Suivez-nous

Sciences

Cette startup créée de la viande à base d’air

La production de viande est l’une des plus grandes sources de pollution, cette startup propose une alternative intéressante pour la santé du consommateur et de l’environnement.

Il y a

  

le

 
viande air
© José Ignacio Pompé / Unsplash

Une startup basée dans la baie de San Francisco va casser les codes de l’industrie de la viande… sans viande. Oui, vous avez bien lu, Air Protein développe de la viande à base d’air. Cette dernière peut être utilisée dans tous les plats habituels à base de viande, que ce soit un hamburger, un poulet rôti, des filets de dinde. Ce produit peut aussi être utilisé pour enrichir des produits en protéine, que ce soit des pâtes, des céréales, ou encore des boissons.

Pour les plus sportifs, vous pouvez voir que cette sorte de viande ressemble à de la poudre de protéine, cependant elle est conçue uniquement à partir d’éléments présents dans l’air, comme le dioxyde de carbone, l’oxygène, ou encore l’azote. Ces éléments sont ensuite mélangés avec de l’eau et d’autres nutriments minéraux pour créer un produit ingérable. Cette « viande » contient les neuf acides aminés essentiels, on peut donc dire que c’est une protéine complète.

Une belle alternative pour les végans

Air Protein a également fait le choix d’apporter à son produit de la vitamine B12, cette vitamine est essentiellement présente dans la nourriture d’origine animale, elle manque donc à de nombreux végans et végétariens. Lisa Dyson, CEO de Air Protein, a l’idée de lancer cette startup lorsqu’elle se rend compte que les organismes unicellulaires peuvent transformer le dioxyde de carbone en nutriments. Directement, sa question est la suivante : « s’ils peuvent le faire, pourquoi les humains ne le font-ils pas ? »

S’il est encore trop tôt pour dire comment se positionne cette protéine à base d’air sur le plan de la santé à long terme, elle a sans doute le potentiel d’être meilleure que la vraie viande en matière de santé environnementale. À voir maintenant si la FDA donne son accord pour commercialiser un tel produit, en tout cas ses apports en protéines et son faible taux d’émission forcent à s’intéresser à cette « viande ».

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

5 Commentaires

5 Commentaires

  1. blanvillain

    14 novembre 2019 at 18 h 52 min

    Un poisson d’avril en novembre ?

  2. bartzabel

    14 novembre 2019 at 18 h 59 min

    Miam miam, du bon Soylent Green !

  3. Patrick Huet

    14 novembre 2019 at 19 h 02 min

    « La production de viande est l’une des plus grandes sources de pollution » … êtes-vous vraiment sûr de cette affirmation ?

    Ou faites-vous allusion à la production de carbone ?
    Dans ce cas, attention, le carbone n’est pas un polluant. Le carbone est la brique de la vie.
    Même le sucre est constitué de carbone.
    Tous les êtres vivants de cette planète se nourrissent de carbone (à part peut-être quelques types de lichens. Même les cerfs dans les forêts se nourrissent de carbone (qui constitue les plantes).

    D’ailleurs, cette viande artificielle dont vous faîtes mention est aussi constituée de carbone. On l’oublie trop souvent, mais c’est la brique de la vie.

    • payeur

      15 novembre 2019 at 13 h 02 min

      « êtes-vous vraiment sûr de cette affirmation ? » – oui

      Et non pas à cause du carbone mais à cause :
      – de la deforestation pour produire des aliments pour nourrir les bêtes
      – de la quantité d’eau utile (pour les aliments et les betes)
      – Des émissions de gaz (on penserai pas forcement mais c’est assez fou)
      Bien sûr là n’est que ce que l’on peut directement exprimer, à cela peu s’ajouter les pesticides , l’appauvrissement des terres (à ne faire pousser qu’une culture sur une terre pendant des années, ca la ‘tue’), le transport, etc etc.

      Je dis tout ca je consomme de la viande hein, même si j essaie de me limiter.

      Et just pour la culture generale, nous sommes en effet une forme de vie à base de carbone, ui est notre première brique, mais d’autres formes de vie dans d’autres conditions peuvent être à base d’autres element (silicium par exemple). il me semble qu’à l’origine de la vie sur terre, il y a eu plusieurs « types » de vie « tentées » par la nature, mais notre environnement n’y étant pas propice elles ont disparues de l’évolution (a prendre avec du recul car je ne parviens pas à retrouver la source ~ c’etait une représentation en Arbre phylogénétique mais je retrouves pas =/) — dans un contexte darweenien , je saurai pas dire ce qu’il en ai dans un contexte créationiste par exemple

  4. thomas

    16 novembre 2019 at 3 h 03 min

    Contrairement à ce qui est dit dans l’article, les végétariens ne manquent absolument pas de B12 ! Ce sont les vegans et les végétaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests