Suivez-nous

Tech

Aux USA, la pandémie met en lumière une pénurie de développeurs COBOL

Aux USA, des États dont les systèmes dépendent encore du langage de programmation COBOL font face à une pénurie de développeurs.

Il y a

  

le

 

Par

silicon valley
© Falkenpost (via PIxabay.com)

Aux États-Unis, la pandémie ne cause pas seulement une pénurie de masques et d’équipements médicaux, mais est également en train de mettre en lumière une pénurie de développeurs COBOL.

Si vous n’avez jamais entendu parler de ce langage de programmation, c’est normal, puisque celui-ci a déjà plus de 60 ans et il n’est plus enseigné dans les universités. Cependant, ce langage ancien est encore utilisé par certains systèmes aujourd’hui.

Comme l’explique Bloomberg dans un article publié cette semaine, afin de bénéficier du chèque de relance annoncé par le gouvernement, les chômeurs doivent faire traiter leurs dossiers auprès des administrations des États. Et le problème, c’est que les systèmes de certains de ces États utilisent encore des ordinateurs centraux ou des mainframes, et que pour faire les modifications nécessaires dans leurs logiciels, ils n’ont pas assez de développeurs COBOL.

Ainsi, récemment, le gouverneur du New Jersey, Phil Murphy, a fait un appel aux développeurs qui maitrisent ce langage pour qu’ils puissent aider. 362 000 résidents du New Jersey ont déposé leurs dossiers afin de bénéficier de l’aide du gouvernement en seulement deux semaines.

Cité par Bloomberg, Robin Roberson, directeur exécutif de l’Oklahoma Employment Security Commission, évoque le même problème. « Les programmeurs COBOL sont quelque peu rares », a-t-il indiqué.

Le langage est ancien, les développeurs qui maitrisent celui-ci sont rares et leur âge moyen serait de 60 ans. Pourtant, le COBOL est encore très utilisé aujourd’hui. On estime que 220 milliards de lignes de code sont en utilisation à ce jour.

IBM à la rescousse ?

Face à cette pénurie de développeurs COBOL, qui ralentirait l’arrivée des chèques de relance pour les chômeurs américains, IBM a déjà réagi. « Nous avons vu que les clients devaient faire évoluer leurs systèmes pour faire face à l’augmentation de la demande et IBM a activement collaboré avec les clients pour gérer ces applications. Certains États ont également besoin de compétences supplémentaires en programmation pour apporter des modifications à COBOL », lit-on dans un récent communiqué.

En plus d’une plateforme qui met en relation les experts en COBOL avec les organisations intéressées, IBM met également à disposition un cours en ligne destiné à recycler les connaissances ou à enseigner ce langage aux débutants.

4 Commentaires

4 Commentaires

  1. xiele

    14 avril 2020 at 17 h 40 min

    Marrant le directeur de mon IUP (Miage) se battait pour conserver le module COBOL au programme du diplome, bien que c’etait un peu penible… Avec ca vous aurez toujours du travail qu’il disait. Pour info c’etait il y a 15 ans, je me demande si c’est toujours au programme.

    • Poupoune

      14 avril 2020 at 18 h 28 min

      C’est plutôt les médias (comme celui-ci) qui mettent en lumière ce qu’il peuvent pour faire un lien avec le virus.
      Je travaille dans les mainframes et on ne trouve pas assez de développeur cobol partout, même en France. Et ça n’a rien avoir avec le covid: ça fait des années, et cela va empirer une vague de départs en retraite imminente (d’ici 1/2 ans) de coboliste.
      Si vous cherchez du travail et que coder de nous dérange pas (tout le monde n’est pas fait pour être assis derrière un écran) battez vous pour trouver une formation (elles existent, mais sont extrêmement rares) et vous avez la garantie de travailler. Si vous vous posez des questions sur la pérennité : banques, assurance, télécommunications, systèmes de circulation routier/ferroviaire/aérien, etc, ont leur noyau en cobol. Il faudrait des décennies pour réussir à se séparer du Cobol.

      • Lyk

        16 avril 2020 at 10 h 26 min

        Tout à fait d’accord avec toi Poupoune, je suis issu d’une formation CoBOL et je suis en CDI depuis 3 ans. Même sans trop de diplôme (j’ai le bac) je rentre peut-être pas en interne dans les banques/assurance mais pleins de boite de prestation recherchent des analystes développeurs donc je suis littéralement à un point où si ma mission actuelle ne me plait pas, je vais voir ailleurs. Idem pour les augmentation de salaire.

        Pour info, c’est une superbe reconversion car je travaille avec des épidémiologiste, des biochimistes, des chef de chantier, des psys et même des ancien artistes de cirque !

        Et effectivement, ça recrute tout le temps, ya plus de départ (démission/retraite) que d’arrivée.
        Je vous conseille de vous renseigner sur les POE organisées par Pole Emploi.

        Faut aimer travailler sur grand système par contre 🙂

  2. yo51

    15 avril 2020 at 13 h 13 min

    J’en ai fait du cobol.. 4 pages de déclaration systématique avant de démarrer le programme et des points à chaque fin de ligne. ca m’insupportait ce langage.

    En parallèle, le RPG, concis et efficace. Dans le monde IBM, le RPG a tué le COBOL sans trop de soucis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests