8 millions de dollars ont disparu des caisses de Cambridge Analytica en même temps que son PDG

L’ancien PDG de Cambridge Analytica aurait retiré 8 millions de dollars des comptes de la société avant le scandale survenu en avril dernier.

cambridge_analytica_emerdata

Plusieurs semaines après les révélations sur Cambridge Analytica, et l’hypothétique implication de la société dans la campagne présidentielle américaine, on apprend par l’intermédiaire du Financial Times que 8 millions de dollars auraient été retirés des comptes de la société par son ancien PDG juste avant sa mise en liquidation.

Le 6 juin, le Financial Times déclarait avoir plusieurs sources affirmant que l’ex-PDG de Cambridge Analytica, Alexander Nix, serait, à l’heure actuelle, en conflit avec plusieurs investisseurs d’une société nommée Emerdata. Peu de temps après les révélations sur les activités de la société Cambridge Analytica et le détournement des 87 millions de comptes utilisateurs Facebook, Alexander Nix, est suspecté d’avoir effectué un retrait de 8 millions de dollars pour le compte de celle-ci, et ce, juste avant sa mise en liquidation judiciaire. Mais quelle est donc cette société du nom d’Emerdata ?

Les Affranchis

Inscrite sous l’intitulé « traitement de données, hébergement et activités liées”, la société Emerdata a été fondée en août 2017 par Julian Wheatland, président de SCL Group, et par Alexander Tayler, responsable des données chez Cambridge Analytica ; tous deux font partie du conseil d’administration de la nouvelle société. Également de la partie, Alexander Nix a brièvement été l’administrateur d’Emerdata ; avant d’être démis de son mandat, en même que de ses fonctions chez Cambridge Analytica. Société aux activités peu claires, Emerdata est suspectée de vouloir reprendre les activités de Cambridge Analytica mais sous un autre nom. Mêmes soutiens, mêmes têtes, transactions étranges… beaucoup d’indices qui éveillent le soupçon.

Panier de crabes

Selon le New York Times, l’entourage proche du dossier Emerdata lève, lui aussi, le doute sur cette société. L’un des principaux actionnaires d’Emerdata n’est autre que Robert Mercer, un milliardaire américain influent dans les milieux conservateurs, et proche de l’ancien directeur de campagne de Donald Trump. Autre persona non grata présent sur l’organigramme de la société : Johnson Ko Chun Shun, un financier hongkongais et partenaire en affaires d’Erik Prince – le fondateur de l’entreprise de sécurité privée Blackwater dont les ex-employés ont été condamnés pour le meurtre de civils irakiens en 2007. Du beau monde en somme…

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.