Suivez-nous

Smartphones

De nouveau, le FBI demande à Apple de déverrouiller l’iPhone d’un suspect

Le FBI a officiellement sollicité l’aide d’Apple pour déverrouiller deux iPhone appartenant à un suspect pouvant être à l’origine d’une fusillade qui a eu lieu en décembre dernier. Une requête qui n’est pas sans rappeler l’épisode San Bernardino.

Il y a

  

le

 
iPhone X Apple Backmarket
© Unsplash / Koby Kelsey

La dernière demande du FBI à Apple risque de rappeler le bras de fer qui a opposé les deux entreprises il y a quelques années. En tout cas, la requête de l’agence américaine commence de la même façon et Apple a apparemment réagi pareil qu’en 2016.

Cette fois-ci, le Federal Bureau of Investigation a demandé à Apple s’il pouvait déverrouiller deux iPhone qui appartiennent vraisemblablement à Mohammed Saeed al-Shamrani. Militaire saoudien en formation aux USA, l’homme serait coupable d’une fusillade qui a eu lieu à la base aéronavale de Pensacola. Survenue début décembre, l’attaque a fait 4 morts, dont le potentiel assaillant al-Shamrani. Toutefois, la fusillade pourrait être un acte terrorisme, ce qui explique pourquoi l’agence veut tant analyser les iPhone et clôturer l’enquête.

Dans une lettre envoyée à Apple lundi 6 janvier, le FBI a indiqué qu’il avait obtenu l’autorisation du tribunal pour analyser le contenu des deux iPhone. Sauf que ceux-ci sont protégés d’un code d’accès qui bloque évidemment l’accès à des informations que veulent obtenir les enquêteurs. Pour l’instant, ces derniers n’auraient pas réussi à outrepasser la sécurité des iPhone. Lors de la fusillade, une balle aurait aussi été tirée dans un des téléphones, ce qui rend le déverrouillage encore plus difficile pour le FBI.

Les modèles des iPhone concernés n’ont pas été mentionnés.

Dans un communiqué, Apple a indiqué : « Nous avons le plus grand respect pour l’application de la loi et avons toujours travaillé en coopération pour aider dans leurs enquêtes. Quand le FBI nous a demandé des informations concernant cette affaire il y a un mois, nous leur avons donné toutes les données en notre possession et nous continuerons à les soutenir avec les données dont nous disposons ». En somme, la marque à la pomme semble expliquer qu’elle a fait le maximum, sans pour autant accepter de déverrouiller les deux iPhone.

Apple VS le FBI, épisode 2 ?

Aucune information supplémentaire n’a été donnée par Apple ou le FBI, mais cette situation rappelle évidemment le désaccord entre les deux entités, survenu après la fusillade de San Bernardino. À l’époque, l’agence avait demandé à la firme de déverrouiller l’iPhone du suspect, ce que cette dernière avait refusé au nom de la protection des données personnelles des utilisateurs. Un procès avait failli opposer l’agence et Apple, mais celui-ci a été abandonné.

Le FBI a finalement été en mesure d’accéder au contenu de l’iPhone du suspect, mais il n’a jamais indiqué qui avait réussi l’exploit. Les hypothèses les plus sérieuses évoquent toutefois l’entreprise Cellebrite, dont l’activité principale est le déverrouillage d’iPhone.

Dans sa lettre, le FBI requiert l’aide d’autres agences et d’experts de pays étrangers, ce qui pourrait être une référence à Cellebrite —l’entreprise étant basée en Israël.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests