Brink : le jeu multijoueurs coopératif [nervousFPS]

Après avoir parlé il y a quelques semaines de StarCraft2, je vous propose d’aborder un autre jeu multi et en ligne dans un genre différent : Brink.
Brink est un FPS (first person shooter) dans lequel s’affronte 2 équipes de 8 joueurs un petit peu comme dans Counter Strike voire plus proche d’un TeamFortress.
Le jeu a été créé par Splash Damage qui a réalisé Enemy Territory : Quake Wars un des FPS les plus joué encore aujourd’hui.

Après avoir parlé il y a quelques semaines de StarCraft2, je vous propose d’aborder un autre jeu multi et en ligne dans un genre différent : Brink.

Brink est un FPS (first person shooter) dans lequel s’affrontent 2 équipes de 8 joueurs un petit peu comme dans Counter Strike voire plus proche d’un TeamFortress.
Le jeu a été créé par Splash Damage qui a réalisé Enemy Territory : Quake Wars un des FPS les plus joué encore aujourd’hui. Brink est édité par Bethesda Software connu pour FallOut NewVegas, la série des Elder Scrolls et pour Rage qui commence à faire un peu de buzz.

Le scenario de Brink est bien sûr un pretexte au jeu multi, mais en gros, une ville créée après un grenelle de l’environnement du nom de l’Arche est en plein déclin, les autorités affrontent donc les rebelles dans une guerilla urbaine.

Brink propose un mode campagne en solo qui est surtout un moyen correct d’apprendre les bases du jeu, mais toute la saveur se déroule lorsque l’on lance une partie en ligne. Il existe beaucoup de FPS en ligne mais Splash Damage a essayé d’offrir un expérience nouvelle en utilisant des mécanismes mis en oeuvre dans leur précédent titre.

La première fois qu’il lance le jeu, le joueur doit créer son personnage/avatar en définissant pas mal de paramètres : forme du visage, couleur des yeux, de la peau, des cheveux, la présence de tatouages et quelques touches cosmétiques. Cette première série de paramètres ne sera pas modifiable. Par la suite en jouant de nouvelles « décorations » seront débloquées en gagnant de l’XP mais j’y reviendrai plus bas.

L’éditeur est assez riche et plutôt réussi, dans la pratique, il y a une vraie diversité sur les champs de bataille et on évite le cas « guerre des clones » sans pour autant rendre la lisibilité problématique.

L’étape suivante consiste à se lancer dans la partie pour s’amuser et commencer à gagner ses premiers points d’XP.
Dans Brink, pour gagner il ne faut pas être le joueur qui élimine le plus d’adversaires, d’ailleurs le ratio classique morts/tués disparait pour éviter cette course à la première place. Pour gagner donc les joueurs devront accomplir une série de missions dans un ordre défini. Missions consistant à pirater un ordinateur, réparer une machine, escorter un VIP par exemple. Un système de « roue » permet en 1 clic de savoir où et quelle est la mission en cours.

Dans Brink, il y aussi des classes de personnages : Soldat, Médecin, Ingénieur et Agent chacun disposant de caractéristiques propres. Une des bonnes idées de Splash Damage est de faire en sorte que malgré leurs différences, toutes les classes ont une base commune, un Médecin n’est pas désavantagé pendant les combats comme c’est souvent le cas.

Lors des parties, les joueurs doivent donc pour battre l’autre équipe réaliser des objectifs et s’aider, le soldat distribue les munitions, le médic soigne… et à chaque bonne action le joueur gagne de l’XP.
Cette fameuse XP est la récompense de chaque joueur et son objectif individuel se réalise par la réalisation de l’objectif du groupe. (oui, y a un vrai truc là 😉 )
L’XP va permettre de débloquer de nouvelles fringues, des améliorations des compétences (globales ou par classe) et des optimisations pour les armes.

Enfin, dernier point sur les mécanismes, Splash Damage a mis au point un système de déplacement au doux nom de SMART. Il consiste à utiliser 1 seul touche pour courir/sauter/grimper/… c’est l’IA qui décide en fonction de la situation, le système fonctionne très bien et une fois en main, cela permet de se concentrer sur autre chose et cela donne un vrai dynamisme à l’ensemble. A noter qu’après avoir accumulé un peu d’expérience, il est possible de changer la corpulence de son avatar ce qui impacte ses performances : lourd -> résistant, Léger -> rapide.

Si vous n’êtes pas familier ni avec les FPS, ni avec les jeux, cela doit vous paraitre bien compliqué. Oui mais non. Lorsque l’on débute la partie et que l’on a créé son avatar, on lance le jeu et c’est parti. Les problématiques d’XP et d’améliorations attendront, il faut commencer par s’habituer aux déplacements et aux cartes. Le plus simple est de suivre ses coéquipiers et d’utiliser la roue des objectifs qui indique le chemin.
Je vous conseille d’ailleurs de commencer Médecin, c’est toujours utile dans une équipe et cela permet de gagner plus facilement de l’XP.

Alors, oui, le jeu va vite et on meurt beaucoup mais c’est le cas pour tous les joueurs et au bout de 4 à 10s on est de retour sur le champs de bataille. Il faut s’accrocher les premières heures mais aune fois pris en main, on prend beaucoup de plaisir.

Actuellement j’ai environ 8 heures de jeu et j’aime bien les FPS en multi, j’étais donc une bonne cible mais objectivement Brink offre vraiment une bonne expérience de jeu. Le joueur étant récompensé pour avoir aidé les autres, même sans se parler une sorte de teamplay est en permanence à l’oeuvre, de même la notion d’objectifs permet d’éviter les « campeurs », ces petits fourbes qui se cachent dans les coins pour jouer au tir aux pigeons.
Le système SMART offre un dynamisme aux déplacements et confirme bien que dans ce genre de jeu le côté « Mario Bros » peut être fun.

Je suis moins fan par contre du système de leveling mais c’est le pendant obligatoire à ce que j’explique plus haut et cela devrait permettre d’équilibrer plus facilement les parties à terme.

Je ne peux que vous recommander Brink, si vous aimez le multi et la coop, les jeux nerveux, accesibles mais pas facile, vous allez être satisfait. Si vous débuter, Brink peut être un bon moyen de démarrer dans le genre.

Brink est sorti le 13 mai 2011, je l’ai testé uniquement sous PC et je vous invite donc à regarder sur les forums si les patchs sont arrivées pour les consoles parce que à la sortie il y avait pas mal de problèmes.


Nos dernières vidéos

6 commentaires

  1. Pingback: Brink : test et avis [FPSisFun] | Tapahont.info

  2. Princesse mononoké on

    Les premiers compétions en mode multi sur PC ont commencé sur ESL et sur brink-france et gamefrog, elles ne vont pas tarder.

  3. Pingback: Brink : le jeu multijoueurs coopératif [nervousFPS] – Presse-citron | Jeu en ligne

  4. Après il faut encore voir si la compétition va tenir sur le long terme même si cs 1.6 et sur le déclin et qu’un jeu comme Brink ayant un gameplay axé sur le jeu en équipe aurait des chances de percer.

Répondre