Dell quitte la bourse et se fait racheter par son fondateur, actionnaire majoritaire

Le numéro deux mondial du PC Dell vient d’annoncer officiellement son retrait de la bourse, et son rachat par son fondateur Michael Dell et un fonds d’investissement pour 24 milliards de dollars.

Voilà le genre de mouvement que l’on n’a pas l’habitude de voir dans la grande saga du capitalisme américain. Alors que de nombreuses entreprises, Facebook en tête, n’ont d’yeux pour une entrée triomphale en bourse alors que leurs autres yeux (oui ça fait beaucoup d’yeux) sont rivés sur le cours de l’action, certains font le chemin inverse.

C’est le cas du numéro deux mondial du PC, Dell, qui après des semaines de rumeurs, vient d’annoncer officiellement par la voix de son PDG et fondateur Michael Dell, que la compagnie se retirait du marché des actions et redevenait privée, contre un chèque de 24 milliards de dollars.

dell

Michael Dell, principal actionnaire, prend 16% des parts, les autres participants au capital, dont le fonds d’investissement Silver Lake, restant tous minoritaires. On parlait également d’une prise de participation de Microsoft, ce qui a été confirmé, puisque la firme de Redmond a investi deux milliards de dollars dans la société.

Cette « privatisation » va permettre à Dell de se libérer de la contrainte des marchés et notamment d’avoir à présenter ses comptes tous les trimestres, au public et aux actionnaires, mais probablement aussi à son boss d’appliquer sa vision et sa stratégie avec les coudées plus franches.

Dell a vendu 38,7 millions de PC en 2012, ce qui n’a pas empêché le cours de son action de perdre 12% de sa valeur, la société étant l’une de ce celles qui subissent le plus frontalement la baisse du marché des PC au profit des tablettes. Selon les observateurs, Dell devrait se réinventer en se muant progressivement en société de services, à l’image d’un IBM après la vente de sa section PC à Lenovo, ou d’un HP. Une drôle de révolution culturelle pour un fabricant et distributeur dont l’image est tellement associée à la vente à distance de matériel informatique.


Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. Ah c’est effectivement étrange, mais au moins ça permet à dell de pouvoir faire des actions sans avoir les actionnaires qui nous plombent, où qui ralentissent la croissance à long terme

  2. En voilà une bonne nouvelle !! Enfin un retour à une logique entrepreunariale et ne plus être dépendant de la bourse et de décisions déconnectées de l’économie réelle.

    Les entreprises américaines ont peut etre compris que les entreprises allemandes comme Bosch ou Porsche gagnaient plus à être en dehors que dans la zone boursière. J’espère qu’elle sera suivi par d’autres géants et d’autres entreprises.

  3. En même temps c’était juste la bonne décision cette porte de sortie pour Dell (même si ça lui coûte assez cher au final), mais vu les pertes qu’a connu Dell en bourses, il fallait s’y attendre.
    En espérant maintenant que ça les reboost notamment avec les différents investissements.

  4. C’est plutôt une bonne nouvelle pour les salariés de Dell. A chaque fois que M. Dell s’est éloigné des rênes de l’entreprise, ça n’a pas fonctionné. Si cette opération signifie un retour aux commandes, tant mieux.

  5. Jaime la démarche, cela leur laissera surement plus d’autonomie dans leurs décisions. Les actionnaires veulent du changement mais ne sont pas capables d’attendre… du coup personne ne fait jamais rien jusq’au bout

  6. On peut dire que la boucle est bouclée, j’espère pour Dell que cette décision est la bonne et qu’il parviendront à trouver une nouvelle voie vers la rentabilité. En tout cas 24 milliards, c’est le prix de la liberté, mais c’est pas donné!

  7. Pas sur que cette décision soit la bonne pour Dell. J’espère qu’il a beaucoup de côté notre ami, qui a tout de même pu débourser la bagatelle de 24 milliards, parce que si il se plante il va plus lui rester grand chose…. […]

  8. En voilà une bonne idée ! Si les reins du fonds d’investissement sont assez solide, ça peut aider sacrément Dell.

  9. je suis tout a fait d’accord avec Sébastien, et pour ceux qui se demandent pourquoi une telle décision ,sachez que qu’on est une entreprise cotée en bourse on est sous pression des actionnaires, normal ils veulent toujours gagner plus mais ce n’est pas toujours réalisable…en plus,la méthode « se faire de l’argent facilement » a démontré ses limites, en plus elle ne fait que creuser la distance entre riche et pauvre.

Répondre