Des amateurs passionnés envoient une sonde avec caméra embarquée dans l’espace

Pour ceux que les petites aventures de la conquête spatiale passionnent, ou qui ont une tendresse particulière pour les bricoleurs de génie, cette histoire est simplement fascinante. Et merveilleuse. En août dernier, un père et son jeune fils de la région de Newburgh dans l’état de New York (USA) ont réussi le petit exploit d’envoyer

Pour ceux que les petites aventures de la conquête spatiale passionnent, ou qui ont une tendresse particulière pour les bricoleurs de génie, cette histoire est simplement fascinante. Et merveilleuse.

En août dernier, un père et son jeune fils de la région de Newburgh dans l’état de New York (USA) ont réussi le petit exploit d’envoyer dans l’espace un équipement de fortune constitué d’un ballon-sonde météo, d’une petite caméra HD et d’un iPhone.

Après huit mois de tests, l’opération a été une réussite complète puisque le vaisseau spatial (et spécial) de bric et de broc a réussi à se hisser fièrement à trente kilomètres d’altitude, dans la stratosphère, là où seuls Dieu et quelques russes en station orbitale résident à l’année.

L’appareillage a été lâché et a pris progressivement de la hauteur. Avec la baisse progressive de la pression atmosphérique liée à l’altitude,  le ballon a fini par éclater, ce qui était prévu puisqu’il a entrepris une redescente sur le plancher des vaches à l’aide d’un petit parachute, atterrissant à environ cinquante kilomètres de son point de départ, soixante-douze minutes après son décollage.

Et l’iPhone dans tout ça ? Et bien il a justement servi à suivre la trajectoire du module et à le retrouver une fois celui-ci posé (dans un arbre). Le tout filmé par la caméra HD, ce qui donne cette vidéo qui va vous faire planer (même si les turbulences rendent l’image quelque peu instable), ou alors vous n’avez pas de cœur. Des photos de l’aventure sont visibles ici.

Non mais imaginez un peu l’excitation de père et du gamin quand ils ont récupéré le bazar et découvert la vidéo, constatant que tout avait fonctionné comme un charme. Ça me rappelle un peu ceci, tiens, en version amateur.

C’est beau l’amateurimse, parfois.

(source)


Nos dernières vidéos

35 commentaires

  1. Entièrement d’accord avec ton paragraphe final. J’imagine très bien l’euphorie du gosse et son père à la récupération de leur engin ! Pire encore, en regardant la vidéo de leur exploit…

    • Eric

      Non ce sont les batteries de la caméra qui ont lâché à cause du froid à deux minutes de l’atterrissage, l’iPhone a tenu le coup puisqu’ils ont retrouvé le matos dans un arbre grâce à son GPS

  2. Tout simplement génial ! C’est fabuleux ce qu’ils ont fait avec si peu de moyens… La vidéo est impressionnante.
    Ca donne envis de faire pareil, je suis sûre que bientôt un paquet d’objets volants non-identifiés vont aller dans l’espace 😉

  3. Superbe réalisation d’un rêve de gamin 😉

    @Sam: « Ca donne envis de faire pareil » : bon courage pour les avoir autorisations de la DGAC….

    J’imagine bien que la récupération du module à du être difficile et l’excitation à son comble (j’aurai été pareil je pense)
    « This Thing went to space » <3 🙂

    ps: Pour ceux qui ont envis d'en savoir plus sur les ballons captif pour la photo c'est par la que ça ce passe: http://www.phodia.com

    (Eric désolé du spam mais la je pouvais pas résister 🙂

  4. 2 REM :
    – c’est hyper dangereux. Faire voler puis chuter des trucs comme ça à grande vitesse, sans prévenir, sans autorisation !!!!
    – je suis étonné que l’iPhone résiste à -60 : c’est louche…

    Fake ?

