Aurous : le nouveau cauchemar de l’industrie de la musique

Le service de streaming musical Aurous lancé le weekend dernier fait déjà parler de lui et pourrait bien être le nouveau cauchemar de l’industrie du disque !

Streaming musical : logo Aurous

Certains le surnomment déjà le Popcorn Time de la musique ou le Spotify pirate. Le logiciel Aurous crée déjà la polémique et trois maisons de disques l’attaquent en justice… elles n’ont pas perdu de temps.

Aurous est déjà l’ennemi à abattre de l’industrie du disque

Le service de streaming Aurous, lancé dans la nuit de samedi et dimanche dernier, vient de jeter un nouveau pavé dans la mare et ce service pourrait bien secouer tout l’univers de la musique. Il se positionne face à Deezer, Apple Music, Spotify, mais surtout face aux maisons de disques.

Ce logiciel basé sur le protocole Bittorrent, fonctionnera sur les 3 plateformes importantes que sont : PC, Mac et GNU/Linux en version alpha 0.1. L’atout de ce client audio est qu’il est autant un lecteur musical classique, qu’un service de partage de musique en peer-to-peer. Les utilisateurs qui l’ont testé l’adorent déjà !

Pour l’instant peu de fonctionnalités sont proposées, s’agissant d’une version alpha, il peut toutefois chercher de la musique sur 3 réseaux (Aurous, Mp3WithMe et plus original, le réseau social russe VKontakte). Il peut également lire de la musique en local si vous lui indiquez votre répertoire. Contrairement à ses rivaux, il ne liste pas votre historique, vos requêtes, etc. La vie privée est donc respectée… Comme tout bon logiciel de peer to peer, avec Aurous, on lit les fichiers des autres, qui peuvent lire les vôtres en retour, le tout de façon entièrement transparente et anonyme.

Screen Logiciel Aurous

« un modèle économique construit sur la violation à grande échelle de la propriété intellectuelle »

Le Popcorn Time de la musique en streaming, Aurous, est déjà la cible des majors du secteur. Sony, Universal et Warner portent plainte contre l’éditeur, et les maisons de disques sont prêtes à tirer à boulets rouges sur ce nouvel ennemi. La raison invoquée est naturellement la violation du droit d’auteur. Il sera toutefois difficile de lui reprocher les faits, car comme l’indique son concepteur, Aurous est un logiciel qui pioche les musiques un peu partout sur les plateformes légales du web, même YouTube ! Avec en prime une bonne nouvelle d’après les utilisateurs, puisque la pub n’existe plus… Google va apprécier !

Avec un concept aussi sulfureux, Aurous est averti par la RIAA (le syndicat américain de l’édition musicale) qui a dénoncé « un modèle économique construit sur la violation à grande échelle de la propriété intellectuelle ». Le concepteur du logiciel Aurous risque 150.000 dollars par chanson diffusée.

Source


16 commentaires

  1. Autant je peux comprendre l’intérêt de popcorn time car il n’existe pas de solution légale. Mais pour la musique, avec spotify, deezer et autre faut vraiment vouloir pirater à tout prix pour utiliser un truc pareil. Depuis que je suis sous Spotify, je n’utilise plus mes fichiers mp3 qui dorment dans un disque-dur perdu au fond du grenier avec les CD et DVD qui sont eux remisés depuis plus longtemps encore.

    Enfin, il y a certainement un marché pour les jusqu’au-boutistes du piratage .

  2. Comme on paye déjà une taxe de copie privée depuis plus de 10 ans sur les disques durs et support de données, je vois pas pourquoi je payerai deux fois.. Le voleur c’est l’État qui arnaque les maisons de disques.

  3. Attention à ne pas dire de bêtises, Aurous n’est pas le Popcorn time de la musique, il n’est pas basé sur un protocole P2P (mais sur l’API lastFM comme l’a justement signalé Grunk), et ne recherche que sur certaines sources bien précises, localisées en Russie, dont la plus connue étant pleer.com.
    C’est donc une offre complètement centralisée, avec tous les risques de logs éventuels que cela peut impliquer.

    Désolé de vous décevoir mais non, ce n’est pas le nouveau Grooveshark, juste un (moche) logiciel de streaming audio.

  4. Pingback: Aurous : le nouveau cauchemar de l’industrie de la musique

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies