Apple, une pomme un peu moins verte

Apple a décidé, de son plein gré de ne plus soumettre ces produits à la certification environnementale EPEAT. Une décision lourde de conséquences.

La firme de Cupertino a décidé, de son plein gré de ne plus soumettre ses produits à la certification environnementale EPEAT. Une décision lourde de conséquences.

La pomme a décidé d’être moins verte !

En effet, Apple a décidé de ne plus soumettre ses produits à l’EPEAT (Electronic Product Environmental Assessment Tool), une association mondiale qui attribue des labels « verts » aux produits informatiques en prenant en compte leur impact sur l’environnement. Alors qu’Apple est toujours soucieuse de son image, ce choix peut surprendre mais il est justifié par le fait que cette certification « n’est plus compatible avec leurs décisions en matière de design » comme le révèle le Wall Street Journal via son site CIO Journal, qui a interviewé le dirigeant de l’association Robert Frisbee.

Derrière cette réponse se cache surtout le fait que le dernier né de la gamme MacBook Pro, le MacBook Pro Retina, véritable concentré de technologie avec son écran à la résolution très importante (2880 x 1800), un processeur  Intel Core i7, un SSD et un minimum de 8Go de RAM n’était pas en mesure de répondre aux critères lui permettant d’obtenir la certification Epeat.

En effet, pour des raisons de design et dans le but de proposer une machine aux dimensions contenues, Apple a utilisé de la colle pour la batterie et soudé la RAM à la carte mère. Ces spécificités ont d’ailleurs gêné les spécialistes du démontage, iFixit, qui ont donné au MacBook Pro Retina la note de 1/10 concernant la facilité de réparation, Apple ayant également utilisé des vis spéciales et une baie non standard pour son SSD.

L’image de la marque sera-t-elle écornée ? (Apple.com)

Enfin, les conséquences suite à cette décision ne se sont pas fait attendre. La plus marquante est assurément le choix de la ville de San Francisco de bannir les produits de la marque en demandant aux agences liées à la municipalité de ne plus acheter aucun ordinateur Apple. Melanie Nutter, directrice des affaires environnementales de la ville de San Francisco, a également fait part de sa déception de voir Apple quitter l’EPEAT comme nous l’explique le site du CIO Journal. Pas d’inquiétude cependant pour la marque à la pomme, si l’image de marque est touchée, seulement 1 à 2% des ordinateurs de la ville sont des Mac.

Apple a également souhaité réagir suite à l’annonce de l’EPEAT, par le biais de sa porte parole, Kristin Huguet : « Apple a une approche globale de la mesure de son impact environnemental et tous nos produits répondent à la norme la plus stricte reconnue par le gouvernement américain, Energy Star 5.2. Nous sommes également les leaders de l’industrie en déclarant les émissions de gaz à effet de serre de chaque produit sur notre site, et les produits Apple sont supérieurs dans d’autres domaines importants de l’environnement qui ne sont pas mesurés par l’EPEAT, comme l’enlèvement des matériaux toxiques. »

Il faudra cependant faire face aux exigences du gouvernement américain qui, depuis 2007, souhaite que 95 % de ses ordinateurs et portables soient certifiés par l’EPEAT.

(Source)


Nos dernières vidéos

18 commentaires

  1. Si Apple a décidé de coller la batterie c’est pour que les gens ne la changent pas et rachètent un nouvel ordinateur le jour où elle finit par lâcher. Apple c’est une marque très innovante dans l’obsolescence programmée et ce n’est d’ailleurs pas la seule.
    Concernant la certification écologique, c’est juste un argument de plus dans une campagne de marketing vert, autrement dit de la poudre aux yeux.

  2. Si Apple colle désormais ses batteries, où les visse, ce n’est pas pour « pour des raisons de design et dans le but de proposer une machine aux dimensions contenues » mais tout simplement pour empêcher le changement de la batterie par les utilisateurs et partant, tout SAV externe sur ces machines. Ce qui amène souvent les dits utilisateurs à changer de machine parce qu’ils ne peuvent changer la batterie. (Cf émission Tv Cash Investigation « L’obsolescence programmée » visible sur YouTube, que tout acheteur potentiel d’Apple devrait regarder avant de passer à l’acte.)

    Cette manoeuvre pour le moins sournoise doit être vraiment très profitable pour qu’Apple aille jusqu’à accepter de perdre son label vert, juste pour continuer à empêcher les changements de batterie et tout SAV externe, sur la plupart de ses produits.

    On dit souvent d’Apple que c’est un système fermé. On peut ajouter maintenant que le système est non seulement fermé, mais de plus, collé, et aux dernières nouvelles : vissé.

  3. Tout à fait d’accord avec Gderiquet. Dans un monde où on manque de ressources naturelles, les géants de l’industrie, non contents de leurs milliards à ne plus savoir qu’en faire, provoquent l’obsolescence de leurs machines.

    Concernant les labels environnementaux soumis au bon vouloir de ces entreprises, ce serait logique et urgent que ce soit obligatoire.

  4. Je rejoins Gderidet sur le fait que les batteries non changeable c’est vraiment une action qui pousse au rachat d’un nouvel appareil plutot qu’au recyclage de son ancien iPhone. Après, je ne pense pas que les autres constructeurs de smartphones soient bien plus vert. Réduire les marges n’est pas dans leur intérêt.

  5. @Gderidet et Albizia
    Toujours la même théorie du complot, c’est épuisant… et fort pratique : ça permet de ne pas parler de tous les autres, je n’y reviendrai pas.
    En fait on est bel et bien dans une période de transition matérielle, et pour maintenir la concurrence (qui arrive enfin) à distance Apple s’est retrouvée coincée, et a fait ce choix malheureux.
    En effet il est certain que même les fans de la pomme n’apprécient pas ces solutions, et on voit aisément tout le tort que cela peut causer.
    Même remarque pour l’iPhone 4s et le nouvel iPad : il fallait sortir un produit mais les solutions techniques sont un peu à la bourre… pour le coup Jobs était (malgré sa fougue) plus patient 😉

  6. Pingback: Apple, une pomme un peu moins verte | SerenDeep | Scoop.it

  7. Pingback: Apple, une pomme un peu moins verte | Digital Culture & TIC | Scoop.it

  8. Pingback: Apple, une pomme un peu moins verte | Communication web professionnelle | Scoop.it

  9. @MarcoAix

    Il est également très fatigant de se faire traiter de comploteur, ou taxer de complotisme, lorsqu’on souligne les manigances, et je reste poli, de telle ou telle société, organisme ou institution.
    Au Moyen Âge ont menaçait du bûcher ceux qui osaient mettre en cause l’ordre établi. En 2012 on agite la théorie du complot.
    Que la société Apple emploie tous les moyens, même répréhensibles, pour gagner de l’argent n’étonnera personne, en ce monde de brutes. En revanche, qu’elle essaie de maquiller cela en un souci de design n’a rien à voir avec un complot, c’est du foutage de gueule caractérisé.
    C’est la raison pour laquelle je me suis permis, à mon humble niveau, de démonter un tout petit peu ses « batteries ».
    Au passage, en vieux français, c’est amusant en la circonstance, les batteries sont un des synonymes de… complot.

  10. +1 pour le fait de rendre obsolete le matos avec leur histoire de batteries collées !
    En cherchant un peu sur Ebay… Il y a des kit de démontage et plein de pièce détaché pour iphone 😉

    du micro à l’écran, y-a presque tout…

  11. Pingback: Apple fait volte-face et revient dans le giron de l'EPEAT

  12. Apple a réintégré l’EPEAT, pour des raisons commerciales essentiellement, mais il y a peu de chances qu’elle décolle ou qu’elle dévisse ses batteries.

  13. Juste pour info, et puisqu’il faut décidément le préciser : Gderidet a absolument mal interprété mes propos et échafaudé (et non je ne parle pas d’échafaud) une de ses interventions là-dessus.
    Je pensais qu’il était clair que certaines analyses sont parfois bien rapides et mal fondées, mais la théorie du complot se confirme malheureusement dans les post… érieurs. Mekhtoub !

Send this to a friend