  maintenant je n’ai eu que des expĂ©riences trĂšs satisfaisantes (et pas une seule CB en panne).

    AprĂšs, si on aborde le sujet des taxis pris dans la rue (qu’il arbore ou pas les couleurs d’une centrale de rĂ©servation, la course d’un taxi pris dans la rue ne concerne que lui et vous…) c’est autre chose…

  68. Le débat dans les commentaires à propos des conditions à remplir pour devenir chauffeur UberPop me laisse perplexe.

    J’ai tentĂ© de vĂ©rifier directement sur leur site et il semble qu’il ne soit pas demandĂ© de statut d’auto-entrepreneur:
    http://www.chauffeur-uber.fr/c.....onducteur/
    https://partners.uber.com/signup/lyon/
    Contrairement aux chauffeurs VTC qui nécessitent un statut professionnel (donc AE au minimum):
    http://www.chauffeur-uber.fr/c.....demarches/

    J’ai ensuite complĂ©tĂ© la procĂ©dure d’inscription et il n’y a aucune allusion au statut AE, ni Ă  la RC pro.

    Alors peut-ĂȘtre cela vient-il dans un second temps, aprĂšs Ă©tude du dossier, mais dans ce cas il serait honnĂȘte de l’annoncer au prĂ©alable.

    @Eric vous vous rĂ©fĂ©rez toujours au mail reçu de Uber, mais visiblement ce mail contient des informations qui ne figurent nulle part ailleurs. N’ont-ils pas cherchĂ© Ă  enjoliver la situation sur des points qu’ils savent ĂȘtre problĂ©matiques Ă  la vue de votre demande (« Media inquiry from… ») ? Peut-ĂȘtre faudrait-il vĂ©rifier auprĂšs de Uber si ils ne se sont pas mĂ©langĂ© les pinceaux entre leurs deux services ? Et si ce sont bien les bonnes conditions qui figurent dans le mail, leur demander pourquoi on ne les retrouvent pas sur leur site ou lors de la procĂ©dure d’inscription ?

  69. je trouve votre article a charge, en tant que client ce qui nous interesse c est de payer le moins cher possible. Des cons y en a partout pas que chez le s taxis, je trouve dommage de les accabler aussi facilement. Leur profession est reglementĂ©e, effectivement quand vous commandez un taxi il arrive toujours avec 8-10 euros au compteur, mais c est le compteur, les tarifs sont reglementĂ©s et controlĂ©. et puis franchement pour 1 ou 2 cons, j ai rencontrĂ© plein de chauffeurs tres sympa, quand je prends le taxi c est pas pour discuter mais pour qu il m emmene ou je veux… donc arretons de nous dechainer sur les taxis et soyons honnete de reconnaitre que c est legitime de vouloir proteger son gagne pain. ..

  70. KenAddams on

    Ça va, l’article n’est pas trop Ă  charge ni partisan….

  71. Tout le monde ici voit d’un trĂšs bon Ɠil l’arrivĂ©e d’Uberpop, de plus pour des trajets qui n’interressent absolument pas messieurs les Taxis…
    En effet par ici il faut les commander bien Ă  l’avance et si c’est pas pour la gare ou l’aĂ©roport, au mieux ils sont overbookĂ©s, au pire ça grince des dents et on a droit Ă  la soupe Ă  la grimace…
    Aussi je suis Ă©tonnĂ© de lire autant d’avis nĂ©gatifs n’Ă©manant pas de Taxis, est-ce un hasard ?!?
    Parce qu’au final, ce sont les seuls qui sont indisposĂ©s par l’arrivĂ©e de  »cette concurrence » qui pour moi n’en ai pas une. En effet Uberpop s’adresse Ă  des personnes qui de toutes façons n’ont pas les moyens de prendre le taxis et pour des trajets qui de plus n’intĂ©ressent pas les taxis…
    Alors oĂč est le problĂšme ? Le prix de votre licence etc… Revendez-lĂ  et mettez vous chez Uber oĂč demandez des comptes Ă  l’État, mais pourquoi vouloir pĂ©naliser le reste de la population qui n’y est pour
    rien et pour du travail qui ne vous intéresse pas?
    J’ai Ă©normĂ©ment voyagĂ© et question transport taxis en France on est vraiment Ă  la ramasse, pour il y aurait de quoi faire vivre des gens!
    Les usagĂ©s qui sont contre Uber peuvent toujours continuer Ă  pendre le Taxis, on ne les en empĂȘchent pas, oĂč est le problĂšme ?

  72. @Eric
    C’est sympa de se vanter de ne pas ĂȘtre journaliste, mais l’article aurait eu plus de poids si vous aviez aussi contactĂ© d’autres acteurs du conflit.

  73. Pingback: UberPop vs. taxis : 5 contre-vérités passées au crible | NicoChagny.net

  74. Je viens de me faire tabasser par une bande de facteurs pour avoir envoyĂ© un e-mail au boulot. 🙂

  75. Cette déferlante de commentaires anti-Uber est assez étrange, ça sent un peu le gros lobbying des taxis qui inondent les réseaux sociaux et forums avec leur propagande.
    Ou alors c’est que ce pauvre vieux pays est vraiment foutu, si les gens pensent vraiment ce qu’ils Ă©crivent, conditionnĂ©s et formatĂ©s par des dĂ©cennies de monopoles, de corporatismes et de conflits sociaux. Ce dĂ©ni de rĂ©alitĂ© est terrifiant.
    Et ceux qui parlent de sauver notre modĂšle social, de quel modĂšle social parlez-vous ? De celui qui fait de ce pays un pays sclĂ©rose, immobile, avec 8 millions de chĂŽmeurs, une sĂ©cu en faillite, 6 millions de fonctionnaires, des jeunes qui s’en vont Ă  l’Ă©tranger et un FN a 30% ? C’est ca le modĂšle social que vous voulez sauver pour vos enfants en dĂ©fendant bec et ongles ces chers taxis ? C’est vrai que ça fait rĂȘver….

  76. Eric

    @PIERROTLALUNE : c’est ce que j’ai fait au dĂ©but, j’ai commencĂ© Ă  m’inscrire comme chauffeur UberPop, mais la procĂ©dure est assez fastidieuse, il faut uploader plusieurs documents que je n’avais pas (carte grise, photos de la voiture, casier judiciaire etc) et j’ai abandonnĂ© en cours car pendant le mĂȘme temps je recevais la rĂ©ponse d’Uber.

  77. Eric

    Alors je fais une réponse collective car ça fait beaucoup de commentaires :
    Comme souvent dans ce genre de dĂ©bat on attribue Ă  l’auteur des intentions ou des postures qui ne sont pas les siennes et mĂȘme des propos qu’il n’a jamais tenus, alors petite mise au point utile :
    – oĂč avez-vous vu que je dĂ©fendais un systĂšme sans rĂšgles, oĂč tout le monde bosserait dans l’illĂ©galitĂ© dans sa quitter des charges fiscales et sociales ?
    – oĂč avez-vous vu que je souhaitais la disparition des taxis ?
    – oĂč avez-vous vu que je prĂŽnais la destruction de notre modĂšle social au profit d’une espĂšce de jungle faite d’indĂ©pendants non dĂ©clarĂ©s et travaillant clandestinement juste pour leur gueule ?
    Cet article est en partie un coup de gueule (et d’ailleurs je vais le changer de rubrique et le mettre dans Le live – Humeur) et en partie un argumentaire fondĂ© sur des faits et des informations qui m’ont Ă©tĂ© fournis par Uber. Maintenant si Uber s’est trompĂ© (oĂč m’a volontairement ou involontairement induit en erreur) j’en tirerai les consĂ©quences et je rectifierai tous les points erronĂ©s.
    Je vais les recontacter ce jour pour tout revĂ©rifier point par point et je ferai une mise a jour de l’article si nĂ©cessaire.
    Mais vous aurez du mal Ă  me faire changer d’avis sur la pertinence de la nouvelle donne que constituent les nouveaux services entre particuliers nĂ©s avec internet et le mobile, que ce soit Uber, Blablacar, Airbnb ou n’importe-quel autre.
    L’Ă©conomie change, la sociĂ©tĂ© aussi, l’emploi Ă  vie Ă  la papa c’est fini (voire l’emploi tout court) et il va bien falloir s’adapter. Et ce n’est pas en prenant des postures hypocrites invoquant la lutte des classes (!) (probablement par des gens qui n’ont jamais pris un taxi ou un VTC de leur vie) qu’on va s’en sortir, croyez-moi.

  78. Et bien sur tous ceux qui dezinguent UberPop au nom de leurs grands principes ici ne l’utilisent donc jamais et prĂ©fĂšrent payer 70 euros un taxi plutĂŽt que 30 euros un UberPop pour le mĂȘme trajet.
    Vous ĂȘtes formidables.

  79. Bonjour,
    Avec votre enquĂȘte fouillĂ©e, votre bonne foi et votre plume inĂ©galable, vous avez rĂ©ussi un exploit : faire passer une pro-Uber du cĂŽtĂ© des taxis. Le parallĂšle avec les mĂ©decins restera pour moi un grand moment (Non, aucun site ne dĂ©livre d’ordonnances…). Plus sĂ©rieusement, vous prenez pour argent comptant ce qu’Uber veut bien vous donner et vous vous abstenez (involontairement, je n’oserai dire sciemment) de vĂ©rifier leurs dires.
    Bien Ă  vous.

  80. Si UberPop est lĂ©gal et juste, alors il faut autoriser n’importe qui Ă  avoir le droit de travailler au noir dans la limite de 7500€ de revenus par an. Ce serait pratique pour emplois saisonniers type serveur en bord de mer ou au ski. Pas de feuille de salaire, pas de dĂ©clarations, pas de statut auto entrepreneur. De l’argent directement versĂ© par transfert bancaire ! c’est le travail au black 2.0

    On ne peut pas autoriser ce travail au noir dans la limite de 7500€ seulement pour la « nouvelle Ă©conomie »

  81. Juste un (gros) bĂ©mol sur l’argument que tu mets en avant en premier : la concurrence dĂ©loyale.
    A mon sens elle l’est, mais pas du tout pour les arguments que la plupart des gens avance.
    Elle l’est car elle utilise de façon « industrielle » le statut d’auto-entrepreneur qui n’est pas fait pour cela.
    Cette remarque n’est pas seulement valable pour Uber mais aussi pour la plupart des autres sociĂ©tĂ©s que tu cites avec le mĂȘme profil mais sur d’autres secteurs.

    Je trouve que ce statut a Ă©tĂ© une grande bouffĂ©e d’oxygĂšne pour entrepreneuriat en France et ce serait dommage qu’un de ces jours il disparaisse Ă  cause de cela.
    Il est là pour donner leur chance à ceux qui débutent, qui veulent se lancer. Et les charmes moins importantes (20% contre 50% en gros) sont là pour encourager ce lancement.

    Et les sociĂ©tĂ©s « classiques » peuvent en gĂ©nĂ©ral avancer d’autres arguments (le nombre d’employĂ©s, la stabilitĂ© dans le temps de la sociĂ©tĂ©) pour marquer des points par rapport au petit auto-entrepreneur.

    Or ici, des sociĂ©tĂ©s payant 50% de charges se retrouvent en concurrence avec un sociĂ©tĂ© aux armes Ă©quivalentes mais qui n’en paye que 20% ! Le vrai cĂŽtĂ© dĂ©loyal est lĂ .

    Une suggestion simple Ă  ce sujet : pourquoi une sociĂ©tĂ© qui sous-traite en masse Ă  des auto-entrepreneurs ne devrait pas payer les 30% de charges d’Ă©cart ? Cela remettrait l’Ă©quilibre en place et annulerait l’effet de concurrence dĂ©loyale.

  82. Bonjour,

    Je dois avouer que j’espĂ©rer enfin un article objectif et que je suis trĂšs déçu du parti pris de l’utilisateur de taxis déçu que vous ĂȘtes. Par contre il a le mĂ©rite de lancer un dĂ©bat qui est Ă©levĂ© et complĂ©tĂ© de façon bien plus intĂ©ressante par les commentaires qui en dĂ©coulent, et qui finalement ne me font que de plus en plus penser qu’UberPop devrait ĂȘtre interdit et mis Ă  l’amende, alors que les conducteurs de taxis ne bĂ©nĂ©ficient pas du soutien (notamment de l’Ă©tat et de l’executif) qu’ils devraient.
    Suite Ă  votre dernier message, j’attends avec impatience un article corrigĂ© qui soit rĂ©ellement objectif et prenne en considĂ©ration toutes les remarques pertinentes et critiques constructives des autres utilisateurs…

    Merci

  83. Salut,

    Je voulais juste faire un point concernant la concurrence déloyale:

    Le problĂšme n’est pas les VTC en soit, le problĂšme c’est qu’ils ont Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour une raison mais qu’aujourd’hui, il font le boulot des taxis.

    Bref, un VĂ©hicule de Tourisme avec Chauffeur, c’est pour faire du tourisme, faire visiter une ville, le vĂ©hicule est commandĂ© Ă  l’avance et le prix est fixĂ© Ă  l’avance, c’est pas une discussion qu’ils sont censĂ©s avoir au bord de la route avant de monter en voiture, et pourtant ça arrive trĂšs souvent!

    La plus part de ces VTC ne respectent donc pas la rĂ©glementation, de plus, beaucoup se permettent de se garer en station de taxi en attendant des clients, c’est INTERDIT! (je ne parle pas non plus de l’emprunt des voies de bus qui sont rĂ©servĂ©s aux bus, aux taxis et aux services d’urgences, Ă  la limite c’est secondaire ça).

    La ou les taxis crient « concurrence dĂ©loyale » c’est qu’ils voient des petits nouveaux qui peuvent exercer avec presque rien, pendant qu’eux ont un maximum de contraintes, pour effectuer le mĂȘme boulot (qui, je le rappelle, n’est pas censĂ© ĂȘtre le cas).

    Il est vrai que cet article manque de beaucoup d’objectivitĂ©.

    ATTENTION, je ne dis pas qu’il n’y a pas d’abus de la part des taxis, il y en a Ă©normĂ©ment aussi!

    Concernant le prix affichĂ© au compteur quand un taxi vient vous chercher, c’est tout Ă  fait normal, s’il y a 15€ alors qu’il a mit 3 minutes pour venir la ce n’est effectivement pas normal, mais sachez qu’Ă  partir du moment ou le taxi part de sa station pour venir vous chercher, il est obligĂ© d’allumer son compteur, nous appelons ça le tarif d’approche. Donc avant de dire qu’ils escroquent ou je ne sais quoi, il faudrait connaitre un peu leurs rĂ©glementations qui sont assez poussĂ©es.

    Je suis chauffeur de taxi dans une petite ville et personnellement je trouve que nos relations avec la clientĂšle est trĂšs bonne. Mais je n’excuserai pas pour autant nos confrĂšres qui se permettent de tabasser des VTC ou des clients, c’est une honte et ils montrent une fois de plus une mauvaise image de notre profession.

  84. Eric,

    Concernant ce numĂ©ro d’auto entrepreneur c’est clairement une nouveautĂ© chez uber face la situation actuelle.

    Si je peux vous suggĂšre quelques questions:
    – depuis quand ce numĂ©ro est il obligatoire
    – quid des anciens chauffeurs
    – combien son actuellement auto entrepreneur dans leur base de chauffeur

    Je viens de reverifier mes factures et j’ai bien des nom de sociĂ©tĂ©s sur les factures pour les uberx mais jamais pour les pop

  85. L’email et le numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone en clair dans la capture d’Ă©cran, t’as pas peur.

  86. Eric

    Mise Ă  jour #2 : voici les prĂ©cisions apportĂ©es par Uber suite Ă  ma demande ce matin, par la voix de Thomas Meister, Directeur de la Communication Europe de l’Ouest Uber :

    « Pour clarifier donc :

    l’Ademe chiffre Ă  7 500€ le prix annuel de l’entretien et de la possession d’un vĂ©hicule ; aprĂšs des longues rĂ©flexions, nous avons dĂ©cidĂ© d’Ă©tablir Ă  ce seuil le niveau au-delĂ  duquel il est obligatoire d’officialiser l’activitĂ© comme auto-entrepreneur. Au-dessous, les revenus issus de POP doivent ĂȘtre dĂ©clarĂ©s et soumis Ă  l’impĂŽt sur le revenu (nous assistons les conducteurs POP dans leurs dĂ©marches, qui sont d’ailleurs particuliĂšrement complexes) ; on parle lĂ  vraiment d’une activitĂ© de complĂ©ment (600€ par mois au maximum)
    depuis le mois de mars de cette annĂ©e, nous imposons aux conducteurs POP pour qui l’utilisation du service est une activitĂ© plus rĂ©guliĂšre de s’installer comme auto-entrepreneurs, et donc de cotiser au RSI et autres de maniĂšre totalement transparente ; cette dĂ©cision a Ă©tĂ© prise Ă  la demande des conducteurs POP eux-mĂȘmes, qui rencontraient de nombreuses difficultĂ©s Ă  dĂ©clarer leurs revenus. Comme toujours pour les auto-entrepreneurs, les revenus sont plafonnĂ©s Ă  33 000€ annuels

    A cette nuance prĂšs, les conditions envoyĂ©es sont valides. Pour complĂ©ter, nous rappelons souvent aussi que tout est traçable et transparent chez Uber, ce qui interdit tout simplement la fraude ; de plus (et contrairement Ă  la plupart des grosses tech) le systĂšme Uber fait que la majoritĂ© des revenus tirĂ©s de l’activitĂ© restent sur le sol français, puisque 80% du revenu des courses reste en France. La commission Uber de 20% est consolidĂ©e aux Pays-Bas. »

  87. Pierrotlalune on

    @TONIOO

    Comme je l’ai indiquĂ© plus haut, le numĂ©ro d’auto entrepreneur n’est pas requis lors de l’inscription. J’ai copiĂ© collĂ© plus haut la partie du contrat qui y fait rĂ©fĂ©rence, mais Ă  aucun moment dans toute la procĂ©dure d’inscription un SIREN n’est requis. Il y a donc fort Ă  parier que les Uberpop ne sont mĂȘme pas au courant ou ignorent sciemment cette clause.
    J’invite ce qui en doute Ă  s’inscrire facticement, vous le constaterez par vous-mĂȘme.

  88. A ce que je vois tous les trolls anti-Uber se sont donnés rendez-vous sur cette page, ce qui clÎt de facto le debat il me semble

  89. Merci pour cet article en faveur des uber!!!!
    Je vous rappel nĂ©anmoins que c’est bien de la concurrence dĂ©loyale, du fait que ces fameux chauffeur uberpop ne paient rien hormis les 20% Ă  uber. Ne suivent aucune formation, ne sont pas assurĂ©s pour le transport de personne, ne sont pas tous auto-entrepreneur (y en a t’il seulement un?).
    Pour adhĂ©rer Ă  ce service il faut avoir un permis de plus d’un an, ceux qui ne l’on plus ou jamais eu, existe t’il un service en voiture sans permis ou Ă  trottinette?
    Pour le casier judiciaire, le chauffeur avec son bracelet Ă©lectronique c’Ă©tait juste une dĂ©coration?
    Merci en tout cas de partager les rÚgles réel applicable obligatoirement par les chauffeurs de taxis, qui eux sont déclarés, paient des charges, et bien sûr sont assurés.

    • Eric

      @F : ça a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  dit des dizaines de fois dans les commentaires prĂ©cĂ©dents, ça commence un peu Ă  tourner en boucle lĂ , merci de lire l’article en entier ET les commentaires avant d’en poster un nouveau qui risque de faire doublon.

  90. A tous ceux qui rĂąlent que l’article ne donne que le point de vue de Uber et pas celui des taxis, pas besoin, on n’entend qu’eux a longueur de journĂ©e dans les mĂ©dias et notamment les radios qui leur servent la soupe du matin au soir car c’est une partie importante de leur audience et donc il faut bien les caresser dans le sens du poil.

  91. PremiÚrement Arnaud a raison sur les points faux de votre article. Les conditions sont négociables et largement outre passé.
    Ensuite vous semblez avoir une dent contre les taxis dommage que votre article ne soit pas sans avis perso. J’ai particuliĂšrement pas aimĂ© votre façon de dire que personne n’oblige ces hommes Ă  acheter une licence. Certes personne ne les Ă  obligĂ© mais Ă  l’Ă©poque ou les vtc n’existaient pas, cet investissement semblait judicieux de plus cils doivent passĂ© une formation, apprendre toutes les rues de paris et pour obtenir un revenu plus au moins correct faire parti d’une radio (bien sĂ»r payante et en plus il faut reverser une partie de la recette de la journee)
    Je pense que votre article n’est pas complet du cĂŽtĂ© des taxis vous vous ĂȘtes principalement intĂ©ressant au vtc et avez dĂ©fendu leur causes sans creuser du cĂŽtĂ© des taxis.
    Donc plus un avis personel et une éloge des vtc que une comparaison et information sur les fausses vérités

  92. dimitri.kurlet01@gmail.com on

    @Proot : on peut dire l’inverse, ça marche aussi : « Ă  ce que je vois, tous les trolls pro Uber se sont donnĂ©s rendez-vous sur cette page, ce qui clĂŽt de facto le dĂ©bat… » En gros, vous n’ĂȘtes pas d’accord avec Proot ? Alors il ne vous parlera plus, na ! 🙂

    Pour ma part, je pense que tous les commentateurs (je m’inclus dedans) sont tombĂ©s dans le panneau. Le but de ce post Ă©tait Ă©videmment de crĂ©er du buzz et de contribuer ainsi Ă  faire connaĂźtre Presse Citron.

    Concernant l’article en lui-mĂȘme, il prĂ©tend dĂ©noncer des contres-vĂ©ritĂ©s et pourtant, il est bourrĂ© d’approximations (cf. les commentaires). Mais surtout, il n’apporte que de la subjectivitĂ©, rien de plus (Eric le reconnais lui-mĂȘme dans ses commentaires).

    Alors c’est drĂŽle de dĂ©noncer des choses annoncĂ©es comme fausses en apportant des informations non factuelles qui contribuent Ă  colporter encore davantage d’idĂ©es fausses ! Le titre racoleur de l’article laisse entendre, Ă  tord, que l’on va avoir droit Ă  des informations factuelles, il n’en est rien.

    Ce qui clĂŽt le dĂ©bat, c’est quand Eric dit que c’est sont site et qu’il y Ă©crit ce qu’il veut. LĂ , on ne peut pas lui dire le contraire. J’encourage les lecteurs Ă  visiter des blogs hi-techs qui vont plus loin que la simple successions d’articles vus et revus sans intĂ©rĂȘts. Je ne donne pas de noms pour ne pas faire de la pub, mais sachez qu’il en existe avec des articles trĂšs fournis sur l’actualitĂ© hi-tech et son implication sociĂ©tale ce qui, ici, n’est jamais abordĂ©s. Les posteurs sont davantages de jeunes geeks Ă©bahis devant le premier gadget Ă  la mode.

    • Eric

      @dimitri.kurlet01@gmail.com : vous dites n’importe-quoi mais je vais quand mĂȘme perdre un peu de temps Ă  rĂ©pondre :

      « Le but de ce post Ă©tait Ă©videmment de crĂ©er du buzz et de contribuer ainsi Ă  faire connaĂźtre Presse Citron. » Vous croyez vraiment que j’ai besoin d’un article pour « faire connaitre Presse-citron ? » C’est une consĂ©quence, pas le but. Effectivement cet article a crĂ©Ă© un pic de trafic et de partages et nous n’allons pas nous en excuser ni nous en plaindre, mais je ne l’ai pas Ă©crit dans ce but. Pour faire de l’audience il y a des mĂ©thodes beaucoup plus faciles et rapides que passer une nuit et une matinĂ©e Ă  publier un article qui n’apporte que des coups.

      « Concernant l’article en lui-mĂȘme, il prĂ©tend dĂ©noncer des contres-vĂ©ritĂ©s et pourtant, il est bourrĂ© d’approximations (cf. les commentaires). » Allez-y, faites la liste des approximations.

      « Alors c’est drĂŽle de dĂ©noncer des choses annoncĂ©es comme fausses en apportant des informations non factuelles qui contribuent Ă  colporter encore davantage d’idĂ©es fausses ! » Pareil, j’attends votre liste d’idĂ©es fausses.

      « Le titre racoleur de l’article… » Ah ? Elle est bien bonne celle-lĂ . Apparemment vous n’avez pas tellement la notion de ce qu’est un vrai titre racoleur. Essayez MinuteBuzz ou DĂ©motivateur, pour voir.

      Pour la fin de votre commentaire, aucun souci, je suis sincĂšrement dĂ©solĂ© que notre ligne Ă©ditoriale ne corresponde pas Ă  vos attentes, apparemment vous vous ĂȘtes trompĂ© d’adresse dans votre quĂȘte d’implication sociĂ©tale. Effectivement ici on ne traite pas tellement ces sujets un peu trop compliquĂ©s pour nous. Notez qu’on ne parle pas souvent de cuisine Ă  l’huile d’olive ni de tuning automobile non plus.

  93. ces chauffeurs gagnent et ne payent pas d’impots mais quand ils vont voir un medecin ils veulent etre remboursĂ©s… c’est comme les grecs. Je ne paye rien mais je veux les infrastructures de la sociĂ©tĂ© payĂ©es par les autres couillons imposables… c’est beau le progrĂšs… ils font ce qu’ils veulent tant qu’ils payent comme tout le monde leur charges et impots… c’est de la dĂ©sinformation ce site.

  94. « Bien sĂ»r, en raison de la pĂ©nurie organisĂ©e par l’État sous la pression de certaines compagnies de taxi, le prix de ces fameuses « licences » a flambĂ© avec la complicitĂ© des taxis en exercice, pouvant atteindre parait-il jusqu’à 200.000 euros. Et alors ? »

    En fait, elles ne sont pas payantes. C’est sur le marchĂ© secondaire qu’elles atteignent un tel prix.

  95. Eric : pour les exemples, et comme je l’Ă©crivais, il suffit de lire les commentaires. Comme par exemple le rappel de Diez dans le commentaire qui prĂ©cĂšde le mien. Je veux bien refaire la liste, mais comme tu le disais dans un commentaire, cela va faire doublon…

    Ensuite, et concernant ta capture du mail avec Uber : pour lever toute ambiguĂŻtĂ©, pourquoi ne pas dĂ©-flouter la partie concernĂ©e ? Car j’ai l’intuition que c’est la plus intĂ©ressante. Tu Ă©cris : « Les partis floutĂ©es relĂšvent de la conversation privĂ©e (…) ». À moins de trĂšs bien connaĂźtre ton interlocuteur, je ne comprends pas comment vous avez pu Ă©changer des infos privĂ©s au point de les flouter ?

  96. @eric
    Vous dites « personnellement je les tiens des conditions gĂ©nĂ©rales qu’Uber France m’a transmises ce matin Ă  ma demande pendant que je rĂ©digeais l’article, donc je pense que c’est un peu plus fiable que votre commentaire. »
    Est-ce que le rĂŽle d’un journaliste n’est justement pas de creuser un peu plus loin que les communiquĂ©s de presse d’une marque ? Sinon Servier n’aurait jamais rien fait de mal, ni les pĂ©troliers, ni l’industrie de la cigarette et de la pornographie. Personne ne fait jamais rien de mal Ă  en Ă©couter les services de communication.
    @arnaud a d’ailleurs plus raison que vous.
    http://www.chauffeur-uber.fr/f.....r-l-annee/

  97. Uber déclare donc :
    « l’Ademe chiffre Ă  7 500€ le prix annuel de l’entretien et de la possession d’un vĂ©hicule ; aprĂšs des longues rĂ©flexions, nous avons dĂ©cidĂ© d’établir Ă  ce seuil le niveau au-delĂ  duquel il est obligatoire d’officialiser l’activitĂ© comme auto-entrepreneur. Au-dessous, les revenus issus de POP doivent ĂȘtre dĂ©clarĂ©s et soumis Ă  l’impĂŽt sur le revenu (nous assistons les conducteurs POP dans leurs dĂ©marches, qui sont d’ailleurs particuliĂšrement complexes) ; on parle lĂ  vraiment d’une activitĂ© de complĂ©ment (600€ par mois au maximum) »

    Si les impĂŽts se contentent d’une dĂ©claration de revenus pour un faible chiffre d’affaire, cela n’exonĂšre en rien de s’acquitter des ses autres obligations.

    Ils devraient se rapprocher de l’URSAFF qui leur dira qu’un statut est obligatoire afin de payer (Ă©ventuellement) des charges.

  98. Je dĂ©couvre cet article et ses commentaires trĂšs majoritairement anti-Uber, je suis sidĂ©rĂ©e. Bien sĂ»r, tous les bien-pensants auteurs de ces posts vont nous faire croire que pour la mĂȘme course et le mĂȘme trajet ils prĂ©fĂšrent payer un taxi deux fois plus cher que prendre un VTC, parce-que vous comprenez ils ont des principes, eux, et Uber C’EST LE MAL ! Et qu’ils achĂštent tout au prix fort, ne font jamais les soldes, n’ont bien sĂ»r jamais tĂ©lĂ©chargĂ© un seul film ou une seule chanson illĂ©galement et bien sĂ»r n’ont jamais pris Easyjet ni cherchĂ© une location sur Airbnb ni nĂ©gociĂ© un tarif nulle part ni achetĂ© un t-shirt fabriquĂ© par des gosses au Pakistan parce-que vous comprenez « Ă§a met Ă  mal notre modĂšle social et l’avenir de nos enfants ».
    MAIS QUELLE BANDE D’HYPOCRITES !

  99. Eric

    @FRANCK : Oui c’est intĂ©ressant, mais j’ai vraiment un problĂšme avec la notion de concurrence dĂ©loyale car je ne sais pas vraiment oĂč placer le curseur, quand ça dĂ©marre, quand c’est « loyal » ou pas etc, tu vois ? Par dĂ©finition quand on est ciblĂ© par un concurrent on a toujours plein de raisons de le trouver dĂ©loyal, il me semble.
    Qu’une petite structure limitĂ©e Ă  35.000 euros de CA paie moins de charges pour dĂ©marrer ne me choque pas et je ne considĂšre pas que ce soit dĂ©loyal. C’est juste une façon d’accĂ©der Ă  un marchĂ©, et l’auto-entrepreneur rentrera dans le rang l’annĂ©e suivante si ça marche.
    Je pense plutĂŽt qu’il faudrait raisonner Ă  l’inverse et faire en sorte de baisser les charges Ă  20% pour tout le monde. Mais en disant cela je rĂ©alise qu’en effet la diffĂ©rence de charge crĂ©e une inĂ©galitĂ© dans la concurrence, donc une distorsion, bref c’est dĂ©loyal 🙂 Ça y est je l’ai dit, VOUS ÊTES CONTENTS, TOUS LA AU-DESSUS J’ESPÈRE ?! 🙂

  100. Je suis d’accord qu’on pourrait aussi baisser de 30% pour tout le monde mais vu l’époque que nous vivons je n’avais mĂȘme pas Ă©voquĂ© cette hypothĂšse 😀 (faut bien que l’état aie de l’argent pour payer les taxis d’AgnĂšs machin truc 😉 ).

    Le truc c’est que sur des activitĂ©s (comme les nĂŽtres) qui ont vocation Ă  grossir (enfin c’est le plan :-D) l’auto-entrepreneur ne peut ĂȘtre que pour la phase de dĂ©marrage.
    Mais lĂ  on parle d’activitĂ©s oĂč il peut ĂȘtre le rĂ©gime normal long terme (parce que 2000€nets par mois ça convient bien Ă  plein de gens qui se lancent lĂ  dedans, c’est mĂȘme le PĂ©rou vu qu’ils Ă©taient au SMIC avant).
    Donc la diffĂ©rence de 30% peut ĂȘtre valide sur la durĂ©e, et avec l’effet d’échelle.

    D’ailleurs il ne serait pas surprenant que l’urssaf s’intĂ©resse au truc car lorsque tu emploies des auto-entrepreneurs en Ă©tant quasiment leur unique client, cela peut ĂȘtre retoquĂ© en contrat de travail (pour Ă©viter justement qu’une grosse boite remplace ses salariĂ©s par des auto-entrepreneurs).

    Enfin bref, vaste sujet que le passage d’un modĂšle Ă©conomique (de notre sociĂ©tĂ© dans l’ensemble) Ă  un autre.

  101. TrĂšs bien l’article. Personnellement, j’Ă©vite les deux :
    – Les taxis pour tous les raisons Ă©voquĂ©es et que l’on connait trĂšs bien
    – Uber parce que Ă  l’image d’Amazon ou de Netflix, ça m’emmerde de donner mon argent Ă  des exilĂ©s fiscaux, je me tourne donc plutĂŽt vers des sociĂ©tĂ©s françaises…

  102. Eric

    @DAVE : article réservé aux abonnés. Dommage.
    (forcĂ©ment quand c’est payant, ça donne plus de moyens pour prendre le temps de faire un article plus prĂ©cis et plus fouillĂ©…)

  103. A mon avis Uber ils sont trĂšs mals avec leur explication loufoque : « 7500€ c’est le cout annuel d’une voiture », donc on considĂšre que le chauffeur partage ses frais avec ses utilisateur, pas de dĂ©cla URSSAF ni rien dans cette limite..

    Pour Blablacar, ce raisonnement marche (partage des frais essence et voiture avec une personne) d’autant que Blablacar c’est un vrai partage : je me rends Ă  cette destination, si des personnes veulent venir avec moi, on partage les frais engagĂ©s.

    Mais lĂ  UberPop, les chauffeurs travaillent, ils sont dans leur voiture, Ă  attendre le prochain client sur leur smartphone..

    C’est pas pour rien que l’Australie taxe Uber.. Aussi aux USA, les personnes ont le droit de travailler comme travailleur indĂ©pendant sans crĂ©er d’AE et ils ont une taxe et dĂ©claration exprĂšs sur leurs impĂŽts. Malheureusement en France, vu le statut AE (imposition sur le CA, frais payĂ©s de sa poche et non exclus des cotisations ni impĂŽts), le salaire des chauffeurs UberPop en AE sera bien en dessous du SMIC.

  104. J’utilise UBER depuis deux ans maintenant et UBERPOP depuis que ça existe.

    Je les soutiens mais je prĂ©cise quand mĂȘme qu’il m’est arrivĂ© de monter dans une voiture dont le conducteur et/ou le vĂ©hicule n’Ă©tait pas celui indiquĂ© sur l’application, ce qui est quand mĂȘme risquĂ© admettez le.

    D’autres encore m’ont dit qu’ils Ă©taient au chĂŽmage, en maladie et j’en passe …

    Qu’est ce qui est prĂ©vu dans ce cas ??

  105. Merci pour cet article trĂšs instructif, les chauffeurs de Taxi devraient le lire. Messieurs les Taxi, merci de ne plus refuser les courses car ce n’est pas assez loin, ou bien c’est en banlieue et il faut revenir a vide, ou bien ce n’est pas dans votre direction. Messieurs les Taxi, merci de ne plus refuser le paiement en CB svp soit disant que le terminal est cassĂ© !! Tout ça pour ne pas dĂ©clarer l’argent au fisc. Messieurs les Taxis, merci d’ĂȘtre un peu plus polis et avenants avec les Ă©trangers afin de leur faire aimer notre pays au lieu de les arnaquer avec des courses plus chĂšres. Evidement tous les taxis ne sont pas comme ça heureusement, mais ils sont nombreux. Donc si Uber pop ou Uber X ou autre entreprise fait en sorte que le niveau de nos taxis soient plus performants alors merci. Evidement cela serait bien que tous les Uberpop soient en rĂ©gime auto-entrepreneurs, assurance payĂ©e, formation accomplie, comme ça pas de contestation possible. Et enfin, les chauffeurs Uber font moins de black que les taxis car la course est dĂ©jĂ  payĂ©e par CB , n’est ce pas Messieurs les Taxis ? vous en dites quoi de vos revenus non dĂ©clarĂ©s en liquide ?

  106. petit exercice de math
    course à 50€
    uber: 20% de 50=10€ qui partent 
pas en France
    « chauffeur » uber : 50-10=40
    chauffeur taxi: 50 -50% de charge -10%de TVA-assurance RCP et l’assurance voiture pour personne Ă  titre payant – etc il reste 18% soit 9€… amusez vous a faire le calcul avec 7500€ multipliez le par le nombre de « chauffeur » uber et vous verrez a combien se monte le dĂ©tournement fiscal !!!
    on voit de suite que la concurrence est Ă©quitable

    aprĂšs, je sais bien qu’il n’y a que Paris qui existe mais peut-ĂȘtre devriez vous voir ailleurs. Dans la capitale une grande majoritĂ© de chauffeurs sont salariĂ©s alors du moment qu’il ont leurs payes les mots courtoisie, politesse, propretĂ© sont juste des mots. et s’ils peuvent grignoter au passage 

    Avant de gĂ©nĂ©raliser allez voir des Artisans comment ils travaillent, les horaires qu’ils font, les problĂšmes administratifs 
 en bref faite vous une idĂ©e de la vrai vie!!!
    Uber utilise la crise pour s’enrichir tous simplement en utilisant le besoin d’argent des gens.
    trouver moi une seule sociĂ©tĂ© qui soit valorisĂ©e de 41 milliards de dollars en moins de cinq ans, qui soit honnĂȘte et qui ne pratique pas une exploitation de la personne humaine
    et oui je suis taxi d’une petite commune, oui je trouve que le gouvernement est lĂąche sur le coup de ne pas dĂ©cider et oui j’ai environ 400 clients qui me soutiennes

  107. il faut arrĂȘter stopper vos enfantillages les taxis sinon plus personne vous prendra ! je vous le dit! n importe quelle taxi terminĂ©e uber ou autres, terminĂ©e bien fait !

  108. Bonsoir,
    Ce qu’on ne dit quasiment JAMAIS c’est que si le statut d’auto entrepreneur est en soi une bonne idĂ©e (j’ai moi mĂȘme lancĂ© mon activitĂ© ainsi avant de passer en SARL), et relance une certaine forme de compĂ©titivitĂ©, en mĂȘme temps qu’il « favorise » le « dĂ©merde yourself pour trouver un emploi », MAIS notre gouvernement adorĂ© a oubliĂ© un petit dĂ©tail : les cotisations sont moins Ă©levĂ©es (et la pression fiscale plus lĂ©gĂšre) donc en temps de crise tout le monde s’est ruĂ© sur ce statut … Parfait, cela fait mĂ©caniquement descendre le chĂŽmage mĂȘme si ce sont des emplois prĂ©caires, souvent Ă  moins de 800€ de revenus par mois.
    MAIS ce raz de marĂ©e en est au point aujourd’hui de mettre en pĂ©ril TOUT LE SYSTÈME DES RETRAITES des indĂ©pendants assimilĂ©s « libĂ©raux ». Et bien oui c’est comme si une assurance se retrouvait avec 80% de ses clients qui sont au SMIC et cotisent 15€ par mois alors que les 20% de libĂ©raux « classiques » paient eux de plus en plus chers pour essayer de maintenir l’Ă©quilibre financier et donc les garanties de tous… En gros, le systĂšme des retraites pour les indĂ©pendants libĂ©raux (CIPAV) est en train de faire FAILLITE… Alors moi je veux bien participer Ă  l »effort de guerre global pour rĂ©sister Ă  la crise, je veux bien payer plus cher, je suis pour la solidaritĂ©, mais le gouvernement ferait vraiment bien de se pencher sur les ÉNORMES DANGERS du nombre croissant d’auto-entrepreneur en France… Parce que lĂ  c’est nous qui allons la payer la compĂ©titivitĂ© et la libre concurrence… Le prix pour l’instant me concernant : une retraite hypothĂ©tique d’Ă  peine 1000€ malgrĂ© des sommes astronomiques versĂ©s chaque annĂ©e, 50h/semaine et des emplois crĂ©Ă©s.

  109. Bonjour,

    Uber ou taxi ont la mĂȘme activitĂ© c’est Ă  dire le transport de personnes.
    Rappelons qu’Ă  ce jour taxi est une activitĂ© rĂ©glementĂ© par l’Ă©tat, ce qui signifie qu’ils sont soumis Ă  un grand nombre d’obligation comme par exemple les appareils (taximĂštre, lumineux….) ou mĂȘme un contrĂŽle annuel obligatoire. La rĂšglementation est lourde pour eux. Le but de toutes ses obligations Ă©tant de protĂ©ger le client final c’est Ă  dire nous. En poussant le raisonnement au bout ça voudrait dire que pas de protection du consommateur pour les VTC.. Bah oui c’est sur, ca ne viendrait pas Ă  l’idĂ©e a ces gentils VTC d’essayer d’arnaquer qui que ce soit….
    Je re préciserai pour ceux qui se plaignent des prix que ceux-ci sont fixés par la préfecture et non par votre chauffeur de taxi.
    Ceux qui parait difficilement comprĂ©hensible c’est qu’Ă  activitĂ© Ă©gale, les obligations ne soient pas les mĂȘmes.
    AprĂšs quant la partie commerciale, j’admets effectivement que les taxis ont encore bcp de chemin de parcourir et je trouve ça logique que les gens prĂ©fĂšrent utiliser les VTC. Une remise en question serait necessaire!

  110. Juste marre de se prendre une course Ă  EUR 70 pour 5km ou faire 2 tours du pĂ©riph juste pour gratter plus d’argent. les taxis nous ont assez volĂ© comme cela et un peu de concurrence ça ne fait de mal Ă  personne !

  111. Cet article me revolte. Certes bien ecrit mais complement a charge et a cotĂ© du dĂ©bat !! Soyons clair : Je defend Uber, je suis perplexe avec Uber Pop, et suis de l’avis que les Taxis l’ont bien cherchĂ© Mais cet article qui denonce le n’importe quoi, dit lui meme des absurditĂ©s gigantesques !!

    IL commence par une erreur fondamentale. « Concurrence deloyale » signifie « La concurrence dĂ©loyale dĂ©signe un abus de pratique commerciale d’une entreprise par rapport Ă  une autre » . C’est a dire que sont perimetre d’application commence par l’illegalitĂ© d’une pratique commerciale (et va au dela .. diffamation, discrimination etc …) . En France La loi est tres claire sur le transport de passager a titre onereux. L’article tourne la discussion du caractere loyal ou non uniquement autour du bien fondĂ© de la loi, qui est un autre debat.

    Venons en au travail au noir. Il faudrai que l’argent circule en liquide. N’IMPORTE QUOI. Pour qualifier un travail de « dissimulĂ© » il suffit de ne pas le declarer .. rien a voir avec le mode de transaction qui n’est qu’une consequence ! Et uber expliquent eux mĂȘme qu’ils faclitent la non declaration en sous entendant qu’on peut travailler ne serait ce qu’une minute en france sans statut legal : ceci est une LEGENDE URBAINE.

    Ensuite il ne touche pas le point majeur du debat : est un modele valable dans le long terme ? Pour les chauffeurs et pour l’etat. Est ce que toucher 15 euros pour une course de 25 km est suffisant pour vivre ? Ou est ce que le modele favirise les micros jobs non controllĂ©s.

    Je suis par ailleurs d’accord avec le fait que le gouvernement doit controller ce type de phenomenes plutot que bloquer … Et etendre la reflexion a plus large que les taxis.

    Aucun commentaire sur le passage ou uber quu « nous avons decidĂ© de placer le plafond de declaration a tant » … Non mais on va ou la ? Ils se prennent pour le gouvernement ???

    Bref je supporte la modernisation et la disparition des taxis traditionels mais faut arreter de dire « on dit n’importe quoi » et faire la meme chose…

    Cet article m’ecoeure … il ne sert aucune cause, surtout pas celle de l’information.

  112. @eric
    Je pense que vos lecteurs vous apprĂ©cieront d’autant plus si vous reconnaissez vos torts sur cet article.
    Et c’est dommage de vous retrancher derriĂšre l’article payant des Ă©chos pour justifier ces torts car ce confrĂšre a produit un article de qualitĂ© aujourd’hui mĂȘme : http://www.numerama.com/magazi.....-uber.html

    • Eric

      @AimĂ© : j’ai dĂ©jĂ  mis Ă  jour, complĂ©tĂ© et corrigĂ© cet article Ă  plusieurs reprises, je ne vais pas le rĂ©Ă©crire intĂ©gralement pour faire plaisir Ă  quelques personnes qui sont dĂ©jĂ  de toute façon passĂ©es Ă  autre chose et qui ne rĂ©pondent mĂȘme pas Ă  mes commentaires. Depuis que j’ai publiĂ© la prĂ©cision d’Uber hier matin comme j’avais dit que je le ferais c’est bizarre mais il n’y a plus personne pour rĂ©agir… Je ne vois pas de quels « torts » vous parlez (ce mot…) ? Le tort d’avoir un point de vue diffĂ©rent du vĂŽtre ?

  113. Je n’ai utilisĂ© qu’une seule fois un taxi et qu’une seule fois un uberpop. Dans les deux cas ça s’est bien passĂ©. Le taxi j’ai du l’utiliser lorsque des travaux non communiquĂ©s sur la ligne N m’avait fait me retrouver moi et un ami perdu au milieu de nulle part dans la rĂ©gion de Cergy. Par miracle il y avait un taxi qui nous a acceptĂ©, mais de justesse car on allait non pas vers Paris oĂč il souhaitait retourner mais dans le sens inverse et donc peu de possibilitĂ© de client, mais il a Ă©tĂ© hyper aimable car il a bien vu qu’on Ă©tait en galĂšre sinon. Par contre y avait peut-ĂȘtre 15 min de voitures pour plus de 50 euros. DĂ©solĂ© mais quand vous avez aucun moyen de transports la nuit (plus de rer ou de mĂ©tro), trouver un taxi qui veuille vous emmener hors de Paris ou un peu plus loin dans Paris c’est trĂšs difficile, et trĂšs cher (les tarifs nuits sont exorbitants). Donc clairement entre utiliser Uberpop et me retrouver seul dans Paris au milieu de la nuit, mon choix est fait, ne serait-ce que pour une question de sĂ©curitĂ©. Faut pas oublier la question qu’il y a un rĂ©el BESOIN. Donc plutĂŽt que de critiquer celui qui rĂ©pond Ă  ce besoin, les taxis devraient combler ce besoin. C’est je pense la dĂ©marche la plus « mature » Ă  adopter dans ces cas-lĂ .
    L’uberpop je l’ai pris une fois pour rentrer Ă  l’appart d’un ami dans Paris, bah ça nous sauvĂ©s aussi car oui c’est abordable et ça Ă©vite de rester tout seul dans Paris faute d’avoir 50 euros Ă  dĂ©penser suite Ă  un imprĂ©vu niveau transports et les moyens de rentrer par exemple.

    Ensuite juridiquement uberpop reste dans un flou, qu’il exploite Ă  raison. Nombre d’entreprises en profite des flous juridiques, dans toutes les professions, faut arrĂȘter le monde des bisounours. La question Ă  se poser c’est plutĂŽt quelle rĂ©glementation mettre pour Ă©viter cela, c’est comme les arguments sur les 20% hors de France. Mais toutes les entreprises font ça car nos rĂšgles le permettent, aucune rĂšgle n’est contournĂ©e car c’est lĂ©gale. Et les entreprises françaises font cela aussi. Quand elles sont Ă  l’Ă©tranger, leur siĂšge social en France, on dit rien et c’est tout Ă  fait normal et lĂ©gale. Pour certaines parties des bĂ©nĂ©fices elles sont concernĂ©s par les rĂšgles dans le pays et d’autres sont soumis aux rĂšgles du pays d’origine selon les rĂšgles en vigueur. Et la loi ThĂ©venoud a Ă©tĂ© contrĂŽlĂ© et validĂ© par le Conseil constitutionnel concernant les VTC, mais pas sur Uberpop car c’est en cours de discussion Ă  ce qu’il semble Ă  l’heure actuelle. La Cour de cassation a Ă©tĂ© saisi d’une QPC car la partie du texte concernant l’interdiction du service de particulier Ă  particulier Ă  but lucratif Ă©tait dĂ©noncĂ©e comme trop flou et Ă  l’interprĂ©tation floue aussi. Or la Cour de Cassation elle-mĂȘme reconnaĂźt ce flou d’oĂč la transmission au Conseil Constitutionnel sur la possible non-constitutionnalitĂ© de ces dispositions. Qui d’ici 3 mois rĂ©pondra sur cette question, et mĂȘme plus gĂ©nĂ©ralement sur les professions rĂ©glementĂ©s vu qu’il aura Ă  cĂŽtĂ© la loi Macron pour d’autres secteurs. Au niveau europĂ©en la Commission a dĂ©cidĂ© de se saisir du dossier et lĂ  aussi il faudra attendre qu’elle ait statuĂ© pour clarifier la situation et pouvoir rĂ©ellement poser l’interdiction et validĂ© son application ou bien au contraire autoriser Uberpop mais je pense avec une rĂ©glementation et un cadre plus stricte.
    ==> Je pense d’ailleurs que le dĂ©bat devrait plus ĂȘtre de donner un cadre et de rĂ©glementer sĂ©rieusement le cas Uberpop pour s’assurer alors que les conditions qu’ils disent appliquer (peut-ĂȘtre pas rĂ©ellement suivi en pratique) se voient rĂ©ellement suivies et contrĂŽler, voire mĂȘme renforcer les conditions requises.

    Ensuite Taxis et Uberpop rĂ©pondent-ils aux mĂȘmes services ? aux mĂȘmes besoins ? est-ce la mĂȘme activitĂ© ?
    Peut-ĂȘtre est-ce proche mais il y a tout de mĂȘme des nuances et la clientĂšle d’usagers n’est pas la mĂȘme dans sa grande majoritĂ©, les usagers uberpop Ă©tant plutĂŽt ceux non desservis par les taxis.
    AprĂšs je pense aussi que c’est erronĂ© de dire qu’Uberpop se dĂ©fend en se disant ĂȘtre du covoiturage, car Uber s’apprĂȘte justement Ă  lancer un service de covoiturage. Donc Uberpop n’a aucune vocation Ă  se prĂ©tendre ĂȘtre du covoiturage, et n’en a pas les aspects.
    Maintenant peut-ĂȘtre est-ce la mĂȘme activitĂ©, on peut abonder dans un sens comme dans l’autre, il suffit plutĂŽt de rĂ©glementer et de dĂ©finir plus prĂ©cisĂ©ment alors la notion de service de particulier Ă  particulier Ă  but lucratif et son cadre, car ce n’est pas la mĂȘme chose que l’activitĂ© de taxi qui concerne un professionnel vis-Ă -vis d’un particulier. C’est une nuance mince peut-ĂȘtre mais c’est une nuance, et faisant moi-mĂȘme du droit je sais ce qu’il en est de l’importance de la nuance dans les textes et dans les interprĂ©tations des lois et rĂ©glementation. Donc clarifions plutĂŽt que de s’indigner ou de saluer la situation. (je n’ai aucune prĂ©tention de connaĂźtre des rĂ©glementations sur ces secteurs ou notions de services hein, mais quitte Ă  les brandir comme arguments pro taxi ou pro uber, autant les donner ces fameuses rĂ©glementations. Parce que dire les taxis ont des rĂšgles et les uber non, ou d’autres, d’accord mais quelles sont-elles ces rĂšgles prĂ©cisĂ©ment ?
    Parce qu’on peut voir dans les commentaires que certains droits propres qu’ont les taxis ne sont pas du tout accordĂ©s aux chauffeurs uberpop donc dans tous les cas les taxis ont des prĂ©rogatives propres. Je ne parle pas de rĂ©glementations propres, mais de droits.
    Si on dĂ©nonce que les uberpop devraient avoir les contraintes des taxis et le mĂȘme rĂ©gime, ils devraient donc avoir aussi les mĂȘmes droits et prĂ©rogatives. Sinon c’est bien que ce n’est pas le mĂȘme rĂ©gime ni le mĂȘme service, et donc tous les dĂ©bats sur concurrence dĂ©loyale ou pas sont vains car en dĂ©nonçant une concurrence dĂ©loyale vous admettez que cela soient des rĂ©gimes diffĂ©rents, car vous prĂŽnez les mĂȘmes devoirs uniquement. Ils n’ont certes pas les mĂȘmes devoirs, mais pas les mĂȘmes droits non plus Ă  l’heure actuelle donc c’est pas une concurrence dĂ©loyale au sens strict. Il y aurait concurrence dĂ©loyale si l’on jouit des mĂȘmes droits mais pas des mĂȘmes devoirs.
    –> l’exemple du food truck vs le restaurant qui voulait dĂ©noncer le caractĂšre dĂ©loyale d’uberpop dit justement le contraire. Le food truck est dĂ©loyale par exemple s’il ne respecte pas les normes d’hygiĂšne, donc pas les mĂȘmes devoirs. Mais dans ce cas lĂ  c’est applicable car de l’autre cĂŽtĂ© ils ont les mĂȘmes droits de services.
    ==> mĂȘmes droits mais devoirs diffĂ©rents = concurrence dĂ©loyale. Droits diffĂ©rents et devoirs diffĂ©rents = rien du tout.

