Aderra Live In a Flash, des concerts sur clé USB en 2 temps 3 mouvements

Dans les nouveaux usages de la consommation de musique provoqués par l’émergence du numérique, voici un concept génial qui pourrait réconcilier ceux qui produisent et ceux qui achètent : Aderra Live In a Flash propose une prestation complète qui consiste à enregistrer un concert (ou tout autre type d’évènement live, y compris des conférences), à

Dans les nouveaux usages de la consommation de musique provoqués par l’émergence du numérique, voici un concept génial qui pourrait réconcilier ceux qui produisent et ceux qui achètent : Aderra Live In a Flash propose une prestation complète qui consiste à enregistrer un concert (ou tout autre type d’évènement live, y compris des conférences), à masteriser, mixer en direct pendant l’évènement, puis ripper celui-ci dès la note finale sur des milliers de clés USB ou cartes mémoires Mini-SD en quelques minutes.

aderra

Les supports numériques sont alors proposés au public dès sa sortie du concert, public qui emportera un souvenir encore tout chaud de la prestation live de son groupe préféré afin de la revoir dès son retour à la maison, voire même directement sur son smartphone ou son baladeur s’il est doté d’un slot carte mémoire compatible.

Aderra utilise une technologie et une logistique très légère qui regroupe toute la chaîne de production en quelques outils et logiciels propriétaires qui tiennent dans une mallette, du micro stéréo omnidirectionnel au logiciel propriétaire qui permet de faire le mastering et de tagger chaque titre joué en temps réel. Cette vidéo montre l’ensemble du processus.

Des options peuvent être ajoutées sur la clé USB (vidéo clips, interview du groupe), donnant encore un peu plus de valeur à celle-ci.

Une fois les questions de droits réglées avec les artistes, et à condition que la clé USB du concert soit vendue à un prix raisonnable, cette nouvelle forme de distribution matérielle, misant sur l’exclusivité et l’immédiateté, associées à l’émotion d’un public après un concert, me paraît parfaitement pertinente dans un contexte où chacun s’interroge sur les nouvelles formes de merchandising et de sources de revenus pour les artistes.

Un live à emporter, ça change du t-shirt ou du pin’s, non ?


Nos dernières vidéos

9 commentaires

  1. Si ça évite les centaines de téléphones mobiles qu’on a dans le champ de vision à chaque concert de nos jours ! C’est ultra pénible et me gâche la plupart de mes concerts, tout ça pour obtenir un paquet de vidéos tremblantes, pixellisées, et toutes plus horribles les unes que les autres…

    Merci de m’avoi permis de passer mon coup de gueule 🙂

    Très bon concept qui j’espère sera à la hauteur en qualité et fonctionnera.

  2. Je suis reparti du concert de Kiss à Bercy l’année dernière avec un double CD du live, le tout dans une boîte cartonnée très quali. Le CD m’a coûté 20 ou 25€. Autant dire que c’est un vrai plaisir de repartir avec un tel souvenir.. Surtout que l’enregistrement de tel ou tel concert se retrouvera beaucoup moins facilement sur les réseaux P2P..
    L’opération avait eu du succès (une très longue queue à la sortie du concert, malgré un débit surprenant de rapidité).
    Cela dit, je trouve ça quand même plus sympa de partir avec un CD qui a quelque chose de rare (car imprimé avec la date et la salle de concert !) plutôt qu’une clef USB.. Quitte à le numériser soi même en rentrant..

  3. Très bon concept !

    En effet, si le prix est raisonnable, je pense que les ventes peuvent être intéressantes…

    C’est vrai qu’après un bon concert, on a envie de garder une trace…

    Et quand un album live sort, on est toujours déçu que c’est pas celui qu’on a vécu.

    Avec ce principe, on garde une trace de « son » live !

  4. Cela dit, au concert d’Underworld au Botanique à Bxl, je suis ressorti avec le double CD live du concert. A peine 10 minutes après le concert. Je trouve ça encore mieux qu’une clé USB.

  5. A la sortie du concert de Simply Red, une clé avec Logo Simply Red contenant le concert du soir.

    Très sympa surtout s’il y a eu un couac dans le concert (oubli des paroles, ou ici, le piano qui perd un pied :-))

    Enfin des actions intelligentes pour limiter le piratage!

  6. Oui super concept! Car chaque live à sa spécificité.
    dans un monde allant vers la dématerialisation de la culture, « materialiser » un instant sera vraiment un plus pour le public et pour les artistes.
    J’ai lu je sais plus où ni quand que l’industrie musicale va retourner vers un modèle début de XXéme siècle pour la rémunération des artistes. Anéfé ceux qui passeront par la scène seront plus riches que ceux qui se cantonneront au studios, sauf en 1900 c’était faute de moyen de reproduction 😉 ou coût des « médiocres » moyens existants. Aujourdh’hui c’est exactement le contraire qui induit la même logique de marché…

  7. Lafrisouille on

    Excellent concept, les digital natives sont vraiment gâtés de nos jours.

    Séquence nostalgie : Si je pouvais revoir mon premier concert des Who au Palais de Sports de Gerland dans les années 74/75…

Répondre