  5. Aleksey Leonov on

    Il faut préciser qu’à 30km d’altitude on est loin de l’espace. La limite officielle est à 100km.
    Aucuns ballons sonde ne peut aller à cette altitude de 100km.
    La prochaine fois il leurs faudra une fusée. 😉

  6. Pingback: Hey papa, on envoie une camera dans l’espace ? - Pingoo.com

  7. Eric

    @seb : ben oui, tous phares allumés l’iPhone tient au moins deux bonnes heures.
    @vicnent : je n’ai aucun doute sur la réalité de cette histoire

  8. Adrien perplexe on

    Je vote pour un fake. Le temps de remonter et de redescendre, avec la rotation de la Terre pendant ce temps, qu’elle est la probabilité que l’engin ne retombre qu’à 50 km de son lieu d’envol ?
    Vu la rotation de la Terre sur elle-même le père et son enfant ne sont ils pas déplacés de près de 2000 km ?

  9. Pingback: Blogo-revue N°6 | Informatic38

  10. Porscarn réfléchissons on

    Vu comme Adrien, il est évident que c’est truqué, mais…à l’équateur la terre tourne à environ 1645 Km/h, vers NY on peut faire l’hypothèse que c’est en gros la moitié, il faudrait donc que le ballon soit en position fixe pour le retrouver à 1000 Km de son point de départ… Or, je suppose que même à 30 Km d’altitude, l’engin tourne en gros à la même vitesse que la terre ??? Sinon, si cela était comme le dit Adrien, les avions devraient en profiter largement et dépenser beaucoup moins de carburant et être presque aussi rapides que le Concorde sur la distance Paris/New-York. Restent donc la vitesse et la direction des vents !!! Un spécialiste peut-il nous éclairer ???

  11. Il existe plus de 300 projets de ballons amateurs associatifs en France de ce type. Principalement réalisés par Planète Sciences partenaire du CNES auprès des écoles. Les nacelles embarques des expériences de toutes sortes, des appareils photos et camera HD…
    Les radioamateurs assurent le suivi en vol et la récupération des nacelles un peu partout grâce a des procédés développés par eux même avec peut de moyens.
    Il n’y a pas de quoi s’extasier devant cette info 🙂

    Suivez les projets Français sur
    http://www.chasseurs-ballons.org

  12. @adrien perplexe: et pourquoi le ballon n’a pas le droit de suivre la rotation de la terre ? pour quelle raison seul le père et l’enfant seraient soumis à cette rotation ?
    C’est seulement les vents qui font que le ballon dévie et ne retombe pas au point de départ.

  13. @adrien et @porscarn

    N’importe quoi ! Non mais réfléchissez un peu à ce que vous dites… Alors selon vous quand on lance un objet en l’air il quitte la force de rotation de la Terre (pour ainsi dire) et se met à fuser à plus de 1000 km/h ? En effet dans ce cas pourquoi se fatiguer à construire des avions…

  14. Pingback: Un Iphone dans l’espace! « Lynfo.fr

  15. Pingback: Envoyer son iPhone dans l’espace « Kablog

  16. @adrien et @porscarn => au dessus du sol terrestre, en dehors de toute action de vent, l’atmosphere elle même se déplace à la même vitesse que le sol. D’où l’apparition de vents par vortex (l’atmosphère ne se déplace pas à la même vitesse au dessus de Bordeaux et de Stockholm -> distorion -> frottement -> courant d’air -> vent), indépendamment de toute autre forme (convection, etc…)

    Sinon, effectivement, il suffirait pour aller à NYC, de monter à 25 km de haut et d’attendre que NYC passe en dessous 🙂 – (note, vous savez que NYC et Madrid sont à la même latitude ? – Etonnant, non ?)

  17. Pingback: Brocast #6 – Halloween chez Toysèrerus | Brocast

  18. Très bon. Ce genre d’initiatives se démocratise et se répand. La Finlande va bientôt lancer son premier satellite… il s’agit en fait d’un projet à bas coût d’une université.

  19. Pingback: Vous avez dit blizzard ? | Groupons nous

  20. Super ! On peut trouver pas mal d’expériences universitaires ou de particuliers avec des ballons stratosphériques.

Répondre