    Maintenant l’argument de la licence. Pour rejoindre l’auteur, oui celui qui veut devenir taxi Ă  l’heure d’aujourd’hui et fait ce choix en connaissance de cause concernant l’endettement n’a aucun poids d’argumentation. C’est lui qui dĂ©cide de devenir taxi en sachant que y 100, 200 briques Ă  sortir.
    Maintenant le chauffeur qui est entrĂ© dans le marchĂ© avant l’arrivĂ©e d’Uber et notamment d’Uberpop lĂ  par contre d’accord, il a fait ce choix d’endettement mais dans des considĂ©rations potentielles diffĂ©rentes, notamment sur son avenir et l’investissement recherchĂ© Ă  travers la licence. AprĂšs je dis lĂ  juste que dans ce cas il a une raison lĂ©gitime de se mettre dans le dĂ©bat, pas forcĂ©ment qu’il a raison de dire parce que lui s’est endettĂ©, un systĂšme concurrentiel n’aurait pas le droit d’exister.
    Maintenant je pense plus loin que cet argument n’a pas de rĂ©el valeur si ce n’est une valeur morale ou Ă©motionnel. Car dĂ©solĂ© mais la spirale d’endettement et le cercle vicieux oĂč pour entrer dans ce secteur il faut se prĂ©cariser, ce n’est du fait que d’un seul responsable : le systĂšme qui rĂ©glemente les taxis. Si cela est un problĂšme, c’est un problĂšme interne au secteur des taxis et c’est au sein de ce secteur qu’il faut rĂ©former dans ce cas-lĂ .
    Pour l’image : prenons un individu qui lance une entreprise avec un business plan dont le financement repose sur un endettement. Par exemple un traiteur qui prend en charge de l’évĂ©nementiel comme par exemple mariage, journĂ©e d’entreprise, etc..
    De l’autre un individu qui lance une entreprise de traiteur avec ses fonds propres. Mais un traiteur pour particulier, qui fait des repas Ă  domicile.
    S’il on est dans le mĂȘme secteur, le service et les besoins concernĂ©s sont diffĂ©rents, la branche concernĂ©e est diffĂ©rente. Et par ailleurs, le traiteur endettĂ© peut se sentir concurrencer, mais ne peut pas reprocher Ă  l’autre que lui s’est endettĂ© pour son business plan quand l’autre disposait de fonds propres. S’il y a un reproche Ă  faire c’est sur lui-mĂȘme d’avoir optĂ© pour un systĂšme avec endettement, et c’est sur ce point lĂ  qu’il doit travailler.
    Or pour la situation des taxis il faut bien voir que le systĂšme qu’ils ont eux-mĂȘmes installĂ©s et crĂ©Ă©s bec et ongles et qui leur revient dans la figure, n’a comme responsables que les taxis eux-mĂȘmes ou en tout cas ceux qui ont mis en place ce systĂšme et c’est Ă  eux d’en changer.
    ==> je signalerais par ailleurs que la fameuse loi ThĂ©venoud sous laquelle se rangent les taxis, contient des obligations de rĂ©formes du systĂšme des taxis qu’ils n’ont toujours pas appliquĂ©s. Qu’ils appliquent dĂ©jĂ  eux-mĂȘme ce que cette loi les oblige Ă  faire, car contrairement Ă  Uberpop ou les dispositions sont pas encore complĂštement validĂ©s et sont en plein recours judiciaire, les obligations pour les taxis elles sont bel et bien entĂ©rinĂ©s. C’est notamment la numĂ©risation, la borne CB obligatoire, et d’autres Ă©lĂ©ments Ă  regarder dans la loi.
    –> Surtout que justement c’est les options qu’ont pris Uberpop et qui font leur succĂšs, donc ça rejoint ce que je disais concernant le fait que face aux nouveaux besoins, plutĂŽt que de refuser d’y rĂ©pondre et s’opposer Ă  ceux qui le font, il est plus judicieux et constructif de chercher Ă  rĂ©pondre Ă  ces nouveaux besoins et Ă  s’amĂ©liorer soi-mĂȘme.

    Ensuite les critiques sur l’auteur sont peut-ĂȘtre pertinentes mais mal orientĂ©s. On peut critiquer le discours portĂ© par Uber concernant ses rĂšgles Uberpop, pas l’auteur d’avoir afficher ce que lui dit Uber avec Ă©lĂ©ments en toute transparence quant Ă  la dĂ©marche qu’il a suivi. Il a jamais prĂ©tendu ĂȘtre impartial, simplement dans le dĂ©bat oĂč l’on entend que les taxis ou presque, il vient lĂ  en partie donner la place Ă  la contre-argumentation d’Uber; indĂ©pendamment de sa vĂ©ritĂ© intrinsĂšque ou non. Contre-argumentation qui vient justement rĂ©tablir et dĂ©noncer les fameuses contre-vĂ©ritĂ©s traitĂ©s par l’article.
    AprĂšs Ă  vous de faire la diffĂ©rence entre le fait de donner une tribune Ă  Uber et leur droit de rĂ©ponse comme fait en partie l’auteur, puis la question de la validitĂ© ou de la rĂ©alitĂ© en pratique du discours d’Uber, ce dont l’auteur n’est en aucun responsable ou tributaire, et ce dont il ne s’est jamais portĂ© garant. Il dit clairement qu’il a contactĂ© Uber, les rĂ©ponses qu’il a reçu et les donne. Mais n’a pas dit garantir la vĂ©ritĂ© de ce que dit Uber, que c’Ă©tait la rĂ©alitĂ© point barre. Sachant que sur les 5 points qu’il Ă©met, sur lesquels on peut ĂȘtre d’accord ou pas, c’est sa pensĂ©e propre, ce qu’il en pense en maniĂšre gĂ©nĂ©rale, avec des points d’accord concernant les taxis et d’autres concernant uberpop, sans porter de maniĂšre militante on va dire la position de l’un ou de l’autre, sans dĂ©clarer la dĂ©fense de telle vision ou tel modĂšle social, sans poser un type de rĂ©gime Ă©conomique Ă  faire, etc..
    AprĂšs y a peut-ĂȘtre des erreurs, bah il peut en faire, et puis il dit bien dans les passages oĂč il cite les Ă©lĂ©ments fournis par Uber qu’il cite simplement les Ă©lĂ©ments fournis par Uber c’est tout. Encore une fois que ces Ă©lĂ©ments soit faux peut ĂȘtre, mais lĂ  c’est Uber qui est en question pas l’auteur qui transmet juste.
    Bref critiquer l’auteur comme quoi il ne serait pas un expert du sujet, pas un journaliste, pas sans erreur ou approximations, n’a aucune valeur Ă©tant donnĂ© qu’il ne s’est pas posĂ© comme tel et n’a pas affirmĂ© cela. Et que justement le mieux est de mettre en avant lĂ  oĂč Uber mentirait ou ferait omission, plutĂŽt que de descendre celui qui transmet juste.

    Plus simplement, on peut trouver cela moralement mal ou bien, rĂ©ellement appliquĂ© ou pas, etc.. mais ça c’est des considĂ©rations personnelles.
    Maintenant je pense que l’essentiel c’est plutĂŽt de se demander comment encadrer et rĂ©glementer sĂ©rieusement le genre de services que propose Uberpop, sachant que c’est un service qui rĂ©pond Ă  un rĂ©el besoin des usagers, dont les taxis ne se prĂ©occupent pas.
    Dans le mĂȘme temps plutĂŽt que d’attaquer Uberpop et de leur faire porter tous les maux du systĂšme des taxis, il faut plutĂŽt qu’ils se regardent d’abord eux-mĂȘmes et voient ce qui est un problĂšme dans leur organisation. Car les maux des taxis Ă©taient dĂ©jĂ  pour grande partie existant avant l’arrivĂ©e d’Uber ou d’Uberpop, et de plus restent du seul fait du systĂšme mĂȘme des taxis et non d’Uberpop. Qui Ă  la limitĂ© vient fragiliser le systĂšme des taxis, mais s’il le fragilise c’est bien aussi parce que le systĂšme des taxis est dĂ©faillant. Pour preuve est du rĂ©el besoin aujourd’hui que les taxis ne comblent pas, du caractĂšre endogĂšne d’une partie des dĂ©faillances que subissent les taxis, et puis aussi de leur propre non remise en cause et mise en marche de rĂ©formes pour les rendre plus compĂ©titifs, plus productifs et leur faire avoir une situation plus rentable. Des rĂ©formes qui encore une fois pour certaines sont elles-mĂȘmes censĂ©es ĂȘtre appliquĂ©es dans la loi sous laquelle ils se rangent face Ă  Uber mais qu’ils n’appliquent pas forcĂ©ment et ne cherchent pas forcĂ©ment Ă  appliquer.
    Je pense qu’il y a de place pour les deux, Ă  condition de rĂ©glementer et d’encadrer plus strictement Uberpop Ă  l’image de l’encadrement apporter pour les VTC, et que les taxis acceptent ENFIN dans leur histoire de changer, de se rĂ©former, de s’amĂ©liorer et de rompre avec leur systĂšme limite mafieux d’organisation. Et puis quand bien mĂȘme Uberpop viendrait Ă  complĂštement disparaĂźtre, cela ne rĂ©solvera pas grand chose.
    ==> Car premiĂšrement le besoin auquel rĂ©pond Uberpop resterait un besoin non satisfait par les taxis, et un besoin vraiment vitale parfois quand il s’agit de pouvoir rentrer chez soi sain et sauf plutĂŽt que d’ĂȘtre bloquĂ© au milieu de nul part et seul. Ensuite les taxis aujourd’hui profitent quand mĂȘme d’avoir un bouc-Ă©missaire pour TOUS leurs maux avec Uberpop ce qui leur permet d’Ă©viter de regarder le fond du sujet et ce qui va mal dans leur propre systĂšme, donc de ne pas se rĂ©former et de maintenir leur petit monopĂŽle viciĂ©. Or mĂȘme sans Uberpop ils auraient toujours les mĂȘmes problĂšmes d’endettement, de rentabilitĂ©, de prĂ©caritĂ©, de manque de stabilitĂ© ou de sĂ©curitĂ© d’emploi et social. Car la situation des taxis Ă©tait mise Ă  mal avant toute l’histoire d’Uber et le sera toujours sans Uber, mĂȘme si Uber a pu amplifier les dĂ©gĂąts sur certains points, car le fond est Ă  rĂ©gler au cƓur mĂȘme du fonctionnement des taxis. C’Ă©tait dĂ©jĂ  la galĂšre d’avoir un service dĂ©cent, correct et disponible de taxi qui soit juste pour l’usager comme pour le chauffeur avant Uber, ça le sera toujours avec ou sans Uber par la suite.
    En somme s’il y a bien des choses Ă  reprocher ou critiquer sur Uber, la rĂ©alitĂ© c’est que c’est juste un mirage et une façon de se voiler la face, le vrai fond de problĂšme est Ă  chercher au sein des taxis eux-mĂȘmes. Pour rĂ©soudre le problĂšme je pense que cette question a Ă©tĂ© mal abordĂ©e dans tous les cas en la posant sur le conflit Uberpop/Taxis, quand le fond du problĂšme est dans les taxis mĂȘme et qu’au fond Uberpop a profitĂ© d’un besoin non satisfait et d’une occasion de business, et a simplement mis en exergue et fait rĂ©apparaĂźtre les problĂšmes structurels des taxis.

    Je me fais un peu l’avocat du diable parfois parce que quand mĂȘme on dĂ©responsabilise pas mal les taxis concernant les rĂ©els problĂšmes du secteur, mais le fond de ce que je voulais dire en tout cas c’est que je pense qu’on a mal posĂ© le problĂšme et que la rĂ©elle question Ă  se poser est : quid du systĂšme actuel des taxis Ă  long terme et de sa viabilitĂ© ? Et quid des nouveaux besoins, ou des besoins qui aujourd’hui ne sont pas traitĂ©s ?
    Tout n’est pas forcĂ©ment d’une argumentation bĂ©ton ou quoi, je suis loin d’ĂȘtre expert du sujet donc j’admets volontiers par avance de dire des bĂȘtises (pardon :D) mais j’espĂšre que quelques points en tout cas peuvent soulever des problĂšmes de fonds non traitĂ©s par les dĂ©bats actuels sur ce sujet, que ce soit par les taxis ou le gouvernement, ou bien Uber.
    Et encore une fois, par contre les actes de certains taxis, alors que vraiment leur situation ils la doivent quand mĂȘme ne serait-ce qu’en partie Ă  eux-mĂȘme, est vraiment une honte et que sur ce coup-lĂ  ils se sont totalement dĂ©crĂ©dibilisĂ©s. Parce que la violence qu’on a vu c’est juste inadmissible et ces personnes doivent ĂȘtre traĂźnĂ©s en justice, or ça bizarrement personne ne s’en Ă©meut vraiment. Parce que casser la gueule aux gens, les envoyer Ă  l’hosto ou les traumatiser, dĂ©truire leurs biens et autres, ça serait n’importe qui d’autre ça leur tomberait dessus direct. Parce que dĂ©truire la voiture d’un chauffeur uberpop qui pour parties sont aussi dans des situations prĂ©caires, et donc obliger des gens pauvres Ă  devoir racheter une voiture alors qu’ils n’en ont pas les moyens et que c’est essentiel pour des chĂŽmeurs par exemple pour retrouver un travail d’avoir un moyen de transport, c’est indigne de personnes qui sont en colĂšre car pour certains ils risquent la mĂȘme chose.

    • Eric

      @ROBIN : mille mercis pour ce point de vue, un peu long mais tellement pertinent, objectif et posĂ©. J’espĂšre que tous ceux qui sont intervenus avant vous prendront le temps de le lire attentivement…

  114. Bon lĂ  encore c’est du payant mais cet article lĂ  est accessible. Et lui a le mĂ©rite d’ĂȘtre factuel :
    3 fois la mĂȘme course avec Uber, un taxi et un vtc… Quand on remet en perspective l’Ă©vasion fiscal, les retraites etc… je ne suis pas certain que l’Ă©conomie rĂ©alisĂ©e par les clients en vale la chandelle
    http://www.leparisien.fr/econo.....888567.php

  115. Salut Ă  tous,
    je pense qu’il faut aussi pointer du doigt toutes les grosses compagnies de Taxi (G7, Taxis Bleus, etc.) qui ont endormi et dĂ©couragĂ© les taxis pendant des annĂ©es. Ils ont pourri ce systĂšme gĂ©nial de Taxi au sens propre du terme, juste pour amasser des quantitĂ©s phĂ©nomĂ©nales de fric, sans jamais amĂ©liorer le service au client, par manque total de management de leurs Ă©quipes (les taxis eux-mĂȘmes).
    Evidemment, proposer un service comme Uber, Le Cab ou autres, c’est une rĂ©volution niveau services ! Il fallait juste y penser plus tĂŽt, manager ses Ă©quipes comme tout chef d’entreprise … et il n’y aurait pas tous ces bruits pour pas grand chose : bienvenue au Taxis dans le monde de la concurrence, ce que toutes les entreprises commerciales vivent au quotidien !
    Lolo.

  116. F.Duberuil on

    @DORA et Ă  tout ceux qui pensent pareil :

    NON!! 3 fois NON!! Les taxis et UBER n’ont pas le mĂȘme mĂ©tier ! Ce que paye les taxis, c’est le droit de marronage ! Ce que n’ont ni Uber, ni les VTC ! Et les VTC, c’est pas nouveau hein ! Juste que jusqu’il y a peu, les conditions (prendre commande avant) Ă©tait rebarbative pour les gens dans l’urgence !

    Et puis est arrivĂ© la nouvelle technologie ! Maintenant, on peut faire une rĂ©servation en un Click, ĂȘtre localisĂ© en un Click, et ça devient plus rapide, parfois, de prendre un VTC qu’un taxi !

    Mais les droit reste diffĂ©rent! Les taxis continue d’avoir un droit en plus : celui d’attendre le client ! Pourquoi n’en profite-t-il pas? Pour quelques euros de plus, ne pas attendre, ça pourrait Ă©vidĂ©ment marcher !

    Pour ça , il faudrait :
    -Qu’ils arrĂȘte de surfacturer Ă  tout va (jamais Ă©tĂ© facturĂ© normalement)
    -Qu’ils arrĂȘtent de refuser des clients
    -Qu’ils soient aimable

    Alors bien sur j’ai croisĂ© quelques chauffeurs aimable…mais juste « quelque »! Et souvent, c’Ă©tait en journĂ©e, quand il n’y avait pas de rush ! Les vendredi soir, dans n’importe quel ville, ça te dĂ©goute juste des taxis !

  117. Comme Uber facture sa commission au chauffeur, en autoentrepreneur, le chauffeur doit dĂ©clarer l’ensemble de la course, mĂȘme si il n’en encaisse que 80%

    Et d’ailleurs, il doit fournir une facture pour tout client qui le lui demande.

    Ce qui fait que si un chauffeur encaisse 1000 euros, il doit déclarer 1250 au RSI et payer ses charges sur ce montant sans pouvoir déduire le moindre centime de frais.

    Pour moi, c’est donc assez peu intĂ©ressant de passer en autoentrepreneur car si on considĂšre qu’il faut payer l’assurance responsabilitĂ© civile, l’essence et l’entretien rĂ©gulier du vĂ©hicule, et des charges sur la commission UBER, on se retrouve aprĂšs RSI avec trĂšs peu d’argent dans la poche.

    Donc, soit on le fait pour de petits montants sans s’immatriculer, soit on passe en VTC.

  118. Beaudron Patrick on

    Je suis ambulancier et je suis souvent confrontĂ© Ă  l’agressivitĂ©, le manque de respect, l’absence de professionnalisme et l’intĂŽlĂ©rence des chauffeurs de taxi.

    Souvent dans les hĂŽpitaux de Paris ces messieurs sont garĂ©s sur les places rĂ©servĂ©s aux ambulances pendants des heures ( normal ils refusent une grandes majoritĂ© de leur course ) nous empĂȘchant de transporter notre patient, je dis bien patient ( pas client ) qui la plupart du temps ne peut marcher !
    En contre parti et mĂȘme si cela reste exceptionnel, dans un hĂŽpital parisien, j’en ai vu un crever les pneus d’une ambu parce-que l’ambulancier avait osĂ© prendre une place de taxi ne sachant ou se garer pour dĂ©poser son patient qui Ă©tait sur son branquart avec perf et oxigĂšne !!!

    Une autre fois, vers 20h je finissais ma journĂ©e sur Paris et rentrais tranquille quand mon rĂ©gulateur me demande si je veux pas passer par le 15/20 ou une pauvre tite dame d’environ 70 ans dĂ©sespĂ©rĂ© se voyait bien dormir dans le halle de l’hĂŽpital.
    Me voyant arriver elle m’acceuil comme son sauveur, je lui demande ce qui lui arrive, elle m’explique que la boite d’ambulance qui l’a amenĂ© Ă  oubliĂ© de faire son retour et qu’elle Ă  fait appel Ă  3 chauffeurs de taxi, les 3 sans exception ont refusĂ© de la ramener chez elle sous prĂ©texte que la course n’Ă©tait pas rentable.
    La couse est pas plus rentable pour un VSL mais on laisse pas une pauvre dame de cette age en détresse dans la rue.
    Des anecdotes comme celles-là je pourrais passer la journée à vous en raconter.

    Les chauffeurs de taxi actuels n’ont rien Ă  voir avec les chauffeurs de taxi que j’ai connu il y a 20 ans, aujourd’hui ils sont agressifs, intĂŽlĂ©rents, n’ont pas de respect pour le client qui les fait manger, ils sont Ă©galement feignant Ă  en juger les heures d’attente qu’ils passent sur les parkings Ă  refuser des courses, ils sont sales aussi Ă  en juger l’Ă©tat de leur vĂ©hicule, dans certain je n’oserais mĂȘme pas y mettre les pieds !!!

    Bien-sĂ»r je gĂ©nĂ©ralise, je roule entre 3 et 400 bornes par jour sur Paris et sa banlieu et je parle de ce que je constate chaque jour que je travaille, je suis convaincu qu’il reste de bon chauffeur de taxi mais hĂ©las ils ne sont plus qu’une minoritĂ© et malheureusement ils trinquent avec la majoritĂ© qui se comporte de plus en plus mal !

  119. A ok c’est pas pareil partout, en Suisse c’est 10 ans maximum de l’Ăąge de la voiture et aucune question pour adhĂ©rer, mais avoir un casier judiciaire vierge par contre. Aucun teste nĂ©cessaire pour UberPOP.

    Et si jamais, Uber ont l’assurance passager spĂ©ciale, que l’assurance passager des particuliers avec leur assurance ne couvre pas les courses Ă  tarifications. Mais ça c’est en Suisse que je parle, peut-ĂȘtre la mĂȘme en France…

  120. Bonjour Eric,

    Je tiens Ă  prĂ©ciser que le français n’est pas ma langue maternelle donc je m’exprime peu sur le web . Je le fait quand je rencontre un article, que me fait dire  » j’aurais pas fait mieux !! » Et quand je partage entiĂšrement les idĂ©es exposĂ©es.

    Triste polĂ©mique, en plus s’ on exprime notre avis, mĂȘme sans prendre forcĂ©ment parti , on se fait « agresser » par la partie adverse.

    Pour faire court, je comprends la partie Taxis, ils ont le droit de faire entendre leur mĂ©contentement, mais pas la violence svp. MĂȘme s’ils avaient raison au dĂ©but (ça c’est une autre question encore), a mes yeux ils ont tout perdu. Agresser des chauffeurs Uber, et les clients ne sert a rien.
    Mais je pense aussi que une licence a 200.000 ( entre autre raisons bien sûr ) ne justifie pas tout.
    Biensur scrupuleusement le systĂšme, mais a mes yeux les Taxis ont aussi le devoir de se battre contre un meilleur systeme pour eux mĂȘmes. Le fait d’avoir un monopole, plus la pĂ©nurie des taxis, les avez pas pousse Ă  chercher plus loin.
    Je reconnais bien que la vie d’artisanat est difficile, je sait de quoi je parle.

    Mais ça ne justifie pas de s’en prendre Ă  ceux que soit disant profitent de la faille du systĂšme, en rĂ©pondant juste ĂĄ a la demande.

    C’etais ĂĄ ceux qui Ă©tais la avant d’avoir anticiper le coup. Pour eux mĂȘme, et pour les nouveaux tĂĄxis.

    En tout cas, trÚs bon article. Bonne journée à vous et aux lecteurs

  121. Il y des aivs pro Uber et des pro taxi, je vais donner l’avis d’un client

    Quel avantage qu’offre la licence de taxi , leur formation soit disant plus longue pour un client lambda? proche de zĂ©ro. Je n’ai pas besoins qu’il apprenne par cƓur les rue de paris Ă  l’heure de GPS, mais je n’ai pas envie d’ĂȘtre obligĂ© de le surveiller pendant tous le parcours pour ne pas me faire arnaquer.
    A quoi sert le frais d’approche alors qu’avec la technologie moderne , je dois pouvoir trouver le vĂ©hicule le plus proche qui peut me prendre en charge.
    Ne parlons pas de sĂ©curitĂ©, les conducteurs de taxi sont loin d’ĂȘtre l’exemplaire.

    En tant que client, je veux des vĂ©hicule disponibles rapidements, des chauffeurs souriants et respectueux . pas d’arnaque sur le cout du trajet, des moyens de paiment facilitĂ©( carte de crĂ©dit international et paybal ect.)

    Uberpop n’est pas parfait, il y a pas mal de point que le lĂ©gislateur doit renforcer. Mais c’est toujours mieux que le monopole immuable des taxis.

    quand Ă  l’argument du cout de la licence, je vous rappel qu’elle a Ă©tĂ© donnĂ© gratuitement par l’Ă©tat. Que ceux qui ont dĂ©boursĂ© une fortune ne peuvent s’en prendre qu’Ă  eux mĂȘme. quand une sociĂ©tĂ© fait faillite, les actionnaires ne demandent pas Ă  l’Ă©tat de leur rembourser l’argent qu’ils ont mis, pourquoi doit il ĂȘtre diffĂ©rent pour le taxi? les chauffeur de taxi ne sont pas des fonctionnaires quand mĂȘme?

  122. Il y a effectivement une taille minimum ainsi qu’une puissance fiscale que le vĂ©hicule de taxi doit respecter. LĂ  oĂč l’histoire devient croustillante, c’est que tout cela vient d’une sociĂ©tĂ© de la rĂ©gion d’Avignon qui avait achetĂ© des petits vĂ©hicules pas chers pour faire taxi, du style Kangoo et qui pratiquait des tarifs nettement plus abordables pour la plus grande satisfaction de ses clients. Les taxis furieux sont allĂ©s chez le ministre qui a pondu un premier dĂ©cret pour obliger Ă  une taille minimum et la sociĂ©tĂ© pour rester dans la lĂ©galitĂ© a du changer tous ses vĂ©hicules pour des vĂ©hicules plus grands. Alors, les taxis sont revenus voir le ministre qui a pondu un second dĂ©cret pour imposer une puissance minimum et alors, la sociĂ©tĂ© devait encore changer tous ses vĂ©hicules, elle a n’avait plus les finances pour le faire et elle a fait faillite. Le ministre interviewĂ© plus tard estimait que ses dĂ©crets Ă©taient parfaitement lĂ©gitimes puisqu’il avait maintenu ainsi la libre circulation sur les routes et Ă©vitĂ© un blocage des routes.

  123. Hahaha ce post est d’un ridicule. Uber n’arrete pas de mentir et de faire de la dĂ©sinformation, et vous vous basez sur les propos de ces escrocs ?
    Soutenez ce systÚme de féodalité capitaliste, mais faudra pas pleurnicher quand les conséquences dramatiques se feront sentir.
    Uber paye une misĂšre, et mon courtier d’assurance est trĂšs clair : en cas d’accident, l’assurance se retournera contre lechauffeur et engagera sa responsabilitĂ© personnelle. Tout est construit pour faire du dumping social et fiscal.

  124. Degoutedelafrance on

    excuse moi peut tu me dire le statut qu’ils ont en auto entrepreneur car ils ne sont pas dĂ©clarĂ© vtc car il faut le diplĂŽme et une autorisation de la prĂ©fecture pour circuler se qui implique un ct annuel et une visite mĂ©dicale tous les 5 ans donc bien hors la loi merci!!!!

  125. Bonjour, @Eric
    Je n’ai aucune sympathie pour les taxis mais je tiens a prĂ©ciser certaines choses concernant votre article. Contrairement Ă  ce que votre interlocuteur chez Uber vous a rĂ©pondu, aucune assurance professionnelle n’est requise pour devenir chauffeur Uberpop. De plus il n’est pas demandĂ© d’avoir le statut d’auto-entrepreneur. CrĂ©ez un compte chez eux et vous pourrez le vĂ©rifier facilement.
    Cordialement

  126. Bonjour et merci pour votre article.

    C’est intĂ©ressant d’avoir quelques prĂ©cisions, car nous n’entendons pas toujours tous ces dĂ©tails dans les mĂ©dias.

    En tous cas merci et bravo pour le travail de vérification des informations

  127. @eric
    Si on juge de maniĂšre aussi radicale le travail de quelqu’un « tissu d’Ăąneries », il me semble juste de dire au moins Ă  l’aide de quelques exemples pourquoi… Je suis curieux de savoir ce qui vous semble idiot dans cet article de numerama.
    Sinon, je suis tombĂ© sur quelqu’un Ă©crivant ceci :
    « J’ai un peu de mal Ă  comprendre mes camarades qui s’extasient devant le dumping social, le travail dissimulĂ©, la dĂ©rĂšglementation par le bas d’un secteur au mĂ©pris de toute norme de sĂ©curitĂ©, et la mise en danger des retraites de travailleurs. »
    Pour me mouiller aussi, voici mon point de vue : Je pense qu’UBER et d’autres doivent pouvoir venir bousculer ce domaine d’activitĂ© grĂące Ă  leur qualitĂ© de service. Mais je souhaite qu’ils s’en tiennent lĂ . Une sociĂ©tĂ© qui n’aurait que des auto-entrepreneurs Ă  la place de salariĂ©s pourrait ĂȘtre redressĂ©e par les URSSAF. J’aimerais qu’UBER et les taxis cherchent Ă  se diffĂ©rencier uniquement par la qualitĂ© du service proposĂ© et l’expĂ©rience client, sans dĂ©molir le statut du salariat. MĂȘme en Californie cela pose question :
    http://www.lefigaro.fr/secteur.....d-uber.php

  128. Quoi qu’il en soit, les taxis se sont suicidĂ©s eux mĂȘmes.
    Cela fait 6 ans que je ne prends plus de taxi mais j’utilise des sociĂ©tĂ©s de chauffeurs pour moi et mes clients.
    Mes clients sont pour la majoritĂ© Ă©trangers et ont souvent Ă©tĂ©s choquĂ©s, tout comme moi, par l’attitude des taxis « Parisiens » .
    Insultes, voitures sales, arnaques pour parcours plus longs, surtaxe des bagages, arrivĂ©s avec un compteur dĂ©jĂ  Ă  15 euros pour une course dans Paris, difficultĂ©s pour obtenir une facture, compteur mis sur B ou C alors que l’heure et la zone sont en tarif A, je me suis retrouvĂ© Ă  payer une course Paris – Roissy Charles de Gaule 90 euros un jour de semaine alors que la circulation Ă©tait trĂšs fluide et j’en passe.
    UsĂ© d’Ă©crire des rĂ©clamations rue des Morillons dans le 15Ăšme pour que le service des taxis parisiens s’amĂ©liore, j’ai dĂ©cider d’avoir affaire et des chauffeurs courtois.
    Avec UBER, nous sommes sĂ»r du prix de la course (elle est souvent moins chĂšre qu’un taxi parisien)
    Le chauffeur est agrĂ©able, les voitures luxueuses et entretenues, de l’eau Ă  disposition, musique au choix…

    J’avoue m’engager pour ne pas avoir Ă  utiliser Ă  nouveau les taxis parisiens. Sauf si le gouvernement leur impose la mĂȘme rĂšgle de tarification, de voitures dignes de ce nom et d’amabilitĂ© des chauffeurs privĂ©s.

    Seuls les taxis de Moselle ont fait un acte intelligent.
    Une journée de grÚve et de taxis gratuits.
    Au moins ils pouvaient se faire entendre auprÚs des clients pendant la course et leur expliquer leur démarche.
    Et donner une belle image d’eux en offrant le trajet.

    Ouvrons la concurrence pour une meilleure offre et laissons comme dans tous les pays des sociétés de chauffeur se créer pour ouvrir le marché et le choix.

    En France il y a peu de choix et de concurrence pour la plupart des services et je trouve ça trÚs dommageable.

  129. Ah mais comment ça rage Ă  fond dans les commentaires ! Ça en est grotesque…

    Merci Eric pour cet article, certes peut-ĂȘtre subjectif (au final, je m’en fou c’Ă©tait Ă©crit en prĂ©ambule), mais rempli de vĂ©ritĂ© qui gĂšne (et Ă  en lire les commentaires, ça ne gĂšne pas que les taxis) !

  130. je suis Ă  100% derriĂšre UBERPOP ? marre des corporatismes , des situations de monopole , des chauffeurs de taxis parisiens et marseillais , excitĂ©s , pĂ©nibles et rĂąleurs ! les prix des transports dans votre pays sont hallucinants et c’est ça que dĂ©fend votre infĂąme Cazeneuve , c’est vrai que vos socialos sont dĂ©jĂ  en campagne !

  131. Je crois que votre article fait une confusion entre :

    :
    – les chauffeurs Uber, qui doivent rĂ©pondre Ă  un minimum de conditions, et qui cotisent parce qu’ils ont le statut d’autoentrepreneurs,

    -et l’application UberPop, par laquelle Uber met simplement en relation des particuliers disposant d’une voiture, qui ne sont pas des autoentrepreneurs et qui ne cotisent pas, avec des gens qui veulent ĂȘtre transportĂ©s contre finances.

    Voir :
    http://www.chauffeur-uber.fr/c.....e-uberpop/

  132. Bonjour, j’y vais aussi de mon commentaire. Je vous laisse en juger de la vĂ©racitĂ© de ces quelques points.

    .1. Les chauffeurs de taxi viennent d’engager une guerilla urbaine en ce 26 juin, en mettant en place la loi de la jungle. Qui seront condamnĂ©s par ces actes?

    .2. Le trouble Ă  l’ordre public est causĂ© par les taxis par ces grĂšves qui ne sont qu’une succession d’agressions. Si le principe de grĂšve n’est pas bafouĂ© (on ne parle de casseurs en marge de la manif, on parle des manifestants eu-mĂȘmes), toute grĂšve devrait pouvoir prendre cette forme de guerilla urbaine.

    .3. Il est dĂ©sormais dans nos moeurs d’Ă©valuer un hĂŽtel, un mĂ©decin, un restaurant via tripadvisor ou autres. Il sera bientĂŽt normal d’Ă©valuer les taxis et de choisir son taxi, qu’il soit de chez G7, Uber, ou autres

    4. Il n’y a aucune raison de choisir son taxi selon le principe de la file d’attente. Les meilleurs taxis doivent ĂȘtre ceux qui sont Ă  mettre en valeur. Et les taxis qui sont la cause de toutes les anecdotes les plus ubuesques, ils devraient ĂȘtre sanctionnĂ©s et quand ils n’auront plus de clients, ils devront revendre leur plaque et mettre la clĂ© sous la porte; comme tout commerce.

    5. Bernard, tu nous montres un Etat faible et qui se met Ă  genoux face aux taxis.

  133. uber sait aussi communiquer et raconter les choses comme il lui plait.

    de fait, ils disent une rĂšgle mais ne font rien pour la controler,
    ce qui permet aux chauffeurs Uberpop de passer Ă  travers les filets fiscaux et sociaux.
    et les 20% de comm’ qui partent dans les paradis fiscaux …

  134. moi président je déclare les taxis illégaux et je réhabilite les fiacres.

  135. Bonjour, comme vous semblez bien au courant, j’aimerais connaitre votre opinion sur l’idĂ©e suivante.
    Pourquoi tous les taxis de France (50 000) ne s’inscrivent pas en tant que particulier auto entrepreneur sur UberPop (je pense qu’ils rĂ©pondent aux conditions et il est possible en France de cumuler un temps plein et ĂȘtre auto entrepreneur) et se lancer eux aussi sur ce marchĂ© ? D’un seul coup, 50 000 nouveaux VTC sur le marchĂ©, ils pourront artificellement faire monter les prix et faire baisser la qualitĂ© du service (en prenant un rdv et en ne venant pas par exemple) et Ă  leur tour utiliser les failles du systĂšme pour le faire chuter. Ca serait plus simple et malin que casser des voitures et faire peur aux gens, non ?

  136. Quand les journalistes ne savent toujours pas Ă©crire « chiffre d’affaire »!!!!!!! Un scandale, pour info cela s’Ă©crit chiffre d’affaires….

  137. tout en condamnant le plus sĂ©rieusement du monde les dernier fait, notamment les attaques sur personnes et le chaos que c’est fou-furieux ont mis, je reviens sur l’argument 1 et l’approche.

     » D’une part, il ne s’agit pas de licence mais « d’une autorisation de stationnement dĂ©livrĂ©e gratuitement par les prĂ©fectures ». Bien sĂ»r, en raison de la pĂ©nurie organisĂ©e par l’État sous la pression de certaines compagnies de taxi, le prix de ces fameuses « licences » a flambĂ© avec la complicitĂ© des taxis en exercice, pouvant atteindre parait-il jusqu’à 200.000 euros. Et alors ? D’une part, personne n’oblige personne Ă  acheter une licence et Ă  s’endetter (en plus du prix de la voiture) lourdement pendant des annĂ©es pour exercer une profession qui ne rapporte soi-disant plus rien. Et puis les taxis ne sont pas les seuls Ă  devoir payer un droit d’entrĂ©e au montant prohibitif pour lancer leur affaire. N’importe-quel commerçant doit aussi dĂ©bourser des dizaines, voire des centaines de milliers d’euros pour pouvoir ouvrir boutique. Ça s’appelle le droit-au-bai »

    Si, pour le coup c’est l’Ă©tat qui les mets aussi dans la merde, si tu veux ĂȘtre taxi Ă  Paris, paye 200K€ et ensuite uberpop vient te concurrencer pour …. rien.
    l’argument serait bon, mais malheureusement il faut rester dans un pĂ©rimĂštre Ă©gal.
    ici Uber Pop et les taxi partagent une base de client et donc une masse d’argent, MAIS, on a obligĂ© les taxi Ă  investir… et l’Ă©tat qui les oblige Ă  payer leur licence, ne lĂ©gifĂšre pas sur uber-pop correctement.

    La logique, soit tout le monde paye, soit personne ne paye, mais deux poids deux mesures c’est pas possible.

    Pour poursuivre sur l’image du droit au bail, c’est vrai, mais TOUS les commerçants le paye, tous ceux qui on pignon sur rue du moins. on ne peux pas comparer en pratique un artisans boulanger/menuisier/plombier qui a un local, et un autoentrepreneur qui gagne un salaire ou un complĂ©ment en travaillant comme ça, il n’ont pas les mĂȘmes frais, les mĂȘmes objectif, les mĂȘmes investissements.
    Le problĂšme, c’est que cette comparaison qu’on ne fait pas normalement, tout le monde se permet de la faire pour les taxi et uber-pop.
    En vrai, les taxi sont des artisans boulanger/menuisier/plombier qui ont payĂ©s un local (=une licences) et les chauffeur uber sont des autoentrepreneurs qui sans cette investissement rivalise sur le mĂȘme terrain, vise les mĂȘmes objectif, et gagne autant d’argent.

    La colÚre est justifié.
    Oui les Taxi sont souvent des escroc, des mecs qui profitent, qui s’arrange, sans parler caractĂšres, qualitĂ© de service etc. on est tous d’accord,
    Mais la faute revient en grande partie au Villes et Ă  l’Etat qui ne pose pas les status correctement.
    Si demain les taxi n’ont plus de licence Ă  payĂ© et continue Ă  gueuler, ils auront tord, mais en attendant, ils sont clairement en situation d’inferioritĂ© alors qu’Ă  la base c’est eux qui ont le droit, le droit, de vivre de ce « metier »

    pour la suite :
    « Quand on fait ces choix de carriĂšre, de vie, il faut savoir les assumer ensuite, et ne pas crier Ă  la concurrence dĂšs qu’un nouvel acteur plus malin et proposant un meilleur service vient s’installer Ă  cĂŽtĂ©. Si j’avais pleurnichĂ© chaque fois qu’un nouveau blog Tech de talent ouvrait sur la Toile et nous faisait un peu de concurrence en nous piquant des lecteurs, si j’avais manifestĂ© chaque fois que je voyais notre audience baisser parce-que Facebook aspirait peu Ă  peu notre lectorat, je n’aurais plus assez de larmes depuis longtemps pour les vraies Ă©motions, croyez-moi. »

    Bah la les comparaisons c’est juste sans queue ni tĂȘte.
    -pourquoi parler de choix de carriĂšre, ils assument leur choix, justement, ils vont jusqu’au bout, pas de la bonne façon c’est Ă©vident mais ils assument et revendiquent leurs droits.
    -un acteur plus malin ? serieux ? la puissance derrieĂšre uber est imbattable, on est pas face Ă  un acteur plus malin, mais face Ă  un rouleaux compresseur qui va et mĂȘme qui doit imposer un nouveaux modele. L’idĂ©e n’est donc pas de le combattre, mais on ne peux pas laisser pour compte les acteurs dĂ©ja prĂ©sent qui respecter les lois et jouer le jeu de l’Ă©tat.
    -Je parle pas des pleurnichages…sans rire impossible de comparer une situation de blogger Ă  celle de Taxi. La concurrence est une bonne chose, elle pousse le service Ă  s’amĂ©liorer etc… dans le cas d’un blogger c’est la vie, c’est une question de talent egalement.
    Dans le cas des taxi, c’est spĂ©cial, sur le marchĂ© des taxi il n’y a que des taxi, on n’a pas le choix dans celui qu’on prend, on n’a pas le choix d’une compagnie etc… on un random de chauffeur et on prend le premier. Les gars estime avoir le droit d’en vivre et puis basta. La concurrence venant d’uber pop n’est pas une bonne choses dans leur milieux, cas pour le moment, eux seuls sont lĂ©gitimes, l’Ă©tat ne mettant pas de lois plus souples, de rĂ©gimes plus ou moins strict en avant, on reste dans le flou, mais quoi qu’il arrive, on en est au point ou Taxi = licence = droit de circuler de faire payer / Uber = nouvelles economie = aucun repere
    donc trouble.

    Encore une fois, on est d’accord sur l’abus des taxi, leur position qui les faits se prendre pour des rois, un service mĂ©diocre, bref ce que personne ne veut et d’un autre cotĂ© uber, l’avenir, irrĂ©prochable etc…
    Mais allez si vite en besogne ce n’est pas rendre service Ă  l’un et Ă  l’autre.
    On est au croisement de deux systĂšmes, le principe du transport en taxi doit Ă©voluer vers le modĂšle amenĂ© par uber, mais tout ça doit ĂȘtre encadrĂ©, lĂ©gifĂ©rĂ© et traitĂ© de maniĂšre professionnelle. L’Ă©tat doit accompagner ce changement, informer communiquer et imposer la voie Ă  suivre, tout en rĂ©cupĂ©rant le acteurs de la profession de taxi et en les integrants dans le nouveau modele economique.

    L’argument 1 est un ramassis de comparaison qui n’ont pas lieux d’ĂȘtre sans un reel approfondissements et un regard equilibrĂ© sur les deux situations.
    Le reste ne sert qu’a appuyer un raisonnement que la TV diffuse dĂ©ja…

  138. Harry qui veut du bien on

    Le « soulĂšvement » des taxis me pose un problĂšme de fond sur le sujet de la libre entreprise. Le modĂšle Uber n’est pas le souci majeur mais le pseudo systĂšme d’attribution des licences et de tout ce qui va avec qui relĂšvent d’un autre temps. Payer jusqu’Ă  240.000 euros pour une plaque sans compter la formation , les coĂ»ts trĂšs Ă©levĂ©s de gestion sont une honte pour une profession qui souvent n’en a rien Ă  faire de ses clients. Non seulement Uber est l’avenir mais des concurrents viendront s’installer sans oublier l’inexorable projet des voitures sans chauffeurs, des voitures Ă  conduite automatisĂ©e…..
    Il revient Ă  l’Ă©tat de redĂ©finir le mĂ©tier de taxis et les infrastructures correspondantes et surtout Ă  des coĂ»ts justes et compĂ©titifs. Mais il faut rĂ©former Ă©galement la pensĂ©e Ă©narque qui pond des rĂšglements administratifs Ă  la con pour justifier la servitude l’Ă©tat.

  139. Billyboy666 on

    @Eric

    Les pseudo garanties Ă©noncĂ©es par un responsable d’Uber sont loin de rassurer.
    Le conducteur doit avoir son permis et ĂȘtre assurĂ©. Il ne manquerait plus que ce ne soit pas le cas.
    Mais le contrĂŽle est des plus succints. On se contente d’un scan, non falsifiable comme chacun le sait.
    La prochaine fois que je prends l’avion, je prĂ©senterai un scan de mon passeport: pas sĂ»r que cela marche.
    Que se passe t il si le conducteur n’a plus de points, si son assurance est rĂ©siliĂ©e. Pas grave dit Eric, les conducteurs sont prudents et se dĂ©placent en parcours urbain, donc peu de risque . Comme mauvaise foi on fait difficilement mieux. Et puis uber a t il les moyens en personnel de tout vĂ©rifier? j’ai quelques doutes.
    Enfin ce n’est pas l’ADEME qui fixe les seuils fiscaux et sociaux. mĂȘme si c’Ă©tait une activitĂ© reconnue lĂ©gale, il faut la dĂ©clarer comme activitĂ© industielle et commerciale (BIC) et me semble t il faire une dĂ©claration d’existence TVA et payer rĂ©guliĂšrement celle ci.
    Cela ne semble pas gĂ©ner plus que cela certains commentateurs que des individus ne paient aucune cotisation sociale, mais bĂ©nĂ©ficient ‘une couverture sociale grace aux assedics, Ă  NOSsedics.
    Cela n’enlĂšve rien Ă  certaines crtitques faites aux taxis.

  140. Bonjour,

    vous ĂȘtes journaliste? Alors on a du souci Ă  se faire.

    C’est sur qu’en appelant UberPop vous allez avoir toutes les infos justes et sans discussion.
    Ce n’est pas sĂ©rieux. Ecrivez un vrai article de fond avec une enquĂȘte approfondie Ă  la clĂ©.

    Vous surfez sur l’actualitĂ© sans trop vous mouiller, TOUT le monde est contre les taxis en ce moment.

    Bien Ă  vous,

  141. C’est dingue comme en 10 lignes vous arrivez Ă  vous contredire. La grande question c’est comment Ă©crivez vous vos articles….
    Pour exemple :
    « travail au noir il faut que plusieurs conditions soient rĂ©unies. La premiĂšre d’entre elles, fondamentale et incontournable : que l’argent circule en liquide.

    C’est complĂštement faux, on peut encaisser de l’argent par virement, en chĂšque en CB. et ne pas le dĂ©clarer. Vous le dites mĂȘme 3 lignes plus loin dans votre commentaire.

    Car avec les sociĂ©tĂ©s de VTC c’est Ă  la base impossible puisqu’il n’y a aucun argent liquide Ă©changĂ© entre le client et le prestataire, toutes les transactions Ă©tant rĂ©glĂ©es via les plateformes sur les comptes cartes de crĂ©dit des clients.

    Un compte bancaire classique. un compte personnel, ou un compte Ă  l’Ă©tranger. Encaisser de l’argent n’a rien Ă  voir avec NE PAS LE DÉCLARER.

    AprĂšs, il se peut que certains chauffeurs « oublient » de dĂ©clarer leurs revenus au fisc et Ă  l’URSSAF mais la situation est la mĂȘme pour toutes les professions libĂ©rales, ni plus ni moins.

    Tiens on y viens, retournez donc plus haut, mon premier argument, celui qui pour vous est IMPOSSIBLE À FAIRE DU BLACK, mais en faite, si c’est possible, si on le dĂ©clare pas.

    « En revanche, les taxis, eux, sont la plupart du temps payĂ©s en espĂšces, car bizarrement leurs terminaux de paiement carte bleue sont souvent en panne. »

    En tant que professionnel je demande une facture, toujours. La encore on peut avoir plusieurs carnets, c’est une des techniques faciles, pour faire des factures sans les dĂ©clarer.

    Pour fini, il faudrait faire la diffĂ©rence entre encaisser de l’argent et le dĂ©clarer ou non. Qui rient Ă  faire du black ou non.

    DerniĂšrement, le seuil qu’a choisi Uber est ridicule, cela n’existe pas. Tout individu en France exerçant une activitĂ© ce doit de dĂ©clarer ses revenues. C’est pas parcequ’une loi nous emmerde qu’il faut en inventer d’autres.

  142.  » Pour faire de l’audience il y a des mĂ©thodes beaucoup plus faciles et rapides que passer une nuit et une matinĂ©e Ă  publier un article qui n’apporte que des coups. »

    Acheter des commentaires ou des visiteurs par exemples ?

    D’autres par, c’est bizarre mais s’il n’y a pas de commentaires c’est parcequ’ils sont modĂ©rĂ©s par vous. Donc cessez votre mauvaise foi.

    • Eric

      @Nicolas : Acheter des commentaires ? Wow, Ă©norme, on ne me l’avait encore jamais faite celle-lĂ  🙂 Vous avez des adresses ? Sinon je n’ai rien compris au reste de votre commentaire (mais je ne l’ai pas achetĂ©, promis).

  143. MATHIEU Hervé on

    C’est malheureux qu’en France il ne soit pas possible de faire un petit taf Ă  mi-temps comme propose UBERPOP sans se faire taper sur la gueule par des mafieux ou se faire saisir sa voiture par l’Etat. Fo mieux vendre du sheet au coin du batim au moins sa c’est mieux acceptĂ©.
    Je suis aussi pour que l’ont interdise google, les e-cigarettes, les voitures Ă  essence et puis la libertĂ© d’expression…

  144. C’est pas vraiment de la concurrence. Les taxis choisissent leurs clients, les VTCistes non. S’ils n’Ă©tais pas (pour la plupart et tant mieux pour vous si ça ne vous ait jamais arrivĂ©) des gros cons on en serait pas lĂ . Les taxis rejettent la faute sur les clients mais pourquoi les VTCistes n’ont pas ce problĂšme? Ex-conseillĂ© en vente pour une grosse enseigne (dont je ne ferais pas la pub) j’ai supportĂ© sans broncher les insultes/remarques etc.. envers ma profession et mon boulot malgrĂ© un travail irrĂ©prochable (ce n’est pas moi qui le dit et le sujet n’est pas lĂ ) nĂ©anmoins j’ai toujours (et je dis bien TOUJOURS) accueillis le client suivant avec le sourire, la fraicheur, bien habillĂ©, propre, sur un bureau digne de ce nom et toujours en Ă©tant serviable et aimable. Ce n’est clairement pas le cas de la majoritĂ© de ces taxis. Sinon on ne se plaindrait pas autant d’eux. Ils ont semĂ© ce qu’ils rĂ©coltent. S’ils viennent Ă  disparaĂźtre ça ne me fera ni chaud ni froid.
    Ne connaissant rien aux lois relatives aux taxis/vtc/.. je ne dĂ©battrais pas de ce sujet mĂȘme si les arguments avancĂ©s par les taxis prouvent bien qu’il y a un problĂšme d’ordre lĂ©gal vis-Ă -vis d’uber. Cependant je rĂ©pĂšte, personne n’y aurait pensĂ© s’ils n’Ă©taient pas (pour la plupart oui on le sait y en Ă  3 qui sont sympa) des gros cons.

  145. Pingback: M_duras | Pearltrees

  146. Sur le site Uber, les clients notent les chauffeurs donc si le service rendu est mauvais, le chauffeur est viré

  147. Bonjour. Lorsque vous parlez de concurrence dĂ©loyale vous n’avez visiblement pas suffisamment creusĂ© les arguments contre Uber. Je vous invite Ă  nous donner le tarif horaire d’un chauffeur Uber et de le comparer Ă  un smic chargĂ© qu’on rigole un peu.

    Il y a aussi Amazon qui nous invente le travail délocalisé chez ses propres clients. Il nous sera possible de traduire une notice dans une autre langue pour quelques centimes.

    Si pour vous la crĂ©ation massive de travailleurs pauvres, c’est la modernitĂ©, disons nous n’en avons pas la mĂȘme dĂ©finition.

  148. La crise des taxis illustre un schisme entre un mĂ©tier corporatiste qui dure depuis plus d’un siĂšcle et un systĂšme ultralibĂ©ral tel que Uber (conducteurs non salariĂ©s, sans protection sociale, siĂšge fiscal dĂ©localisĂ©). L’Etat aurait dĂ» prendre la situation Ă  bras-le-corps en proposant un systĂšme similaire concurrentiel avec des prix intĂ©ressants pour les clients et une TVA sur le prix de la course, qui reviendrait dans ses caisses, tout en garantissant un minimum de droits du travail aux conducteurs. Car la demande est rĂ©elle.

  149. Je ne vais pas prendre position sur taxi/uber, chaque citoyen/utilisateur est Ă  mĂȘme de se faire son avis…
    Étant belge, une chose qui me choque affreusement en lisant les commentaires (et oui j’ai tout lu…) c’est que chez vous en France les taxis prennent leur client avec le compteurs dĂ©jĂ  etammĂ©, quelle vaste blague, et c’est lĂ©gal ça? ptdr
    En Belgique, un taxi enclenche son compteur Ă  partir du moment oĂč il est arrivĂ© Ă  l’adresse oĂč il est censĂ© prendre son client: de mĂ©moire 30€/heure Ă  l’arrĂȘt et la course est payĂ©e au kilomĂštre et je peux vous assurer que personne, aucun belge ne paiera un seul euro pour un taxi qui n’affiche pas 0,000€ quand vous rentrez dedans.
    Vous vivez vraiment dans un pays de fous

  150. Franchement UberPop abuse, c’est limite du travail au noir. AprĂšs c’est vrai que la sĂ©rie de test filtre l’accĂšs aux mauvais chauffeurs.

  151. Hello et merci pour toutes ces prĂ©cisions. Juste un petit bĂ©mol concernant le point 4 (Assurances). A moins que leur politique d’adhĂ©sion n’ait changĂ©, lorsque je me suis inscrit comme conducteur courant fĂ©vrier, ils m’ont demandĂ© plein de documents dont la fameuse attestation d’assurance. Mais pas une RCP, la mienne perso Ă  trĂšs bien fait l’affaire, la preuve mon dossier d’adhĂ©sion a Ă©tĂ© validĂ© (Au final j’ai jamais signĂ© le contrat, ça commençait dĂ©jĂ  Ă  sentir la poudre). Je voulais juste apporter cette prĂ©cision.

  152. Re,
    Je sens que je vais t’agacer, j’aurai du attendre de tout lire avant de poster, Mea Culpa !
    Mais il y a une petite inexactitude sur le point 5. Aucune visite médicale pour adhérer.
    Le reste est correct, quoiqu’il manque pour ĂȘtre totalement prĂ©cis le fait qu’ils nous demande de leur envoyer des photos bien prĂ©cises du vĂ©hicule (plaques immat. visibles). Quant aux fameux test de 90 questions il est tellement ridicule, que je serai surpris que quelqu’un ce soit fait lourder pour ne pas y avoir rĂ©ussi. Je ne dĂ©conne pas, faut voir les questions. On est pas au code de la route. Tout est principalement dans la façon d’accueillir le client, le parcours Ă  choisir (plus court et pas le pus rapide par ex.)
    Voila moi aussi je voulais que le choses soient clarifiées.

  153. Bonjour .
    TrĂšs bien Ă©crit cet article . Et surtout , aucune prise de risque .
    D’ accord sur la dĂ©suĂ©tude du conflit actuel entre Uber-popistes et taxieurs dans quelques annĂ©es .
    Toutefois , Uber-pop n’ a rien d’ une Ă©conomie collaborative . 20 % des transactions de services territoriaux sont rackettĂ©es par une entreprise Ă©trangĂšre en contrepartie d’ un encombrement de rĂ©seaux nationaux auquel il ne contribue pas financiĂšrement .
    A mon sens , Uber-pop sera lĂ©gal lorsqu’ il s’ acquittera d’ une taxe ou autre impĂŽt Ă  l’ adresse de chaque pays investi par ses informations en transit .
    Je n’ ai absolument rien contre les nouvelles technologies que j’ approuve .
    Par contre , il n’ appartient pas aux peuples de construire un rĂ©seau au service de Google . Si les constructeurs de rĂ©seaux ( les nations ) doivent travailler gratuitement ; alors que Google en fa

  154. Bonjour .
    Actuellement , Uber pop est sur la sellette . Demain , ce sera un autre .
    Le fond du problĂšme est ailleur .
    Les peuples érigent des réseaux au service de fournisseurs de communications . Les premiers devraient travailler gratuitement pour les seconds qui engraissent les paradis fiscaux .
    En l’ Ă©tat actuel des choses , Uber pop rackette les pays investis par son application .
    Les usagers sont si aveuglĂ©s par les bĂ©nĂ©fices de cette technologie novatrice qu’ ils en deviennent les esclaves des fournisseurs d’ accĂšs et moteurs de recherche .
    Dans toute l’ histoire de l’ humanitĂ© , jamais personne n’ a soumis autant de populations Ă  l’ esclavage au service d’ une entreprise …. pas mĂȘme d’ un Ă©tat .
    Lorsque internet aura fini de nous imposer son dictat bisounourssien …….. Sauve qui peu .
    A moins que : Voyez donc LES JEUX OLYMPIQUES DU TRAVAIL Ă  la page http://duboulotagogo.canalblog.com/
    Et oui ! Les avantages sociaux ; ça se mĂ©rite …

  155. Stéphanie on

    Je me reconnais de moins en moins dans la vieille France naphtaline qui transparait Ă  travers la majoritĂ© des commentaires de ce forum (sans parler de leur agressivitĂ©, des attaques personnelles contre l’auteur etc). Finalement les taxis ont raison, le peuple est derriĂšre eux. Tout va bien, ne changeons surtout rien, gardons nos petits corporatismes, ne faisons SURTOUT pas Ă©voluer les choses en tentant de nouveaux modĂšles de business qui pourraient ĂȘtre facilement rĂ©gulĂ©s et encadrĂ©s et qui pourraient crĂ©er des milliers d’emplois.
    Ah mais oui j’oubliais, des emplois PRECAIRES. C’est vrai qu’il vaut mieux rester au chĂŽmage.
    Le plus affligeant étant certainement que la plupart des gens qui ont posté des commentaires hostiles à Uber ici ont entre 20 et 30 ans et ne sont sûrement pas tous chauffeurs de taxis.
    Pauvre pays..

  156. Pingback: Acteurs - Culture Cyber | Pearltrees

  157. Juste de passage on

    Beau billet Eric !

    Beau billet parce que dans la grande tradition des blogs oĂč un post argumentĂ© et lĂ©gĂšrement provocateur allume le feu du dĂ©bat et aligne les dizaines/centaines de commentaires.

    Mais, mais, mais …

    1. Vos vĂ©rifications auprĂšs d’Uber apportent des infos dans le dĂ©bat, certes.

    Mais vous ne donnez pas la parole aux taxis, aux VTC, Ă  G7 ni aux politiques. Ces derniers ont quand mĂȘme beaucoup bossĂ© ce sujet, mĂȘme si on peut les accuser de surtout servir la corporation des taxis (Uber est 100 fois meilleur en com’, mais les taxis et la G7 sont meilleurs en lobbying).

    Cela dit, c’est un billet, pas un article de presse. Et vous n’ĂȘtes pas journaliste. Donc vous n’ĂȘtes pas obligĂ© de recouper vos sources et d’interroger toutes les principales parties prenantes. (Rendre compte, au moins succinctement, de tous les points de vue, fait en revanche partie du mĂ©tier de journaliste, sur un plan aussi bien dĂ©ontologique que lĂ©gal.) L’auriez vous fait, cela vous aurait pris beaucoup plus de temps. Mais ça vous aurait mis Ă  l’abri de certaines critiques. Surtout sur un sujet aussi polĂ©mique.

    2. Et puis il me semble qu’il manque dans votre billet certaines informations nĂ©cessaires pour mieux comprendre et donc mieux dĂ©battre.

    En effet, vous ne distinguez pas trois statuts de chauffeurs Uber diffĂ©rents, dont un est plus que « limite » :
    a/ les chauffeurs VTC que UberX met en relation avec des clients, VTC qui sont en rĂšgle avec la loi (mĂȘme si les chauffeurs de taxis leur reprochent une concurrence dĂ©loyale du fait de l’absence de « licence », celle-ci est donc … lĂ©gale). C’est pour cela que Uber propose depuis peu Ă  ses chauffeurs VTC de passer … sur l’appli Uberpop afin de sauver le service et la marque si l’interdiction par le Tribunal correctionnel de Paris (octobre 2014) Ă©tait confirmĂ©e en octobre 2015 par la Cour d’appel de Paris
    Source : http://www.lesechos.fr/journal.....131538.php
    b/ les chauffeurs Uberpop moins occasionnels mais que Uber a obligĂ© selon vous Ă  passer auto-entrepreneur Ă  partir de 7500 euros de chiffre d’affaires annuel
    c/ et les chauffeurs Uberpop assez occasionnels, simples particuliers, restés sous le seuil des 7500 euros.

    Les premiers et les seconds payent des charges sociales, pas les troisiĂšmes (c/) …

    A propos du cas b/ : une entreprise qui emploie pour une part importante de son chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs (au lieu de salariĂ©s) viole le Code du travail.

    A propos du cas c/ : on n’est pas ici dans le covoiturage/partage puisque ce n’est pas un partage des frais mais un moyen de gagner de l’argent, notamment Uber prend une commission de 20%, bien au-delĂ  de celle de Blablacar. Et donc rebelote, c’est illĂ©gal.

    Sources :
    http://www.francebleu.fr/socie.....as-2460463
    http://www.europe1.fr/economie.....ce-1361282
    http://www.frandroid.com/appli.....s-duberpop
    http://bfmbusiness.bfmtv.com/e.....65612.html

    3. Un dernier point — que presque personne ici n’a soulevĂ© : pourquoi ne prend-on pas le problĂšme dans l’autre sens ? Je veux dire : pourquoi les chauffeurs UberX, Uberpop et VTC devraient-ils se conformer aux rĂšgles rĂ©gissant les taxis ? Pourquoi diable faut-il compliquer, rĂ©glementer, protĂ©ger une profession (ou plutĂŽt une partie d’une profession) ?

    RĂ©ponse : Ă  mon avis, parce que c’est une habitude trĂšs française, qui remonte aux corporations (donc au Moyen-Age). C’est dans nos gĂȘnes socio-historico-Ă©conomico-culturels. Et parce que nous Français avons la trouille du changement. Evoluer, contrairement aux AmĂ©ricains, nous dĂ©testons ça. Nous aimons nos petites habitudes et nous sacralisons nos petits et grands privilĂšges (lisez « On ne change pas la sociĂ©tĂ© par dĂ©cret » de Michel Crozier, « Le mal français » d’Alain Peyrefitte et « Toujours plus ! » de François de Closet).

    Il est lĂ , le problĂšme, et c’est Ă  *chacun de nous* de le rĂ©soudre. Certainement pas Ă  l’Etat, aux politiques, aux taxis ou Ă  Uber.

    PS : le contributeur qui citait la puissance du lobby des taxis qui avait fait modifier la loi pour tuer la sociĂ©tĂ© d’Avignon Easy Take a bonne mĂ©moire :
    http://lesnewsdutaxi.blogspot......chive.html
    http://www.marsactu.fr/politiq.....26770.html
    http://www.leparisien.fr/marse.....807690.php

  158. J’ai pris de nombreux taxis parce que je voyage souvent, et je les utilise aussi pour rentrer chez moi le soir. Incroyable mais comme dans tous les groupes il y a des cons, mais la plupart sont serviables et honnĂȘtes.
    En tout cas sur Paris il n’y a aucune difficultĂ© pour avoir un taxi sauf date particuliĂšre (1er de l’an par exemple).
    Pour la CB qui « ne fonctionne pas », j’ai fini par tirer ça au clair : le plus souvent c’est parce que le chauffeur est en « doublette » la nuit et qu’il n’a pas accĂšs au matĂ©riel G7. Il y a une histoire de dĂ©lai pour ĂȘtre payĂ© qui est plus ou moins long selon le jour du mois mais je ne suis pas sĂ»r que ce soit rĂ©el.

    Je comprends leur Ă©nervement cela dit, ils ont une profession trĂšs rĂšglementĂ©e, avec beaucoup de contraintes et de vĂ©rifications Ă  la clef, et d’autres auraient le droit de faire comme eux mais sans contraintes.
    Donc oui il y a pas mal de choses Ă  amĂ©liorer dans notre beau pays du cĂŽtĂ© administratif, mais si la profession doit se « libĂ©rer » il faut faire de mĂȘme pour les taxis.

    * je veux bien un coup de gueule sur la nullitĂ© de l’organisation de la prise en charge des voyageurs dans les aĂ©roports AdP : c’est un peu « 3000 taxis qui attendent et 25 minutes de queue ».

  159. Petite prĂ©cision : « la majoritĂ© des accidents et morts sur la route Ă  lieu au cours d’un trajet prĂ©vu de quelques kilomĂštre » – la sĂ©curitĂ© n’est donc pas une affaire de distance, mais de concentration (que l’alcool altĂšre, ou le tĂ©lĂ©phone)
    Pour le reste, je soutiens entiĂšrement les VTC mais pas UberPOP qui ne represente un danger social.

  160. Cela ne s’appelle pas des « contre-vĂ©ritĂ©s » mais des opinions…

  161.  »
    Eric on 24 juin 2015 16:47

    @DAVE : article réservé aux abonnés. Dommage.
    (forcĂ©ment quand c’est payant, ça donne plus de moyens pour prendre le temps de faire un article plus prĂ©cis et plus fouillé )
     »

    Ca fait quand mĂȘme pleurer ça. SĂ©rieusement, si vous n’avez pas le temps d’Ă©crire autre chose qu’un tissus d’opinions personnelles (pour ne pas dire de bĂȘtises) en faisant comme si c’Ă©tait la seule vĂ©ritable vĂ©ritĂ© vraie, NE LE FAITES PAS ET LAISSEZ CE TRAVAIL AUX PROFESSIONNELS…

    • Eric

      @Lucile038 : en gros vous prĂ©conisez aux gens qui ne partagent pas votre opinion de fermer leur gueule. Quelle belle preuve de tolĂ©rance au pays de la « libertĂ© d’expression. » Vous noterez que nous publions votre commentaire, nous, malgrĂ© son intĂ©rĂȘt trĂšs moyen.

  162. Elie Arié on

    C’est insupportable ! J’ai beau dĂ©crocher la case du bas, je continue Ă  ĂȘtre inondĂ© de mails m’avisant de la publication de nouveaux commentaires !

  163. Merci pour ces explications, on comprend mieux certaines points … Le plus triste se sont les gens qui parlent sans connaitre.

  164. Petit dĂ©tail, les conducteurs UberPop soivent passer en statut autoentrepreneur Ă  partir de 7500€/an. (Ce n’est pas moi qui le dit mais Uber lui mĂȘme https://newsroom.uber.com/paris/fr/2015/06/veritePOP/ )

    Donc techniquement ils peuvent se faire 7499€ au black sans souci.

    n’importe quel webmaster qui doit dĂ©clarer par exemple du Adsense sait bien qu’il faut dĂ©clarer dĂšs le 1er €…

  165. Eric

    @Elie AriĂ© : sous le champ de commentaires vous avez normalement un lien « Vous pouvez gĂ©rer les abonnements aux commentaires de ce billet. » Cliquez dessus et dĂ©sabonnez-vous aux commentaires de ce post. Si ça ne fonctionne pas dites-le nous ici et nous le ferons pour vous.

  166. Elie Arié on

    Non, j’ai une case  » Notifiez-moi des commentaires Ă  venir via Ă©mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter. » que je dĂ©coche chaque fois, mais ça dure au maximum 24 heures, puis ça recommence, et je la trouve Ă  nouveau cochĂ©e : merci de faire quelque chose pour moi…

  167. Pingback: Uber contre taxis (2/2) | Des hauts et débats

  168. Quelle blague!!!
    Je n ai pas pu aller jusqu’au bout tellement il y a de conneries.
    C’est nouveau la « licence » n’est pas obligatoire.
    Faux petit rappel à la loi dans le lien ci dessous (partie qui la délivre)
    http://vosdroits.service-publi.....1347.xhtml
    Uber serait une Ă©conomie collaborative. Faux, c’est juste une sociĂ©tĂ© de service. Va sur blablacar et tu verras ce qu’est une economie collaborative. (Si tu ne vois pas la diffĂ©rence c’est bien triste).?
    ça fait beaucoup d’erreur pour un blog tech de talent, comme tu le prĂ©sentes si bien!!!

    • Eric

      @aurel : moi en revanche je suis allĂ© au bout de ton commentaire (avec peine, certes) et je vais me permettre de faire une recommandation : d’abord, apprends Ă  lire. Puis une fois que tu sauras lire, reviens lire cet article attentivement. Ça t’Ă©vitera de dire beaucoup de conneries.

  169. Aux vues des diffĂ©rents commentaires que suscite ce dĂ©bat, on voit bien que nous sommes devant un grand sujet d’actualitĂ©. Pour ma part, si on cherche si la faute est, soit au Taxi soit Ă  UberPop, il aurait un dĂ©bat sans fin. Car pour moi le seul fautif est « l’Etat ». Nous vivons dans un pays ou Ă©normĂ©ment de choses sont rĂ©glementĂ©es, (que l’on soit pour ou contre c’est comme ça!) et il y a Ă©normĂ©ment de domaine ou il faut une licence spĂ©ciale, ou une rĂ©glementation spĂ©ciale, pour faire une activitĂ©. Avec ou sans le complice de l’Etat. Exemple. Essayez de vendre des cigarettes, mĂȘme avec un RC, en Ă©tant Auto-entrepreneur ou pas, vous serez hors la loi, il faut une licence spĂ©ciale (vous pouvez toujours argumenter (si vous vendez des cigarettes dans la rue) qu’il y a un manque de concurrence, pas un bureau de tabac d’ouvert aprĂšs telle ou telle heure, impossible de vendre, alors que la vente est autorisĂ©e dans certains pays. Essayez de vendre de l’alcool, il vous faut une licence, les jeux d’argent idem, (et lorsque il y a eu l’ouverture des jeux en ligne, l’Etat Ă  vite mis les choses en place). Les plages privĂ©es (je prend un exemple) il y en a (je ne sais plus (15 ou 17 Ă  Nice), il y en aura pas une de plus. Et essayez de vous balader sur le bord de mer pour louer des parasols, ou vendant une boisson fraiche, alcoolisĂ©e ou pas vous vous ferez virer avec perte ou fracas. (vous aurez beau dire que sur la plage privĂ©e le matelas parasol est Ă  25 euros (environs) la biĂšre Ă  5 euros, le cocktail Ă  15 euros, mĂȘme si vous proposez un petit parasol Ă  2 euros une biĂšre Ă  2 euros et un cocktail Ă  5 euros, tout cela bien sĂ»r sans licence, vous pourrez toujours crier Ă  la libertĂ© d’entreprise. L’Ă©tat vous mettra vite fait le grappin dessus. Avec un doctorat en droit, vous ne pourrez pas ĂȘtre Notaire, ou Huissier ou autre profession rĂ©glementĂ©e oĂč et comme vous le dĂ©sirez. MĂȘme avec un diplĂŽme, pas de pharmacie ou vous voulez, enfin j’ai choisi quelques exemples, il en a des milliers.
    Le problĂšme d’Uberpop n’est pas sur la table depuis 15 jours, mais depuis un moment dĂ©jĂ . L’Etat aurez dĂ» rĂ©agir plus vite, DĂ©putĂ© et SĂ©nateur sont lĂ  pour cela, il font l’autruche, la sourde d’oreille. Et aprĂšs on s’Ă©tonne que les corporations veulent faire justice eux mĂȘme.

  170. Pingback: UberPop vs. taxis : la réponse d'un ex-chauffeur de taxi (tribune libre)

  171. Bonjour,

    Pour ma part j’ai trouvĂ© l’article intĂ©ressant
    Je suis utilisateur occasionnel des taxis et n’ai jamais testĂ© uberpop ou VTC

    Aujourd’hui on parle de principalement :
    – concurrence dĂ©loyale
    – absence de charge française

    Hier pour les taxis lowcost d’avignon la sociĂ©tĂ© Ă©tait française et on avait encore quelque chose a y redire.
    Je trouve qu’il y a toujours de fausse excuse

    Quand Ă  la licence a 235000€ pour moi cela n’est pas un argument de poids pour les charges. Chacun est libre de prendre ou pas. Je me souvient de reportage capital ou zone interdite il y a 10 15 ans, ou un chauffeur de taxi se ventait de revendre sa licence (peut ĂȘtre 100000€) alors qu’il l’avait eu gratuite.
    Les taxis se sont escroquĂ© entre eux ce n’est pas aux autres d’en payer les frais.

    Franchement je suis a 50/50 de positif et nĂ©gatif sur les taxis, (expĂ©rience perso, pas de on m’a dit)
    – absence de terminal bancaire, il faut s’arrĂȘter Ă  un distributeur, c’est pĂ©nible et je ne suis pas certain que le compteur est coupĂ© pendant ce temps (mĂȘme si c’est pas long, question de principe je pense).
    – taxi fumeur cigarillos, mĂȘme s’il fume pas pendant votre prĂ©sence, vos vĂȘtements sont bon a brĂ»ler en arrivant a destination.
    – chants chrĂ©tiens a donf
    – absence de GPS vous ĂȘtes obligĂ© d’utiliser votre tĂ©lĂ©phone pour donner la route
    – voiture avec courroie qui couine, insupportable mĂȘme pour 30mn de trajet
    – voiture plus ou moins propre
    – mĂȘme si cela est liĂ© Ă  la rĂ©glementation et n’est pas forcĂ©ment imputable aux taxis, j’ai jamais compris le principe du prix affichĂ© avant le dĂ©part (qu’elle est la rĂ©fĂ©rence, point de dĂ©part…) , supplĂ©ment bagage (c’est du easyjet taxi ?) supplĂ©ment place passager devant.
    – Attendre un taxi Ă  1h du matin Ă  une station ĂȘtre en 3 Ăšme position, et voir plusieurs taxis libre ne pas s’arrĂȘter , un taxi s’arrĂȘter 400m plus loin en se faisant interpellĂ© par un passant, un taxi s’arrĂȘter en face de la station pour prendre un passant qui a levĂ© le bras., lorsque nous lui rappelons qu’il a pas le droit, et pourquoi il prend pas les gens qui attendent Ă  la station se sauve et embarque personne. J’ai du faire comme tout le monde aller en amont et courir vers/devant un taxi libre pour rentrer chez moi.
    – la grimace quand la course fera a peine 15 20 € vers la RP, personne a prendre en retour
    – taxi pilote de rally, qui passe de fil en fil sur le pĂ©riph, queue de poisson, ou quand toi simple conducteur tu as juste envi d’insulter ce taxi
    ….

    Pour le positif, il y a quand mĂȘme des situations et trajets avec des chauffeurs fort sympathique, courtois et dont la conduite est agrĂ©able. Avec un plus pour les taxis G7 chauffeur et grosse berline classe , silencieuse, et conduite souple.
    Pour tout les taxis je n’ai jamais constatĂ© de dĂ©tour par rapport Ă  l’itinĂ©raire le plus court ou rapide.

    UberPop m’Ă©rite tout de mĂȘme d’ĂȘtre mieux cadrĂ©, l’argument des charges en France est un faux argument puisque pour les taxis lowcost avignon par exemple cette derniĂšre Ă©tait bien française et pourtant….
    mais pas de disparaĂźtre.

    La question de fond est pourquoi un client taxi a choisi de passer chez UberPop ou VTC
    Sur le lien du parisien postĂ© plus haut, on voit bien que la diffĂ©rence de prix est pas de 50%. Pour un mĂȘme trajet 48 taxi, 49 VTC, 42 Uberpop. Bien que 7€ soit une somme un client qui utilise le taxi depuis 20 ans 10 ans, que le service est extra qu’il retient d’avantage les bon trajet des mauvais ne partira pas pour 7€.
    Si lui aussi a vécu la plupart des incidents identifié dans les postes ou le miens on a tendance a vouloir essayer autre chose.
    Si un jour on achĂšte un jambon et qu’il est pas bon on va pas en reprendre, on va pas en prendre pendant 10 ans en se disant un jour peut ĂȘtre il sera meilleur.

    La concurrence sera inéluctable
    – ça commence indirectement ou directement avec les autolib
    – dans 10 ans il y aura des google car
    – hier c’Ă©tait les taxis avignon, puis aujourd’hui UberPop, demain il y en aura d’autres

    Quand aux vidĂ©o que l’on voit sur les actions des taxis c’est pitoyable
    – brĂ»ler , dĂ©foncer, saccager la voiture d’un UberPop => qu’il soit en rĂšgle ou pas, ca ne se fait pas
    – ça veut dire que moi demain si je vois un taxi qui prend un passant au levĂ© de main, comme il respecte pas la loi j’ai le droit de bruler, casser sa voiture…. pfffff
    – voir des touristes amĂ©ricain Ă©tudiant courir 10km sur l’autoroute pour pas loupĂ© leur vol vers les Etat unis Ă  500 ou 1000€ le billet ça me fou les boule
    ….

    Franchement j’ai beau faire tout ce que je peux j’ai du mal a trouver du positif dans les actions des taxis

  172. Je voulais juste rassurer les taxis parisiens, car c’est ceux que je prends, une fois par semaine environ, ça va un peu mieux ces temps-ci. Je compare avec les taxis d’Amsterdam que je prends Ă©galement rĂ©guliĂšrement.
    UberPop ne vous fera pas concurrence (je laisse la dĂ©cision de l’aspect « dĂ©loyal » aux tribunaux) en suivant ces principes simples :
    1) PRENEZ LES CLIENTS. Ne faites pas le tri, les courses trop courtes, les gens trop saouls, trop ceci ou pas assez cela,
    2) ACCEPTEZ LA NOTATION PAR VOS CLIENTS. Brillez en prouvant par A+B que vous proposez un service supérieur reconnu par votre clientÚle.
    3) SOYEZ AIMABLES ET POLIS mĂȘme si vos clients sont des horreurs. Pour un ingrat, cent personnes de valeur. Et en terme de satisfaction, la clim, la radio, le silence ou la discussion, c’est plutĂŽt au client de dĂ©cider.
    4) PAS DE COMPTEUR EXCESSIF ENTRE LA RÉSERVATION ET LA MONTÉE DU CLIENT DANS LE TAXI. Personne n’aime les mauvaises surprises. Vous y compris.
    5) et enfin ACCEPTEZ LA CARTE BLEUE. Ce n’est pas optionnel. Pas de CB, pas de course. Je ne parle mĂȘme pas des « machines en panne », ça me met de mauvaise humeur. Vos confrĂšres hollandais vous mettent la honte..

    Au delĂ  de la lĂ©galitĂ© et des coĂ»ts d’installation, il faut suivre la rĂšgle Ă©lĂ©mentaire bien souvent oubliĂ©e en France du service client.

  173. Pingback: La loi de la jungle, c’est l’état ! | Alliance des Professionnels de SantĂ©

  174. l’argument de la licence n’a rien de fallacieux et c’est votre contre-argumentation qui l’est. La comparaison avec les autres commerçants ne tient pas car justement, quiconque veut ouvrir un commerce doit acquĂ©rir la licence correspondante. Le problĂšme est que Ă  mĂ©tier Ă©quivalent (quasi), l’un requiert une autorisation d’exercer, qui est limitĂ©e, et l’autre non.

    Il y a une loi : il faut une licence. Il faut donc l’appliquer Ă  tout le monde.

    Si j’ouvre un bar dans mon garage sans licence, je suis hors la loi. Si je fais le taxi sans licence, je suis hors la loi. Si j’ouvre une sociĂ©tĂ© de taxi avec des chauffeurs sans licence, je suis hors la loi. Mais tout d’un coup, si en plus cette sociĂ©tĂ© permet les rĂ©servation via une appli, alors je ne suis plus hors la loi ???

    L’injustice est que le taxi qui achĂšte sa licence, il se dit qu’il est obligĂ© par l’Ă©tat pour exercer ce mĂ©tier (c’est la dĂ©finition de licence). Alors quand son voisin fait exactement la mĂȘme chose mais sans la licence, Ă©videmment qu’il s’indigne qu’il y ait un double standard

  175. Pingback: #CRISE #UBER, 1 SAAL Affaire qui carbure au G7. Qui rĂ©vĂšle tout autre chose … CC @H16 | BUSINESS COMMANDO

  176. Bonsoir

    Etant chauffeur de taxi en province je rigole de voir ce que les taxis des grandes villes (paris ,bordeaux etc)recoltent aujourd’hui et je suis triste de voir leur comportement inadmissible . Ils ont ouvert une breche Ă  d autres systĂšme de transport avec leurs comportement, la filouterie, voiture sale et j en passe et ternissent l ensemble de la profession . Pour ma part quand j ai une course elle est faite Ă  l heure et sans dĂ©tours et sans course d approche c est un geste commercial le client est content et le tout dans un vĂ©hicule propre . Ils devraient ce mettrent Ă  la page car Ă  cause de ceux la on a le TPE et qui fonctionne tres bien malgrĂ© parfois un reseau internet difficile . Quils se remettent en question et on avancera beaucoup mieux

  177. Le dĂ©bat s’est calmĂ© mais les taxis n’ont pas gagnĂ©, c’est juste une question de temps.

  178. Dissimulation d’activitĂ© Ă©conomique
    – dĂ©faut d’immatriculation
    – dĂ©faut de dĂ©clarations sociales ou fiscales
    – poursuite d’activitĂ© aprĂšs radiation ou refus d’immatriculation
    personne physique > 45 000 € d’amende / 3 ans d’emprisonnement
    personne morale > 225 000 € d’amende / Placement sous surveillance judiciaire
    Rappel des cotisations sur les revenus réels ou les revenus estimés.
    Taxation forfaitaire.
    Dissolution si la personne morale a été créée pour commettre les faits.
    Interdiction d’exercer l’activitĂ© pendant 5 ans au plus directement ou par personne interposĂ©e.
    Fermeture de l’établissement jusqu’Ă  3 mois sur simple transmission du procĂšs verbal au prĂ©fet.
    Exclusion des marchĂ©s publics (jusqu’à 5 ans).
    Remboursement des aides publiques octroyĂ©es au cours des 12 mois prĂ©cĂ©dant l’établissement du PV.
    Refus des aides publiques Ă  l’emploi et Ă  la formation professionnelle (pour une durĂ©e maximale de 5 ans)
    aux personnes physiques et morales ayant été verbalisées pour une infraction de travail dissimulé.
    Peines
    Affichage dans la presse du jugement, aux frais de la personne condamnée.
    Confiscation de la chose qui a servi ou devait servir à commettre l’infraction ou qui en est le produit.
    Interdiction d’exercer une fonction publique.

  179. Je crois que ce que Über est en train de faire, est exactement ce que Tesla a fait chez les constructeurs d’automobiles, rĂ©volutionnĂ© le service. Über, vu que ce n’est un service de taxi comme l’autre n’est pas tout Ă  fait obligĂ© de suivre les mĂȘmes rĂšgles. Ils offrent un service de transport Ă  une fraction du prix des taxis, donc, ils prennent un grand morceau des clients. N’oubliez pas en tout cas que les conducteurs des taxis doivent avoir des casiers judiciaires propres, et ils sont des employĂ©s salariĂ©s. Donc malgrĂ© le fait que ça coute chĂšre, ils vous donnent le meilleur service.

  180. Je vais vous raconter ce qui m’est arrivĂ© le dimanche 13 septembre et qui prouve, s’il en Ă©tait besoin, la necessitĂ© d’un service type « UBER ». J’ai du faire un petit sĂ©jour aux urgences de l’hopital de ValrĂ©as, petite commune du Vaucluse situĂ©e dans ce qu’on appelle « l’enclave des papes ». J’y ai Ă©tĂ© conduit par les pompiers. J’en suis ressorti en dĂ©but d’aprĂ©s-midi, en bonne santĂ© (ce n’Ă©tait pas bien grave). Etant seul j’ai demandĂ© Ă  la personne de l’accueil des urgences si je pouvais obtenir un Taxi. Celui-ci a appellĂ© les 6 taxis de Valreas, 4 ont rĂ©pondus, tous ont refusĂ©s de me ramener chez moi. Je prĂ©cise que la distance Ă  mon domicile Ă©tait d’environ 40km, avec un trajet sans aucune difficultĂ© particuliĂšre. Nous avons ensuite essayer d’appeler un taxi Ă  Nyons, ville voisine de Valreas. Sur les 4 taxis , 3 ont rĂ©pondus, tous en refusĂ©s de me prendre en charge. Il a Ă©tĂ© impossible de me trouver un taxi dans la rĂ©gion pour me ramener chez moi.C’est une voisine de chez moi qui est finalement venu me chercher.
    Si il y avait eu un « Uber » dans le coin il est probable qu’il aurait acceptĂ©, le prix de la course Ă©tant d’au moins 50 €. La preuve qu’un service comme « UBER » est une nĂ©cessitĂ© pour rendre un service que la corporation des taxis est incapable de fournir, meme en zone rurale.

  181. Pingback: Juin 2015 | Commentaires de "ViWiV" sur "Sud Ouest"

  182. Peu importe ce que vous pensez des services comme Über, une chose de bien sorti de tout ceci. Cela va forcer les services de taxi de rĂ©volutionner, oĂč voire leur systĂšme tombe en faillite. On a plusieurs exemples de ceci dans notre histoire rĂ©cente comme ce qui est arrivĂ© Ă  certaines compagnies internationales. Il est bien de garder certains principes, mais il faut aussi Ă©voluer avec le temps.

    http://www.taxilaurier.ca/services.html

  183. Pingback: Dossier Uber et Uber Pop (Tech Café 17)

Send this to friend

Lire les articles précédents :
NeoRetro : image 1
NeoRetro : le téléphone intemporel by Orange

Lancement prévu en 2016.

Fermer