Apple et Google pourraient bientôt rejoindre le Dow Jones

Apple et Google pourraient bien rejoindre l’indice de cotation le plus vieux du monde. Le cours du vénérable Dow Jones serait dès lors en partie pondéré par les cours de ces deux géants du secteur des nouvelles technologies.

Indice historique s’il en est, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) accueille 30 sociétés américaines. Et selon Barron, il pourrait être remis au goût du jour avant un an en écartant deux sociétés et en accueillant Apple et Google. Ces deux fleurons de l’économie américaine, qui ont le vent en poupe, réinjecteraient du sang neuf dans l’indice le plus vieux du monde, étalon de Wall Street.

Poids lourd parmi les poids lourds

Avec respectivement 563.79 et 200 milliards de dollars de capitalisation boursière, les firmes de Cupertino et de Mountain View font figure de poids lourd parmi les 3200 sociétés du NASDAQ. Et que dire, de leur entrée au Dow Jones qui ne regroupe que 30 sociétés ? Elles y rejoindraient ainsi Microsoft, IBM, Intel, Exxon…

Ce ne sont plus leurs écrasantes capitalisations boursières qui leur donneraient un poids prépondérant dans le calcul de l’indice. Le Dow Jones est en effet indexé sur le cours des sociétés qui le compose et non sur les capitalisations ou bien sur le flottant (partie des actions échangeables réellement à la bourse) comme c’est le cas pour le CAC40.

Une division de l’action Apple

Et si le NASDAQ bénéficie des envolées des capitalisations boursières d’une société comme Apple, son départ pourrait paradoxalement l’assainir. Le poids d’Apple parmi les 3200 sociétés du NASDAQ est tel qu’il perd de son rôle de pondérateur et de représentation de la bourse américaine. Avec en sus, le risque que si Apple chute, l’indice soit entrainé de façon inéluctable dans son sillage.

La pondération du DJIA est différente mais l’effet serait comparable en l’état. Le cours d’Apple est en effet tel (i.e. 603 dollars vendredi dernier à la clôture) qu’il pèserait à hauteur de 27% du cours du Dow Jones (2235.8 dollars vendredi dernier). C’est largement plus que le poids d’IBM (i.e : cours à 205.58 dollars, soit 9.2%) qui est pourtant la société la plus pesante actuellement sur l’indice. Et c’est beaucoup plus qu’Alcoa, le spécialiste de l’Aluminium, qui avec un cours à 9.86 dollars ne pèse pas lourd sur l’indice, tout comme Bank of America avec un cours à 8.27 dollars. Ces deux dernières (il est également question de Hewlett-Packard) pourraient d’ailleurs faire les frais de l’arrivée d’Apple et de Google.

Toujours, selon Barron, l’entrée d’Apple au sein du DJIA ne pourrait se faire que si l’action est divisée en 5, voire en 10, opération de subdivision qui s’est produite en 2005 pour la dernière fois.

Cette reconnaissance placerait les deux sociétés au firmament de l’industrie américaine, dans le top 30 plus exactement. Reste que le vieillissant Dow Jones n’est plus la référence à Wall Street. Il a été supplanté par le plus modéré S&P 500, l’indice de Standard & Poor’s (un des juges de paix pour les triple A…), qui reflète plus le marché boursier américain.

(source)


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. Pingback: Apple et Google pourraient bientôt rejoindre le Dow Jones | Médias sociaux et tourisme | Scoop.it

Répondre