Apple n’aime pas les chutes de reins

On savait la marque à la pomme très exigeante sur le contenu disponible sur son App Store, elle le démontre une nouvelle fois en supprimant un livre à cause de sa couverture « inappropriée ». C’est l’éditeur Europa Editions qui a lui même expliqué sa mésaventure via sa page Facebook, on y apprend que la semaine dernière Apple lui a

On savait la marque à la pomme très exigeante sur le contenu disponible sur son App Store, elle le démontre une nouvelle fois en supprimant un livre à cause de sa couverture « inappropriée ».

C’est l’éditeur Europa Editions qui a lui même expliqué sa mésaventure via sa page Facebook, on y apprend que la semaine dernière Apple lui a signifié le retrait du livre The Proof of the Honey, livre érotique de la  syrienne Salwa Al-Neimi traduit en dix-neuf langues et qui avait jusqu’ici fait parler de lui dans le monde arabe. Ici, ce n’est pas le titre, qui signifie en français La Preuve par le Miel, ou le contenu du livre qui dérange mais bien la couverture que Apple juge inappropriée, on peut y voir la chute de reins d’une femme.

Pas une première pour Apple

La question ici n’est pas de juger de la pertinence du choix fait par Apple mais de s’interroger sur le manque de cohérence qui entoure cette décision. En effet, alors qu’Apple pointe du doigt le contenu inapproprié de cette couverture, comment expliquer la présence de nombreux autres ouvrages ayant des couvertures similaires sur l’iTunes Store, une situation que n’a pas manqué de faire remarquer l’éditeur : « On pourrait donc penser qu’ils (Apple) considèrent inappropriés les nus classiques de Ingres, Renoir et Botticelli, sans mentionner la photographie de Man Ray ».

> Lire aussi :  iPad Pro 2018 : écran, Face ID... une évolution majeure ?

Mais ce retrait n’est pas une première pour Apple qui nous avait déjà habitué il y a quelques temps à supprimer les applications jugées trop « sexy » ainsi que les nouvelles érotiques, dont certaines figuraient dans le top des livres les plus vendus avant de revenir sur sa décision et de créer une catégorie « Erotica ». Plus récemment, comme le rappelle le Guardian c’est le titre du nouveau livre de Naomi Wolfe, Vagina, qui avait été censuré, avant là aussi de voir Apple faire machine arrière après avoir essuyé la gronde des lecteurs.

Alors, Apple a-t-il raison de censurer cette couverture ?

(source)


21 commentaires

  1. Apple société Américaine qui doit être le pays où l’on produit le plus de films pornographiques n’aime pas la couverture d’un livre qui ne montre qu’une simple chute de reins ? cherchez l’erreur…

    Du coup celui qui voudra faire une application sur l’histoire de la peinture ne pourra pas y inclure l’Odalisque d’Ingres ou Le déjeuner sur l’herbe de Manet ?

    Ce puritanisme Américain devient est de plus en plus présent, c’est inquiétant pour l’avenir.

  2. @Wojtek : et tu crois que des des enfants en âge de jouer à ce genre de jeux pourraient être choqués par ce genre de nudité toute relative qui en fait ne montre rien ?

    Beaucoup ont malheureusement vu bien pire sur Internet.

    De plus la simple nudité n’a jamais eu rien de choquant pour des enfants … tout du moins avant qu’on leur bourre le crâne pour des raisons idéologiques ou religieuses en les obligeant à penser le contraire.

  3. Ça ne me fait pas rire du tout, c’est tout bêtement de la censure !
    J’avais l’intention d’acheter l’ipad mini, il n’en est plus question, et quand mon iphone me lâchera je passerai à android ou Wphone.
    Je suis furieux

  4. Le pire, c’est qu’il n’y a pas que le nu. Un journal comme Charlie Hebdo est également interdit chez Apple.
    C’est comme si un magasin nous vendait une TV qui n’afficherait que les chaines qu’il a lui-même autorisées.
    Apple, l’entreprise qui se permet de décider à notre place de ce que l’on a le droit de lire ou pas.
    Apple, l’entreprise qui se prend pour une instance juridique et se permet d’interdire un titre de publication.
    Vous allez dire que j’exagère, mais le fond du problème est là : pour accèder à internet on passe par des boites privées qui ont tout loisir de bloquer ou filtrer ce que nous pouvons voir. Ca me pose un problème légal , tout ca.
    Quand , sur mon mobile, je vais sur Facebook et qu’il y a à toutes les pages un lien « retour vers le portail Orange », cela veut dire que mon FAI Orange se permet d’être « à mes côtés » quand je vais sur internet et ca me dérange.

  5. Bonjour,

    Peut-être feront-ils également machine arrière?

    Je pense qu’ils appliquent 1 mesure de précaution qu’ils étudient ensuite au cas par cas.

    Chacun est normalement libre de faire ce qu’il veut chez lui, aussi 1 marchand de presse peut très bien décider de ne pas commercialiser de revues érotiques dans sa boutique si cela lui semble choquant et je pense que c’est 1 peu la même chose ici, même si en effet cette photo n’a rien de choquant pour moi.

  6. Au cas par cas, c’est à dire quand on gueule assez fort pour que cela bruite à leurs oreilles ?

    De toute façon soit on fait du lobbying, soit on gueule très fort et comme cela on obtient ce que l’on veut… Et puis quand ils verront que le manque à gagner est plus fort que l’éthique, ils remettront le livre en place (fallait pas le laisser entrer si ça les gènes tant que cela dans l’absolu… Comme ton exemple de revues pornos chez le libraire, c’est de la censure après coup, donc encore plus visible…)

    Et oui, bien des livres avec des œuvres aussi voir plus érotiques sont en sursis, à cause de leur première page, et ce serait bien dommage de ce priver de certains de ces livres. Je pense à un de mes livres sur le surréalisme avec le « violon d’Ingres » de Man Ray en couverture, comme cela a déjà été commenté auparavant mais bon, c’est une œuvre si connue qu’il serait peut-être malvenue de boycotter, même pour une firme américaine…

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.