Suivez-nous

Gaming

Découvrez notre test d’Ori and the Will of the Wisps et son voyage onirique somptueux

Découvrez notre test du dernier Ori and the Will of the Wisps sur Xbox One. Un magnifique voyage qui vient prolonger le plaisir du premier opus. L’un des premiers gros hits de l’année 2020 ?

Il y a

  

le

 
Test Ori and the Will of the Wisps
© Moon Studio

Tout jeune dans l’industrie du jeu vidéo, du haut de ses 10 ans d’existence, Moon Studios à réussit l’exploit de mettre tout le monde d’accord avec un seul jeu. C’était en 2015 avec Ori and the Blind Forest en exclusivité sur Xbox One. Le voyage incroyable et magique d’un petit esprit au cœur d’une forêt, jadis enchantée et désormais sous l’emprise d’un mal qui l’empêchait de briller de son éclat. Un jeu de plateforme somptueux, dans le genre « Metroidvania » qui nous livre à nous même, souvent punitif dans les erreurs et assez complexe qui avait eu raison de bons nombres de joueurs.

Lors de l’E3 2017, Moon Studio annonce son retour avec une suite aux aventures d’Ori. Cette fois, nous n’allons pas sauver une forêt enchantée, mais Kun, notre amie la chouette qui se retrouve en difficultés. Là encore, nous repartons dans un long et magnifique voyage semé d’embûches. La formule est-elle toujours aussi efficace ? La magie va-t-elle frapper une seconde fois ?

Ori et la volonté des feux follets

Ori and the Will of the Wisps reprend les mêmes bases que The Blind Forest. Un jeu de plateforme pas toujours très simple, qui nous lâche dans son vaste monde. Bienvenue dans le genre Metroidvania, vous avez qu’un seul objectif dans chaque quête et vous devez le réaliser en étant livré à vous-même. Si vous avez un peu de chance, vous tomberez assez vite sur les objectifs. Si vous en avez un peu moins, et que vous n’êtes pas patient, minutieux et observateur, préparez-vous alors à tourner pendant de très très nombreuses heures à faire des allées et retours pour trouver le petit mécanisme, la petite action ou le moindre combo pour débloquer votre avancée. Autrement dit, pour plonger directement dans le vif du sujet, autant vous dire que si vous aimez les jeux sans prise de tête, ou vous êtes guidés, pas à pas, Ori and the Will of the Wisps ne sera pas pour vous. Ce choix est assumé par Moon Studios étant donné que le jeu est de ce genre. Vous aurez néanmoins la possibilité de choisir entre trois niveaux de difficulté (facile, moyen, difficile) pour augmenter le confort de votre aventure. Mais on regrettera tout de même que le jeu ne dispose pas d’une option où activer ou désactiver une aide en jeu lorsque nous sommes réellement bloqués. En tout cas, en préambule de ce test, vous voilà prévenu, bien que le jeu fasse vraiment envie par sa direction artistique, Ori and the Will of the Wisps ne séduira pas tous les joueurs. Pour ceux qui souhaitent tout de même s’y essayer, il va falloir avoir deux bons réflexes. Parler et bien retenir l’ensemble des propos des créatures que vous allez rencontrer au cours de votre aventure. Et ouvrir votre map toutes les 5 minutes pour surveiller votre avancée et être certain de ne pas rater un petit passage secret.

Quand le jeu vidéo devient un art

Ori and the Will of the Wisps

© Moon Studios

Autant continuer à être dans le vif du sujet pour directement parler du premier coup de cœur. La direction artistique. C’est d’une beauté assez incroyable avec des scènes, des moments forts, marquants où nous posons la manette et nous admirons l’écran par réflexe. À mi-chemin entre un jeu vidéo et un film d’animation nous restons émerveillés par le travail des développeurs de Moon Studios. Mieux encore, ce spectacle ne s’arrête pas aux cinématiques et le jeu est sublime graphiquement même lors des phases de gameplay. Ori and the Will of the Wisps vous fera voyager dans une dizaine de zones différentes avec leurs styles différents. De la clairière, aux marais, en passant par le village de petites créatures dans des arbres, les panoramas sont nombreux et variés.

L’autre excellent point de cette suite, c’est une nouvelle fois la bande-son. C’est de nouveau Gareth Coker qui s’occupe de cela et ce dernier parvient à nous séduire tout autant qu’il nous avait séduits avec le premier opus en 2015. De la musique calme pendant votre périple, aux musiques dynamiques des moments d’actions, à la petite mélodie mélancolique lors de certaines cinématiques, il n’y a rien à jeter. Cela s’écoute avec grand plaisir et apporte un véritable plus au jeu.

Le gameplay aux petit oignons

Ori and the Will of the Wisps

© Moon Studios

C’était une grande force du premier opus, ça l’est forcément dans cette suite avec un gameplay qui est même amélioré. Car après tout, Ori est un jeu qui demande de la précision. Alors, il est naturellement possible de contrôler votre esprit malin de façon très précise, étant donné que certains passages ne seront pas accessibles par de simples sauts. Il faudra donc s’armer de patience pour contrôler parfaitement votre petit héros et vous familiariser avec les nombreux skills de ce dernier. Ori and the Will of the Wisps vous entraînera à manier les gâchettes LB, LT, RB, et RT puisque c’est avec ces gâchettes que vous allez réaliser les combos les plus délicats. On sent qu’il y a eu un gros travail de réalisé là dessus avec une maniabilité bien meilleure que dans le premier opus.

Pour faire face aux ennemis et aux encombres sur votre chemin, Ori bénéficie de nombreuses armes et compétences. Une épée spirituelle, un arc, la possibilité de lancer des boules de feu, de faire des triples sauts… Certaines compétences étaient déjà présentes dans The Blind Forest, mais de nombreuses nouvelles possibilités accompagnent cette suite. Il est possible de s’armer de trois compétences avec les boutons X, B et Y et de les changer à tout moment de votre périple.

Mais ce n’est pas tout, Ori bénéficie également de pouvoirs (à savoir les fragments spirituels) qui sont à ramasser tout au long de votre aventure ou à acheter. Ces pouvoirs vont permettre d’améliorer vos compétences. La possibilité par exemple de tirer trois flèches avec l’arc, de gagner des points de vie, etc… Autant vous le dire, si certains ne sont pas vraiment utiles (au point de ne jamais servir dans l’aventure) certains le sont beaucoup plus. Au total, vous allez pouvoir débloquer une trentaine de pouvoirs. Au fil de votre aventure, il sera possible d’accumuler huit pouvoirs en même temps.

Ori and the Will of the Wisps

© Moon Studios

Le gameplay et notamment les phases de combat sont beaucoup plus dynamiques. Désormais, vos ennemis ont des points faibles. Chaque type d’ennemis aura son point faible et sera plus sensible à un type d’armes ou de compétences. Ces derniers sont plus nerveux et agressifs ce qui ajoute pas mal de challenge. Petit plus pour les combats de boss qui sont redoutables et assez impressionnants.

La petite nouveauté c’est l’arrivée des défis. Vous allez devoir parcourir des circuits dans un temps limité pour aller d’un point A à un point B pour débloquer quelques récompenses. Vous avez également des sanctuaires qui vous proposent des vagues d’ennemis à battre pour gagner de nombreux points spirituels. Ces derniers vous permettront d’acheter pas mal de compétences, des cartes de collectibles etc.. L’acquisition de points d’expériences est donc différente par rapport au premier opus et c’est un gros plus. Car, de l’expérience et des compétences il va en falloir au cours de votre aventure. Autant vous dire que les derniers sanctuaires proposent des vagues d’ennemis bien costauds.

Le système de checkpoints a été également revu et ce dernier est beaucoup moins punitif que dans le premier opus. En cas de mort, vous reprendrez votre partie non loin de votre position. Ce qui évite de refaire de longs et périlleux parcours. Rien qu’avec ce choix, le challenge d’Ori and the Will of the Wisps est nettement moins corsé que celui de The Blind Forest. En cas d’erreur, si vous venez à vous perdre, ou que vous êtes bloqués dans un passage trop compliqué, il est possible de se téléporter à n’importe quel moment dans le jeu vers un point de sauvegarde.

L’ensemble des quêtes principales sont plutôt bonnes, même si l’on sent que la narration n’est pas toujours aussi bonne que dans le premier opus. Mais globalement, on fait face à des moments vraiment beaux et touchants. Seul petit point noir, les quêtes annexes qui ne sont pas mémorables et qui demandent la plupart du temps d’enchaîner les allées retours aux quatre coins de la map pour aller chercher des objets. On aurait pu s’en passer.

Ori et les bugs des feux follets

Ori and the Will of the Wisps

© Moon Studios

Si globalement nous pouvons beaucoup de positifs au sujet d’Ori and the Will of the Wisps, le jeu n’est pas sans défauts. Et les seuls que l’on pourra citer sont les nombreux bugs. Nous avons réalisé le test du jeu via une version dématérialisée envoyée par Xbox France peu avant la sortie du jeu. Jusqu’au patch Day One (de 5Go), certaines séquences du jeu étaient injouables avec des chutes de framerates catastrophique (ce qui est assez délicat pour un jeu qui demande parfois beaucoup de vitesse et de dextérité). Une fois le patch téléchargé, les bugs sont moins nombreux, mais toujours présents. Des micros-freeze de deux à trois secondes, d’autres chutes de framerates, des personnages qui planent dans les airs, Ori qui passe à travers les murs ou encore un gros bugs où les compétences d’Ori vont se mélanger. Lorsque vous appuyez sur X, c’est la compétence Y qui se lance, lorsque vous appuyez sur B, c’est la compétence X etc… À ce moment-là, après plusieurs essais, la seule solution a été de redémarrer le jeu. Nous avons également eu le droit au bug de l’écran noir où là encore, le redémarrage du jeu fut la seule solution. Il est très regrettable de voir autant de bugs dans un jeu qui demande autant de précision, par moment cela gâche vraiment le plaisir.

Mon avis sur Ori and the Will of the Wisps

Il s’agit sans aucun doute du plus beau Metroidvania du moment. Poétique par moment, touchant à d’autres, impressionnant à de nombreuses reprises, Ori and the Will of the Wisps est sans doute l’une des plus belles pépites de la Xbox One de ces dernières années et il en séduira plus d’un. Notamment grâce à son petit prix (29,99€), mais également à sa présence day-one dans le Game Pass. Que vous soyez un amateur de jeux Metroidvania, ou un joueur qui n’a jamais essayé ce genre de jeux, on vous le conseille. Car l’aventure est belle et mérite d’être vécue. Ori and the Will of the Wisps est le concentré des bons points du premier opus, le tout amélioré et saupoudré de nouveautés qui fonctionnent très bien.

Ori and the Will of the Wisps

29,99€
9

Note

9.0/10

On aime

  • Une direction artistique à tomber
  • Une bande-son magnifique
  • Un jeu onirique touchant
  • Un rythme très dynamique dans les combats, posés dans son ensemble
  • Différents choix de difficultés

On aime moins

  • Des gros bugs tout au long du jeu (même après le patch Day One)
  • Bien que ce soit un genre "Metroidvania", une option pour activer (ou non) des aides pour les objectifs ne seraient pas de refus pour ouvrir le jeu à un plus large public
  • Des quêtes annexes pas réellement nécessaires, ni passionnantes
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests