Curiosity attise la curiosité de twitter

Difficile de passer à côté du phénomène Curiosity, le robot de la NASA qui a réussi hier son atterrissage sur Mars se montre très présent sur les réseaux sociaux. « Il était une fois un petit pas … maintenant c’est six grandes roues ! » C’est l’événement de la semaine, pendant que le sprinter Usain Bolt réalisait

Difficile de passer à côté du phénomène Curiosity, le robot de la NASA qui a réussi hier son atterrissage sur Mars se montre très présent sur les réseaux sociaux.

« Il était une fois un petit pas … maintenant c’est six grandes roues ! »

C’est l’événement de la semaine, pendant que le sprinter Usain Bolt réalisait la deuxième performance de tous les temps sur 100m, le robot Curiosity finissait lui un voyage démarré il y a plus de huit mois par 7 minutes de terreur pour se poser sur Mars. Un événement majeur que la Nasa a voulu médiatiser, en particulier sur les réseaux sociaux. En effet, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace a souhaité jouer la carte de la proximité et de l’imaginaire en créant un compte Twitter et Facebook à son robot en lui donnant un style vivant puisqu’il a lui même live tweeté son amarissage :

Une expérience pas vraiment nouvelle pour la Nasa, très active sur Twitter, et qui a doté chacun de ses robots d’un compte twitter comme le fait remarquer le site rfi.com qui prend l’exemple du robot New Horizons qui se trouve… au fond de l’espace. Outre le Twitter officiel de la Nasa et de Curiosity, les utilisateurs pourront suivre les aventures du robot et les différentes déclarations avec le hastag #MSL (pour Mars Science Laboratory pendant que les francophones et les allergiques à la langue de Shakespeare pourront se rabattre sur le compte du Centre national d’études spatiales et utiliser le hastag #MSL_fr.

L’opération 2.0 de la Nasa est en tout cas une belle réussite puisque à l’heure d’écrire ces lignes, la page Facebook de Curiosity compte plus de 200 000 j’aime et 800 000 followers sur son compte Twitter.

Curiosity est équipé d’un processeur PowerPc !

Si le robot de près de 900kg se montre très bavard, il embarque également une technologie intéressante. Pour une mission dont le coût total est estimé à 2,5 milliards de dollars, Curiosity est équipé d’un processeur RAD750 d’une valeur de 200 000 dollars. Plus surprenant, le processeur est en réalité un Power PC de type 750 qu’on a retrouvé du côté de chez Apple sous le nom de G3. Mais ne vous jetez pas sur vos antiquités, le PowerPC G3 fêtant cette année ses 15ans, le RAD750 se démarque par sa capacité à fonctionner dans des conditions extrêmes : il supporte des températures allant de -55 °C à 125 °C et résiste aux radiations jusqu’à 1 000 Gray. Enfin, il est cadencé à 200 Mhz

Pour le reste, le système fonctionne sous VxWorks, un système d’exploitation temps réel, embarque 256 Mo de RAM, un SSD de 2Go et 17 caméras !

Les 17 caméras installées sur le rover !

Cela suffira-t-il pour en savoir plus sur la planète rouge ?

(Source : Nasa.gov / Image : Nasa.gov)

 

 


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. MARS OU CRÈVE !

    Avec la sonde spatiale “Curiosity” l’Homme a posé un oeil perçant sur la mythique planète Mars.

    Prouesse technologique qui émerveille le monde ! Aventure ambitieuse -inconcevable pour nos aïeux- repoussant les bornes du génie humain et de son empreinte jusqu’aux confins du système solaire… L’homme, avec la puissance extraordinaire de son cerveau, son inépuisable inventivité, sa capacité à concevoir l’inconcevable et sa folle volonté, pour ne pas dire sa divine folie, donne miraculeusement corps à ses rêves d’enfants.

    Le faucon spatial “Curiosity” en est la plus enchanteresse illustration. Rien n’est impossible aux esprits vaillants, aux coeurs vifs, aux âmes claires. En réalité je crois que l’Homme parfois est un véritable petit dieu, lorsqu’il ne songe pas à commettre ses diaboliques actions de bêtise.

    Que l’Homme est beau, noble, grand, admirable quand, la tête pleine d’idées neuves et de formules savantes, sûr de ses calculs et cependant tout tremblant de peur, il lance son lourd vaisseau d’acier et de fragiles dentelles électroniques par-delà les nues aussi facilement qu’une plume !

    A présent que l’oiseau sidéral s’est posé sur le sol martien, le plus difficile est fait et le plus beau est à venir.

    Dans le ciel un point rouge retient notre attention, éveille notre curiosité, excite notre intelligence, éclaire nos âmes : Mars rend notre regard plus vertical.

    C’est en levant les yeux vers le ciel que les humains se rachètent : si sur Terre l’Homme se montre souvent décevant, sur Mars il a prouvé qu’il était capable du meilleur

    Raphaël Zacharie de IZARRA

  2. J’ai suivi en direct l’A »marsage » de ce Robot, c’est incroyable quand même, malgré les éléments extérieurs (non contrôlés de la même manière sur terre) il a tenu le coup, je pense ne serait-ce qu’au parachute, qui à traversé quand même 400 millions de km quand même

Répondre