Ce que m’a apporté le CES : 6 startups du Village by CA témoignent de leur expérience

Le CES fait rêver bon nombre de startups. Y participer représente un gros investissement pour les jeunes pousses. Alors, cela vaut-il vraiment le coup ? Les 6 startups qui représentaient le Village by CA racontent leur expérience au plus grand salon high-tech du monde.

Cet article a été écrit avec la participation des équipes du Village by CA dans le cadre de notre partenariat Entreprise Premium.

 

Le Village by CA, l’incubateur de startups du Crédit Agricole présent à Paris et partout en France, a sélectionné 6 startups pour l’accompagner au CES, chacune d’entre elles bénéficiant d’un stand à l’Eureka Park. Interrogées juste avant leur envol à Las Vegas, les startups ont pour principaux objectifs de faire le maximum de rencontres business qualifiées et d’obtenir des retombées dans les media français et internationaux.

Pour certaines, le CES est aussi envisagé comme « une opportunité incroyable de présenter leur innovation à un public plus large, mais surtout au marché américain », déclare l’équipe de Wiidii, un assistant personnel d’un nouveau genre. Mi-humain, mi-machine le service combine une intelligence artificielle et une conciergerie avec des opérateurs, pour prendre rendez-vous chez le médecin, réserver un billet de train ou encore se faire rappeler un anniversaire. « Nous y avions participé comme visiteur l’an dernier et le fait d’avoir un stand avec Le Village by CA cette année nous apporte une très belle visibilité » explique la startup bordelaise qui s’est fait remarquer avec son installation et ses badges « I am Hybrid ».

ces-wiidii-3

Pour i-lunch, une startup foodtech, le marché américain est également très intéressant à sonder. Il y a de forts enjeux de lutte contre le surpoids et l’obésité et l’utilisation des objets santé et bien-être connectés y est bien plus répandue qu’en France. Ce contexte est tout à fait raccord avec son concept de « restaurant digital d’entreprise » axé sur le « bien manger ». i-lunch va proposer à chacun de manger un repas sain et équilibré livré sur son lieu de travail à un juste prix, de recevoir des conseils nutritionnels personnalisés et de se synchroniser avec des objets connectés (balances, bracelets…).

Quant au spécialiste en cyber-sécurité Trovolone, qui conçoit la RobeenBox pour simplifier et sécuriser l’usage informatique des TPE/PME, son équipe s’affirme heureuse de représenter la FrenchTech et notamment celle du Mans en étant le « seul exposant de Sarthe au CES ». « Nous sommes prêts à conquérir le monde ! » clament-ils. Au programme : rencontrer les investisseurs qui permettront de finaliser leur levée de fonds et conclure des partenariats avec des distributeurs français et internationaux.

Aller à Las Vegas pour rencontrer…l’écosystème français !

Les français sont très nombreux à exposer au CES, mais aussi à y aller en tant que visiteurs. La startup Wiidii a ainsi rencontré un grand nombre de visiteurs de sa région : des membres de Bordeaux Métropole, des représentants de la région Aquitaine, l’adjointe au maire de Bordeaux, ou encore la CCI ! Une délégation ministérielle, avec Axelle Lemaire et Michel Sapin, est également allée à la rencontre des startups, de même que le président du MEDEF, venu les saluer sur l’espace du Village by CA.

villave-ces

 

« Les conversations sont faciles et agréables, l’organisation et la qualité des rendez-vous sont vraiment exceptionnelles ; on a vraiment la sensation d’être là où il faut et de ne pas perdre son temps », déclarent les fondateurs de Wiidii.

Pour Jagger et Lewis, qui propose un collier connecté pour le bien-être des chiens (et celui des maîtres qui veulent mieux comprendre leur animal), même constat : « durant cette semaine, nous avons ressenti une forte émulation française, une dynamique French Tech portée par des acteurs comme le Village by CA ou encore Euratechnologies ».

jagger-et-lewis-au-ces

Certaines visites sont inattendues et font plaisir aux startuppers, comme celle d’Olivier Ezratty à Victoria Benhaim de i-lunch : « sur cette photo je suis avec Olivier Ezratty qui rédige chaque année le guide du CES et s’occupe notamment du référencement de toutes les startup françaises… c’était mon prof en entrepreneuriat et je suis tombée sur lui à Vegas !  »

img-20170107-wa0001

Victoria a aussi reçu la visite de François Fillon, candidat à la présidentielle, qu’elle a vécue comme un moment riche en émotion : « il m’a posé plein de questions, j’avais 15 caméras devant mois, c’était très impressionnant ». L’équipe de Jooxter a également été impressionnée en recevant la visite surprenante de la NASA ! Peut-être cette organisation gigantesque cherche-t-elle à améliorer le bien-être de ses salariés. C’est en effet ce que propose la technologie de Jooxter, qui vise à rendre les espaces de travail intelligents : grâce à des objets connectés, les taux d’occupation des bâtiments sont connus en temps réel, afin d’optimiser l’occupation des espaces de travail (postes de travail, salles de réunion…) et de proposer aux occupants des services de proximité.

Séduire de potentiels clients et partenaires

Les distributeurs et autres grands comptes viennent en nombre au CES pour détecter les innovations. Les rencontres business se comptent donc en dizaines. Par ailleurs, le Village by CA facilite les mises en relations avec ses grands groupes partenaires. C’est ainsi que i-lunch a réussi à convaincre l’un d’entre eux de tester sa solution au retour en France. Wiidii explique que les « discussions sont concrètes et directes, on parle immédiatement des besoins des groupes qui viennent nous voir, ils sont ouverts et honnêtes. On parle directement du financement, des possibilités d’intégration de notre application et on se projette très facilement, ce qui est assez déroutant par rapport à la France, où les discussions restent assez superficielles et les décisions se prennent difficilement et nécessitent beaucoup d’étapes. Ici, si l’entreprise est intéressée les opportunités sont immédiates ». Christina, en charge du marché asiatique, a ainsi pu obtenir des rendez-vous avec Panasonic, LG Electronics et Hyundai Technology. Même chose pour Trovolone qui a notamment rencontré  AT&T, Verizon, Amazon et Wallmart pour le marché américain, et a pu échanger avec des investisseurs américains et asiatiques.

trovolone-1
Pour Jonathan de Sphere, quoi de mieux que la preuve de l’utilité de son service par l’exemple, auprès de milliers de visiteurs ? Il édite une application qui s’apparente à un « tinder de l’événement ». Le CES lui a offert la possibilité de le déployer sur une quinzaine d’événements tels que la French Touch Conférence, le French Village, la CES Party List, le Virtual Reality Festival etc…

 

Les rencontres business et le networking se font presque 24h/24. La journée sur les stands, mais aussi dans un cadre moins formel lors des multiples soirées : à la soirée d’ouverture, au dîner avec le Village by CA et ses partenaires, à la soirée du MEDEF, à la soirée Orange…

Au CES, on collabore aussi entre startups

Fabien Girerd, CEO de Jooxter raconte que les échanges avec les autres entrepreneurs commencent dès l’aller, dans l’avion puis dans la queue interminable des douanes américaines. Dans les soirées, les startupppers partagent leurs expériences et Wiidii explique avoir profité de quelques moment libres pour rencontrer des startups avec lesquelles il y a des atomes crochus, notamment la startup CybeDroid qui a mis au point un robot compagnon (dont on vous parlait ici), ou Holi, un réveil connecté.

 

Quel Bilan ?

« Dimanche 16h, le soleil se couche sur Las Vegas. Les exposants entament le « closing applause ». On commence à ranger, ça y est le CES c’est fini… » Voilà ce que m’écrivait hier soir Yann Puslecki, directeur marketing de Jagger et Lewis, en m’envoyant une photo de sa montre connectée qui attestait d’une semaine très active.

jagger-et-lewis-ces

Son ambition était de développer leur couverture média US et de trouver des partenaires pour être toujours plus rapide dans leur go to market. « Ils sont atteints à 200% ! Australie, Japon, Inde, Allemagne, Grande Bretagne, Portugal, Corée, Chine, nous avons fait le tour de la planète média et avons reçu par le célèbre STUFF MAGAZINE l’award des best innovative weeabale product du CES 2017. Nous avons établi de nombreux contacts partenaires, des contacts qualifiés de qualité qui vont nous être très utiles pour accélérer notre croissance internationale. Le CES a été l’occasion de partager notre aventure avec tous les dog lovers que nous avons croisés, et qui nous ont tous donné beaucoup de vibes positives, confiants dans la pertinence de notre produit. »

Les next steps ? « Nous lançons notre campagne Kickstarter le 24 janvier, la voie est tracée, on va tout casser ! ».

Même constat pour i-lunch. Sa fondatrice Victoria Benhaim estime que les résultats ont dépassé les attentes et elle envisage même la possibilité de se développer sur le marché américain beaucoup plus rapidement que prévu.

Jooxter a noué une quarantaine de contacts qualifiés qui pourront être recontactés une fois rentré en France, la majorité étant des français dont certains déjà connus. Trovolone dresse un constat similaire « on fait en 4 jours ce qu’on peut faire en un an en France. Pour nous, le bilan est très positif car nous nous sommes créé énormément de contacts qualifiés. C’est également étonnant d’avoir accès à des contacts français à Las Vegas, contacts qui sont difficiles à trouver en France ».

On souhaite un bon retour en France aux 6 startups du Village by CA et on prendra de leurs nouvelles dans quelques mois afin de savoir si les contacts prometteurs noués au CES se sont finalement concrétisés !

 

 


Nos dernières vidéos

2 commentaires

    • Hélène Quaniaux on

      Bonjour Michel, il n’est pas question de prendre des nouvelles de la French Tech, mais de ces startups-là en particulier, dans quelques mois.

Répondre