Suivez-nous

Auto-Moto

Confinement : Elon Musk déclare la guerre à l’état de Californie

Tesla pourrait bien quitter ses terres natales si le confinement n’est pas assoupli dans les prochains jours.

Il y a

  

le

 

Par

Siège Tesla Motors
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:TeslaMotors_HQ_PaloAlto.jpg

Elon Musk, en grand libertarien, n’est pas vraiment fan des mesures de confinement strict prises par la Californie depuis l’explosion de la pandémie de Covid-19. Il avait déjà eu l’occasion de le faire savoir assez bruyamment dans un tweet au vitriol dont il a le secret, allant jusqu’à affirmer que le confinement de la région de la baie de San Francisco était une mesure « fasciste », déclenchant en retour une vague d’hostilité à son égard sans précédent.

Il faut dire que la crise tombe très mal aussi pour Tesla, qui après un très bon exercice 2019 s’apprêtait très probablement à réaliser une nouvelle année record, notamment avec le début de la commercialisation de sa Model Y, très attendue par ceux qui avaient zappé l’étape Model 3 en vue de se rabattre sur une voiture équivalente mais au format SUV, donc avec plus d’espace intérieur. Tesla a connu des années difficiles, et reste une entreprise fragile. L’inexorable montée en charge de sa production est donc vitale pour la marque californienne.

Or, alors que la production a repris dans son usine chinoise – puis s’est de nouveau subitement arrêtée la semaine dernière pour une raison non confirmée probablement liée à une rupture de stock de certaines pièces pour la Model 3 – l’usine de Fremont en Californie, où sont fabriquées toutes les Tesla destinées aux marchés américain et européen, est à l’arrêt complet depuis le 23 mars.

Procès en vue pour confinement abusif ?

Anticipant un assouplissement du confinement et constatant que certains pays commençaient à « réouvrir », Elon Musk, n’y tenant plus, avait annoncé, probablement un peu prématurément, que la production à Fremont reprendrait progressivement à partir de vendredi 8 mai.

Tesla avait prévu de faire travailler environ 30% de ses ouvriers vendredi dans le cadre de son plan de réouverture, défiant ainsi l’ordre de rester à la maison du comté d’Alameda. De fait, le patron de Tesla fondait la réouverture sur les nouvelles directives publiées jeudi par le gouverneur de Californie Gavin Newsom, qui permettent aux manufacturiers de reprendre leurs activités. Des directives saluées par Musk, qui a ensuite envoyé un email interne aux employés sur les plans de réouverture basés sur l’ordonnance révisée du gouverneur. Cependant, ce dont Musk n’avait pas tenu compte, c’est que les directives du gouverneur étaient accompagnées d’un avertissement selon lequel les autorités locales pourraient maintenir des règles plus restrictives. C’est ce qui s’est passé avec le comté d’Alameda, ou réside l’usine Tesla, qui a prolongé les ordonnances de maintien à domicile jusqu’à la fin du mois de mai.

Il n’en n’a pas fallu plus pour déclencher l’ire du bouillonnant entrepreneur. Une colère qui s’est exprimée très rapidement de deux façons : sur le plan judiciaire et sur le plan économique. Tesla a en effet décidé de trainer le comté d’Alameda en justice samedi dans le but d’invalider ce décret de prolongation de confinement. La poursuite, qui vise à obtenir une injonction et une mesure déclaratoire contre le comté d’Alameda, a été déposée devant le tribunal de district américain pour le district nord de la Californie. Elon Musk, dans un tweet vengeur, a également menacé de déplacer immédiatement le siège social de Tesla et ses futurs programmes dans l’état du Texas ou du Nevada, où Tesla possède déjà une usine de production de batteries, la Gigafactory : « Franchement, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Tesla va maintenant déplacer son siège et ses futurs programmes au Texas/Nevada immédiatement. Si nous conservons ne serait-ce que l’activité de fabrication de Fremont, cela dépendra de la façon dont Tesla sera traité à l’avenir. Tesla est le dernier constructeur automobile qui reste en Californie. »

Précisons que le siège de Tesla est situé à Palo Alto, dans le comté de Santa Clara, et que c’est bien l’usine de Fremont qui est concernée, située elle dans le comté d’Alameda.

Coup de gueule et coup de bluff ? Certainement les deux. On sait que le patron de Tesla n’est pas à une incartade près quand il s’agit de protéger ses entreprises, et plus particulièrement Tesla, mais on peut aisément imaginer aussi que déplacer seulement le siège social de Tesla dans un autre état causerait probablement d’importants désagréments organisationnels à la marque, même si le manque à gagner pour le très riche état de Californie serait probablement important. Cela étant il parait difficile de déplacer aussi l’unité de production, qui est la véritable source de revenus signée Tesla pour le comté d’Alameda.

Quant au procès, il s’agit probablement d’un coup de semonce dont on n’entendra plus parler d’ici quelques jours, chacune des parties ayant certainement mieux à faire que de s’emberlificoter dans une procédure sans fin alors que la levée du confinement n’est que l’affaire d’une paire de semaines.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests