Connect with us

Robots

Amoureux d’un hologramme, il l’épouse devant quarante invités

Un japonais qui confesse avoir toujours eu des relations difficiles avec les femmes vient de se marier avec l’hologramme d’une chanteuse. Comme trois-mille sept cents autres de ses congénères. Tout va bien.

Il y a

le

Gatebox

Vous éprouvez quelques difficultés à communiquer avec les personnes du sexe opposé ? Pas de problème, trouvez un hologramme, déclarez-lui votre flamme, et épousez-le.

Le Japon ne cessera jamais de nous étonner. Akihiko Kondo, trente-cinq ans, administrateur d’une école à Tokyo, a récemment épousé un hologramme. Sa nouvelle « femme », Hatsune Miku, est une chanteuse qui n’existe qu’en réalité virtuelle, créée et animée par Crypton Future pour son logiciel Vocaloid, et dont la voix reproduit celle de l’actrice japonaise Saki Fujita.

Selon TechSpot, c’est la société Gatebox, spécialisée dans la VR et l’IA qui est en charge de produire le dispositif qui permet de « matérialiser » la jeune fille sous la forme d’un hologramme, pour la modique somme de 319 208 yens, soit environ 2 500 euros.

Mariage hologramme Japon
Photo : AFP / Behrouz MEHRI

Problème, comme Kondo ne pouvait pas enfiler l’alliance sur le doigt de son amour d’hologramme, il a dû se rabattre sur une peluche représentant Miku, qui a donc servi de doublure lors de la cérémonie. Il a même emmené cette dernière à la bijouterie pour obtenir la bague de la bonne taille. L’histoire ne dit pas si l’hologramme était jalouse, en revanche.

> Lire aussi :  Ce téléphone japonais ultra-minimaliste a une épaisseur de 5,3 mm et un poids de 47g

Quarante convives, une bague et un certificat de mariage pour un hologramme

Le mariage a été célébré lors d’une cérémonie à laquelle réunissant quand même quarante personnes, sauf la maman de ce cher Kondo, qui a refusé de cautionner cette drôle de mascarade.

Le jeune marié explique qu’il a toujours eu du mal à rencontrer des femmes, et qu’il est même tombé en dépression à cause de ses difficultés relationnelles avec la gent féminine. Puis tombé littéralement amoureux de Miku-san, qui, dit-il, l’a sauvé et qu’il n’a jamais trompée. Kondo ne s’émeut pas du fait que le mariage ne soit pas légalement reconnu, car à ses yeux, elle est sa femme et il lui restera fidèle.

Cependant, un « certificat de mariage » est émis par Gatebox qui affirme qu’un personnage humain et virtuel « se sont mariés au-delà des dimensions ». Aussi bizarre et fou que l’histoire de Kondo puisse paraître, il n’est pas le seul amoureux du personnage. Gatebox affirme avoir délivré 3 700 certificats de ce type, même si Kondo serait le premier à avoir organisé une véritable cérémonie de mariage. Miku serait donc très largement polygame, mais cela ne semble pas gêner l’amoureux transi, qui « croit que nous devons considérer toutes sortes d’amour et toutes sortes de bonheur. »

Finalement, il reste un seul hic dans cette histoire : le personnage animé Miku qui sert de modèle à la jeune mariée holographique est censé être âgé de seize ans. Un peu jeune pour des épousailles, non ?

1 commentaire

1 Commentaire

  1. AnonK

    14 novembre 2018 at 10 h 22 min

    Résultat d’une castration et d’une remise en question constante de l’homme face à la femme. Et c’est que le début …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests