Suivez-nous

Sciences

Cette machine parvient à penser comme un humain

La science fait des progrès, ces chercheurs russes parviennent à reproduire la pensée humaine avec une machine.

Il y a

  

le

 
Pensée humaine machine
© MIPT

Des chercheurs de la société russe Neurobotics, avec l’aide de l’Institut de physique et de technologie de Moscou, sont parvenus à visualiser l’activité cérébrale d’une personne, sans utiliser un quelconque implant cérébral intrusif. Cette prouesse pourrait être d’une aide précieuse en cas de rééducation post-AVC, mais aussi pour mettre au point de nouveaux traitements des troubles cognitifs.

Pour cela, ces neurobiologistes doivent réussir à comprendre comment le cerveau traite l’information, rien de mieux, pour cela, que de l’étudier en temps réel. Les chercheurs ont énormément observé des cerveaux de personnes en train de regarder une vidéo. Grâce à cela, ils ont pu développer un réseau neuronal artificiel et de l’électroencéphalographie, une technique d’enregistrement des ondes cérébrales au moyen d’électrodes placées de façon non invasive sur le cuir chevelu, ainsi l’équipe a réussi à visualiser en temps réel sur quoi les personnes se concentraient lors du visionnage d’une vidéo.

Vladimir Konyshev, le directeur du laboratoire neurorobotique de l’Institut de physique et de technologie de Moscou, a déclaré : « Nous travaillons sur le projet Assistive Technologies de Neuronet de la National Technology Initiative, qui se concentre sur l’interface cerveau-ordinateur permettant aux patients post-AVC de contrôler un exosquelette du bras à des fins de neuroréadaptation, ou aux patients paralysés de conduire, par exemple, un fauteuil roulant électrique. L’objectif ultime est d’augmenter la précision du contrôle neuronal chez les personnes en bonne santé également ».

Comment s’est déroulée cette expérience ?

Cette expérience est découpée en deux parties. Lors de la première, les chercheurs ont demandé aux patients de regarder quelques vidéos YouTube issues de cinq catégories différentes, pendant ce temps les neurobiologistes collectaient des données électroencéphalographiques. Selon ces données, les modèles d’ondes cérébrales sont distincts selon la catégorie visionnée, de ce fait l’équipe a pu en tirer des conclusions intéressantes.

Dans la deuxième partie, les chercheurs ont développé deux réseaux neuronaux. Les deux réseaux ont ensuite été assemblés pour que les signaux EEG puissent être transformés en images réelles.

Grigory Rashkov, un jeune chercheur au MIPT et programmeur à Neurobotics conclu en déclarant : “l’électroencéphalogramme est une collection de signaux cérébraux enregistrés sur le cuir chevelu. Les chercheurs avaient l’habitude de penser que l’étude des processus cérébraux via l’EEG, c’est comme découvrir la structure interne d’une machine à vapeur en analysant la fumée laissée par un train à vapeur. Nous ne nous attendions pas à ce qu’il contienne suffisamment d’informations pour reconstruire, même partiellement, une image observée par une personne. Pourtant, cela s’est avéré tout à fait possible.”

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests