La BBC se rêve en alternative à Netflix

Que l’on aime Netflix ou pas, le service de vidéo à la demande a révolutionné notre manière de consommer la télévision. Au point désormais d’inspirer les grands groupes nationaux, BBC et France Télévisions en tête.

la BBC se rêve en alternative à Netflix

Comment survivre face au mastodonte Netflix ? La BBC en Grande-Bretagne et France Télévisions en France se lancent dans le jeu avec des méthodes différentes.

Succès des chiffres pour la BBC

Depuis le mois de décembre, la BBC a changé sa logique. Depuis décembre, le BBC iPlayer permet de voir des séries complètes, récentes ou anciennes. Certaines alors même que seulement le premier épisode a été diffusé à l’antenne. Une mutation loin d’être anecdotique. Jusque-là, la BBC était vraiment dans une logique de rattrapage.  Pas du tout d’une vidéothèque, surtout pas gratuite.

Quels résultats ? 327 millions de visionnage. 17% de plus qu’un auparavant. Record absolu avec des locomotives comme le reportage animalier « Blue Planet 2 » ou la série « Sherlock ». Mais, est-ce une solution viable pour la BBC ? Avec difficultés puisque les coûts exploseront dans la durée. L’idée serait alors de lancer (ou reprendre) un service de VOD payante comme peut-être Britbox, qui appartient pour partie à la BBC mais est limitée au marché nord-américain.

Et du côté de l’Hexagone ?

Une ambition qui fait clairement écho au positionnement de France Télévisions dans l’Hexagone qui fourbit ses armes depuis plusieurs mois. En théorie, le futur service de vidéo à la demande sur abonnement (SVoD) de France Télévision devrait désormais voir le jour avant l’été. Le tarif déjà annoncé est quant à lui de 6,99 € par mois.

Au cœur de ce projet, on trouvera france.tv, le service de rattrapage qui a remplacé Pluzz depuis l’an dernier. Bien sûr, la clé du succès sera le catalogue. Difficile de vouloir rivaliser avec uniquement des rediffusions. On devrait notamment trouver sur cette future plateforme « une offre très différente de celle de Netflix, avec très peu de recoupements » selon Julien Verley, directeur du développement commercial des chaînes du service public. Des accords ont été signés avec plusieurs producteurs en ce sens. Reste à voir à quoi ça ressemblera vraiment…


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.