22 000 personnes « acceptent » de nettoyer des toilettes en oubliant de lire les CGU

Lisez-vous les conditions d’utilisation avant d’accepter quelque chose ?

Toilettes

Que cela serve de leçon et rappelle à tous que quand on clique sur « J’accepte », on est supposé avoir lu les conditions d’utilisation qui s’appliquent à un service en ligne.

La société britannique Purple a ajouté une clause insolite aux conditions d’utilisation de ses hotspot Wi-Fi gratuits et en acceptant celles-ci, 22 000 personnes ont « accepté » sans le savoir de faire 1 000 heures de travaux d’intérêt général en contrepartie du Wi-Fi gratuit.

Ces travaux incluaient des tâches telles que nettoyer des toilettes ou encore ramasser de la crotte. Voici la clause :

« L’utilisateur peut être tenu, à la discrétion de Purple, de mener à bien 1 000 heures de service d’intérêt général. Cela peut inclure ce qui suit. Nettoyage des parcs locaux et de déchets d’animaux. Fournir des câlins aux chats et chiens errants. Débouchez manuellement des égouts. Nettoyer les toilettes portables dans les festivals locaux et les événements. Peindre des coquilles d’escargot pour les égayer. Décoller des bouts de chewing gum dans la rue ».

Durant cette expérience, une seule personne aurait remarqué cette clause bizarre. Mais heureusement, le but de Purple n’était pas de faire nettoyer les toilettes à ses utilisateurs.

Bien au contraire, cette clause faisait partie d’une campagne encourageant les internautes à vérifier les conditions d’utilisation avant de les accepter. « Tous les utilisateurs ont eu la chance de signaler la clause douteuse, mais remarquablement, une seule personne, qui représente 0,000045 % des tous les utilisateurs du Wi-Fi au cours des deux semaines, a réussi à le repérer », indique Purple dans un communiqué.

La société met en évidence le manque de vigilance des internautes. Et les résultats de cette expérience sont dévoilés alors que Purple vient d’entrer en conformité avec la General Data Protection Regulation, une législation qui entrera en vigueur en mai 2018 et qui obligera les sociétés à être plus transparentes vis-à-vis de leurs utilisateurs.

A lire aussi : Vous êtes en danger sur les Wifi publics ! Voilà comment vous protéger


Nos dernières vidéos

Répondre