Babylone 2.0, le groupe où on partageait des photos volées de femmes nues

Le groupe a été fermé par Facebook, mais il y en a d’autres.

babylone-2-0

Si vous n’avez jamais entendu parler de ce groupe Facebook, c’est parce qu’il s’agissait d’un groupe secret. C’est-à-dire que seuls les membres pouvaient voir le groupe et accéder à son contenu. Pour en faire partie, il fallait être ajouté par une personne déjà membre. Ces derniers jours, celui-ci a cependant fait couler beaucoup d’encre. Tout a commencé avec un billet du blog belge 2girls1mag.com, qui a été largement relayé sur le web francophone.

Après avoir découvert ce groupe, Chrystelle CHARLIER, auteur de ce billet, a décidé de le dénoncer. Comptant 52 000 membres, celui-ci permet aux hommes de s’échanger des photos de femmes nues, prises ou partagées à leur insu.

Il n’était pas seulement question de « se rincer l’œil aux dépens et à l’insu de pauvres filles qui n’ont rien demandé », explique la bloggeuse, « Non, on en parle comme de la viande, comme d’objets dont on se sert sans le moindre respect ». Un membre de Babylone 2.0 avait par exemple posté la photo d’une femme (nue, bien évidement), avec un commentaire expliquant que « c’est très loin de l’avion de chasse qu’on traque tous, certes, mais du haut de mes 27 ans, je ne pouvais pas refuser ce taudis que 44 ans, juste pour ajouter une ligne sur le CV ».

Depuis, Babylone 2.0 a été supprimé par Facebook, mais le scandale a attiré l’attention sur ce problème dont on ne parle pas assez mais qui, pour la bloggeuse de 2girls1mag.com, détruit « des années de combat féministe ».

D’ailleurs, sur la page Facebook de Babylone 2.0, des internautes évoquent déjà la création d’un nouveau groupe, suite à la suppression de l’ancien par. Et comme il s’agit de groupes secrets, le signalement (le mécanisme sur lequel Facebook se base pour censurer) est difficile puisqu’il faut être membre afin de pouvoir le faire.

Après avoir découvert Babylone 2.0, Chrystelle CHARLIER a même lancé une pétition en ligne demandant au premier ministre belge et à François Hollande de faire en sorte que « le forwarding d’images à caractère privé -pénalement répressible- et accompagné d’une sanction (amende et/ou prison) entraine de facto un renversement de la charge de la preuve: il ne faudrait plus que ce soit à la victime de prouver les dommages occasionnés ».

(Source)


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. C’est incroyable que ce groupe ait pu durer aussi longtemps !
    Nous les femmes, se faisons déjà harceler très régulièrement dans la rue ou dans les transports, maintenant ça continue sur internet…
    En 2016, voir ce genre d’individus fier de ce qu’il font…
    A l’avenir faudra plutôt envisager une action en justice.

  2. mais qu’est ce que vient faire Francois Hollande la dedans ??? je ne suis pas la pour le defendre, je m’en contrefou….mais le premier ministre Belge ok vu que c’est belge.

    A la limite la comission européenne ou TOUS les dirigeants ou assoc féministes … mais pourquoi le premier ministre Belge ET Francois Hollande oO

  3. Ce site est une illustration du caractère malsain de la « morale » qui régit nos sociétés, « morale » qui fait de la nudité quelque chose de forcément sexuel, et quelque chose de honteux, de ridicule, de sale, de vilain.

    Si nous avions un rapport naturel avec notre corps et le corps d’autrui, ces sites n’existeraient pas.

    Imaginez une société où l’on nagerait nu(e) à la piscine municipale, où l’on prendrait son bain de soleil nu(e) dans son jardin ou sur la pelouse de sa résidence ou au parc du coin: celui qui dirait « incroyable, j’ai une photo de votre voisine à poil », on lui répondrait « la belle affaire! je vais à la piscine du coin et je verrai une trentaine de femmes nues ».

    Le voyeurisme est alimenté par ces tabous malsains. Imaginez, il y a des familles, et pas seulement musulmanes! où les enfants n’ont jamais vu leurs parents nus. Il parait que ça perturberait les enfants s’ils voient les fesses de leurs parents, pensent ces derniers.. Et que font les enfants? Ils se précipitent sur la téléréalité, sur le porno, parce qu’ils sont de grands frustrés obsédés sexuels.
    Mais les parents sont persuadés d’avoir « protégé leurs enfants », alors qu’ils ont fait de ces derniers des gens psychologiquement et sexuellement dérangés.

    C’est parce que la nudité est associée au ridicule, à l’humiliation, que ces hommes échangent des photos.

    Moi, vous pouvez toujours essayer de me faire chanter: j’ai un corps et n’en ai nulle honte. Alors, menacez de publier tout ça sur Facebook et à tous mes contacts, vous n’obtiendrez pas un centime de moi, mais en revanche une plainte pénale, oui!

Répondre